Liban:  Aoun exprime son indignation alors que le Hezbollah continue de bloquer le cabinet

« Le blocage injustifié, délibéré et systématique qui démantèle l’Etat et le conduit à sa disparition » doit cesser, a déclaré le président.

Le président libanais Michel Aoun a exprimé son indignation lundi dans un discours que le cabinet du pays ne se soit pas réuni depuis plus de deux mois en raison des demandes du Hezbollah pour que le juge Tarek Bitar soit retiré de l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth avant qu’ils n’acceptent une réunion du cabinet.

Après avoir été interrompu pendant un mois, Bitar a repris son enquête sur l’explosion du port de Beyrouth au début du mois après que la Cour d’appel de Beyrouth a rejeté l’appel de l’ancien ministre des Travaux publics Youssef Fenianos, qui avait été inculpé et convoqué pour un interrogatoire par le juge. Cependant, jeudi, l’enquête a été interrompue pour la quatrième fois en raison d’un procès intenté par d’anciens ministres que Bitar avait convoqués pour enquête.

Aoun a commencé son discours lundi en soulignant qu’il est devenu nécessaire de « parler de manière plus claire car les risques augmentent et menacent l’unité de la nation – et les préparatifs auxquels nous assistons dans la région rendent les problèmes d’autant plus évidents », selon à l’Agence nationale de presse libanaise (NNA). Il n’a pas précisé à quelles préparations régionales il faisait référence.

Le président libanais, considéré comme un allié du Hezbollah, a en outre fait référence au rôle du groupe terroriste dans la « défense de la nation », affirmant que si la défense exige une coopération entre l’armée, le peuple et le Hezbollah, « l’État seul définit la stratégie de défense et veille à sa mise en œuvre. »

 Une femme marche sur des décombres sur le site de l'explosion du port de Beyrouth l'année dernière le 13 juillet (crédit : MOHAMED AZAKIR/REUTERS)Une femme marche sur des décombres sur le site de l’explosion du port de Beyrouth l’année dernière le 13 juillet (crédit : MOHAMED AZAKIR/REUTERS)

Aoun a demandé qu’il soit mis fin au « blocage injustifié, délibéré et systématique qui démantèle l’Etat et le conduit à sa disparition ».

Le président libanais a évoqué un certain nombre de problèmes empêchant le gouvernement du pays de fonctionner alors que le pays souffre d’une aggravation de la crise économique, notamment un retard des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) et le blocage des réunions du cabinet. Il n’a pas spécifiquement nommé le Hezbollah ou toute autre partie comme responsable de l’un des problèmes.

Lundi matin, le taux de change de la livre libanaise se situait à environ 27 400 livres sterling pour un dollar.

Concernant le blocage du cabinet, Aoun a demandé pourquoi il était bloqué, soulignant qu’il ne pouvait pas prendre de décision sur une question qui relève de l’autorité de la justice.

« Pas demain – aujourd’hui, il est impératif que le cabinet se réunisse et remédie aux problèmes en Conseil des ministres », a déclaré Aoun. « Par quelle loi, par quelle logique, par quelle constitution le Conseil des ministres est-il bloqué, appelé à prendre une décision qui ne relève pas de sa compétence et à geler son action sur une question qui ne représente pas un désaccord lié au pacte ?

Le président a également demandé que le système gouvernemental libanais soit réformé en un État civil basé sur une décentralisation administrative et financière élargie.

Aoun a également fait référence aux récentes tensions avec les États du Golfe concernant les commentaires du ministre de l’Information de l’époque, George Kordahi, apparemment en faveur des rebelles houthis soutenus par l’Iran. « Je suis attaché aux meilleures relations avec les États arabes, et précisément avec les pays du Golfe, et je demande : « Quelle est la raison de resserrer les relations avec ces pays et de se mêler d’affaires qui ne nous concernent pas ? a-t-il dit, selon NNA.

« Je ne veux me brouiller avec personne, ni les gens ni les partis, et je ne veux démanteler l’unité d’aucune secte », a déclaré Aoun. « Pourtant, il faut être franc : marquer le pas est fatal, et je n’accepterai pas de regarder en silence l’État s’effondrer et les gens suffoquer. Je continuerai à lutter jusqu’au dernier jour de mon mandat présidentiel et au dernier jour de ma vie pour empêcher ça. »

Le président libanais a souligné que « l’État se construit en respectant les lois, non en transgressant l’autorité, ni par la domination d’une autorité sur une autre. L’État signifie à la fois loi et stabilité, et personne ne peut laisser le choix aux Libanais. entre l’un des deux sujets. »

Plus tôt ce mois-ci, le journal libanais Ad-Diyab a rapporté que le Premier ministre Najib Mikati hésitait à convoquer une réunion du cabinet en raison des craintes que cela ne déstabilise le pays, en particulier au milieu des « informations de sécurité alarmantes » ainsi que de la situation sécuritaire qui pourrait être ébranlée par le tir contre des funérailles du Hamas dans un camp de réfugiés palestiniens au début du mois.

Le Hezbollah a exprimé ces derniers mois une forte opposition à la poursuite de l’enquête par Bitar. L’affaire a été suspendue à plusieurs reprises en raison d’allégations de partialité déposées par des fonctionnaires qui ont été inculpés par le juge.

Des menaces à la fois implicites et explicites ont été proférées par le Hezbollah et ses alliés contre Bitar ces derniers mois, affirmant que l’enquête était influencée par des pressions étrangères et politiques.

En octobre, des sources du Hezbollah et du mouvement Marada ont déclaré à la télévision libanaise Al-Jadeed que Bitar se préparait à accuser directement le Hezbollah d’être responsable de l’explosion. Les sources ont ajouté que s’il n’est pas destitué, ils quitteront le gouvernement.

Par TZVI JOFFRE  Mise à jour : 28 DÉCEMBRE 2021 www.jpost.com

Le président libanais Michel Aoun est vu sur cette photo publiée par Dalati Nohra le 24 septembre 2021, alors qu’il s’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies via un message vidéo enregistré, à Baabda, au Liban. (Crédit photo : DALATI NOHRA/DOSSIER VIA REUTERS)

 

3 Commentaires

  1. Les libanais sont responsables de la ruine de leur pays .
    Ils ont soutenu les palestiniens contre Israël .
    Ils n’avaient aucune raison .
    Eh bien maintenant ils payent et qu’ils cessent de pleurnicher sur le sort .
    Combien de fois Israël leur a tendu la main ?

  2. une grosse  » COQUILLE » dans ce texte s’est glissée : on parle de « livre sterling » au lieu de « livre libanaise ».

    1 LIVRE STERLING VAUT PLUS D’UN EURO.
    1 livre libanaise vaut  » peau de zobi. »

    Manu

  3. Ces libanais, chrétiens comme musulmans sont de véritables abrutis et suicidaires. En 1983, le Liban sous Amine Gémayel a signé, à reculons et sous les énergiques pressions de Rafaël Eytan, dit Rafoul, chef d’état-major israélien , un traité de paix avec Israël qui a été annulé en 1984 suite aux menaces d’Hafez El Assad et aussi parce que le gouvernement libanais doutait du parapluie militaire israélien et craignait les boycotts des pays arabes. et surtout des pays du Golfe. De toutes façons, Gémayel pensait pouvoir obtenir une aide militaire et politique occidentale dont celle de la France (ils demandait cent milles soldats pour protéger son pays) et pour s’éloigner du traité de paix. Aujourd’hui, lorsqu’on voit la situation actuelle du Liban et les relations d’Israël avec certains pays arabes dont deux du Golfe, on ne peut pas s’empêcher de rigoler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.