M. Harpon fréquentait un Imam fiché S d’une mosquée frériste

21
5008

Gonesse (95) : Mickaël Harpon fréquentait une mosquée dirigée par un « imam radicalisé » sous le coup d’une OQTF( obligation de quitter le territoire français)

INFO LE POINT. En 2017, le lieu de culte de Gonesse était dirigé par un homme fiché S depuis 2015 pour son « fondamentalisme religieux ».

Par Aziz Zemouri
Est-ce l’une des failles dont parle le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner ? Mickaël H., agent administratif aux renseignements généraux et auteur de l’attaque au couteau qui a fait quatre morts, fréquentait la mosquée de la Fauconnière à Gonesse (Val-d’Oise), dirigée de février à décembre 2017 par un fiché S. L’imam a depuis changé. Pourquoi l’information n’est-elle pas remontée jusqu’à son service ?

 

Ce lieu de culte ne devrait pas avoir échappé à la vigilance des services de renseignements, sachant que, en 2017, l’imam qui y officiait était fiché depuis 2015 pour son « fondamentalisme religieux ».

Dans les départements franciliens, les Renseignements sont aux aguets : non seulement ils scrutent l’encadrement des lieux de culte musulmans, notamment d’obédience salafiste, mais ils enquêtent également sur les fidèles qui les fréquentent. Photos, prise de plaque d’immatriculation, rien n’est laissé au hasard.

Mickaël H., 45 ans, agent administratif à la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) qui fréquentait régulièrement la mosquée, n’a pourtant pas attiré l’attention de ses collègues du Service central du renseignement territorial (SCRT), compétent hors du ressort de la préfecture de police et donc de la DRPP, qui, elle, agit à Paris, dans la Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, dans les Hauts-de-Seine, ainsi qu’à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Un oubli étonnant vu ses fonctions et son lieu de travail.

L’ex-imam de la Fauconnière, un Marocain de 35 ans, parent d’un enfant français, avait pu bénéficier en 2014 à ce titre d’une carte de résidence temporaire d’un an. Son séjour aurait pu être de courte durée. En effet, en 2015, il fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français sous 30 jours. Selon la police administrative, il n’apportait pas la preuve qu’il subvenait aux besoins de son enfant. La même année, il est fiché S et subit une perquisition administrative de son domicile qui n’aboutit à aucune poursuite judiciaire.

Néanmoins, le religieux reste en France. Malgré ce pedigree, il devient imam de la mosquée de la Fauconnière de février à décembre 2017. L’homme n’est plus imam de la mosquée de Gonesse, mais, en juin 2019, il passe devant la commission du titre de séjour.

Il obtient un avis favorable pour se maintenir au titre de parent d’enfant français. Une nouvelle carte de séjour lui est alors délivrée. Elle est valide jusqu’en avril 2020.

L’enquête judiciaire devrait démontrer si cet imam a participé ou non à la « radicalisation » de Harpon et s’il s’agit d’une faille dans le dispositif de surveillance.
Source :

lepoint.fr/societe

L'imam Hassan El Houari, celui qui a radicalisè Michael Harpon et qui est sous le coup d'une expulsion de territoire, vient de recevoir les remerciement de l'état français, sa carte de séjour à été renouvelé. Ah oui il n'est pas Charlie aussi

Publiée par Kerima Mendes sur Mardi 8 octobre 2019

 

L’actuel Imam Hassan El Houari n’est pas “Charlie et ne sera jamais Charlie”

Il faut dire que l’imâm de la mosquée de Gonesse, le marocain Hassan El Houari, est membre du Conseil théologique des musulmans de France, composé à sa grande majorité de prédicateurs de la mouvance Frères Musulmans. Effectivement quand on regarde sa composition on retrouve :

–Ahmed Jaballah, ex président de l’UOIF et membre du Conseil européen de la fatwa (CEFR) et de l’Union internationale des savants musulmans (UISM), tous deux présidés par Youssef Al Qaradawi, le guide spirituel des Frères Musulmans (bio).

–Larbi Becheri également membre du CEFR et de l’UISM et responsable de l’école de charia des Frères Musulmans en France, l’IESH. Le site nous dit « diplômé de charia de l’Université de Médine »

– Ounis Guergah, diplômé en charia de l’Université de Médine, membre du CEFR et de l’UISM, professeur de théologie musulmane et directeur des études à l’IESH de Paris, imam-khatib.

