Crise entre les Etats-Unis et l’Autorité palestinienne

Les principaux acteurs font tout pour ne pas que cela se voie mais la crise entre les Etats-Unis et l’Autorité palestinienne existe.

Au cœur de ces désaccords: l’ouverture du consulat américain à Jérusalem pour les Palestiniens, qui ne se fait pas assez vite selon Mahmoud Abbas.

Depuis l’entrée en fonction de l’administration Biden, le projet de réouverture du consulat pour les Palestiniens, à Jérusalem, est sur la table. Cette représentation diplomatique avait été fermée par Donald Trump et les Démocrates ont immédiatement annoncé qu’ils reviendraient sur cette décision.

L’idée ne séduit pas les Israéliens qui tentent de temporiser.

L’Autorité palestinienne commence à perdre patience, et d’après le quotidien ‘Israël Hayom’, la récente visite d’Antony Blinken à Ramallah visait à calmer les esprits sur ce sujet.

Les Palestiniens s’indignent du fait que le consulat ne soit toujours pas ouvert et que son ouverture soit conditionnée à certaines exigences américaines vis-à-vis des Palestiniens. Parmi elles; la demande de davantage de transparence dans les activités institutionnelles palestiniennes et surtout l’arrêt du versement des salaires aux terroristes emprisonnés en Israël ou aux familles de ceux ayant été tués lors d’attentats contre des Israéliens.

Au sommet de l’Autorité palestinienne, on y voit une soumission des Américains aux Israéliens.  »L’Amérique a adopté la politique israélienne », estime un responsable palestinien cité par ‘Israël Hayom’,  »mais nous ne nous plierons pas à des exigences telles que l’arrêt des allocations (sic) aux prisonniers pour obtenir l’ouverture du consulat. Il s’agit de deux questions différentes. Personne dans la direction palestinienne n’arrêtera les salaires aux terroristes. Vous appelez cela salaire, nous appelons cela des allocations. Dans chaque foyer, il y a un prisonnier. Cette demande est illogique et d’autant plus décevante qu’elle vient d’une exigence israélienne. Ce qui se passe montre que les Américains pensent exactement comme Israël, qu’il n’existe pas de solution politique pour les Palestiniens et c’est la raison pour laquelle ils mettent en place des solutions économiques et civiles ».

Cette crise est maintenue volontairement à petit feu et dans les couloirs de Ramallah, on ne pense pas réellement que les Etats-Unis se tiendront à leurs exigences. Pour les Palestiniens, il s’agit de maintenir une pression qui mènera au bout du compte, ils en sont convaincus, à l’ouverture du consulat d’une façon ou d’une autre.

Jforum avec  LPH INFO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.