Jewish worshippers pray in front of the Western Wall, Judaism's holiest prayer site, in Jerusalem's Old City, during the Cohen Benediction priestly blessing at the Jewish holiday of Sukkot. September 22, 2021. Photo by Olivier Fitoussil/Flash90 *** Local Caption *** áøëú äëäðéí ëåäðéí ÷åøåðä ñåëåú çâ äëåúì äîòøáé éøåùìéí

Souccot: Ouchpiz du 4ème jour, Moïse (vidéo)

Chaque jour de Souccot, nous jouissons d’un mérite exceptionnel : nous recevons des hôtes prestigieux qui ne sont autres que les pères de la nation… et ce soir, il s’agit de Moché Rabbénou !

Nous avons la coutume de dire des paroles de Torah concernant l’invité du jour. Ainsi, l’équipe Torah-Box a jugé bon de vous en parler, ainsi que vous aussi, vous en parliez à table sous la Soucca…

Cent trente ans après que les Bné Israël furent descendus en Egypte, Pharaon fit un rêve. Un seul ministre, du nom de Bi’lam, osa l’interpréter : « Un grand malheur va s’abattre sur l’Egypte à la fin des temps, car un enfant va naître parmi le Peuple d’Israël qui va détruire tout le pays. Si la chose plaît au roi, qu’il fasse paraître le décret que tout garçon naissant parmi les Juifs soit tué, afin d’éradiquer le mal du pays ». Le roi en fit ainsi et un décret sortit dans tout le pays d’Egypte : « Chaque garçon qui naîtra, jetez-le dans le Nil ».

Cependant, malgré tous les efforts des Égyptiens pour les noyer, Hachem protégea ces nouveau-nés et la majorité fut sauvée. Comment ? Il ordonna aux vagues de rejeter les nourrissons vers le désert. Là-bas se trouvait un ange qui les nettoyait et les soignait comme une accouchée s’occuperait de son enfant. Il leur donnait deux boules, une remplie d’huile et l’autre de miel.

Comme il est dit (Dévarim 32, 13) : « Il lui a fait sucer le miel de la roche, et l’huile de la dureté de rocher ».

La dissimulation de Moché

Yokhéved, alors qu’elle était âgée de 130 ans, attendit un enfant. Elle mit au monde Moché au sixième mois de sa grossesse, le 7 du mois d’Adar. Dès qu’il naquit, toute la maison se remplit de lumière. Cependant, l’inquiétude gagna ses parents : que faire pour que les Egyptiens ne s’emparent pas du nouveau-né et ne le jettent pas dans le Nil ? Du fait qu’il était né prématurément, ils purent le cacher à la maison trois mois. En effet, les Egyptiens ne s’attendaient à une naissance que neuf mois après le retour de Yokhéved dans son foyer.

Le 6 du mois de Sivan, trois mois après la naissance de Moché, ses parents comprirent qu’il devenait dangereux de continuer à le garder à la maison. N’ayant pas d’autre choix, ils essayèrent de le sauver et optèrent pour une solution dont les chances de réussite semblaient, a priori, infimes. Ils conçurent un petit berceau creux et placèrent le bébé à l’intérieur. Ils le déposèrent sur le Nil. Laissant le bébé livré à lui-même, sachant qu’il risquait de se noyer à tout instant et craignant qu’il ne soit découvert, c’est avec un cœur lourd et plein d’appréhension qu’ils mirent leur plan à exécution.

Batia « adopte » Moché

Ce matin-là, Batia, la fille de Pharaon, sortit se baigner dans le Nil. Pour quelle raison avait-elle besoin de s’immerger dans le fleuve ? Certains disent qu’elle désirait par là se purifier de l’idolâtrie pratiquée dans la maison de père afin de pouvoir se convertir. D’autres, qu’elle était atteinte de Tsara’at (sorte de lèpre) et qu’elle voulait soulager ses douleurs dans les eaux salvatrices et réparatrices du Nil. Elle aperçut alors le berceau de Moché. Elle étendit le bras pour s’en saisir. Batia étendit son bras qui s’allongea sur une longueur de 12 amot (six mètres

Myriam, la sœur de Moché, s’était tenue tout le temps sur le côté afin de surveiller ce qui se passait. Elle continua à suivre le déroulement des évènements et vit que Batia cherchait pour Moché une nourrice qui pourrait l’allaiter, mais que celui-ci n’était disposé à boire d’aucune femme. Alors, Myriam se présenta à Batia et lui proposa de lui donner une nourrice juive. Elle accepta et Myriam amena Yokhéved afin qu’elle allaite son fils. Batia, évidemment, ignorait le lien qui existait entre la nourrice et le bébé. Yokhéved put ainsi nourrir Moché pendant deux ans jusqu’à son sevrage.

Moché dans le palais de Pharaon

Ainsi grandit Moché dans le palais du roi, vêtu d’habits princiers, disposant de tous les agréments royaux. Malgré cela, il sortait voir la souffrance de ses frères qui travaillaient dans la boue et pleurait. Il disait : « Je souffre de les voir ainsi, je suis prêt à donner ma vie pour eux ». Il soutenait et aidait les Bné IsraëlHachem lui dit : « Tu as abandonné le pouvoir et la grandeur et tu es parti voir la peine de ton peuple. Tu t’es comporté avec eux comme un frère. Je jure que Moi aussi, J’abandonnerai les anges et les habitants de la terre et Je viendrai te parler ».