On ne s’étonne donc pas que dans un prêche de septembre dernier l’imâm de Gonesse El Houari défende l’idée d’un Etat Islamique, non dans la forme terroriste de Daesh certes, mais tout de même un Etat musulman régi par les lois de l’islam. Il cite dans ses conférences le juriste Ibn Taymiyya (+1328) (tout comme Youssef Baouendi), inspirateur des islamistes modernes, qui a écrit dans son traité La distinction entre les alliés :

« Quant au hadith raconté par certains selon lequel le Prophète est supposé avoir dit au retour de la bataille de Tabouk (localité en territoire byzantin, 630) : « Nous revenons du djihâd mineur pour mener le djihad majeur »… c’est un faux hadith, qui n’a pas d’origine, et aucun de ceux qui connaissent les mots et actes du Prophète (pbsl) ne l’a transmis.

Combattre les incroyants est la plus grande des causes. En fait, c’est la meilleure chose qu’une personne peut rechercher. Allah dit, Coran, 4:95 : « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux-sauf ceux qui ont quelque infirmité- et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah.

Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense , et Allah a mis les combattants au dessus des non-combattants, en leur accordant une rétribution immense. »

Il est inquiétant de voir que les services de renseignement de la PPP tolèrent en leur sein des musulmans fréquentant les mosquées compatibles avec la pensée salafiste et « salafiste-réformiste » des Frères Musulmans.

L’Association des Musulmans de Gonesse a obtenu de la mairie socialiste la cession d’un terrain de 5000m² pour construire une grande mosquée :
Source :
http://islamisation.fr/2019/10/04/mickael-harpon-frequentait-une-mosquee-du-courant-salafiste-a-gonesse/

21 COMMENTS

  1. Un moment de détente dans ce monde impitoyable .

    Le Cul du curé . Une histoire qui n’est pas celle que vous croyez !!

    Un jour, un curé s’engagea dans une course, sur son âne nommé « CUL », et il gagna.

    Le curé fut tellement content de son âne qu’il s’ engagea de nouveau dans une autre course et gagna encore une fois.

    Le journal local écrivit en première page:

    Le CUL DU CURÉ VA DE L’AVANT.

    L’évêque était tellement contrarié par ce genre de publicité qu’il ordonna au curé de ne pas inscrire l’âne dans une autre course.

    LE CUL DU CURÉ DÉPLAIT À L’ÉVÊQUE titra le journal;

    C’en était trop pour l’évêque, il ordonna au curé de se débarrasser de l’âne.

    Le curé décida de le donner à une religieuse dans un couvent proche.

    Le journal local, entendant la nouvelle,posta le titre suivant le lendemain:

    UNE NONNE A LE MEILLEUR CUL DE LA VILLE.

    L’évêque s’évanouit. Il informa la religieuse qu’elle devrait se débarrasser de l’âne, alors elle le vendit à une ferme pour 10 €.

    Le lendemain, le journal disait:

    UNE NONNE VEND SON CUL POUR 10 €

    C’en était trop pour l’évêque qui alors ordonna à la religieuse de racheter l’âne et de le conduire dans les plaines où il pourrait courir à l’état sauvage.

    Le lendemain, les titres se lisaient comme suit:

    LA NONNE ANNONCE QUE SON CUL EST LIBRE ET À L’ÉTAT SAUVAGE.

    L’évêque fut enterré le lendemain.

    La morale de l’histoire:

    – Être préoccupé par l’opinion publique peut vous apporter beaucoup de chagrin et de misère. . .

    – Et même, raccourcir votre vie.

    Alors soyez vous-même et profitez de la vie.

    Arrêtez de vous inquiéter pour le c.. des autres, occupez-vous juste de vos propres fesses !!!

    Vous vivrez plus longtemps !

  2. Ibn Taymiyya dit: « Dieu soutient un État juste même s’il est mécréant, et ne soutient pas un État injuste même s’il est musulman. »
    (Majmû’at al- fatâwa, partie 28, p. 84.)
    C’est la justice, et non le régime de croyance d’un système politique, qui compte.

    • Merci de cesser les prêches de votre inspirateur des salafistes, svp, car on peut trouver mille citations contradictoires avec cet extrait dans sa littérature, dont la manière de réduire en esclavage les non-combattants du camp adverse, comme ce fut le cas pour toute la jurisprudence de l’Etat Islamique l’égard des Yazidis. Choisissez mieux vos références, plutôt que chez les adeptes de l’épée.

