La Russie menace un journal suisse après une critique de Poutine

La Russie menace un journal suisse après une critique de Poutine | Radio Lac

La critique de l’ambassade russe se fonde sur un article de la NZZ paru le 9 juillet dernier et son illustration. E-Paper Neue Zürcher Zeitung sda-ats

La Russie a menacé la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) de poursuites judiciaires après la publication d’articles critiques et d’une caricature du chef du Kremlin Vladimir Poutine. L’ambassade russe a publié une lettre en ce sens adressée au rédacteur en chef de la NZZ.

« Nous sommes extrêmement indignés par la publication de la caricature insultante du président de la Fédération de Russie », indique la lettre. Celle-ci a été publiée samedi par le service de presse de l’ambassade de Russie en Suisse sur son site Internet.
« Nous pensons que la liberté d’expression n’est en aucun cas compatible avec la liberté de diffusion d’insultes et de fake news », écrit l’ambassade russe. Celle-ci se réserve le droit de porter plainte pour diffamation et calomnie contre l’article ainsi que contre d’éventuelles futures publications « calomnieuses et offensantes » à l’égard des dirigeants russes.
L’article incriminé de la NZZ est paru le 9 juillet sous le titre « Superhéros et vilains déploient leur puissance sur Internet ». Le journal y écrivait que la guerre en Ukraine était aussi une bataille des narratifs. Pour illustrer son propos, il faisait référence aux mèmes sur Internet qui montreraient « des outsiders (‘underdogs’) en pleine ascension et des méchants déchus », en allusion à MM. Zelensky et Poutine.

Silence de la NZZ

Le texte était notamment illustré par une photo retouchée de Vladimir Poutine affublé d’un nez de clown rouge et de couleurs arc-en-ciel sur le visage. La photo avait été diffusée auparavant sur Twitter sous le hashtag « #PutinWarCriminal » (« #PoutineCriminelDeGuerre »).
L’ambassade russe avait déjà critiqué par le passé la NZZ pour ses articles sur la Russie et la guerre en Ukraine. Le journal n’a pas réagi dans l’immédiat.
Depuis l’invasion de l’Ukraine, la Russie mène une répression sans précédent contre les médias et l’opposition sur son territoire. Elle a déclaré plusieurs organisations « indésirables » et les a qualifiées de « menace ». Lorsque des organisations, fondations ou entreprises étrangères sont considérées comme « indésirables », les Russes ayant des liens avec elles risquent de lourdes amendes ou des peines de prison.

(Keystone-ATS) www.swissinfo.ch

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Voilà qui est très bien, ainsi de très nombreuses personnes vont pouvoir s’informer des dizaines de milliers de morts, dont des enfants, des handicapés à vie, des traumatisés, des destructions inimaginables de toutes sortes, de la brutalité, des menaces diverses partout et pour tout, qui pèsent à tout jamais sur la conscience du Président Poutine et par là sur la Russie, et pauvre être le voici qui geint à nouveau, sans capacité de nouvelle loi. Une grande faute de propagande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.