Tsahal : Révélations sur l’ennemi, une alternative aux frappes

0
3768

Les campagnes d’information d’Israël : une alternative aux frappes cinétiques

 

RÉSUMÉ ANALYTIQUE : Au cours des derniers mois, les forces de défense israéliennes ont eu, de plus en plus, recours à des «campagnes d’information» ou à une exposition, à travers les médias, des activités de l’ennemi détectées par les services de renseignement israéliens. Ce mode de fonctionnement est devenu une alternative aux frappes cinétiques.

Les campagnes d’information, qui impliquent la révélation par les médias des activités de l’ennemi, permettent aux décideurs militaires d’utiliser des renseignements sensibles pour perturber les processus de renforcement de l’ennemi et ses plans d’attaque, sans le risque d’escalade associé aux frappes cinétiques. Ces derniers mois, les forces de défense israéliennes ont eu, de plus en plus, recours à de telles campagnes.

Les campagnes d’information informent les décideurs ennemis que leurs activités ont été découvertes et les avertissent de cesser leurs activités si elles souhaitent éviter les frappes et leur puissance de feu. Il exerce également une pression sur les acteurs internationaux, tels que les États grâce auxquels les acteurs non étatiques agissent, et les acteurs mondiaux du pouvoir désireux d’éviter les conflits armés dans leurs zones d’influence.

En tant que telles, les campagnes d’information sont devenues un élément central de la doctrine de guerre entre les guerres menée par Israël : la campagne discrète de Tsahal contre l’Iran, le Hezbollah, le Hamas, le Jihad Islamique Palestinien et d’autres dans les arènes du nord et du sud.

La guerre entre les guerres a un double objectif : empêcher l’accumulation de forces ennemies à nos portes et faire en sorte que les décideurs ennemis se sentent vulnérables face aux capacités de renseignement d’Israël. Cela renforce la dissuasion israélienne et repousse la perspective du déclenchement d’une nouvelle guerre à grande échelle. En théorie, ces deux objectifs peuvent être bien remplis par des campagnes d’information.

Cependant, les campagnes d’information semblent plus efficaces lorsqu’elles viennent compléter les frappes utilisant la puissance de feu face aux menaces en développement. Les frappes cinétiques renforcent les messages dissuasifs des campagnes d’information dans la guerre entre guerres, en rendant les campagnes d’information plus efficaces en tant qu’avertissements suivis d’effets concrets.

L’efficacité des campagnes d’information, tout comme celle de leurs équivalents en matière de frappe cinétique, ne peut être mesurée que par des résultats à plus long terme. Si elles s’avèrent avoir un effet perturbateur soutenu sur le développement des menaces, plutôt que seulement un effet à court terme, elles peuvent être considérés comme des outils préventifs utiles.

L’appareil de défense d’Israël a utilisé plusieurs fois les campagnes d’information, au cours de ces dernières semaines et mois d’activité. Le 1er avril, par exemple, des organes médiatiques hébraïques ont diffusé des alertes provenant de sources sécuritaires non-spécifiées, concernant des plans émanant du Djihad Islamique, visant à lancer “une attaque ou une série d’attaque contre Israël, dans les heures ou jours à venir”, à partir de la Bande de Gaza, comme l’a déclaré un reportage de Ynet. Ce reportage comprenait une analyse des motivations du JIP- ” une tentative apparente visant à saboter les progrès significatifs des efforts de la médiation égypto-onusienne entre Israël et le Hamas dans la Bande de Gaza”.

Le reportage de Ynet a déclaré que le complot aurait impliqué le tir d’un missile anti-char de Gaza sur une cible israélienne – une attaque qui aurait certainement pu placer Gaza sur la voie d’un nouveau conflit armé. Le JIP a démenti l’existence de cette conspiration, ce qui pourrait être une indication de son embarras et de son inconfort à l’idée qu’elle ait été découverte.

Certains rapports suggèrent que le JIP préparait l’attaque à l’insu du Hamas. Si cela était vrai, la campagne d’information aurait également pu alerter le Hamas en lui disant que le supplétif iranien dans la bande de Gaza était sur le point de l’entraîner dans une nouvelle escalade allant à l’encontre des intérêts présents du Hamas.