      Théorie de l’État islamique

      Ce qui est connu sous le nom de Daesh ou État islamique en Irak et au Levant est une organisation armée qui épouse l’idéologie des groupes jihadistes salafistes. Elle tire ses origines de la théorie générale salafiste, qui fut clairement cristallisée par Ibn Taymiyyah, puis Mohammed Ben Abdul Wahab. Daesh a deux objectifs simples : la restauration du Khalifat islamique et l’application de la charia. Elle fonde ses arguments sur des autorités religieuses et des causes déterminantes générales (8), dont les plus importantes sont :

      L’héritage juridique et doctrinal sunnite qui abonde dans de nombreuses opinions et idéologies conflictuelles, et de qui les jihadistes tirent leur stratégie théorique générale. Les dirigeants islamiques ont consacré des textes aussi denses que spéciaux sur le jihad et les biographies, textes dans lesquels ils analysent dans les moindres détails la plus petite des questions. Les livres religieux traitaient également des questions qui sont considérées comme étant le point de départ d’une opinion extrémiste sur certains problèmes qui constituent l’idéologie des groupes jihadistes tels que des sections séparées sur les noms et les dispositions y relatives : takfir, Al-wala’ wa-l-bara » (respecter tout cela à la lettre est plaisant pour Dieu, mais s’en détourner et s’en opposer le déshonore), la tolérance de l’ignorance entre autres.

      Les écrits d’Ibn Taymiyyah : ils représentent la le prolongement le plus important du système de l’opinion islamique, juridique et idéologique pour les groupes islamistes tels que Daesh entre autres. Ceci est perceptible par la mise en œuvre nombreuses déclarations qui ont été faites sur la fatwa lancée contre ibn Taymiyyah et certains de ses disciples.
      La littérature autour de la prédication de Muhammad Ben Abdul Wahab, notamment sur des sujets relatifs à Takfir, la tolérance de l’ignorance, Al-wala » wa-l-bara » entre autres.
      Les fatwas de certains contemporains qui ont été lancées spécialement en vue de soutenir les orientations des groupes jihadistes à partir desquelles Daesh fut créé. En guise d’illustration, nous pouvons citer les fatwas lancées par certains Saoudiens tels que al-Uqla Al-Shuaibi, Nasser al-Fahd, Suleiman al-Alwan, Beshr ben Fahd al-Beshr, Abdul Rahman al-Barrak, et Abdullah al-Saad et de nombreux non-Saoudiens venus du Maroc, d’Egypt et du Pakistan.

      Il n’existe aucun groupe militant qui considère le jihad comme un moyen d’affecter le changement, excepté s’il passe par des filtres et des projections salafistes. Par conséquent, avant de devenir un jihadiste pur, vous devez en amont être au moins salafiste (9). Dès lors, tous les groupes jihadistes y compris l’État islamique partagent une série de questions fondamentales qui sont mentionnées dès l’entame de notre propos sur Daesh, comme une théorie.

      https://eeradicalization.com/fr/une-approche-theorique-le-velayat-e-faqih-et-daesh/

  3. Questions sur un imam de la mosquée de Gonesse, fréquentée par Mickaël Harpon
    Le tueur de la Préfecture de police fréquentait la mosquée de la Fauconnière. L’un de ses imams, expulsable en 2015, ne l’a pas été.

    Par Louise Couvelaire Publié aujourd’hui à 06h10, mis à jour à 11h12

    Hassan El-Houari est un imam accablé. Par les soupçons qui pèsent sur lui et sur la communauté musulmane de Gonesse (Val-d’Oise) ; par les accusations de radicalisation dont son collègue Ahmed Hilali est la cible. Depuis que Mickaël Harpon a tué quatre fonctionnaires au sein de la Préfecture de police de Paris, le jeudi 3 octobre, la responsabilité de la mosquée de la Fauconnière et de ses imams est pointée. Et particulièrement, donc, celle d’Ahmed Hilali, 35 ans.

    De nationalité marocaine, l’homme est accusé de prêcher un islam salafiste, qui aurait pu influencer l’agent de la direction du renseignement de la Préfecture de police (DRPP). En 2015, il a fait l’objet d’une mesure d’obligation de quitter le territoire français (OQTF), ensuite abrogée. Le fait qu’il n’ait pas été expulsé alimente, depuis mardi, une polémique.

