Friedman: les États-Unis et Israël «  réparent de vieux torts  » en prolongeant les accords de coopération en Judée-Samarie.

Netanyahu et Friedman ont signé de nouvelles versions de trois accords de coopération en matière de recherche sur la Ligne verte.

L'ambassadeur américain en Israël David Friedman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie de signature de nouvelles versions de trois accords de coopération en matière de recherche, Université Ariel, 28 octobre 2020 (crédit photo: MATTY STERN / AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS JERUSALEM)
L’ambassadeur américain en Israël David Friedman et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une cérémonie de signature de nouvelles versions de trois accords de coopération en matière de recherche, Université Ariel, 28 octobre 2020 (crédit photo: MATTY STERN / US AMBASSY JERUSALEM)

L’extension des accords entre les États-Unis et Israël en Cisjordanie, sur le Golan et à Jérusalem-Est renforce les liens entre les pays, a déclaré mercredi l’ambassadeur américain en Israël David Friedman lors d’une cérémonie supprimant les seules limitations territoriales des accords entre Washington et Jérusalem.

«Nous corrigeons un vieux tort et renforçons encore le lien indestructible entre nos deux pays», a déclaré Friedman lors d’une cérémonie de signature avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’Université Ariel de Samarie.

Netanyahu et Friedman ont signé de nouvelles versions de trois accords sur la coopération en matière de recherche, qui effacent une ligne qui dit que « les projets de coopération parrainés par la Fondation ne peuvent pas être menés dans des zones géographiques qui ont été sous l’administration du gouvernement d’Israël après le 5 juin 1967, et peut ne pas concerner des sujets principalement pertinents dans ces domaines. »

Le premier accord, signé en 1972, était la Binational Science Foundation, suivi en 1976 de la Binational Industrial Research and Development Foundation (BIRD), puis du Binational Agricultural Research and Development Fund (BARD) en 1977. Tous les trois disposaient d’importantes dotations en subventions accordées à des universitaires et entreprises américains et israéliens pour la recherche et la technologie.

Ils ont également signé un nouvel accord sur la science et la technologie, destiné à accroître la coopération de gouvernement à gouvernement au plus haut niveau, qui ne comporte pas non plus de restrictions géographiques.

Friedman a déclaré que BIRD, BARD et BSF, tels que rédigés à l’origine, «étaient soumis à des limitations politiques qui ne servaient pas les objectifs recherchés».

L’ambassadeur a souligné l’annonce du secrétaire d’État Mike Pompeo le mois dernier selon laquelle l’administration Trump ne considère plus les implantations israéliennes en Judée-Samarie comme illégales en soi.

À la lumière de cette décision, «ces restrictions géographiques [dans les accords] ne correspondent plus à notre politique étrangère», a déclaré Friedman. «De toute évidence, cette restriction géographique dans les trois accords était un anachronisme. Il n’avait pas sa place dans notre région en évolution – une région qui, sous l’administration Trump, fait continuellement avancer la cause de la paix de manière nouvelle et passionnante.

Friedman a également déclaré que la suppression des restrictions territoriales dans les accords s’inscrit dans l’esprit des accords d’Abraham, qui «accordent une grande importance à l’engagement académique, culturel, commercial et diplomatique en tant que chemin le meilleur vers la paix, que ce soit entre Israël et ses États voisins, ou entre Israël et les Palestiniens. »

L’ambassadeur a déclaré que, même si le processus d’obtention de l’approbation de modifier les accords a pris du temps, il n’y a pas eu de réaction contre cette politique.

Au cours des décennies qui se sont écoulées depuis la signature des trois accords, ils «ont fourni aux deux pays un formidable retour sur investissement… assurant des progrès et une coopération sans précédent», a déclaré Friedman.

«Je ne pourrais pas être plus heureux ou plus fier de signer au nom des États-Unis les accords BSF, BIRD et BARD modifiés et corrigés ainsi que le nouvel accord sur la science et la technologie», a déclaré l’ambassadeur.

Les distinctions entre les différents territoires sous contrôle israélien demeurent dans la politique américaine. Par exemple, les Israéliens nés à Jérusalem ont la ville et non «Israël» inscrite comme lieu de naissance sur leur passeport. Cependant, BSF, BIRD et BARD étaient les seuls accords signés entre les deux pays disposant de telles restrictions.

Netanyahu a remercié Friedman de ses efforts pour «redresser les torts du passé et mettre les choses sur la bonne voie», qualifiant les changements dans les accords de «démonstration de l’engagement» de l’administration Trump en faveur d’une «nouvelle approche» au Moyen-Orient.

Le Premier ministre a déclaré qu’à chaque mesure prise par le président américain Donald Trump pour changer de politique à l’égard d’Israël – comme le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem ou la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, entre autres – les «opposants ont déclaré que cela détruirait les chances de paix… Les opposants avaient tort, tout à fait tort – à chaque fois.

«En rejetant les mantras du passé qui ont échoué, le plan Trump fournit non seulement une solution réaliste pour les Palestiniens… mais il propose également quelque chose d’autre que nous voyons aujourd’hui. Il ouvre la Judée et la Samarie à un engagement universitaire, commercial et scientifique avec les États-Unis », a ajouté Netanyahu. «À ces boycotteurs malveillants, j’ai un message simple à adresser aujourd’hui : vous avez tort et vous échouerez.»

Netanyahu a déclaré que le financement de BIRD, BARD et BSF était allé à d’importantes recherches médicales au fil des années, ajoutant que « peut-être, qui sait – cela aidera l’humanité à éliminer le coronavirus. »

Le ministre de l’Enseignement supérieur Ze’ev Elkin a tweeté des éloges pour la modification des accords, la qualifiant de «grande réussite dans la promotion de la souveraineté en Judée-Samarie et le renforcement de l’Université d’Ariel».

Elkin a appelé cette décision comme représentant «une autre étape sur la voie de la reconnaissance internationale de nos droits en Judée et Samarie».

Le Prof. Eugene Kontorovich de la Faculté de Droit George Mason, qui est aussi le Directeur International du think tank israélien, le Kohelet Policy Forum et un partisan important du changement politique ces dernières années, a appelé ces modifications “un rejet explicite de la Résolution 2334 du Conseil de Sécurité de l’Onu,” « Que les États-Unis, sous l’ancien président Barack Obama, ont autorisé à adopter, et qui déclare que les activités de peuplement constituent une« violation flagrante »du droit international et n’ont« aucune validité juridique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.