Qui est le chef d’Etat-Major choisi par Lieberman?©

5
4474

Lieberman : J’ai choisi le prochain chef d’Etat-Major

S’exprimant lors d’une interview avec le Yedioth Ahronoth, le ministre de la Défense Lieberman a déclaré avoir trouvé un véritable partenaire chez le chef d’Etat-major, Eisenkot ; il ajoute que le Hamas n’aurait aucune chance d’être élu s’il y avait des élections ouvertes à Gaza.

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré jeudi qu’il avait pris sa décision concernant la nomination du prochain chef d’état-major de Tsahal, en remplacement du lieutenant-général Gadi Eisenkot, qui devrait terminer son mandat d’ici la fin de l’année.

“L’une des responsabilités qui m’incombent est de savoir faire confiance aux militaires. Je trouve qu’Eisenkot est un véritable partenaire”, a déclaré Lieberman dans une interview avec Yedioth Ahronoth.

 

Ministre de la Défense Avigdor Lieberman (Photo: Avihu Shapira)

Le Ministre de la Défense Avigdor Lieberman (Photo: Avihu Shapira)

 

Le ministre de la Défense a déclaré que malgré le fait que Eisenkot et lui-même aient parfois de petits désaccords, tout est discuté avec maturité et “sans insultes inutiles”.

Les quatre candidats qui ont été considérés comme remplaçant Eisenkot sont le major-général Aviv Kochavi, le major-général Yair Golan, le major-général Nitzan Alon et le major-général Eyal Zamir (Voir leur parcours militaire plus bas).

“J’ai déjà décidé qui je recommandais au prochain poste de chef d’Etat-Major et au prochain poste de d’Etat-Major adjoint”, a annoncé Lieberman.

Lorsqu’on lui a demandé si les généraux en chef susmentionnés avaient été informés de sa décision, Lieberman a déclaré qu’ils n’avaient pas encore reçu le message.

À la suite de la nouvelle nomination, Lieberman a consulté une série de hauts responsables des services de sécurité.

“Chaque candidat a ses points plus forts et plus faibles. Je cherchais quelqu’un avec qui je pourrais parler en termes de victoire et de détermination“, a expliqué Lieberman.

“Dans les discussions avec les militaires, j’entends trop d’expressions telles que “L’arène politique ” (l’ambition politique) et” le sens juridique” (la crainte de s’attirer des foudres internationales) [peut-on, d’ores et déjà déterminer, par ces allusions, qu’il aurait éliminé le Général Yaïr Golan, commel’y invitait Im Tirzu?]. La chose la plus importante pour moi est de gagner sans fournir d’explications », a déclaré Lieberman.

Le prochain chef d’état-major, quel qu’il soit, devra promouvoir les plans de Lieberman pour améliorer la technologie de Tsahal, l’établissement de son programme de missiles sol-sol étant sa priorité absolue (voir notre article du 22 février 2018  : Le nouveau corps de missiles de Tsahal.)

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh (Photo: AFP)

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh (Photo: AFP)

 

“Nous ne parlons pas d’une nouvelle stratégie de défense, mais plutôt d’une nouvelle stratégie offensive et de dissuasion”, a expliqué Lieberman.

Le renforcement des forces terrestres figure également sur la liste des tâches à accomplir du ministre de la Défense.

“Le commandant des forces terrestres devrait être classé troisième dans la hiérarchie de Tsahal. Lors des rendez-vous, tout le monde veut être soit le prochain chef du renseignement militaire, soit l’Officier Général commandant l’armée. Personne ne veut être le Commandant en chef du quartier général de l’armée. C’est incroyable”, a ajouté Lieberman.

Pendant ce temps, Lieberman est confronté à des problèmes plus urgents comme la situation à Gaza.

Lieberman, qui a déjà déclaré que lorsqu’il deviendrait ministre de la Défense, il liquiderait le dirigeant du Hamas Ismail Haniyeh dans les 48 heures, comprend aujourd’hui les limites de son pouvoir.

