Le bataillon de reconnaissance du désert des Forces de défense israéliennes est unique en son genre : non seulement ses combattants sont des volontaires, mais ils sont issus de milieux musulmans, chrétiens et circassiens, ayant souvent laissé derrière eux leurs familles et amis qui se sont opposés à leur enrôlement.

Ils ont servi à la frontière avec la bande de Gaza pendant de nombreuses années, protégeant Israël et mettant leur vie en danger.

Selon l’un des combattants, « il y a des gens ici dont l’identité ne peut être révélée non pas à cause des aspects opérationnels, mais à cause de ce qui leur arriverait si leurs photos ou leurs noms étaient rendus publics ».
L’unité a été créée en 1986 afin de réglementer l’enrôlement des jeunes Bédouins dans l’armée israélienne. Ce qui a commencé comme une petite unité s’est transformé au fil du temps en un bataillon.

Lorsque les accords d’Oslo ont été signés en 1993, l’unité est devenue opérationnelle et était stationnée le long de la frontière de Gaza. Au cours de la deuxième Intifada, entre 2000 et 2005, les combattants ont participé activement aux opérations dans la bande, en particulier sur la route de Philadelphie, luttant contre les tunnels souterrains et la propagation de la terreur.

En janvier 2002, quatre des combattants du bataillon ont été tués lors d’une attaque contre un avant-poste près du poste frontière de Kerem Shalom, où plusieurs années plus tard Gilad Shalit serait capturé, et où les combattants effectuaient des patrouilles avec nous, les journalistes, dans les morts de nuit.

Il y a quelques années, l’unité a subi de sérieux coups, tant sur le plan militaire que sur le plan de l’image. En 2017, le chef d’état-major de l’époque, Gadi Eisenkot, a ordonné que l’unité soit réduite de 200 à seulement 130 soldats dans le but d’en faire un petit bataillon de patrouille de haute qualité.

Deux ans plus tard, un combattant de l’unité a été surpris en train de vendre des munitions militaires à un criminel. De même, deux autres soldats ont été arrêtés par des agents infiltrés pour avoir tenté de vendre de la marijuana et des armes à feu.

Le lieutenant-colonel Guy Madar, 33 ans, marié et père de cinq enfants de la colonie de Karmei Katif dans le sud d’Israël, commande le bataillon depuis trois mois. Il a grandi dans la brigade Givati, et lorsqu’il a atteint le grade de général de division, il a naturellement voulu continuer son service dans la brigade violette.

Mais aujourd’hui, dit-il, il ne pourrait pas être plus fier de ses combattants, même si parfois la langue arabe, qui est utilisée en dehors de l’activité opérationnelle – car celle-ci ne se déroule qu’en hébreu – est un défi pour lui. 

« Je parviens. Les soldats connaissent l’hébreu, et d’autres fois, ils m’aident. Mon ambition est d’apprendre l’arabe. C’est mon premier emploi en tant que commandant de bataillon, mais j’ai appris à connaître l’unité de patrouille bédouine parce qu’ils sont formés dans une base Givati. Mais vous pensez seulement que vous savez quelque chose avant de le faire réellement. Avant cela, il y a beaucoup d’idées reçues. Quand je me suis joint, j’ai découvert à quel point ils fonctionnaient de manière étonnante. J’ai grandi à Givati ​​et je voulais être officier à Givati, et je dirai honnêtement qu’au début, j’étais un peu déçu car j’avais beaucoup de peurs, on a tous nos préjugés. Ce n’est que lorsque je suis entré que j’ai découvert à quel point cette unité était sérieuse. Les combattants ne reçoivent vraiment pas l’appréciation qu’ils méritent.

« Quand je dis que je suis le commandant de l’unité de patrouille de Bedoun, tout le monde me dit que ça doit être difficile et me demande comment je m’en sors. Ma réponse est que c’est comme n’importe quelle unité combattante de Tsahal. Que c’est un groupe de combattants qui veulent apporter leur contribution. Ils sont forts, bons combattants et connaissent le secteur comme leur poche. J’ai un commandant de compagnie qui est ici depuis 2013. Tous ceux qui croisent l’unité découvrent que ce sont des gars formidables, pas gâtés, qui veulent juste se battre et contribuer au pays.

