Une baisse significative du taux de croissance de la population ultra-orthodoxe, un taux de natalité au plus bas depuis 40 ans

Le nombre d’ultra-orthodoxes est inférieur d’environ 13 % au chiffre actuellement admis et s’élève à 1,21 million de personnes. En outre, le taux de croissance de la population ultra-orthodoxe est inférieur d’environ 10 % à l’estimation dominante. Une baisse relativement forte entre 2019 et 2020 a abouti à la fécondité la plus faible de la population ultra-orthodoxe depuis 40 ans : 6,2 enfants en moyenne.

Haredim à Bnei BrakHaredim à Bnei Brak Photo : Yonatan Sindel/Flash90

Un rapport de l’Institut ultra-orthodoxe d’études politiques brise les paradigmes sur la société ultra-orthodoxe et révèle que le nombre d’ultra-orthodoxes est inférieur d’environ 13 % au chiffre actuellement accepté et s’élève à seulement 1,21 million de personnes (2023).

En outre, le taux de croissance de la population ultra-orthodoxe est inférieur d’environ 10 % à l’estimation dominante. Le rapport est basé sur un générateur de données innovant intégrant l’intelligence artificielle qui segmente la société ultra-orthodoxe avec un niveau de précision plus élevé que jamais, en fonction des communautés, des régions géographiques, de l’âge et du sexe.

La famille ultra-orthodoxe est la plus nombreuse parmi les différents groupes de population; sa taille moyenne en 2022 était de 5,15 personnes, contre 2,8 chez les juifs non orthodoxes et 4,15 dans une famille dans la société arabe.

Dans la société ultra-orthodoxe, la fécondité est la plus élevée, avec une moyenne de 6,2 naissances par femme. Parmi les Juifs non orthodoxes, le taux de natalité moyen est bien inférieur et s’élève à 2,3 naissances par femme. Dans la société arabe, le tableau de la fécondité est relativement similaire à celui de la population juive non orthodoxe, avec une moyenne de 2,6 naissances par femme.

Parmi les femmes de la société ultra-orthodoxe, il y a eu une augmentation progressive de la fécondité moyenne, passant de 4,8 en 1955, le taux de fécondité le plus bas mesuré dans la société ultra-orthodoxe au cours de ces années, à 7,3 en 2003.

Le record de fécondité des femmes ultra-orthodoxes était en 2003: 7,3 naissances en moyenne. Depuis lors, il y a eu un déclin continu, et une baisse relativement forte entre 2019 et 2020 a abouti au taux de fécondité le plus bas de la population ultra-orthodoxe depuis 40 ans : 6,2 enfants en moyenne.

Parmi les femmes juives non orthodoxes, le taux de natalité moyen n’a pas beaucoup changé au cours des 70 dernières années. En 1955, le taux de natalité dans ce groupe était de 2,4, soit un chiffre très similaire à celui d’aujourd’hui, qui est de 2,3.

En 2022, le taux de natalité le plus élevé a été enregistré dans la filière hassidique – 7,1 ; Dans la filière lituanienne, le taux de natalité moyen est légèrement inférieur et s’élève à 6,6. Le taux de natalité le plus bas de la société ultra-orthodoxe se trouve dans la branche séfarade – 5,2 en moyenne.

Le taux de natalité le plus élevé se trouve parmi les ultra-orthodoxes vivant dans les villes d’Afula et d’Arad – une moyenne de 8,1. La ville d’Arad est caractérisée par une importante communauté hassidique, Gur.

D’autres localités leaders en termes de fécondité dans le secteur ultra-orthodoxe sont Modi’in Illit (7,4), une ville caractérisée par une population majoritairement lituanienne ; Beit Shemesh (7.1), qui se compose d’une population diversifiée – des communautés hassidiques conservatrices aux côtés de communautés modernes ; et les colonies à forte présence hassidique telles que Lod (7,0), Kiryat Gat (6,7) et Hazor HaGalilit (6,6).

L’étude a également examiné la question du logement dans le secteur ultra-orthodoxe, d’où il ressort qu’au cours des dernières années, la proportion de propriétaires d’appartements dans la société ultra-orthodoxe a légèrement diminué, passant d’environ 69 % en 2014 à environ 68 %. % en 2021.

Eli Plai, président de l’institut, a déclaré : « Il ne s’agit pas simplement d’un document de données, mais d’un témoignage de notre engagement continu en faveur de la prospérité de la société ultra-orthodoxe ainsi que de l’ensemble de la société israélienne. Nous nous engageons à mettre à jour ce rapport chaque année, afin de garantir qu’il reste un outil essentiel pour concevoir des politiques ayant un effet en faveur de l’égalité.

JForum.fr avec www.inn.co.il
Itzik Brandoin H. Bayer Tashpad  de l’institut ultra-orthodoxe d’études politiques

 

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires