Pour les Juifs le désespoir est un péché

 

Le chapitre quarante-neuf, l’avant-dernier chapitre du livre de la Genèse dépeint l’appel aux enfants de Jacob au chevet de leur père pour écouter ses paroles d’adieu.

Utilisant un discours plein de métaphores parfois obscures-parfois faussement considérées comme des bénédictions – le patriarche transmet sa compréhension de la vie.

Un exemple de cette observation est le verset 18

«J’espère en ton secours, ô Éternel!»

Jacob Neusner, l’une des grandes figures contemporaines de la science du judaïsme, célébré comme un des auteurs les plus publiés dans l’histoire, a fait le commentaire incisif que voici, message qui accorde au judaïsme sa définition finale et distinctive. La tâche d’Israël est d’avoir espoir. Pour un Juif, le désespoir est un péché.

« La tâche assignée dans l’humanité aux Juifs « , a déclaré le rabbin Neusner, « était, malgré tout, de supporter et de demeurer dans la foi et la confiance parfaite : à espérer. Voilà ce que cela signifie être Israël ».

La profondeur du mal humain n’échappe pas au patriarche. Il reconnaît la fragilité de la bonté de ses enfants et de leur grande inclination au mal. Pourtant, il n’est pas pessimiste, ou «lève  les mains. »

« D’où parvient l’étonnante capacité des Juifs à se tenir au-dessus de toutes leurs détresses, ne jamais abandonner, ne jamais perdre espoir? Questionne le rabbin Eliahou Eliezer Dessler, le « mashgiach rujani » (« conseiller spirituel ») de la yeshiva Ponevezh en Israël.

Sa réponse: « Ceci est l’héritage de nos saints ancêtres qui ont accepté de vivre tout ce qui leur a été envoyé par le Tout-Puissant. »

Les rabbins Emil Hirsch Joseph Jacobs expliquent: « Malgré son réalisme, le judaïsme n’a jamais conseillé la résignation passive, le retrait ou l’abandon du monde et rejette la théorie que la racine de la vie est le mal, ou que l’homme et la vie et le monde sont corrompus, comme conséquence du péché originel. Son optimisme est évident dans sa foi en la croissance lente, mais certaine de l’humanité, dans le triomphe ultime de la justice sur l’injustice, et dans la venue d’un certain âge messianique « 

Chaque être humain, après les épreuves et les tribulations d’une longue vie, qui peut léguer ce message à ses enfants est en possession de l’esprit juif.

Avec cette paracha (section) du cycle annuel d’étude de la Torah, Bereshit (Genèse), le premier livre est terminé, pour commencer à étudier la semaine prochaine le livre Chemot (Exode)

 

Par Moshé Pitchon.

unnamed (1)

unnamed

Moshe Pitchon en Suisse la sémaine dernière explique Hanoukah a des petits enfants dans un école intérnationale 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.