Une entreprise allemande d’armement arrête toute livraison à la Turquie « pourtant » membre de l’OTAN

 

ARA News

 

Une compagnie allemande de fabrication pour la Défense, Heckler & Koch va arrêter de livrer des armes à la Turquie.

Nous ne voulons fournir des armes qu’à des pays fiables et ainsi, pas à des pays qui ne sont pas démocratiques sans la moindre équivoque, qui sont pas corrompus et qui font réellement partie de l’OTAN ou sont proches de l’OTAN », a déclaré un employé anonyme au journal allemand Die Welt.

La conséquence de cette politique est que la Turquie a été retirée de la liste des clients.

Ce changement de stratégie commerciale est justifiée par le fait que les permis d’exportation vers des pays violeurs des droits de l’homme est difficile voire presque impossible et aussi à cause des gros titres négatifs potentiels dans les médias. « La critique morale de telles sortes d’exportation est tout-à-fait compréhensible » déclare le directeur de Heckler & Koch GmbH.

L’entreprise veut aussi éviter de se retrouver avec des dossiers dans les tribunaux.

Les experts disent qu’il y a des lois relativement strictes en Allemagne, concernant les exportations d’armes. Par le passé, le gouvernement fédéral allemand était également réticent à accorder des permissions pour les exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite.

La décision d’Heckler & Koch GmbH est un nouveau revers pour la Turquie.

La semaine dernière, la Turquie a fustigé la décision du Parlement autrichien du 24 novembre de restreindre les ventes d’armes à la Turquie.

Le gouvernement autrichien a décidé de limiter les exportations d’armes vers la Turquie, au beau milieu d’une vague sans précédent de violation des droits de l’homme et d’arrestations arbitraires de la part des autorités turques, à la suite du coup d’Etat manqué contre Erdogan, en juillet dernier. Des centaines de journalistes, de militants, d’universitaires et d’hommes politiques kurdes ont été arbitrairement emprisonnés ou ont été licenciés de leur emploi.

Plus de 50.000 personnes ont à présent perdu leur travail à travers le pays ezt plus de 18.000 individus sont détenus au motif de liens avec cette tentative de putsch, que le gouvernement Erdogan impute à son rival politique, le dignitaire religieux Fettulah Gülen.

Egalement, plusieurs dirigeants prédominants du Parti Démocratique du Peuple, pro-Kurde (HDP) ont été emprisonnés.

En outre, des combats en pleine intensification se déroulent entre les forces de sécurité turques et le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) depuis juillet 2015.

Pendant ce temps, l’armée turque a lancé, fin août (le 24) unre opération de soutien aux rebelles syriens dans le Nord d’Alep, dans le but d’empêcher les Kurdes de réaliser la connexion entre les trois cantons qu’ils dirigent en une seule et même fédération autonome, mais intégrée à la république arabe de Syrie.

L’embargo sur les armes, de la part de l’Autriche et la décision du fabricant d’armes allemand surviennent après une décision de l’Union Européenne, la semaine dernière, de geler les pourparlers d’adhésion de la Turquie  à l’UE, à cause de la répression continuelle contre les hommes politiques pro-kurdes et d’autres, ainsi que de la démultiplication des violations des droits de l’homme en Turquie, sous la férule d’Erdogan.

Adaptation : Marc Brzustowski

German arms company stops supplying NATO-member Turkey

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.