Israeli mobile artillery units sit in place in northern Israel near the border with Lebanon, Tuesday, July 28, 2020. Israeli security officials said soldiers exchanged fire with a "Hezbollah terror squad" to turn back an attempted incursion at the border with Lebanon on Monday. (AP Photo/Ariel Schalit)

Les craintes d’une vengeance de Nasrallah, parallèlement aux négociations sur la frontière maritime : voici à quoi ressemblent les tensions persistantes sur la nouvelle bande de sécurité

L’armée israélienne a compté 90 jours d’attente d’un incident grave à la frontière libanaise depuis que le Hezbollah a attribué à l’armée de l’air l’élimination d’un membre sénior de l’élite (Unité Radwan) de l’organisation en Syrie, évaluent les Officiers en charge du secteur.

La frontière libanaise est en train de changer et enregistre de nouveaux signes ces derniers temps, alors que persiste le sentiment qu’une attaque pourrait bientôt avoir lieu, qui entraînerait la région dans une séquence grave de jours de combats. « Si Nasrallah ose s’en prendre à un soldat de Tsahal, le prix du sang sera lourd et douloureux pour lui », a déclaré un officier du secteur du Mont Hermon. « C’est notre message aux soldats – être prêts à toute éventualité. La prochaine fois qu’ils essaieront de nous frapper, cela ne s’arrêtera pas avec quelques tirs d’obus. »

L’histoire commence à la frontière syro-libanaise dans la région en juillet. Depuis lors, contrairement à toutes les estimations de Tsahal, 90 jours d’attente se sont écoulés du côté israélien en raison de la crainte d’éventuelles représailles. Mais, jusqu’à peésent, Nasrallah a insisté pour réaffirmer «l’équation de la vengeance».

La première fois Nasrallah a envoyé des terroristes à l’avant-poste de Gladiola dans le secteur de Har Dov pour mener une attaque constituée de tireurs d’élite, néanmoins, le chef d’état-major Aviv Kochavi a choisi de ne pas les frapper durement, mais de les laisser s’enfuir indemnes sur le territoire libanais. «Si nous les avions tués, nous serions entrés dans un épisode de quelques jours de bataille et après quoi, Nasrallah aurait menacé de venger l’élimination de cinq autres miliciens et ainsi de suite», ont expliqué des officiers supérieurs de Tsahal, dans une large critique de la «méthode » de cycles de violence répétés qui se profilait en arrière-plan.

Dans la deuxième tentative de vengeance, l’équipe du Hezbollah a fait tirer un tireur d’élite sur un officier de groupe de combat près de Menara et l’a raté. Le rapport de la fusillade n’a été reçu qu’une vingtaine de minutes après l’incident, car les forces n’étaient pas convaincues qu’on ait réellement ouvert le feu sur lui.

Article de week-end Amir Bohbot - Poste de l'armée libanaise utilisé par le Hezbollah

Tsahal a neutralisé l’activité du système. Le poste de l’armée libanaise utilisé par le Hezbollah (Photo: Amir Bohbot)

Les officiers du Commandement Nord sont convaincus que la troisième tentative pour tuer un soldat de Tsahal profitera d’un point faible de l’armée sur le terrain, conformément aux déclarations de Nasrallah dans ses différents discours. Dans le même temps, des points faibles potentiels ont été examinés et des points de contrôle ont été mis en place pour empêcher les véhicules militaires d’atteindre la frontière par erreur.

« Nasrallah a déclaré explicitement qu’il prendrait sa revanche « les yeux dans les yeux » ou « coup pour coup ». Cela signifie qu’il vise à nuire à un soldat, qu’il considère comme un égal de son homme d’élite éliminé, et non à des civils, donc les tensions opérationnelles sont maintenues dans le secteur et c’est très difficile à assurer dans le temps « , a expliqué cette semaine un officier du commandement du Nord.

Au plus fort de la zone, les choses sont complètement différentes. Les officiers juniors disent qu’il y a une érosion naturelle de l’attention et de la présence d’esprit nécessaire pour déjouer un incident grave.

À l’entrée de la plupart des voies de circulation menant à la frontière libanaise, des postes de contrôle des soldats ont été mis en place pour empêcher les véhicules militaires de devenir une cible lors du franchissement de la frontière d’Orbot, selon le commandement nord, là où les escouades du Hezbollah recherchent une opportunité. De temps en temps, le Hezbollah diffuse des images de véhicules ou de commandants qui auraient pu être touchés, selon les règles du jeu de guerre psychologique bien connu de l’organisation.