Les stéréotypes mentionnés par Madar sont la principale raison pour laquelle le bataillon de reconnaissance a accepté de laisser  Israël Hayom découvrir  son fonctionnement interne. Il vise à lutter contre les stigmates et à réhabiliter l’image de l’unité. Le fait qu’il existe des idées préconçues sur les combattants bédouins et l’unité de patrouille en général ne leur facilite pas la tâche pour affronter les défis difficiles. 

« Mon ambition est que le bataillon retrouve son ancienne gloire. Ces dernières années, quelque chose s’est passé, consécutivement à la fermeture du Sword Battalion [également connu sous le nom d’IDF Minorities Unit]. Les militaires voulaient fermer les unités sectorielles, mais contrairement au Sword Battalion, nos combattants ont voté avec leurs pieds.

« Si la compagnie avait un standard de 60 soldats, en pratique 270 soldats arriveraient. Ils sont venus s’enrôler volontairement. Maintenant, nous avons déjà deux compagnies, et nous ouvrons maintenant un peloton de mortiers, et notre peloton de tireurs d’élite n’est pas différent de toute autre patrouille de Tsahal. Ce sont des gens très sérieux qui ont beaucoup d’expérience, qui ont beaucoup tiré et qui suivent des cours de perfectionnement.

« Je m’appelle le sergent Hassan Fudi. Je suis né dans le village de Taibe près d’Afula. Quand j’avais 20 ans, j’ai commencé à penser à m’enrôler dans l’IDF, et trois ans plus tard, je me suis enrôlé dans l’unité de patrouille bédouine. Ma famille ne l’a pas accepté et était très en colère contre moi. Pour eux, ce sont des Palestiniens. Depuis ma décision de m’enrôler, je n’ai pas parlé à mes parents et je vis dans un village voisin en tant que soldat solitaire.

« Je n’ai pas vu d’amis de chez moi depuis des années, ni ma famille. J’ai coupé tous les liens, et je n’ai aucune idée si le contact sera jamais rétabli. Au début, c’était difficile, sans doute, mais je m’y suis habitué. Je suis content de ma décision.

Parlant hébreu avec un fort accent, Fudi a expliqué pourquoi il avait décidé d’aller à l’encontre de tout ce qu’il savait et de s’enrôler dans l’armée israélienne, la seule de son village à le faire. 

« Dans mon passé, j’étais un peu sauvage, avec un peu de désordre dans ma vie. J’ai un passé problématique, je ne le cache pas. J’ai été entraîné dans un monde de dégoût et de criminels, mais à la fin, j’ai dit ça y est, quand le couteau a déjà atteint mon cou, j’ai dit ‘ça suffit’. J’ai réalisé que soit j’irais en prison, soit quelqu’un me tuerait. En fin de compte, j’ai décidé de me débrouiller et de m’aider moi-même et le pays. J’ai réalisé que nous étions frères, que j’étais né ici. C’est vrai, je suis arabe, mais nous sommes frères. C’est mon pays et nous devons le protéger.

Q : Votre famille serait probablement en désaccord avec votre dernière déclaration. 

« Oui, ma famille n’est pas d’accord avec moi. Mes amis non plus. Quand je leur ai dit que je voulais m’enrôler, ils m’ont traité de traître et ont dit que j’étais un Palestinien, mais je suis plus lié aux Juifs qu’à un Palestinien de Naplouse. Vous ne crachez pas dans votre assiette. Regardez ce qui s’est passé pendant l’opération Breaking Dawn quand il y avait des missiles depuis Gaza. Vous pensez aux citoyens, qu’ils ne doivent pas être blessés. J’ai pensé aux soldats avec moi, qui doivent se protéger les uns les autres. On mange ensemble, on dort ensemble, qu’importe si je suis arabe ou juif ? Au final, la plupart de mes amis sont juifs, pas quelqu’un de Naplouse que je n’ai jamais rencontré.

À quelques mètres de là où Fudi et moi sommes assis, il y a un petit bâtiment où les cours ont lieu tous les jours. Nous entrons tranquillement dans la classe et prenons place au dernier rang. Il y a une carte du monde sur le mur et les lettres de l’alphabet hébreu parce que les combattants ici commencent au tout début. Parfois, les soldats arrivent à la base sans presque parler l’hébreu, encore moins lire et écrire. En ce moment, ils apprennent les saisons de l’année. 

