Netanyahu et Gantz doivent apprendre le sens du mot hébreu “Mamlachtiut”

BESA Center Perspectives Paper n ° 1 326 du 28 octobre 2019

RÉSUMÉ: La notion israélienne de  mamlachtiut  ne se traduit pas bien en français ni en anglais. Venant du mot mamlacha, ou royaume, le mot suggère la qualité d’agir de manière souveraine. David Ben Gourion a utilisé le terme lorsqu’il a parlé de l’utilisation du pouvoir militaire par les Juifs, tout en faisant preuve de prudence face à leur pouvoir politique. Dans les livres d’histoire israéliens, le terme est évoqué chaque fois que le pays se trouve confronté à un tournant décisif qui nécessite que les individus et les factions transcendent les appartenances politiques. À en juger par leur comportement lors des dernières élections, Benjamin Netanyahu et Benny Gantz semblent tous deux nager dans le flou artistique, quant au sens du mot.

Les Israéliens constituent un groupe souvent cynique, mais ils ont un terme spécifique pour mettre leurs propres intérêts de côté pour le plus grand bien commun – un fait qui en dit long sur le caractère national et clarifie les valeurs du pays. Si cela vous semble être une platitude, considérez l’histoire politique houleuse d’Israël. Lorsque Menahem Begin a été élu en 1977, sa victoire a été qualifiée de  mahapach, ou révolution, mettant fin à 29 ans de règne travailliste. Vous vous attendriez à ce que le vainqueur, longtemps décrié par les seigneurs du parti travailliste, prenne un moment pour profiter de son triomphe, voire même exige une certaine vengeance politique ici et là. Begin n’a rien fait de tel : il a adopté le principe de  mamlachtiut  dans sa gouvernance et son paysage politique.

C’était en fait l’un de ses principes directeurs. Dans son livre  The Revolt,  sur la lutte des Juifs pour l’Indépendance, dans les années 1940, Begin a écrit qu’il était convaincu que, malgré les croyances politiques opposées sous le mandat britannique, les Juifs ne seraient jamais sur le point de faire l’objet d’une guerre civile.

«Deux facteurs ont sauvé le peuple de la catastrophe d’une guerre civile», a-t-il écrit. «En premier lieu, nous n’avons pas appris aux combattants de l’Irgun à détester nos adversaires politiques. La haine unilatérale est évidemment une menace pour l’unité nationale. La haine mutuelle entraîne une guerre civile presque certaine. Chaque fois que nous avons vu des manifestations de haine contre nous, nous avons été affligés et étonnés. Une telle haine entre frèreq était-elle possible? nous sommes nous demandé. « 

Begin a également fait preuve de  mamlachtiut  lorsque, à la fureur de beaucoup de ses partisans de droite, il a choisi Moshe Dayan du Parti travailliste comme ministre des Affaires étrangères pour diriger les pourparlers de paix avec l’Égypte, puis a finalement accepté de rendre la péninsule du Sinaï en échange de la paix. Il a réalisé que cette opportunité historique dépassait les agendas politiques étroits de l’un ou l’autre des partis et qu’il appartenait au chef du parti de se montrer à la hauteur.

De quelle manière les choses ont changé

Pour commencer, alors que la  mamlachtiut faisait  traditionnellement l’objet de discussions dans le but d’équilibrer le délicat équilibre des pouvoirs entre la gauche et la droite israéliennes, le système politique du pays s’est profondément transformé au cours des 25 dernières années. Aujourd’hui, la gauche et la droite en Israël n’existent plus vraiment : au mieux, il y a une droite et un centre droit. Comme Yossi Klein Halevi l’a remarquablement remarqué, les Israéliens sont Centristes [quand ils] considèrent un État palestinien comme une nécessité existentielle pour Israël – nous évitant ainsi le choix impossible entre Israël en tant qu’État juif et démocratique, ou le fardeau moral d’occuper un autre peuple, avec le poids du statut de paria grandissant. Mais un centriste qui se respecte considère également un État palestinien comme une menace existentielle pour Israël – risquant des attaques à la roquette depuis les hauts plateaux samariens sur la plaine côtière, où vivent la plupart des Israéliens, transformant le grand Tel Aviv en Sderot, la ville assiégée israélienne limitrophe de Gaza, qui reçoit des milliers de roquettes au cours de la dernière décennie. Un centriste a deux cauchemars concernant l’avenir d’Israël. La première est qu’il n’y aura pas d’État palestinien. La seconde est qu’il y en aura un.

Dans de telles circonstances obscures, il n’est pas facile de définir avec précision ce que mamlachtiut signifie encore aujourd’hui. S’agit-il d’un équilibre entre la tradition juive et les impératifs de la démocratie? S’agit-il de résoudre les conflits entre les Juifs Israéliens et Américains? Les opinions divergent – une condition que mamlachtiut  n’a pas été conçue pour traiter.

