Pourquoi Israël ne doit pas fournir le Dôme de fer à l’Ukraine

Alors qu’Israël devrait éviter d’envoyer des systèmes d’armes, il pourrait certainement fournir à Kiev de bons renseignements sur les actions, les drones et les missiles balistiques de l’Iran.

 L’Iran et la Russie se rapprochent dans le contexte d’une guerre en cours en Ukraine, qui s’éternise et s’étend. Pour Israël, ces liens toujours plus étroits sont une source de maux de tête constants.

L’Ukraine n’a pas relâché ses efforts pour qu’Israël lui fournisse le système de défense antimissile Iron Dome et d’autres types de technologie de défense aérienne, ainsi qu’une multitude de systèmes d’armes de pointe. Des demandes officielles ont été relayées par le Premier ministre ukrainien, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de la Défense, ainsi que par son ambassadeur en Israël. Les responsables israéliens ont repoussé ces efforts, incitant l’Ukraine à s’en prendre à Israël. Leur forte réprimande a reçu le soutien de divers éléments à la fois à l’intérieur et à l’extérieur d’Israël qui n’ont pas vu la situation dans son ensemble.

L’Iran a fourni à la Russie des systèmes d’armes – principalement des drones kamikazes – et il est question qu’il pourrait également envoyer des missiles balistiques sophistiqués. Mais ce n’est qu’une partie du problème : l’Iran a également guidé la Russie sur la manière de contourner les sanctions occidentales et de jouer avec le système bancaire international.

Les États-Unis ont le devoir d’aider l’Ukraine et de vaincre l’invasion brutale du président russe Vladimir Poutine ; Israël doit faire tout son possible pour donner un coup de main. Mais Jérusalem ne doit pas envoyer d’Iron Dome ou d’autres systèmes d’armes à l’Ukraine, et on ne devrait pas s’attendre à ce qu’ils le fassent.

Le bilan de combat de l’Iron Dome est stellaire, ce qui permet de comprendre facilement pourquoi Kyiv a les yeux rivés sur lui. L’Iron Dome est capable de faire le travail en Ukraine (je n’entrerai pas dans les aspects techniques ou opérationnels, dont certains sont classifiés). Ceux qui ont tenté d’expliquer le refus d’Israël en prétendant que le système ukrainien ne serait pas à la hauteur de la tâche en Ukraine se trompent et se trompent. Cela dit, il y a quatre raisons pour lesquelles Israël ne peut pas se permettre d’envoyer le dôme de fer et d’autres systèmes en Ukraine

La raison principale et la plus importante est évidente : il est presque certain que tout système fourni à l’Ukraine finira par tomber entre les mains des Russes et, par la suite, des Iraniens, même si les forces ukrainiennes limitent leur déploiement à la région de Kyiv (comme ils ont affirmé qu’ils le feraient dans certains cas). Cela se traduirait par un potentiel destructeur potentiellement plus grand pour le Hezbollah, le Hamas et le Jihad Islamique Palestinien lorsqu’ils cibleraient Israël dans de futures guerres. On ne peut pas s’attendre à ce qu’Israël compromette ses capacités essentielles (et secrètes) d’autodéfense.

La deuxième raison pour laquelle nous ne devrions pas fournir de tels systèmes est qu’Israël n’a toujours pas assez d’intercepteurs pour ses propres besoins opérationnels (en particulier lorsqu’il s’agit de contrer la menace à la frontière nord). Il va falloir beaucoup de temps pour vraiment renforcer notre capacité de production, peut-être des années. Il est également important de garder à l’esprit que pour que les systèmes fassent leur travail efficacement, l’Ukraine aurait besoin de beaucoup plus d’intercepteurs qu’Israël ne peut en fournir, en raison de son étendue géographique massive.

Troisièmement, même si Israël acceptait d’envoyer des systèmes d’armes, il faudrait encore du temps – vraisemblablement des mois, voire des années – avant qu’ils puissent être progressivement mis en service en Ukraine, car les troupes ukrainiennes auraient besoin d’une formation appropriée.

Ces trois raisons sont aussi valables pour les États-Unis que pour Israël. Les systèmes fabriqués aux États-Unis que Washington a envoyés, bien qu’ils ne soient pas de premier ou même de deuxième niveau, tomberont probablement (certains l’ont déjà fait) entre les mains de l’Iran, qui est susceptible de tirer également des Russes les leçons opérationnelles tirées de leur utilisation au combat, y compris leurs limites et leur modus operandi. En tant que tel, on peut comprendre pourquoi les États-Unis ont été catégoriques dans leur refus de fournir à Kyiv des systèmes de défense aérienne avancés tels que le THAAD ou le Patriot. Il convient également de noter que les États-Unis ne disposent même pas de suffisamment de systèmes de défense aérienne pour couvrir leurs propres forces déployées.

