Des otages israéliens racontent des passages à tabac et des menaces de mort en captivité
Les prisonnières étaient gardées dans des cages.

Les otages israéliens récupérés de captivité à Gaza sont restés largement hors de la vue du public, mais les récits parvenus peu à peu à la presse émanant de membres de leurs familles indiquent des abus généralisés de la part du Hamas.

Les otages rapportent avoir été battus, menacés de mort, sous-alimentés, détenus dans des cages et privés de soins médicaux.

Alma Avraham, 84 ans, qui avait des problèmes de santé, a été prise en otage du kibboutz Nahal Oz le 7 octobre, le jour de l’attaque du Hamas. Bien qu’elle soit généralement en bonne santé au moment de sa capture, elle s’est détériorée en captivité.

Libérée le 26 novembre, elle avait un pouls de 40 et une température corporelle de 82 degrés Fahrenheit.

« Ils l’ont détenue dans des conditions terribles », a déclaré sa fille Tali Amano. « Nous nous tenions à l’entrée avec un paquet de médicaments pour elle. Ma mère n’avait pas besoin de revenir par là et je n’ai aucune idée de comment elle va s’en sortir ces jours-ci.

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de Tsahal, a déclaré : « On lui a refusé les médicaments qui pourraient lui sauver la vie. Elle n’a pas reçu la visite de la Croix-Rouge.

Ditza Hayman, 84 ans, qui a été kidnappée par le Hamas au kibboutz Nir Oz, a également été négligée.

« Les ravisseurs ont emmené ma mère dans le grenier d’un bâtiment inachevé à Gaza. Elle y était cachée complètement seule, sans autres otages et piégée à l’intérieur du bâtiment », a déclaré son fils, Gideon, à la Douzième chaîne .

« Dans le froid, sans eau courante, sans électricité et avec très peu de nourriture. Je ne rentrerai pas dans les détails de l’hygiène qui y régnait. Pensez au pire possible, et puis au pire que cela », a-t-il déclaré.

Ditza Hayman. Avec l’aimable autorisation de la famille.

« Une ou deux fois par jour, l’un des ravisseurs venait vers elle, lui servait à manger et partait. Pendant tous ces jours, elle n’a reçu aucun traitement médical et n’a pas pu en demander, car les ravisseurs ne parlaient ni hébreu ni anglais », a-t-il ajouté.

Des femmes otages étaient détenues dans des cages, a révélé lundi le Forum des otages et des familles disparues, un groupe créé à la suite de l’attaque.

Les enfants étaient marqués au fer rouge de peur qu’ils ne s’échappent, selon Yaniv Yaakov, l’oncle des frères Or, 16 ans, et Yagil, 12 ans, libérés le 27 novembre.

« Chaque enfant emmené par le Hamas était emmené sur une moto, et ils ont pris chaque enfant et ont mis leur jambe devant le pot d’échappement, ce qui a provoqué une brûlure sur les enfants afin qu’au cas où ils s’enfuyaient ou s’enfuyaient, ils puissent les retrouver. , » il a dit.

Un otage thaïlandais qui a été libéré a déclaré à la Douzième chaîne israélienne que les captifs juifs avaient été battus avec des câbles électriques. Les otages israéliens ont été traités moins bien que les autres, a-t-il déclaré.

Eitan Yahalomi , 12 ans, ayant la double nationalité israélo-française, a été libéré lundi, 52 jours après son enlèvement. Sa tante, Deborah Cohen, a déclaré à BFM TV qu’il avait été contraint de regarder des images du massacre.

« Chaque fois qu’un enfant pleurait là-bas, ils le menaçaient avec une arme pour le faire taire. Une fois arrivés à Gaza, tous les civils, tout le monde les frappait. … Nous parlons d’un enfant de 12 ans », a déclaré sa tante.

« J’étais peut-être naïve, mais je voulais espérer qu’ils [le Hamas] le traitaient bien », a-t-elle déclaré. « J’ai eu tort. Ce sont des monstres.

Tom Hand, le père de l’Irlando-Israélienne Emily Hand, une fillette de 9 ans qui faisait partie des 13 otages israéliens libérés le 25 novembre, a déclaré qu’elle était incroyablement pâle, le visage creusé et la tête pleine de poux.