Mais alors qu’Israël n’a pas de directive claire du type de celles qui ont guidé Begin ou Ben Gourion, il lui reste à revenir à l’idée de  mamlachtiut au plus juste pour surmonter son impasse actuelle.

Jetez un coup d’œil au dernier tour des élections générales du 17 septembre, et vous verrez que la compétition ne s’est pas déroulée entre des idées opposées ni même des partis politiques, mais plutôt entre Bibi Netanyahu et Benny Gantz, deux hommes qui semblent s’accorder sur presque tout, sauf de savoir lequel d’entre eux devrait être Premier ministre. Leur étroitesse d’esprit et leur obsession du pouvoir au détriment de tout le reste ont eu un effet négatif, même avant les élections. Fait révélateur, le fils de Menachem Begin, Benny Begin, a révélé dans une interview à la radio quelques jours avant les élections qu’il ne voterait pas pour le Likoud, sa patrie historique. «Il semble que la direction du parti fasse tout pour que je ne vote pas pour eux», a-t-il déclaré. La même chose était vraie pour presque tous les Israéliens qui soutenaient un parti.

La surenchère politique continue. Comme Netanyahu ne pouvait pas former de gouvernement dans les 28 jours impartis, Gantz a reçu le mandat, mercredi dernier et va, à son tour, essayer d’y parvenir. Depuis le podium de la résidence du président, Gantz a appelé directement le « Likoud… et son président, Netanyahu » à rejoindre le « gouvernement d’union libérale » qu’il a l’intention de construire en promettant un gouvernement « de réconciliation nationale » qui « unifierait Israël et le peuple juif dans son ensemble ». . « 

Ce sont de beaux slogans politiques, mais mathématiquement, Gantz a encore moins de chance que Netanyahu. Cette impasse politique sans précédent ne fait que nuire au pays.

Il est vrai que Netanyahu, quoi que vous pensiez de lui, a de nombreuses réalisations à son crédit et peut se retirer paisiblement, maintenant ou plus tard, à l’avenir, et se reposer sur ses lauriers. Il est également vrai qu’il peut se croire indispensable, comme le suggèrent plusieurs experts familiers de son entourage, un dirigeant singulier qui seul peut sauver sa nation de l’effondrement. Mais ni lui ni Gantz ne sont plus grands ni plus indispensables que ne l’étaient Begin et Ben Gourion. Le moment est venu pour eux d’adopter le principe de  mamlachtiut qui caractérisait ces deux dirigeants juifs, pourtant politiquement divergents.

Voir PDF

Ceci est une version révisée d’un article publié dans Tablet le 26 septembre 2019.

Asaf Romirowsky est directeur exécutif de Scholars for Peace au Moyen-Orient (SPME), chercheur principal non-résident du BESA Centre et membre du Forum du Moyen-Orient.

Par le le 28 octobre 2019

besacenter.org

4 Commentaires

  1. La création de Tsahal avec la fusion des differentes factions avait déjà commencé et était en cours lorsque eut lieu l’affaire de l’Altalena et a failli provoquer la fin de ce processus sans la « mamlachiut » de Menahem Béguin qui après avoir été visé personnellement par les tirs, s’est précipité à la radio de l’Irgoun pour demander à ses hommes de ne pas riposter. Quant à la justice, elle est censée agir en dehors d’un calendrier politique et ne pas poursuivre un but politique, ce qui n’est pas le cas dans les dossiers Netanyahou. Quant à l’auteur de l’article, le fait de ne pas évoquer tous les éléments du sujet expose le place de lui-même dans une position partisane.

    • Non, vos commentaires sur l’auteur sont déplacés. On peut être intellectuellement exigeant sans être moralement injuste. Mais tirer systématiquement sur les pianistes ne fait qu’aggraver la situation.

      C’est un universitaire américain qui se bat énormément contre le boycott, à travers le SPME Scholars for Peace in the Middle-East. Il fait en outre partie de la fine équipe du Middle East Forum de Daniel Pipes.

      Sans ces mecs, les campus seraient totalement acquis à la cause pro-palestinienne, donc merci à leur activisme sans relâche. On ne peut pas cracher sur tous nos appuis, juste parce qu’on choisit de s’enfermer dans une vision en tunnel partisan.

      Son article tourne en dérision les deux Ego qui empêchent de trouver une solution équitable pour la gouvernance d’Israël à l’heure de grands défis. En quoi aurait-il tort sur le fond? De ne pas assez taper sur Ben Gurion? Il a laissé son empreinte, dans une vision objective du pays, même si les Révisionnistes de droite n’ont pas démérité. Autres temps autres moeurs…

      Asaf Romirowsky a obtenu son doctorat du King’s College London . [2] Il est directeur exécutif de Scholars for Peace au Moyen-Orient (SPME). [3] . [4]

      Historien de formation au Moyen-Orient, il est titulaire d’un doctorat en études sur le Moyen-Orient et la Méditerranée du King’s College de Londres et a publié de nombreux ouvrages sur divers aspects du conflit israélo-arabe et de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, ainsi que sur l’histoire israélienne et sioniste. .

