Ce géopoliticien est un chercheur infatigable. Il cherche et trouve ce que d’autres ne cherchent pas et ne trouvent pas.

Pascal Boniface ne va pas bien. Et s’il va mal, c’est parce que son compagnon sur la route de La Mecque, Tariq Ramadan, va très, très mal. Pour échapper à “la chasse aux sorcières” – ce sont ses propres termes – qui le vise lui et Edwy Plenel, il a été amené à “s’exiler” dans l’ile de Batz en Bretagne.

Là-bas, dans sa retraite monacale, Boniface a adopté la règle du silence en vigueur dans certains ordres religieux. C’est pourquoi on ne l’a pas entendu à propos de l’anniversaire de la tuerie du Bataclan.

Il se tait. Et c’est une grande perte. Car ses amis de Médiapart ne sont pas à la hauteur.

Lui au moins avait fait des recherches très sérieuses sur l’affaire du Bataclan. Et il avait conclu qu’il n’y avait pas de quoi en faire un plat. Dans un texte publié par La Croix, journal chrétien et extrêmement charitable, il a délivré à propos du Bataclan des statistiques qu’on nous cache dans le but de stigmatiser l’Islam.

 Il y a d’autres facteurs de mortalité qui ne suscitent pas la même mobilisation. Il y a 130 personnes par jour qui meurent à cause de l’alcool. L’an dernier, 1412 personnes sont mortes de froid dans la rue. Et 3500 autres ont été victimes de la route. Chaque année, 150 personnes meurent de violences conjugales. 2 enfants meurent chaque jour sous les coups de leurs parents.
Ces morts ne suscitent pas la même mobilisation.Des précisions chiffrées que Pascal Boniface complètera surement dès son retour de l’île de Batz. Il nous dira combien de bébés meurent chaque année de la mort subite du nourrisson.
Combien de victimes dues aux AVC. Combien d’hommes et de femmes sont décédées suite à un cancer. Combien de morts consécutives aux accidents domestiques. Et ainsi triomphera sa thèse novatrice et lumineuse : le djihadisme islamique est juste un facteur de mortalité parmi d’autres !

Pascal Boniface dans son exil est sujet à de graves angoisses. Manuel Valls, qui a encore un peu de poids, a annoncé dans Marianne qu’il avait demandé au Quai d’Orsay et au Ministère des Armées de rompre le partenariat qui les lie à l’IRIS, l’institut qu’anime Boniface.

“Un déni de démocratie” a-t-il protesté. “Veut-on mettre trente personnes (ses employés) sur la paille ?” a-t-il gémi. Nous espérons que cette plainte déchirante parviendra aux oreilles de l’émir du Qatar qui empêchera ce désastre humain.

12 Commentaires

  1. Le journal “La Croix” n’est pas un journal chrétien, mais catholique. Il ne représente, éventuellement, que les avis de cette religion, et non de tous les chrétiens.

    • Et encore, pas de tous les catholiques, loin s’en faut. La Croix est un journal de propagande catho-“progressiste” qui tend l’autre joue avant même d’avoir été frappé….

  2. On lui donnerait le bon dieu sans confession…
    Quand un type se permet d’écrire un livre pour montrer du doigt, et désigner à la vindicte publique, tel et tel intellectuels “faussaires”, cela ne donne pas une très bonne image de la personne. Il diffame ses concurrents avec bassesse en leur reprochant d’être trop souvent invité sur les plateaux de télévision comme si lui ne l’était jamais. Plus rien ne me surprend de lui et je ne comprends pas que Calvie l’invite à ses émissions.
    Il paraît que son Institut est financé par l’Algérie, c’est en tout cas ce qu’avait dit Caroline Fourest. Cela ne me surprend pas. Il forme des étudiants algériens dans, probablement, le domaine de l’histoire et notamment celle de l’Algérie. Une fois leur formation terminé, il les garde en France comme expert. Nous avons tellement d’experts étrangers que progressivement nous sommes transformés par eux. Nous n’avons plus le même regard sur nous et sur notre histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.