Les points de contrôle, qui ont été placés profondément à l’arrière du territoire israélien et ont créé des embouteillages particulièrement longs, ont été récemment supprimés car le nombre de voyageurs a chuté de façon spectaculaire pendant le confinement. On peut estimer que la charge sur les barrages-charnières reviendra après la suppression du cloisonnement imposé par la pandémie du corona.

Failles dans l’état d’alerte à la frontière libanaise: fatigue et apathie

Lors d’une tournée entre Rosh Hanikra dans le secteur ouest et Majdal Shams dans le secteur est, Il semble que le niveau opérationnel n’est pas élevé et il y a pas mal de points à améliorer. Des failles apparaissent au niveau de la vigilance et du maintien des opérations après le long temps qui s’est écoulé, et sans la vigilance de tous les instants des commandants, elles vont se creuser.

Les militaires, au poste de contrôle sur la route vers le village bédouin d’Arab al-Aramsha, situé à la frontière libanaise, sont fatigués, atteints de pilosité plus développée et sont principalement gênés par le contenu qu’ils ont vu sur l’appareil mobile. Plus loin sur l’axe menant au Moshav Shtula, les deux soldats du Génie étaient sans masque bien qu’ils entraient en contact avec des civils. Le tas d’ordures et de détritus sur le lieu indiquait que les commandants n’avaient pas visité l’endroit depuis un certain temps ou avaient ignoré le relâchement des conditions d’hygiène et le niveau de discipline. Les soldats de la brigade Nahal, en revanche, avaient l’air frais et alertes à un autre point de contrôle de la région.

Article du week-end Amir Bohbot - Frontière israélo-libanaise

« Nous mangeons en conservant le regard dirigé face à la tension et aux menaces. » Frontière israélo-libanaise (Photo: Amir Bohbot)

 

« Ce n’est pas facile. Les commandants nous prennent la tête en nous rappelant continuellement la tension et les menaces, mais la tâche est claire pour nous », a déclaré l’un des combattants. A un autre point de contrôle routier pour se garer près du bulldozer blindé de l’avant-poste au bord de la route, les hommes de Tsahal travailleraient pour améliorer l’espace de protection. Non loin de là, on pouvait entendre les lourds engins du génie engagés à ériger une clôture autour de la bordure plus épaisse des composants de protection contre la condensation.

Le reste des failles dans le fonctionnement du secteur le plus meurtrier du secteur pour Tsahal est actuellement en état d’alerte et sera gardé secret.

Les dépôts d’armes révélés par Netanyahu et les mensonges de Nasrallah

Ce n’est pas la seule tension que le Commandement du Nord, sous le commandement du général de division Amir Baram, éprouve contre le Hezbollah. Dans le cadre de la campagne contre l’accumulation d’armes du Hezbollah dans le domaine des missiles précis, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prononcé un discours enregistré le 29 septembre, devant l’Assemblée générale des Nations Unies et a signalé trois dépôts d’armes de l’organisation chiite de Beyrouth, y compris des lignes de production de ces missiles.

Quelques heures plus tard, Nasrallah a pris la parole en direct. Le rhéteur chiite du bunker était censé ne parler que de questions politiques, mais en raison de la révélation des renseignements israéliens, il a été contraint de recalculer un itinéraire et de réagir. Nasrallah n’a fait référence qu’à un seul site, a nié toute implication dans la confection des armes et a choisi d’ignorer les deux autres sites. Il a exprimé un sentiment d’être sous pression et de la panique, et s’est principalement prononcé pour nier devant le peuple le récit que Netanyahu a tenté d’élaborer pour lui comme ne consistant qu’à »détruire le Liban » (de l’intérieur).

Mouvements suspects autour des sites de missiles du Hezbollah à Beyrouth

Deux heures plus tard, Nasrallah a invité les journalistes au Liban à visiter un site défini par les renseignements israéliens comme une ligne de production de missiles de précision et à voir qu’il ne s’agissait que d’une usine à gaz.

Ils ont été accueillis par le directeur du site militaire qui s’est présenté comme un citoyen innocent. Lorsque la lumière s’est allumée et que la caméra a commencé à prendre des photos, on lui a demandé: « Êtes-vous un activiste du Hezbollah? », Et il a répondu par la négative. Ses attributs complets sont connus des forces armées. C’est un haut fonctionnaire avec un poste dans l’unité de production de missiles de précision qui travaille en étroite collaboration avec les Iraniens. Le directeur s’est rendu en Iran plus d’une fois ces dernières années, accompagné de membres du Hezbollah.