Les combattants du bataillon de reconnaissance du désert sont uniques à cet égard. Leur formation comprend non seulement l’aspect physique, mais aussi divers cours sur la langue hébraïque et l’histoire d’Israël. 

« Je suis le seul officier de l’éducation dans Tsahal », a déclaré le Sgt. Le major Hila Demari, se présentant. Elle dirige une équipe de quatre sous-officiers qui enseignent aux soldats. 

« Contrairement à tout bataillon régulier, notre objectif n’est pas seulement de véhiculer un contenu pédagogique mais aussi de réussir à faire intégrer les combattants bédouins après le service. Cela commence par les recrues, qui apprennent, entre autres, les lettres, puis avec du contenu supplémentaire et plus poussé.

Demari a poursuivi : « Il existe de nombreux écarts entre eux et la société israélienne et nous comblons ces écarts. Nous leur enseignons l’actualité, l’histoire et plus encore. Et en plus des leçons régulières, nous montrons également aux combattants comment rédiger un relevé bancaire ou un CV avant d’être libérés de l’armée.

Forces de défense israéliennes – Le bataillon de reconnaissance du désert lors d’un exercice

L’adjudant-chef Ami Mazariv témoigne de ce que les combattants de l’unité de patrouille bédouine peuvent accomplir.
« Je m’appelle Ami et je suis le sergent-chef du bataillon », dit-il, surprenant notre photographe avec son hébreu courant. « Êtes-vous un Bédouin ? ! Vous parlez comme un Tel-Avivien.

En août 2004, Ami, 36 ans, un habitant du village de Zarzir dans le nord, s’est enrôlé dans l’unité. À l’époque, il ne savait même pas lire l’hébreu, et voilà qu’en 2022, il a un baccalauréat en gestion.

Après son service obligatoire, Ami a continué à servir dans diverses unités d’élite et a récemment commencé à étudier le droit pour une maîtrise. Récemment, il a été approché avec une demande de retour à l’unité où il a commencé, et il a accepté volontiers.

Il est connu comme « le père des combattants » dans l’unité, et pour cause.

« C’est ma maison, la famille », a déclaré Ami. « Je suis attaché à cet endroit. J’ai étudié l’alphabet ici et aujourd’hui je suis diplômé universitaire. Je n’aurais jamais cru à l’âge de 18 ans que j’arriverais là où je suis. Les commandants m’ont tellement soutenu et discipliné qu’ils ont su me retenir quand c’était nécessaire. Maintenant, je suis ici pour les enfants perdus. Je veux être là pour eux, leur expliquer que c’est la bonne voie.

Ayant assumé le poste de sergent-chef, Ami a sauté dedans.

« Je pense que le rôle d’un sergent-chef est la rééducation. J’ai rencontré cela dans de nombreuses unités. Des soldats qui étaient considérés comme problématiques et qui n’ont rien réussi, et aujourd’hui ils m’appellent pour des références de travail, ce qui me fait très plaisir. Ils m’appellent parfois « le père des combattants », et c’est vrai, j’ai l’impression d’être leur père.

« Cet endroit est la coexistence parfaite. Vous êtes exposé à toutes les religions et à toute la société. Je dis toujours que mon objectif est d’être un messager, de montrer le bon côté de la société bédouine. Chaque fois que nous entendons des stéréotypes, par exemple, que les Bédouins sont des voleurs. Cette stigmatisation nous hante et ce n’est pas juste. Ici, nous prouvons que nous sommes les meilleurs combattants, le bouclier humain de l’État d’Israël.

Ami a souligné que les combattants n’avaient aucune obligation de servir, mais l’ont choisi volontairement.

« Je veux que le monde entier sache que nous avons une unité qui rend l’État d’Israël fier, des soldats avec un courage au-delà des attentes, qui se battent tout le temps pour protéger, avec l’histoire la plus riche dans le domaine de la lutte contre le terrorisme », a-t-il déclaré. . « Nous avons perdu 30 combattants au fil des ans, mais nous n’abandonnons pas et continuons à monter la garde. Les citoyens d’Israël devraient savoir qu’il y a des gens ici qui ont été rejetés par leurs familles parce qu’ils sont venus ici, il y a des gens qui risquent leur vie pour être ici.