« La partie la plus choquante et la plus troublante de notre rencontre était qu’elle ne faisait que chuchoter, on ne pouvait pas l’entendre. J’ai dû mettre mon oreille sur ses lèvres », a-t-il déclaré mardi à CNN . « Elle avait été conditionnée à ne pas faire de bruit.« 

Elle a appris à son retour que sa « deuxième maman » avait été tuée par le Hamas. (Sa mère est décédée d’un cancer quand elle avait deux ans.)

« La nuit dernière, elle a pleuré jusqu’à ce que son visage soit rouge et couvert de taches, elle ne pouvait pas s’arrêter. Elle ne voulait aucun réconfort, je suppose qu’elle a oublié comment être réconfortée », a déclaré Hand. « Elle est allée sous les couvertures du lit, la couette, s’est couverte et a pleuré doucement. »

Emily pense qu’elle est partie depuis un an.

Comme les autres otages, elle était mal nourrie : elle recevait du riz, de l’eau et du pain pita. (« Il y avait des jours où ils n’avaient presque pas de nourriture, ces derniers jours ils ne mangeaient que très peu de riz », a déclaré à la Douzième chaîne israélienne Merav Mor Munder, cousin de Keren Munder, 55 ans, libéré le 24 novembre. )

Israël a exigé que le Hamas autorise la Croix-Rouge à accéder aux captifs. « Le Hamas continue de refuser à la Croix-Rouge l’accès aux 145 otages restants, en violation de toutes les normes humaines », a déclaré jeudi le porte-parole du bureau du Premier ministre, Eylon Levy.

« Nous parlons de personnes qui ont été brutalement enlevées dans la bande de Gaza, certaines avec d’horribles blessures. Nous avons déjà vu des otages revenir, certains dans un état critique, d’autres détenus sans médicaments », a-t-il déclaré. «Ils doivent avoir accès aux soins médicaux.»

Le Hamas a forcé des otages à écrire des lettres élogieuses sur les conditions dans lesquelles ils étaient détenus. Une lettre largement diffusée par les médias arabes a été écrite par Danielle Aloni, qui a été kidnappée avec sa fille Emilia, 5 ans, et est revenue le 26 novembre.

Dans ce document, elle remerciait le Hamas pour son « humanité extraordinaire » envers sa fille.

Les médias israéliens ont mis en garde contre une telle propagande.

Sur les 145 otages toujours détenus par le Hamas, 28 sont des femmes et 117 des hommes. Dix des otages sont âgés de 75 ans ou plus, parmi lesquels les maris de femmes déjà libérées.

Cent cinq otages ont été libérés par petits groupes au cours d’une semaine au cours de laquelle Israël a accepté de suspendre les combats pour le bien de leur retour.

Vendredi, le Hamas a violé le cessez-le-feu et repris les hostilités.

JForum.fr avec jns DAVID ISAAC
Des proches d’Israéliens retenus en otages par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse à Tel Aviv, le 29 novembre 2023. Photo d’Avshalom Sassoni/Flash90.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nicole

Anne Hidalgo a déclamé en 2016 que le Ramadan faisait partie intégrante des traditions françaises.

> FRANCE=ISLAM
n’en attendez donc rien que des propositions qui nuiront à Israël.

joseph

il faudra qu’un jour un essayiste de talent écrive un livre , qui pourrait s’intituler  » De la faiblesse des démocraties ». Pourquoi? Parce que une démocratie ne peut pas raisonner avec ses propres critères, lorsqu’elle est face à des pays non démocratiques ou à des organisations terroristes. nos valeurs démocratiques sont des faiblesses exploitées avec cynisme par ces pays et ces groupes terroristes. Nous devons donc empêcher nos cours de justice de nous mettre des bâtons dans les roues, quand nous sommes confrontés à ces pays ou groupes et ainsi nous pourrons agir , comme il le faudrait et priver de droit de visite les terroristes détenus dans nos prisons, les priver de téléphone, télé, éducations …etc et bien sur les sous alimenter et pourquoi pas confier leur santé à des vétérinaires…Bien sur, il y aurait, les wokistes et certains gauchistes, qui hurleraient au scandale, mais je reste persuader, que nous ne pouvons pas traiter des non démocraties et groupes terroristes selon nos valeurs, nous devons les combattre avec leurs propres armes.