“Il y a deux options :

  • Tsahal peut renverser le Hamas à Gaza, ce qui signifie payer le prix qui correspond à la prise de contrôle de la bande,
  • ou chercher à conduire progressivement les habitants de Gaza à renverser le Hamas par eux-mêmes.

La deuxième option garantit beaucoup plus de stabilité“, a conclu Lieberman.

.30רסום ראשון: 08.30.18, 

Dernière mise à jour: 08.30.18, 14:44

Le processus de sélection du prochain chef d’état-major des Forces de défense israéliennes, l’un des postes les plus prestigieux de l’État, est en cours – et quatre généraux se disputent le rôle militaire le plus important.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Gadi Eisenkot devrait démissionner dans moins de six mois, après avoir servi près de quatre ans en tant que haut responsable de l’armée israélienne.

Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a entamé la procédure de sélection du remplaçant d’Eisenkot la semaine du 10 août et a interrogé les quatre candidats en lice : le chef d’état-major adjoint, le major-général Aviv Kochavi, son prédécesseur le major-général Yair Golan, ancien chef de la direction des opérations, le Maj.-Gen. Nitzan Alon et l’ancien chef du commandement sud, le major-général. Eyal Zamir.

Le processus de sélection, qui repose sur les recommandations de l’avocat général des forces armées, comprend six étapes. Lieberman consulte Eisenkot et d’anciens hauts responsables, tels que les premiers ministres, les ministres de la défense, les chefs d’état-major et d’autres.

Selon des informations parues dans les médias hébreux, Liberman a déjà réduit ses candidats préférés à deux.

IDF soldiers of the Duvdevan Unit

Soldats de Tsahal de l’unité Duvdevan de Tsahal. (photo credit: IDF SPOKESPERSON’S OFFICE)


AVIV KOCHAVI



Kochavi, un officier parachutiste charismatique, est considéré comme le favori.

Né en 1964, Kochavi s’est enrôlé dans la brigade des parachutistes en 1982 et a occupé plusieurs postes de commandement tout au long de sa carrière.

Il a servi comme commandant de la division orientale de l’unité de liaison au Liban (1998-1999) et commandant de la brigade de parachutistes (2001-2003), où il a commandé des troupes contre des terroristes palestiniens en Judée-Samarie au cours de la deuxième Intifada. Il a également commandé la division aéroportée d’élite de Tsahal avant d’être commandant de la division de Gaza de 2004 à 2006.

Il a également occupé plusieurs postes-clés au sein de l’état-major général, commandant la division des opérations, chef du renseignement militaire (2010-2014), chef du commandement du Nord, puis poste actuel de chef d’état-major adjoint.

Kochavi est titulaire d’un baccalauréat en philosophie de l’Université hébraïque, d’une maîtrise en administration publique de l’Université Harvard et d’une maîtrise de l’Université Johns Hopkins au Maryland.

YAIR GOLAN



Golan s’est enrôlé dans la Brigade des Parachutistes en 1980 et a occupé de nombreux postes de commandement tout au long de sa carrière militaire de 37 ans.

Il a servi comme commandant du 890ème Bataillon de Parachutistes, où il a dirigé des soldats dans des opérations de contre-guérilla au Sud-Liban.

En 1997, alors qu’il était commandant de la brigade de l’Est de l’unité de liaison avec le Liban, il a été blessé lors d’une fusillade avec des terroristes du Hezbollah dans la zone de sécurité du Sud-Liban, mais a continué à commander ses troupes.

Golan a également commandé la Brigade d’infanterie Nahal pendant la Seconde Intifada avant de commander la 91ème Division, puis a dirigé la Division Judée-Samarie durant l’opération Rempart (ou Bouclier défensif).

Il a été chef de la direction des opérations de Tsahal et commandant du commandement du front intérieur entre 2008 et 2011, avant d’être chef du commandement du Nord puis chef d’état-major adjoint, avant d’être remplacé par Kochavi en mai 2017.