 

La carte présentée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'Assemblée générale de l'ONU le 29 septembre 2020

Tsahal a déterminé qu’il s’agissait d’une installation militaire du Hezbollah. Carte présentée par Netanyahu à l’Assemblée générale des Nations Unies

Nasrallah s’est, de nouveau, pris les pieds dans le tapis et s’est retrouvé en train de mentir. Tsahal a déterminé qu’il s’agissait d’une installation militaire du Hezbollah et a reçu une référence aux renseignements recueillis par les forces armées à l’aide de photos prises par des journalistes libanais qui ont fini par être impressionnés par la taille de l’usine. Dans le travail portuaire des forces armées, chaque machine était étiquetée pour sa mission dans le processus de production de missiles, capable d’atteindre des cibles en territoire israélien dans un rayon de moins de 50 mètres du point prédéterminé par l’équipe de lancement. Et les sources du renseignement israélien se sont plu à dire que Nasrallah, qui était perçu dans la société israélienne dans le passé comme une figure crédible, « a menti avec un aplomb déterminé ».

Cette dénonciation a surpris Nasrallah et ce n’est pas pour rien que les porte-parole de l’organisation ont refusé les demandes des journalistes de visiter les deux autres sites dénoncés par Netanyahu. Un jour après la publication, les forces de sécurité ont photographié un véhicule du Hezbollah, qui a atteint d’autres sites militaires souterrains construits sous des bâtiments civils – dont la surface est habitée par une moyenne de 50 familles. Le véhicule contenait des membres du Hezbollah qui ont enlevé des éléments suspects qui ne devaient pas compliquer les « explications » de l’organisation. Les responsables militaires de la sécurité israélienne ont expliqué que placer des installations militaires sous des bâtiments résidentiels, au Liban en général et à Beyrouth en particulier, est une action typique de l’organisation chiite.

 

Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, 7 octobre 2020

Nasrallah : Il s’est à nouveau pris les pieds dans le tapis  et s’est fait prendre les doigts dans le pot de confiture, comme un menteur penaud.

Une semaine et demie avant la dénonciation de Netanyahu lors de l’Assemblée générale, une violente explosion a eu lieu au cœur d’un quartier résidentiel du village d’Ein Qana au Liban. Un grand bunker souterrain du Hezbollah a explosé et a pris feu, apparemment en raison d’un « accident de travail ». Les photos prises sur le terrain et ensuite téléchargées sur les réseaux sociaux ont clairement montré que le bunker était construit à quelques mètres de profondeur et divisé par pièces. Chacun avait une porte en fer, qui n’isolait pas de l’incendie.

L’établissement de la défense a nié tout lien avec l’incident, après que, selon des informations au Liban quelques minutes avant l’explosion, un avion israélien a traversé la zone. Un membre du Hezbollah a été tué lors de l’explosion. L’organisation a tenté de cacher sa mort mais les réseaux sociaux ont couvert tous les points sur le terrain.

L’establishment de la défense est très prudent dans la description du processus d’intensification du Hezbollah, mais des hauts fonctionnaires ont déclaré ces derniers mois que l’hypothèse de travail était que le Hezbollah était en possession de quelques missiles de précision individuels. Cependant, dans un contexte d’activités secrètes, l’organisation n’a pas été en mesure d’atteindre les capacités de production en série sur le sol libanais comme elle l’avait prévu conjointement avec les Iraniens et avec l’aide des Syriens. Des sources de renseignement indiquent que c’est un moment passionnant pour examiner les intentions du secrétaire général du Hezbollah, car il subit d’énormes pressions et ses troupes sont obligées de s’adapter avec souplesse, au moment où elles sont surprises par les changements sur le terrain.

L’une des études de cas était une explosion d’ammoniac dans le port de Beyrouth il y a deux mois, qui a causé d’énormes dégâts, des centaines de morts et des milliers de blessés. Il semblait que parmi les Libanais, les plus libéraux allaient tenter de profiter du chaos qui règnait à cette époque au Liban pour secouer et desserrer l’étreinte d’ours du Hezbollah et de son patron iranien, mais l’espoir a très vite disparu. Nasrallah s’est mis à la place d’un gouvernement faible et face à l’impuissance du public, il a offert son aide à tous, comme il l’a fait au début de la première vague du Corona. Les critiques à son encontre ont disparu et aujourd’hui il n’y a pas de personnalités d’Etat ni de hauts fonctionnaires qui le pointent ouvertement du doigt dans tout ce qui concerne le stockage de l’ammoniac dans le port.