Le 1er avril, la chaîne israélienne Channel 13 a annoncé que les États-Unis avaient sévèrement averti le gouvernement libanais de l’intention de l’Iran et du Hezbollah de construire un nouveau site de production de missiles de précision sur le sol libanais. Selon le reportage, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a adressé cet avertissement au Premier ministre libanais Saad Hariri lors de sa visite à Beyrouth le mois dernier.

Le reportage – qui cite un haut responsable américain comme source – peut être considéré comme faisant partie d’une campagne d’information, puisqu’Israël utilise les renseignements pour donner un avertissement aux décideurs ennemis sur leurs activités. Israël a utilisé les États-Unis et les médias comme “émetteurs” pour l’alerte, tout en informant des acteurs internationaux comme la Russie que la stabilité régionale était gravement menacée. Ces éléments peuvent tous agir comme des leviers de pression sur l’axe irano-chiite pour réduire ses activités ou risquer des frappes israéliennes sur le sol libanais.

Tout au long des mois de février et de mars, les médias hébraïques, ainsi que la société civile israélienne d’imagerie satellitaire, ISI, ont publié des articles sur un nouveau site de fabrication de missiles suspect dans le nord-ouest de la Syrie.

La chaîne israélienne Channel 12, citant des sources des services de renseignements israéliens, aurait déclaré que l’Iran n’avait pas renoncé à ses efforts pour construire secrètement de nouveaux sites de production de missiles avancés en Syrie.

ISI a ensuite publié des images satellite du site suspect de Safita, en Syrie, concluant que le site était probablement un site de fabrication de missiles et ajoutant qu’il ressemblait à des composés situés sur le sol iranien.

L’année dernière, les campagnes d’information israéliennes ont attiré l’attention sur les sites de production de missiles de précision iraniens et du Hezbollah au Liban, où Israël hésitait à lancer des frappes cinétiques manifestes en raison de la dissuasion efficace du Hezbollah.

En septembre 2018, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et l’unité du porte-parole de Tsahal ont mené une campagne d’information en publiant des informations sur plusieurs sites souterrains au Liban qui visent à de convertir des roquettes non guidées en missiles guidés. Netanyahu a lancé cet avertissement lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, et l’armée israélienne a ensuite publié des informations détaillées sur les sites. [NDLR : cette campagne a également été accompagnée d’une opération Northern Shield de destruction systématique de 6 tunnels d’attaque du Hezbollah à la frontière].

«Les hauts responsables du Hezbollah ont pris la décision délibérée de déplacer le centre de gravité du projet de missile de précision sur lequel ils travaillent depuis un certain temps vers la zone civile située au cœur de Beyrouth», a déclaré l’armée israélienne le 27 septembre.

Trois mois après ces avertissements, en décembre 2018, Netanyahu a déclaré que le Hezbollah avait fermé ces centres de conversion.

Il est difficile d’évaluer le succès des campagnes d’information en raison du monde obscur et largement classé secret du système de surveillance secrète du renseignement, qui ne fait pas la transition vers la sphère publique à moins que les décideurs israéliens ne choisissent de le faire.

Cependant, selon les propres déclarations de Netanyahu, la campagne d’information visant à arrêter les sites de missiles au Liban a porté ses fruits, le Hezbollah ayant démantelé ces sites avant qu’Israël ne puisse les frapper.

Dans le même temps, comme l’indique l’importante frappe israélienne, à l’aide de missiles supersoniques Rampage, sur un présumé site d’armes iranien près d’Alep, dans le nord de la Syrie, les frappes cinétiques continueront à réaliser la majeure partie des tâches lourdes de la guerre entre guerres.

Voir PDF

Par le 17 avril 2019

Yaakov Lappin est chercheur associé au Centre d’études stratégiques Begin-Sadat. Il est spécialisé dans l’établissement de la défense d’Israël, les affaires militaires et l’environnement stratégique du Moyen-Orient.

Document n ° 1 144 de BESA Center Perspectives, 17 avril 2019

besacenter.org

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.