Eloquent en hébreu et en anglais, il a obtenu un baccalauréat en sciences politiques de l’Université de Tel Aviv et une maîtrise en administration publique de l’Université Harvard. Il est également diplômé du Collège de commandement et d’état-major de Tsahal et du Collège de Guerre de l’armée des Etats-Unis.

Mais Golan, qui est connu pour exprimer ses opinions et n’a pas peur d’insister sur ses valeursx, a fait plusieurs déclarations controversées et fait face à une pétition de l’organisation de droite Im Tirtzu, qui a appelé Liberman à le retirer de la liste des candidats.

En 2016, Golan a été vivement critiqué et le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’a réprimandé, après avoir comparé les tendances actuelles de la société israélienne à celles de l’Allemagne d’avant la Seconde Guerre mondiale, lors d’une cérémonie du jour du souvenir de la Shoah.

«S’il y a quelque chose qui me fait peur dans la mémoire de la Shoah, c’est d’identifier des processus horribles qui ont eu lieu en Europe, il y a 70, 80 et 90 ans et de retrouver la trace de leur existence ici aujourd’hui, en 2016 » at-il déclaré lors de la cérémonie au Mur occidental à Jérusalem.

Néanmoins, Lieberman a déclaré que les commentaires du Golan et la pétition n’influenceraient pas son choix pour le chef de cabinet, et Tsahal a fait une déclaration publique rare en soutien de Golan, en tweetant que «sa contribution à la sécurité d’Israël est grande. Présenter le major-général Golan, comme s’il n’avait pas agi ou n’agissait pas contre les terroristes, ne correspond pas à la réalité. Toute tentative de souiller la réputation d’un commandant de Tsahal et ses contributions opérationnelles est inacceptable. »

NITZAN ALON


Le Maj-Gen. Nitzan Alon, un autre général en lice pour la première place, est actuellement en charge d’un projet spécial de Tsahal visant à coordonner toutes les questions liées à l’Iran.

La majeure partie de sa carrière s’est passée au sein de l’unité de reconnaissance de l’état-major général ; il a été nommé commandant en 1998. En 2003, il a été nommé commandant de la 551e brigade et, en 2005, commandant de la brigade régionale d’Etzion au sein du commandement central.

Deux ans plus tard, il a été nommé pour fonder et diriger la nouvelle division des opérations de la Branche de renseignement de Tsahal chargée de la «guerre entre les guerres» d’Israël, supervisant les opérations des forces spéciales dans diverses arènes.

Il a également été commandant de la division Judée-Samarie de 2009 à 2011 avant d’être nommé à la tête du commandement central en 2012.

Bien qu’il ait passé la majeure partie de sa carrière à des postes secrets, il a été proposé à deux reprises pour le poste de chef du renseignement militaire et il est peu probable qu’il obtienne de bute en blanc le poste de chef d’Etat-Major.

EYAL ZAMIR



Un autre général en lice est le major général. Eyal Zamir, qui a récemment terminé son mandat à la tête du Commandement du Sud.

Zamir, qui a passé la plus grande partie de sa carrière dans le corps blindé, est le plus jeune des candidats.

Il a commandé la 7e brigade blindée ainsi que la division Ga’ash et a occupé un certain nombre de postes clés dans le commandement des forces terrestres avant de servir d’assistant militaire à Netanyahu, un poste clé où il a occupé le poste de chef des affaires militaires et de conseiller en matière de renseignements du premier ministre. Il a ensuite été nommé à la tête du Commandement Sud, son seul poste d’état-major.

Bien qu’il soit le moins expérimenté des quatre candidats et qu’il ne sera probablement pas nommé pour la plus haute nomination, il a de bonnes chances d’être nommé chef de cabinet adjoint.

