« Capacité exceptionnelle à inventer des opérations antiterroristes ressemblant à des films d’action » (Y.Rabin)

 

Meir Dagan, l’ancien directeur du Mossad, les services de renseignement israéliens, est décédé à l’âge de 71 ans, à la suite d’une longue maladie, annoncent jeudi matin les médias israéliens.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a exprimé son « profond chagrin » à l’annonce de la nouvelle.

« Meir était un combattant courageux et un commandant qui a beaucoup contribué à la sécurité d’israël. Il avait toujours sous les yeux la photo de son grand-père humilié par les nazis avant d’être assassiné et était déterminé à faire en sorte que le peuple d’Israël ne soit plus jamais faible et sans défense et il a dédié sa vie à renforcer l’Etat.

L’Etat d’Israêl avait confié à Meir Dagan de nombreux postes dans le domaine sécuritaire, dont celui de directeur du Mossad, après avoir été le chef des opérations au sein de l’état-major de l’armée et directeur du Conseil national de sécurité. Durant ses 8 ans à la tête du Mossad, l’agence a mené des opérations courageuses et révolutionnaires. Un grand combattant est mort », peut-on lire dans le communiqué du Premier ministre.

Meir Huberman est né dans un train entre la Pologne et l’Union soviétique cours de la Seconde Guerre mondiale de parents qui tentaient de fuir la Pologne et la Shoah. Son grand-père a été tué par les nazis. Meir et ses parents ont réussi à survivre et ont immigré en Israël en 1950. Après un court séjour dans un camp de réfugiés à Lod, la famille s’est installée à Bat Yamoù il a grandi et où ses parents avaient ouvert un pressing.

Incorporé dans l’armée en 1963, il échoue aux tests de l’unité d’élite Sayeret Matkal et doit « se contenter » d’incorporer la brigade parachutiste. Il combat dans le Sinaï contre les Egyptiens en tant que réserviste lors de la Guerre des Six-Jours en juin 1967. Durant les années 70, à la demande d’Ariel Sharon, alors Chef du Commandement du Sud, il crée et commande Sayeret Rimon, une unité d’infiltration de commandos, l’équivalent de l’unité Duvduvan qui opère de nos jours en Cisjordanie. En 1971 il est décoré de la Médaille du courage pour avoir combattu contre un terroriste recherché qui tenait entre ses mains une grenade.

ShowImage (31)

Dagan combat en 1973 durant la Guerre de Kippour comme commandant d’une unité dans le Sinaï et participe au franchissement du Canal de Suez lorsque Tsahal réussit à occuper la rive africaine du canal.

En 1970, Dagan est blessé aux jambes, alors que le véhicule militaire qu’il conduisait est touché par une mine. 

Durant la Première Guerre du Liban en 1982, Dagan commande la 188ème brigade blindée et est un des premiers officiers à pénétrer dans Beyrouth.

C’est Dagan qui fonde l’Armée du Liban-Sud et nomme Saad Haddad comme son commandant. L’ ALS sera trahie par le retrait précipité du Liban décrété par Ehud Barak en ami 2000.

Dans les années 1990, il se voit confier une série de postes-clés au sein de l’armée avant de quitter l’uniforme en 1995 après 32 ans de service.

Il devient ensuite le conseiller du Premier ministre Netanyahou pour les affaires antiterroristes et est le directeur à la Sécurité nationale sous le mandat d’Ariel Sharon qui le nomme finalement directeur du Mossad en août 2002.

Yitzhak Rabin disait de lui : « Meir a une capacité exceptionnelle, celle d’inventer des opérations antiterroristes qui ressemblent à des films d’action« .

Il est confirmé pour un an supplémentaire à la tête des services d’espionnage par Netanyahou en 2009. Il est remplacé en 2010 par Tamir Pardo.

A l’issue de son départ du Mossad, Dagan émet un certain nombre de commentaires prenant le contre-pied des positions de Netanyahou concernant en particulier l’Iran. Dagan réitère ses déclarations estimant « stupide » l’idée d’une attaque israélienne contre l’Iran avant d’avoir envisagé toutes les autres options, estimant que le régime des ayatollahs est « un régime très rationnel ».

Meir Dagan souffrait d’un cancer. Il était marié et père de trois enfants.

i24news.tv

1 COMMENTAIRE

  1. Natanyahou fait une fixation sur l iran ..l iran c’est la perse ça n est ni le Liban ni la Syrie ni la Jordanie ……Nataniahou ferait mieux de faire le gros dos de s abstenir de dire le mot iran à tout bout de champs et de laisser la diplomatie apprécier l Irak et ses dirigeants à l endroit d Israël ….menacer ..encore ménacer …..se mette en travers d Obama etc………
    Après avoir détruit un ou plusieurs réacteur que se passera t il …des pluies de missiles sur Israël avec des destructions massives la guère à l intérieur d Israël et …..le deux aux poudre
    Et pour l arrêter ????? Et puis ça n’empêchera pas la perse de se r contre Natanyahou doit crier fort à l ont à Obama a qui voudra l entendre que le problème palestinien ou d autres problèmes ne doivent pas faire obstruction à la communauté internationale qui se devra de stopper elle l Iran a rraver un panel de mesures économiques ou autres l iranien n a rien à faire au moyen orient bérouth est à plus de 2 000 km de Téhéran le moyen orient c est chasse gardée de la ligue arabe et des Séoud ..il n est pas moins vrai qu Obama après avoir liesse tomber les Séoud il les laisse face aux iraniens aimes juqu aux dent en imaginant que c est le travail des cchites et des sunnites que de gérer les affaires du monde arabe à la différence prêt que chiites et sunnites c est une guerre larvée depuis plusieurs siècles
    Et que la décision d Obam est nocive et de nature conflictuelle entre arabes ..quand Obama
    Se retirera ce sera pire que Buch Obama aura en profondeur inoculer la guerre dans le monde arabe ….et pour des années ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.