Mais quelle est l’origine véritable du caducée?

par Caroline Elishéva REBOUH

Les véhicules des médecins sont ornés d’un autocollant sur lequel se trouve un caducée et, sur les devantures et enseignes de pharmacies est, également, exhibé un caducée. Quelle est la signification de cet emblème et quelle est son origine véritable ?

Le terme caducée vient du latin (caduceus) ayant emprunté et déformé le mot kerukelon signifiant bâton en grec ancien.
Ce symbole représente deux serpents entrelacés autour d’une tige/bâton. Au XIXème siècle, cet emblème fut attribué au dieu romain Mercure ou Hermès pour la mythologie grecque.

Quel lien peut-il y avoir entre le serpent et la guérison ? Pour le savoir, je vous invite à faire un saut dans la parashat Houkat (Nombres/Bamidbar chapitre XIX, 1 à chapitre XXII, 2).

Au chapitre XXI, du verset 6 au verset 9, le texte nous inculque qu’une fois de plus, le peuple maugréa et se rebella contre Moïse et contre l’Éternel. Des serpents brûlants surgirent, suscités par HaShem, pour mordre/piquer les pécheurs. HaShem indique à Moïse comment conjurer cette plaie : faire un serpent d’airain et le brandir sur une lance : toute personne regardant cette effigie est instantanément guérie !

C’est un grand bâton en bois que portait le prophète Moïse selon la Torah, et qui lui permit de réaliser de nombreux prodiges: il s’en servit pour ouvrir les flots, faire tomber la grêle, transformer l’eau du Nil en sang, transformer la poussière du sol en moustiques ou faire jaillir de l’eau du rocher d’Horeb, et le transforma en serpent puis le retransforma en bâton.

Le serpent, depuis la faute originelle, est le symbole de la médisance et du persiflage et de l’hérétisme. Dans cet extrait, le serpent apparaît à la fois comme plaie sous sa forme vivante et, en étant « stylisé » en airain, il devient remède : les Enfants d’Israël qui ont déjà été piqués ou mordus par les serpents n’ont qu’à élever leur regard vers le serpent d’airain pour être tout aussitôt guéris !…
De là à saisir le symbole du serpent sur son bâton comme symbole de guérison il n’y a qu’un pas..
Etudier la Bible/ la Torah semble « ringard » pour certains avides de laïcité et prêts à ignorer l’origine du monde et des civilisations.

Sculpture du Serpent d’airain de Moïse (en forme de caducée) sur le Mont Nébo.
Caroline Elishéva REBOUH

1 COMMENTAIRE

  1. Et, je me permets de rajouter chère caroline que le serpent symbolise aussi Satan, le père du mensonge.

    la Bible est « le Livre » par excellence. Il n’y a pas d’erreurs, pas de mensonges dans la Bible car tous les textes sont inspirés de Dieu. D’ailleurs, il faut savoir que des archéologues utilisent de plus en plus ce livre pour faire des fouilles. La science, les fouilles archéologiques ne cessent de confirmer le récit biblique.

    C’est un livre qui nous permet d’acquérir des notions en Hébreux, en Grec, mais aussi de connaître l’histoire de l’humanité et surtout du peuple hébreux. C’est un livre qui permet aussi d’en savoir plus sur d’anciennes civilisations comme l’Egypte, Babylone, l’Assyrie, la Perse, la Grèce, Rome…

    C’est un livre qui nous apprend à connaître Dieu et qui nous dévoile le projet de celui-ci pour l’humanité, celui de la rédemption !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.