Il y a une quatrième raison pour laquelle Israël ne devrait pas tenir compte de la demande de l’Ukraine : l’impact sur les relations israélo-russes et la diminution de la présence de la Russie en Syrie, ainsi que la menace que l’Iran la remplace. Bien qu’elle soit moins importante, cette raison ne doit pas être négligée. La guerre a peut-être conduit la Russie à retirer des troupes de Syrie et à les déployer en Ukraine, mais cette évolution apparemment positive est devenue une source d’inquiétude car l’Iran cherche à combler ce vide, avec le soutien de la Russie et de la Syrie. Le fait qu’Israël envoie des systèmes en Ukraine pourrait créer une menace potentielle, de la part de la Russie, de la Syrie ou de l’Iran, à la liberté de manœuvre d’Israël. Certains ont même émis l’hypothèse que le président russe Vladimir Poutine riposterait en modifiant sa politique envers les Juifs de Russie, mais cela ne semble pas être une réelle préoccupation.

Cependant, alors qu’Israël devrait éviter d’envoyer Iron Dome et d’autres systèmes d’armes en Ukraine, il pourrait certainement fournir à Kiev de bons renseignements sur les actions de l’Iran, ses drones et ses missiles balistiques (s’ils devaient être fournis à la Russie). Comme l’a dit le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, Israël peut également envoyer des capteurs et un système d’alerte précoce intégré qui aiderait considérablement l’Ukraine à faire face aux drones, aux roquettes et aux missiles. Israël doit également poursuivre et même accroître son aide humanitaire à l’Ukraine et à ses citoyens.

Ceux qui ont critiqué Israël pour ne pas avoir envoyé le Dôme de fer ou d’autres systèmes sophistiqués en Ukraine devraient se regarder dans le miroir et se demander pourquoi ils n’ont pas tenu les États-Unis au même niveau. Ils peuvent exiger que les États-Unis envoient à l’Ukraine des systèmes avancés de défense aérienne tels que les drones Patriot ou Predator. Je suis d’avis que les États-Unis, comme Israël, ont fait ce qu’il fallait en refusant de tels systèmes, pour les raisons susmentionnées.

Washington a plutôt choisi d’envoyer des systèmes moins sophistiqués, qui pourraient également tomber entre les mains de l’Iran. Ces systèmes sont plus disponibles et la période nécessaire pour les mettre en service est plus courte.

Une note finale concernant l’hypocrisie mondiale sur le programme nucléaire de l’Iran.

Alors même que la Russie et l’Iran se rapprochent de plus en plus, le régime iranien a continué à soutenir les activités terroristes dans le monde entier. Il n’a pas répondu aux questions posées par l’Agence internationale de l’énergie atomique et a violé effrontément l’accord sur le nucléaire et divers autres pactes qu’il a signés. Il est tout simplement inadmissible que les États-Unis et l’Union européenne aient persisté dans l’effort absurde de trouver un moyen « créatif » de relancer le JCPOA. Il est temps de comprendre la nature du régime meurtrier de Téhéran et de l’affronter de front.

Tsahal Brig. Le général (rés.) Jacob Nagel, ancien conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre israélien, est chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties et professeur invité à la Faculté d’aéronautique et d’espace du Technion.

Source : jns.org – par Jacob Nagel

3 Commentaires

  1. Merci mon général pour cette analyse qui répond à une question que j’ai posée sur ce site depuis des mois. Les Juifs doivent voir leurs intérêts en premier. En 39/45, aucun pays n’a daigné nous aider quand les nôtres étaient massacrés par les nazis en Europe, ou persécutés au Maghreb. Israël a souvent dû faire face, dès sa recréation, à des ennemis très supérieurs en nombre et en armement, et s’en est toujours sorti. Pendant 30 ans, après leur indépendance de 1991, les ukrainiens ont rêvé que les russes les laisseraient tranquilles et ne se sont pas préparés à l’ éventualité d’une attaque. Ils préféraient se vautrer dans la corruption. Depuis février dernier, la Réalité les gifle, et ils pleurent de l’ aide au Monde Entier. Chacun pour soit et Dieu pour tous, et ils comprendront mieux ce nous les Juifs avons souffert durant des millénaires. Ils jalousent le Peuple Juif qui par principe ne compte que sur lui-même et a réussi à survivre contre vents et marées.

  2. Une cinquième raison : Israël doit se tenir à l’écart et éviter les pièges tendus par les ukrainiens qui font tout leur possible pour l’entraîner d’une manière ou d’une autre dans ce conflit comme ils le font d’ailleurs avec les pays qui les soutiennent. Ne pas oublier que l’Ukraine et la Russie ont mûries toutes deux à la même école de la propagande et de la désinformation et se comportent de la même manière bien qu’ennemies actuellement.

    • Très vrai ce que vous affirmez. Ils cherchent à entrainer les Juifs, mais aussi d’autres pays, dans un conflit qui n’est pas le nôtre, et ils manœuvrent très subtilement par la provocation et la désinformation. Ils sont relayés par tous les journalistes antisémites du Monde qui cherchent à rendre les Juifs coupables de non-assistance à personnes en danger. Il faut toujours que les Juifs soient coupables de quelque chose, d’une manière ou d’une autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.