Article du week-end Amir Bohbot - Frontière israélo-libanaise

Les officiers supérieurs estiment que Nasrallah est frustré et déçu. Frontière israélo-libanaise (Photo: Amir Bohbot)

Un autre ajout au pouvoir du Hezbollah est sa connexion aux milieux dirigeants du pays du cèdre et sa capacité à survivre aux défis qui ont frappé la région. Par exemple, il a passé outre la décision du tribunal de La Haye, qui a condamné un membre de l’organisation de l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafik al-Hariri. Et pourtant Nasrallah n’est pas pressé de prendre des risques inutiles. Il préfère, selon des sources de l’armée israélienne, s’engager dans les affaires intérieures du Liban et apporter une stabilité qui ne compromettra pas son statut – un peu moins se mettre dans la peau du commandant de la Force iranienne Qods Qassem Suleimani et plus s’inquiéter pour la survie de l’organisation et du pays.

Il se souvient que Jihad Mourniyeh a également été tué dans une élimination ciblée, suivi de l’élimination de Samir Kunter. La liste complète est beaucoup plus longue. Cependant, le chef continue de réchauffer la frontière. Ces dernières années, lui et sa politique envers Israël ont changé, car voulant se venger, le plus fréquemment, il a échoué. Dans le passé, à chaque fois qu’il a échoué, il a passé la main et a laissé les choses aller.

Les officiers supérieurs estiment que Nasrallah est frustré et déçu par l’échec des équipes terroristes qu’il a envoyées à la frontière israélienne à faire payer un prix pour avoir tué l’un de ses hommes prometteurs. Par conséquent, l’avertissement d’une éventuelle attaque continue de planer dans l’air. Contrairement à la vengeance pour l’élimination d’Imad Moughniyeh, le 12 février 2008, qu’il a défini comme un «compte ouvert» (et impossible à refermer?), il tente cette fois de créer une équation selon laquelle toute mort libanaise sur le sol syrien sera suivie d’une réponse à la frontière israélienne. « Comme d’habitude, i lse trouve en position de faiblesse, mais continue d’en promettre. Il est grimpé sur un grand arbre et il a du mal à descendre », a déclaré une source de sécurité de haut niveau.

Développements dans la région et négociations sur la frontière maritime

En arrière-plan, quelques développements intéressants dans la région du Liban: le premier, le plus important et le plus immédiat, ce sont les sanctions imposées par les États-Unis au Hezbollah, ce qui rend très difficile pour ses hommes de manœuvrer à travers le monde et de lever des fonds à un moment où l’Iran réduit son budget d’aide. Le Hezbollah est loin du budget annuel qu’il a prévu.

Le deuxième développement est la déclaration du président français Emmanuel Macron, qui a blâmé toutes les parties au Liban mais principalement le courant chiite, dont Nasrallah, le Hezbollah et Nabil Berry, le président du parlement libanais et le président du parti Amal dans les responsabilités de crise politique dans le pays. Il s’agit d’une action politique inhabituelle qui aura encore des annexes, même si au Liban 2020 tout le monde sait que sans le Hezbollah, il n’y a ni stabilité ni gouvernement.

 

Un hélicoptère survole une base de l'ONU à Nakura, au Liban, le 14 octobre

Kochavi voit le processus de règlement comme ayant un potentiel stratégique. Hélicoptère au-dessus de la base de l’ONU à Nakura (Photo: Reuters)

Le troisième développement qui pourrait réduire les pas de Nasrallah et y mettre un frein, ce sont les négociations historiques entre Israël et le Liban sur la frontière maritime, qui détermineront en fait la répartition des futures réserves de gaz entre les pays. Les énormes changements économiques pour le Liban ont forcé Nasrallah, qui se fait crier dessus par les Iraniens, à approuver le processus. Lors des pourparlers préparatoires à la première réunion entre les parties à Rosh Hanikra, le ministre de la Défense Benny Gantz a précisé qu’il voyait également les négociations comme une opportunité pour stabiliser la frontière nord et de « fixer un prix à payer pour les combats dans la région ».

Gantz ne pense pas que cela empêchera le Hezbollah de tenter de mener des actes terroristes ciblés, mais estime que le processus de négociation pourrait avoir un impact sur les considérations à long terme du gouvernement libanais et du peuple libanais et créer un mécanisme en vue d’arrangements de sécurité supplémentaires dans la région. Kochavi considère que le processus de règlement avec le Liban a le potentiel stratégique de parvenir à une stabilité relative de la sécurité dans la région, sur la base des accords qui seront passés dans les sphères politique et économique.

En fait, la possibilité laissée à Nasrallah de riposter a créé une réalité. Régulièrement jusqu’à nouvel ordre, l’évaluation d’une éventualité d’attaque, de la part des renseignements, continue de planer dans les airs…

news.walla.co.il

Adaptation de l’hébreu : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.