Moché, voyant que les Bné Israël travaillaient sans relâche, se rendit auprès de Pharaon et lui dit : « Si quelqu’un a un serviteur et que ce dernier ne se repose même pas un jour par semaine, il peut mourir. De même, tes esclaves, si tu ne leur accordes pas un jour de répit, vont mourir ». Pharaon accepta et Moché institua que le Chabbath serait ce jour.

Alors qu’il était âgé de douze ans, Moché sortit pour se rendre auprès de ses frères et vit un Egyptien frapper un Hébreu, avec l’intention de le tuer. Après avoir vérifié par Inspiration Divine qu’il ne sortirait de cet égyptien aucune descendance qui se convertirait, il le tua à l’aide du Nom Ineffable de D.ieu et l’enterra dans le sable. Puis, il s’en retourna au palais pendant que l’homme hébreu rentrait chez lui. Le lendemain, Moché fut témoin d’une dispute entre deux Hébreux [Datan et Aviram]. L’un d’eux levait la main voulant frapper le second. Moché lui dit sur un ton de reproche : « Pourquoi vas-tu frapper ton ami ? » Ils s’irritèrent contre lui et allèrent dénoncer auprès de Pharaon ses actes de la veille.

Moché à Midian

Moché s’enfuit au pays de Midian. Là-bas, près du puits, il vit les bergers de l’endroit conspirer contre les filles d’YitroMoché les sortit de cette situation et les aida même à puiser de l’eau. Alors, Yitro invita Moché à séjourner chez lui et lui donna sa fille Tsipora pour femme. Il eut un fils auquel fut donné le nom de Guerchom, car il est dit : « Etranger (« guer ») j’étais sur une terre étrangère ».

Hachem se dévoile à Moché

Le même jour, Hachem se dévoila à Moché. Il avançait dans le désert, quand il vit un buisson d’épines qui poussait dans l’eau. Celui-ci était en flammes, mais miraculeusement, il ne se consumait pas ! Et l’eau qui se trouvait en dessous n’éteignait pas le feu !

C’est de l’intérieur même du buisson qu’Hachem s’adressa à Moché. Il lui dit que la plainte des Bné Israël, en proie aux souffrances et à la douleur, ne L’avait pas laissé indifférent. Le moment était enfin venu de les libérer. Il l’avait choisi, lui, Moché, pour être celui qui irait les sauver. Durant sept jours, Moché, dans son immense humilité, refusa ce rôle, pensant qu’il revenait à Aharon, son frère aîné. A ce moment, c’était lui qui dirigeait les Bné Israël en Egypte. Hachem ordonna à Moché de retourner en Egypte, le Bâton Divin dans la main, afin d’accomplir, à l’aide de celui-ci, signes et prodiges aux yeux des Bné Israël et de Pharaon.

Moché retourne en Egypte

Quand les Bné Israël virent Moché, ils crurent immédiatement dans le fait qu’il était envoyé par Hachem. Afin de renforcer davantage leur confiance, Moché leur montra trois signes, comme Hachem lui avait ordonné. Premièrement, il jeta le bâton à terre qui prit immédiatement l’apparence d’un serpent. Deuxièmement, il mit sa main sur sa poitrine et la ressortit couverte de lèpre. Il la réintroduisit et elle réapparut guérie. Ainsi, Hachem montra au peuple que Lui seul détient les clés de la vie et de la mort. Par Sa parole, le bâton inerte se transforma en créature vivante et également par Sa parole, Il enleva la vie à la main de Moché en le recouvrant de plaies. En troisième lieu, Moché déversa de l’eau sur le sol qui se changea en sang.

Après avoir fait l’annonce au peuple de sa libération prochaine, Moché et Aharon rassemblèrent les soixante-dix Anciens, et ensemble, ils se dirigèrent vers le palais de Pharaon.

Ils se présentèrent à Pharaon, enveloppés de leurs vêtements, leurs bâtons dans leurs mains. Ils ne le saluèrent ni ne l’honorèrent. Il en fut humilié. Lorsqu’il vit Moché et Aharon, il fut saisi de panique, car leur apparence était celle des anges de service et leur stature, celle des cèdres du Liban.

Ouchpiz du 3ème jour de Souccot – YAAKOV AVINOU

Chaque jour de Souccot, nous jouissons d’un mérite exceptionnel : nous recevons des hôtes prestigieux qui ne sont autres que les pères de la nation… et le 3ème jour, il s’agit de Yaakov Avinou ! Nous avons la coutume de dire des paroles de Torah concernant l’invité du jour.

Lire aussi notre article sur le site  Jforum

La Fête de SOUCCOT La Joie authentique Une émission du Grand Rabbin Jacques OUAKNIN

 

 

Des fidèles prient devant le Kotel dans la vieille ville de Jérusalem, pendant la bénédiction sacerdotale pour la fête de Souccot, le 22 septembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.