L’Iran utilise une maquette de porte-avions américain pour un exercice naval dans le détroit d’Ormuz

En 2014, il apparut que l’Iran construisant une réplique d’un porte-avions américain de la classe Nimitz à l’échelle 2/3 au chantier naval de Bandar Abbas.

Il fut alors avancé que cette maquette allait être utilisée par la composante navale des Gardiens de la révolution ainsi que par la marine iranienne pour des exercices visant à tester de nouvelles tactiques contre ce type de navire, sachant que l’US Navy en envoie régulièrement dans le Golfe persique.

Ce qui fut effectivement le cas. Alors que l’Iran négociait toujours un accord sur son programme nucléaire avec le groupe dit des 5+1 [les cinq membres du Conseil de sécurité et l’Allemagne], la maquette en question [en réalité, une barge ayant l’allure d’un porte-avions] fut visée par des « missiles de haute précision » tirés depuis la côte et des hélicoptères, lors des manœuvres navales « Grand Prophète », conduites au large de l’île de Qeshm par les Gardiens de la révolution.

« Nos ennemis doivent être assurés qu’ils ne seront jamais en mesure de gagner toute bataille éventuelle contre les Iraniens », fit valoir le contre-amiral iranien Ali Fadavi.

Par la suite, et sans le moindre rapport avec cet exercice, l’accord de Vienne fut signé en juillet 2015, ouvrant la voie à la levée des sanctions frappant jusqu’alors l’économie de l’Iran en échange d’une limitation de ses capacités nucléaires.

Seulement, en mai 2018, sous l’impulsion du président Trump, les États-Unis retirèrent leur signature, estimant, notamment, que Téhéran profitait de ses nouvelles marges de manœuvres financières pour soutenir les milices chiites acquises à sa cause au Proche et au Moyen Orient.

Depuis, les relations entre Washington et Téhéran sont de nouveau très tendues. En 2019, plusieurs sabotages et arraisonnement de pétroliers [dont le Stena Impero, battant pavillon britannique] ont eu lieu dans le stratégique détroit d’Ormuz, que l’Iran avait menacé de bloquer en cas de sanctions américaines contre son économie.

Ce qui a motivé le lancement de deux opérations de surveillance maritime : « Sentinel », sous commandement américain, et « Agenor », portée par la France, dans le cadre d’une coopération européenne.

Puis, les attaques des intérêts américains en Irak, suivies par l’élimination, par les États-Unis, du général iranien Qassem Soleimani, le chef d’al-Qods, l’unité des Gardiens de la révolution chargée des opérations extérieures, n’a évidemment pas contribué à améliorer les relations entre Washington et Téhéran.

C’est alors que la maquette du porte-avions a fait sa réapparition à Bandar Abbas. Selon Defense One, il s’agirait de celle qui avait été endommagée en 2015, les ouvriers iraniens ayant entrepris de la remettre en état en octobre 2019.

Quoi qu’il en soit, ces derniers jours l’imagerie satellitaire fournie par Maxar Technologies a montré que la maquette en question venait d’être remorquée vers une position située dans le détroit d’Ormuz, que, d’ailleurs, le porte-avions américains USS Nimitz est supposé franchir bientôt, afin de relever l’USS Dwight D. Eisenhower dans la région.

Ce qui laissait donc supposer que les Gardiens de la révolution avait l’intention de rééditer la même manœuvre qu’il y a cinq ans.

En outre, sur les images satellites, on peut voir des reproductions de 16 avions de combat [dont certains représentent des F/A-18] sur ce qui représente le pont d’envol.

Finalement, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour avoir une confirmation du projet de Téhéran.

En effet, ce 28 juillet, la télévision d’État iraniennne a indiqué que la maquette était au centre de l’exercice « Payambar-e Azam 14 » [Le Grand Prophète 14], lancé au large de la province méridionale d’Hormozgan, à l’ouest du détroit d’Ormuz.

Sur quelques images diffusées par les médias iraniens, on peut voire un hélicoptère tirer un missile, puis un autre voler au-dessus du faux porte-avions afin de permettre à des commandos de descendre en corde lisse et des vedettes rapides encercler la maquette.

A priori, l’objectif de ces manœuvres est de préparer les forces iraniennes à bloquer l’accès au détroit d’Ormuz, le Corps des gardiens de la révolution ayant évoqué des « opérations offensives », avec mouillage de mines et tirs de missiles anti-navires à la clé.

« Ce qui a été montré aujourd’hui dans ces exercices, au niveau des forces aérospatiales et navales, était tout à fait offensif », a d’ailleurs commenté le général Hossein Salami, le chef des Gardiens de la Révolution.

Cela étant, on peut se demander quel bénéfice, au niveau tactique, peuvent tirer les forces iraniennes avec ce genre de manœuvres, dans la mesure où un porte-avions est toujours escorté par des navires capables d’assurer sa protection contre les menaces, qu’elles soient sous-marines ou aériennes. En un mot, cela manque de réalisme.

« Cet exercice n’a pas perturbé les opérations de la coalition dans la région et n’a eu aucun impact sur la libre circulation du commerce dans le détroit d’Ormuz et les eaux environnantes », a d’ailleurs estimé la capitaine de frégate Rebecca Rebarich, la porte-parole de la 5e Flotte de l’US Navy, dont l’état-major est basé à Bahrein, après avoir dénoncé le comportement « irresponsable et dangereux » de l’Iran.

Photo : captures d’écran

http://www.opex360.com/2020/07/28/liran-utilise-une-maquette-de-porte-avions-americain-pour-un-exercice-naval-dans-le-detroit-dormuz/

1 COMMENTAIRE

  1. Le calamiteux Obama était au courant de tous les coups tordus organisés par les mollahs.
    Il tenait absolument à imposer et signer son accord désastreux, et il a réussi son coup.
    Cet odieux personnage en a profité pour débloquer 150 milliards de dollars pour donner de l’oxygène aux enturbannés qui en ont fait bon usage, comme on dit.
    Le régime des ayatollahs est une idéologie religieuse apocalyptique qui cherche à parvenir à “la fin des temps” pour que le “mehdi” soit révélé, une sorte de messie en fin de compte.
    Inutile de raisonner de façon rationnelle avec ces arriérés qui ne réalisent même pas qu’en cas de conflit armé avec les Etats-Unis ou Israël, ils subiraient une lourde défaite militaire.
    Si on prend le temps d’analyser le comportement de ces moyenâgeux, il est évident qu’ils sont complètement déconnectés du quotidien de leur peuple, auquel ils préfèrent la corruption, la dictature religieuse absolue, et surtout, une folie militaire qui engloutit la totalité de leurs budgets, dans le but d’anéantir Israël ou de mettre une raclée aux USA.
    A force de tirer sur la corde, ils finiront bien par la casser.
    Par contre, l’aveuglement volontaire de l’UE, France en tête, pour donner de l’oxygène à ces malades mentaux est tellement grotesque que l’on se demande si la vente de voitures et autres babioles, mérite de mettre en danger toute la région.
    Au fait, la Suisse vient de signer un contrat avec les mollahs qui pourront faire certaines transactions, malgré les interdictions américaines; a suivre….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.