L’expert néerlandais Dick Schoof a déclaré à l’agence Associated Press que de nombreuses recrues du groupe terroriste recevaient des messages «leur demandant de ne pas venir en Syrie ou en Irak, mais de préparer des attaques en Europe». Parmi ceux-ci, entre 60 et 80 djihadistes seraient prêts à passer à l’acte, a-t-il estimé.

Si le membre du renseignement a souligné que le nombre de «combattants terroristes étrangers» en Europe n’avait pas augmenté ces six derniers mois, il a indiqué que cela ne signifiait pas pour autant «que la menace potentielle de ceux qui seraient partis est diminuée».

Il a ensuite ajouté que les opérations militaires visant à chasser Daesh de Syrie et d’Irak avaient pour effet de disperser les partisans de l’organisation terroriste. Cela pourrait résulter en une augmentation du nombre de réfugiés dans les pays européens, constituant un danger pour la sécurité, a ajouté Dick Schoof, avant de préciser : «Le risque d’attaques aux Pays-Bas est réel […] Nous avons vu 294 combattants terroristes rejoindre l’Irak et la Syrie et il y en a toujours 190 là bas. Ce qui est arrivé en France et à Bruxelles et en Allemagne pourrait nous arriver.»

Schoof n’est pas le premier à signaler que Daesh conseille à ses combattants de rester en Europe pour y mener des attaques. Le porte-parole du parquet fédéral belge Eric Van der Sypt avait déclaré la même chose en octobre : «A la base, l’Etat islamique essayait de recruter des combattants pour aller en Irak et en Syrie. [Désormais], l’Etat islamique [leur] demande de rester chez eux et de semer la mort et la destruction là.»

Il y a probablement entre 4 000 et 5 000 «terroristes étrangers» européens en Irak et en Syrie, a ajouté Schoof. Dans la mesure où les Pays-Bas sont une nation de 17 millions de personnes, cela peut sembler pas grand chose, a-t-il dit, mais «s’il y a entre 190 ou 350 terroristes, je pense que ce nombre est assez élevé pour que l’on s’inquiéte.

Schoof, qui était à New York pour prendre la parole lors d’une table ronde sur le retour des combattants terroristes étrangers, a déclaré que le programme néerlandais pour faire face aux menaces appelé «répression et prévention», s’appuie sur une forte coopération entre les autorités locales et nationales.

Schoof a souligné que les Pays-Bas ne tolèrent pas le «comportement antidémocratique». «Nous essayons d’empêcher les prédicateurs de haine d’entrer en leur refusant un visa», a-t-il déclaré. La semaine dernière, a ajouté Schoof, la Fédération des mosquées, a envoyé une lettre à toutes les mosquées du pays en disant que «les mosquées doivent se rendre compte que le discours haineux ne devrait pas être accepté dans les mosquées».

«Ce sont des signaux importants qui permettent d’espérer qu’il est possible de développer des relations de confiance», a-t-il dit.

Daily Mail

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.