Il y a beaucoup de pression sociale sur les jeunes bédouins et arabes pour qu’ils ne s’enrôlent pas dans l’IDF. Par exemple, il y a à peine deux mois, Fayez Abu Sahiban – le maire de Rahat, une ville à majorité arabe du sud d’Israël – a déclaré dans une interview à la radio que les jeunes Bédouins ne devraient pas s’enrôler dans l’armée israélienne.

« Nos soldats rejoignent l’armée et risquent leur vie. Mais mon opinion est qu’ils ne devraient pas rejoindre l’armée », a-t-il déclaré.
Néanmoins, le bataillon de reconnaissance du désert est très demandé, a déclaré Madar, qui, comme mentionné ci-dessus, est le commandant de l’unité.

« Alors que d’autres soldats sont impatients de terminer leur service, nos combattants veulent rester, contribuer davantage. Je suis obligé de dire aux officiers que malheureusement les soldats ne peuvent pas continuer avec nous, et je cherche d’autres endroits. Cela ne doit pas être pris pour acquis », a-t-il déclaré.

Après un petit briefing, nous montons dans les jeeps, contournons le kibboutz Kerem Shalom en chemin et nous arrêtons sur une route goudronnée à moitié en ruine.

« C’est l’une des routes qu’ils utilisaient pour atteindre le Goush Katif avant le désengagement », a expliqué Madar.
Quelques dizaines de combattants descendent de leurs véhicules et se positionnent sur le bord de la route.

« Nous effectuons une circulation piétonne jusqu’au ‘sablier’ [la barrière frontalière entre Israël et Gaza] et mettons les tireurs d’élite en position. Le but est de ne pas être découvert puisque l’essence d’une embuscade est de surprendre, de créer une zone de destruction où l’on va embusquer l’ennemi. Si nous sommes découverts, l’histoire est terminée.

La division des tireurs d’élite est dirigée par le sous-lieutenant M. Il a grandi dans le village arabe de Manshiya Zabda, dans le nord d’Israël, d’où viennent également de nombreux combattants.

Après avoir terminé son service dans l’unité de patrouille, il a été libéré de l’armée et est revenu un an plus tard en tant qu’officier, après avoir suivi le cours nécessaire.

« Mon cousin, le lieutenant Malik Grifat, était le commandant adjoint de l’unité avant d’être tué au point de passage d’Erez. Je veux continuer dans sa voie et maintenir son héritage. Ce régiment vous respecte, peu importe d’où vous venez. Il y a des gens de toutes les religions ici – musulmans, circassiens, chrétiens et juifs. Vous voyez tous les types possibles. Personnellement, j’ai grandi parmi les juifs depuis un âge relativement jeune, mais il y a des gens ici qui sont venus ici sans jamais avoir rencontré de juif auparavant.

L’unité des tireurs d’élite a participé activement à l’opération Breaking Dawn en août dernier. Madar est devenu commandant du bataillon à peine trois semaines avant le lancement de la campagne.

« Je n’ai pas dormi pendant des jours », se souvient-il. « C’était incroyablement difficile mentalement. Nos tireurs d’élite étaient en position nuit après nuit, sans bouger, jusqu’à ce que la mission soit terminée. Nous avons été récemment informés que nous serions décorés pour notre activité.

À l’heure actuelle, la frontière de Gaza est relativement calme, mais la situation peut dégénérer à tout moment. Juste au moment où nous arrivions à la frontière, les combattants ont reçu un signalement d’un drone pénétrant en territoire israélien. Deux jours plus tôt, un Palestinien armé d’un couteau tentait également d’entrer.

« La plupart du temps, le but est d’arrêter, mais chaque incident est traité individuellement. Un bon nombre des infiltrés viennent avec une arme à feu ou une grenade, donc on ne sait jamais.

Les combattants continuent d’opérer en silence et les tireurs d’élite prennent leurs positions. Et à quelques centaines de mètres de là, les habitants dorment profondément dans une autre nuit sans incident pour les Gazaouis et le bataillon de reconnaissance du désert.

Source : israelhayom.com

 

 

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.