PAR ANNA AHRONHEIM
Adaptation : Marc Brzustowski : Si on retient que Eyal Zamir a encore du chemin à faire au sein de l’Etat-Major, que Yaïr Golan se serait, néanmoins discrédité, selon la préférence marquée pour quelqu’un qui ne parle ni politique ni crainte judiciaire, mais victoire, restent en lice : 
Aviv Kochavi, le favori, et Nitzan Alon : on peut considérer que ce dernier est souvent affecté à des missions secrètes et que celle consistant à coordonner la lutte contre l’Iran est déterminante, l’équivalant stratégique d’un presque chef d’Etat-Major, dans le contexte actuel. Logiquement, il devrait y avoir assez peu de surprise et Aviv Kochavi serait l’élu, connaissant une grande proximité avec Nitzan Alon comme proche conseiller et chef d’orchestre de la “guerre entre les guerres”, et peut-être un poste d’adjoint à Eyal Zamir?
On peut aussi, mais en hypothèse secondaire, penser que Tsahal est un univers à lui seul, que les combinaisons n’y sont pas aussi prévisibles, même des meilleurs observateurs extérieurs et que Lieberman, qui commence à “les” connaître (les militaires) choisisse de caser le jeu et de donner sa préférence, soit à Alon, qui maîtrise le jeu contre l’ennemi principal : l’Iran ; soit au jeune Zamir qui aurait la détermination et l’impétuosité requise. Mais ce serait mettre injustement Kochavi dans un rôle d’éternel second, ce qui pourrait faire ruer dans les brancards. 

5 COMMENTS

  1. Nous sommes d’accord un chef d’état major n’est rien s’il n’a pas un conseil de spécialistes, mais ça c’est déjà le cas. Excusé moi d’être nostalgique, pour moi il faut quelqu’un de la trempe d’Ariel Sharon. Un non conformiste, avec une stratégie franchement nouvelle, comme Sharon au Liban.

  2. L’erreur a ne pas faire c’est de focaliser sur un seul homme
    En cette période instable dans le monde entier,Israël a besoin de plusieurs hommes de commandement car les actions futures comporterons :
    Des actions sous marins tel
    que guérilla,sabotage,déstabilisation des ennemis d’Israël tant physiques, qu’industriel,ou économiques et la il faut un homme de terrain non conformiste
    Ensuite des actions militaires conventionnelle avec de nouvelles technologies pour économiser le personnel humain
    Puis des actions diplomatiques pour de la communication afin d’entraver des décisions de pays étrangers qui font pression sur le politique (rappel le conflit du canal de Suez ) afin de parachever les actions militaires
    Cela suffit d’avoir quitter le Liban et Gaza avec l’espoir d’une paix avec les palestiniens et le Hezbollah
    on ne peux tendre la main qu’a celui qui souhaite la prendre sans arrière pensées
    Il est utopiste de croire à la sincérité des pays qui entourent Israël y compris l’union Européenne quand à la Russie tant que Poutine souhaite jouer un rôle en Syrie il caressera dans le sens du poil BIBI et il n’aura pas d’état d’âme demain de la poignarder dans le dos s’il ne rentre plus dans son jeux de l’oie il en est de même du président des USA
    Israël ne doit compter que sur lui même comme toujours
    A suivre donc

  3. Et toujours pas un chef d’Etat major à kippa malgré le nombre important d’officiers religieux. Là est la discrimination dans Tsahal qui refuse de promouvoir Winter par exemple.

  4. Mettre un jeune est tjr une bonne chose. Ils sont plus impetueux, imaginatif et surtout jeune donc plus rapide ds l’exécution des prises de décisions.

  5. Si Yaïr Golan est élu chef d’état major, ça sera une catastrophe pour les soldats, comment peut-on élire comme chef d’état major un homme qui a traité les soldats de Tsahal comme ayant un comportement nazi, c’est du délire, face a un ennemi d’une cruauté sans fin, les soldats ne doivent hésiter pour les abattre, au lieu de cela, on les condamnes a la prison pour plaire a je ne sais qui.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.