Secretary of State Mike Pompeo tours the Rustem Pasha Mosque in Istanbul, Tuesday, Nov. 17, 2020. Pompeo's stop in Turkey is focused on promoting religious freedom and fighting religious persecution, which is a key priority for the U.S. administration, officials said. (AP Photo/Patrick Semansky, Pool)

Visite inhabituelle de Pompeo et l’état désastreux des relations Turquie-États-Unis

8193
URL courte
Mike Pompeo s’entretient avec le patriarche œcuménique Bartholomée Ier à l’église patriarcale de Saint-Georges à Istanbul, en Turquie, le 17 novembre 2020 (Reuters)

 

 

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo était en Turquie cette semaine dans le cadre de sa tournée dans sept pays d’Europe et du Moyen-Orient. La nature de la visite et ses remarques préalables ont suscité un intense débat. Tout au long de sa tournée régionale, Pompeo a rencontré de hauts responsables, mais la Turquie, alliée de l’OTAN, a été la seule exception. Aucune rencontre n’a eu lieu entre Pompeo et un quelconque responsable turc lors de sa visite dans le pays.

Ce n’était pas la première fois que Pompeo sautait par-dessus l’Etat Turc lors d’une visite dans la région. En septembre, Pompeo s’est rendu à Chypre à la suite de la levée de l’embargo américain  sur les armes imposé sur l’administration chypriote grecque. Il s’est ensuite rendu en Grèce deux semaines plus tard. Lors des deux voyages, la Turquie n’a pas été incluse dans son itinéraire. De hauts diplomates américains se sont traditionnellement rendus en Turquie et en Grèce lors de la même tournée, mais Pompeo a abandonné cette politique équilibrée lors de son récent voyage. L’escale de cette semaine en Turquie sans réunions officielles était donc sans précédent dans l’histoire diplomatique turco-américaine.

À Istanbul, Pompeo a rencontré le patriarche œcuménique Bartholomée Ier, le chef d’environ 300 millions de chrétiens orthodoxes, qui, a-t-il déclaré dans un tweet, était «un partenaire clé» dans les efforts de «défense de la liberté religieuse dans le monde». Il a également rencontré le nonce apostolique en Turquie, l’archevêque Paul Russell. Il est intéressant de noter que la liberté religieuse était la seule question à son ordre du jour,malgré les différends mijotés entre Ankara et Washington sur plusieurs questions, allant de la Syrie à la Méditerranée orientale.

La partie américaine a déclaré que l’itinéraire de voyage serré de Pompeo l’empêchait de rencontrer des responsables de l’Etat turc à Ankara, mais qu’il «était ouvert à rencontrer des responsables turcs» à Istanbul. Du côté turc, selon les douanes diplomatiques, Pompeo aurait dû effectuer une visite officielle à Ankara pour que des discussions bilatérales aient lieu. Il est assez inhabituel dans la culture diplomatique turque qu’un haut fonctionnaire reçoive un invité étranger d’une autre manière. Dans son livre «Suits and Uniforms», l’auteur Philip Robins a décrit les traditions bureaucratiques et diplomatiques de la Turquie. Il a écrit: «La bureaucratie a toujours été l’objet de respect et de déférence en Turquie. Depuis la bureaucratie ottomane, le ministère des Affaires étrangères a toujours fait partie d’une élite au sein de l’élite. L’éthique du ministère des Affaires étrangères en tant que centre d’excellence bureaucratique persiste dans la Turquie contemporaine.

Le ministère des Affaires étrangères – le centre de l’élaboration de la politique étrangère de la Turquie – suit une approche protocolaire dans les affaires internationales. Cependant, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’exceptions au contournement du protocole pour certains invités étrangers. À de telles occasions dans le passé, les responsables turcs ont été critiqués par les médias et l’opposition pour ne pas avoir reçu certains chefs d’État étrangers selon les coutumes diplomatiques. Normalement, tous les dignitaires étrangers sont reçus dans le palais présidentiel et tous les accords y sont signés. Cependant, il y a eu des occasions où le président turc a rencontré un invité étranger dans un hôtel. À ces moments-là, les responsables turcs ont expliqué que la violation du protocole était due au désir de la Turquie d’améliorer le dialogue avec le chef en visite.

Dans ce cas, concernant la réponse glaciale des responsables turcs à Pompeo après qu’il aurait refusé de se rendre dans la capitale, on peut clairement comprendre qu’il n’y avait aucune volonté de la partie turque de dialoguer avec lui.

En fait, il ne serait pas faux de considérer le fait que Pompeo n’a pas rencontré de responsable turc lors de son voyage comme une perte sèche dans le niveau des relations Turquie-États-Unis. Étant donné les profondes divergences d’opinions entre les deux pays sur presque toutes les questions, il serait irréaliste d’attendre un résultat positif de toute réunion éventuelle. Et il semble que la partie turque ne voulait pas perdre une minute avec un officiel américain sortant, connu pour sa rhétorique anti-Turquie.

Les relations entre Ankara et Washington ont atteint le plus bas niveau et la prochaine administration américaine va hériter de cette succession.

Sinem Cengiz

De l’autre côté, Pompeo n’a pas non plus hésité à préciser sa position sur le rôle de la Turquie dans la région. Ses réflexions sur la Turquie sont apparues avant sa visite. A Paris, qui est également en désaccord avec Ankara ces derniers mois, Pompeo a appelé l’Europe à travailler conjointement avec les États-Unis contre les actions de la Turquie dans la région. «Le président français Emmanuel Macron et moi sommes d’accord pour dire que les récentes actions de la Turquie ont été très agressives», a-t-il déclaré au quotidien français Le Figaro. Cette déclaration a fait se dresser des sourcils à Ankara, qui est consciente de l’aversion présumée de Pompeo pour la Turquie et ses dirigeants.

Par conséquent, si nous mettons de côté l’explication de «l’itinéraire de voyage serré» de la partie américaine et les attentes des «coutumes diplomatiques» de la partie turque, les experts ont interprété la visite de Pompeo à Istanbul comme un acte visant à réaliser des gains politiques internes, en pleines rumeurs selon lesquelles il envisage une élection au Sénat au Kansas. Il ne serait pas faux de comparer la dernière visite de Pompeo en Turquie en tant que secrétaire d’État à l’état final des relations turco-américaines globales pendant le mandat de Donald Trump à la Maison Blanche. Ce que nous comprenons de la visite inhabituelle de Pompeo, de ses réunions et du camouflet d’Ankara, c’est que les relations entre les deux alliés de l’OTAN ont touché le fond et que la prochaine administration américaine va hériter de ce fardeau.

  • Sinem Cengiz est un analyste politique turc spécialisé dans les relations de la Turquie avec le Moyen-Orient. Twitter: @SinemCngz
Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les rédacteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.