Un consistoire comme pour le culte juif ? Un concordat comme en Alsace-Moselle ? Les attentats jihadistes de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray ont relancé le débat sur l’organisation de l’islam en France, dont la fragilité institutionnelle est vue comme un frein à la lutte contre la radicalisation.

Le CFCM peut-il faire face ?

Fondé en 2003 pour incarner un « islam de France« , le Conseil français du culte musulman (CFCM), instance élue, semble à bout de souffle. L’arrivée à sa tête il y a un an d’Anouar Kbibech avait pourtant suscité quelques espoirs.

Cet ingénieur d’origine marocaine a noué un dialogue inédit avec des femmes, des jeunes, des convertis… Mais son projet de « labelliser » les imams pour écarter les profils radicaux est resté lettre morte. De même, son « conseil théologique » n’a pas encore produit de contre-discours religieux face à la propagande jihadiste et est concurrencé par d’autres initiatives, émanant des réseaux de l’UOIF (proche des Frères musulmans) ou de la Grande mosquée de Paris (liée à l’Algérie). Situation symptomatique d’un islam français largement sunnite – sans clergé – qui peine à parler d’une même voix sous le poids des différents pays d’origine (Algérie, Maroc et Turquie principalement).

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.