      Romirowsky est co-auteur de La religion, la politique et les origines de l’aide aux réfugiés de Palestine et un contributeur à The Case Against Academic Boycotts of Israel . [5] La bourse publique de Romirowsky a été présentée dans le Wall Street Journal , l’Intérêt national , l’Intérêt américain , la Nouvelle République , le Times of Israel , le Jerusalem Post , Ynet et Tablet, parmi d’autres médias imprimés et en ligne. [6]

      Romiriwsky est un critique du terrorisme palestinien. [sept]

      Fin 2007, son invitation à prendre part à un panel académique de l’ Université du Delaware a été annulée par des organisateurs étudiants après qu’un autre membre du panel, le professeur de sciences politiques Muqtedar Khan , se soit opposé au partage d’une tribune avec un ancien soldat israélien. [8] [9] [10] [11]

      UNRWA et « réfugiés » palestiniens
      Religion, politique et les origines de Palestine Refugee Relief , le livre de 2013 co-écrit par Alexander H. Joffe et Romirowsky [12] examine les origines de l’ UNRWA dans le soutien apporté par les autorités britanniques à la Palestine obligatoire des efforts des Amis américains. Comité de service pour assister les réfugiés arabes pendant et après la guerre de Palestine de 1947-1949 . Romirowsky et Joffe soutiennent que l’attitude de l’UNRWA envers Israël est enracinée dans la « croyance fondamentale » du American Friends Service Committee « dans un christianisme supersessioniste qui ne pourrait concilier la possibilité d’une renaissance de la nationalité juive en Terre d’Israël ».[13] [14]

      Romirowsky fait valoir qu’en raison de la tendance des écoles et du personnel de l’ Office à encourager le terrorisme, en particulier à Gaza, nombre de ses fonctions devraient être confiées à l’ Autorité palestinienne . [15] Selon Ruth Wisse , Romirowsky soutient que la « nature unique » de l’UNRWA, qui perpétue le statut de réfugié des Arabes palestiniens plutôt que de les réinstaller, a eu pour effet de prolonger « la souffrance et la colère » qui deviennent alors « une arme encourager [les générations] vers le terrorisme et l’intransigeance « . [16]

      Romirowsky est favorable à la normalisation de la définition des réfugiés palestiniens afin de se conformer à la pratique habituelle consistant à ne définir comme « réfugiés » que les personnes qui ont fui, et non leurs descendants. [17] Marouf Hasian Jr., qui soutient l’inclusion de tous les descendants de réfugiés palestiniens en tant que « réfugiés », accuse Romirowsky de minimiser les difficultés rencontrées par les Arabes palestiniens et les « horreurs de la vie de réfugié ». [18]

  2. Beaucoup de contre-vérités dans cet article. Il est évident que l’auteur a un parti pris. Pour rappel, Ben Gourion n’a fait preuve d’aucune « mamlachiut » lorsqu’il a donné l’ordre de tirer sur l’Altaléna. De même lorsque la Haganah livrait les résistants de l’Irgoun aux Anglais pendant le mandat. Et il y a beaucoup d’autres exemples comme cela concernant le comportement de la gauche qui est toujours là en 2019 malgré son déguisement en « centre ». La gauche a créé de toutes pièces des affaires contre Nétanyahou ainsi qu’une campagne de dénigrement depuis des années pour lui faire perdre le pouvoir et les élections et contrer le vote du Peuple. Et aujourd’hui, par un tour de passe-passe que seule la gauche sait faire le vote de droite du 9 Avril 2019 a été volé au Peuple. La « mamlachiut » ne devrait-elle pas être de droite comme de gauche. . Il est évident que Gantz ne fera pas preuve de « mamlachiut ». Alors la gauche en est-elle exemptée et peut agir en incitant à la guerre civile, comme elle l’a souvent fait dans le passé, et ce serait à la droite de faire preuve, encore et encore, de « mamlachiut » pour éviter ce cauchemar ?

    • On a tendance à dire que la gauche a frappé la droite révisionniste d’ostracisme, jusqu’en 1965 (gouvernement d’union nationale), puis jusqu’à la victoire de 1977. . Le sens de l’article ne prend pas nécessairement parti, mais ne dit pas non plus qu’il n’y a pas eu par le passé, d’exclusion ou d’erreurs, savamment calculées pour submerger l’autre bord et l’empêcher de « refaire surface ». L’Altalena, au-delà de l’Injustice (16 morts) et de l’incompréhension totale sur la destination de ces armes, a débouché sur la création de Tsahal obéissant à l’Etat et à la fin des luttes atrabilaires entre clan de droite et clan de gauche : une seule armée avec des objectifs clairs.

      En matière de Justice, la moindre des choses est de la laisser faire son travail et de conclure ensuite. On peut soutenir Netanyahu et penser qu’il a pu « déconner » (ou son épouse) aux entournures, sans pour autant être un « escroc » patenté. Voire un pécheur bénin ou par négligence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.