    C’est Ahmed Hilali qui officie depuis le 1er avril 2017 pour les cinq prières quotidiennes, du dimanche au jeudi. Des prières auxquelles assistait régulièrement Mickaël Harpon, parfois à deux reprises en une journée, le matin et le soir. « Je le voyais, mais il était très discret, je ne lui ai jamais parlé, je ne savais rien de lui, je ne connaissais ni son nom ni sa profession », assure Ahmed Hilali.

    Contrairement aux informations qui ont circulé, M. Hilali, marié et père de deux enfants, n’a jamais été l’imam principal de la mosquée. Il n’a jamais prêché, ni le vendredi ni les autres jours. Du moins, pas à Gonesse. Il ne fait qu’y diriger les prières. « C’est moi qui prêche tous les vendredis depuis 2015, c’est moi qui fixe les lignes du discours de la mosquée, et je ne connais ni les Frères musulmans ni les salafistes, tonne Hassan El Houari, 46 ans, également originaire du Maroc mais naturalisé français en 2005. Je ne peux pas être naïf à ce point-là ! Je m’en serais rendu compte, si c’était un intégriste. »

    Connu des services de renseignements
    Ahmed Hilali a bien dirigé les prêches d’une mosquée à Sarcelles, en revanche. Pendant trois ans. Une collaboration qui a mal tourné. Il a été renvoyé. Motif ? « Il arrive avec l’apparence d’un ange puis petit à petit, il dresse tout le monde les uns contre les autres, raconte un fidèle de Sarcelles. Il sème le trouble, divise, souffle sur les braises – en parlant des juifs notamment – et remplit la mosquée de mauvaises personnes. Il est un mélange de voyou et de radicalisé. » La communauté a été jusqu’à envoyer un émissaire dans son village d’origine, au Maroc, pour enquêter sur lui. « C’est tout sauf un imam ! Il n’a aucune formation ni aucune légitimité », poursuit le fidèle.

    La voix posée, le timbre clair, Ahmed Hilali a, lui, réponse à tout. Son renvoi de la mosquée de Sarcelles ? « Il s’agissait d’un problème entre un salarié et son patron : l’association refusait de déclarer la totalité de mon salaire. Ils ne m’ont jamais parlé de radicalisation », assure-t-il.

    En 2015, cet imam a donc toutefois fait l’objet d’une mesure d’obligation de quitter le territoire français (OQTF). Mais pas pour radicalisation, se défend-il. En tout cas, pas officiellement. La décision, raconte-t-il, est liée à un défaut de paiement de pension alimentaire à son ancienne compagne, avec qui il a eu une fille. L’OQTF a finalement été abrogée. Il possède désormais un titre de séjour valable jusqu’en 2020 et souhaite obtenir la nationalité française.

    Selon le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, auditionné mardi par la commission des lois de l’Assemblée nationale, M. Hilali n’a pas été expulsé parce qu’il « était marié et qu’il avait un enfant ». Selon l’intéressé, c’est « parce qu’ils se sont rendu compte que je payais ce que je devais pour ma fille que j’ai pu rester ». La version de M. Hilali est confirmée par une source sécuritaire proche du dossier. Selon nos informations, il est connu des services de renseignement, sans être pour autant suivi par la DGSI.

    « Je ne suis pas un imam radical, je ne prêche pas la haine, je ne connais pas les Frères musulmans ni les salafistes », affirme Ahmed Hilali, tout en présentant plusieurs attestations de bons et loyaux services émanant de mosquées où il a officié. L’association cultuelle des musulmans de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), où il a occupé bénévolement les postes de prêcheur et de conférencier entre avril 2018 et juillet 2019, estime ainsi qu’il a « prêché les bonnes paroles de tolérance ».

    Domicile perquisitionné en 2015
    L’association cultuelle El Andalous, aux Ulis (Essonne), et l’association des musulmans de Creil (Oise), où il a travaillé pendant sept mois en 2016 en tant qu’éducateur, sont également positives.

    Ces attestations – cette pratique courante pour les mosquées leur permet de se « couvrir » en cas de problème – sont toutes datées du mois de mai 2019. « Je voulais devenir aumônier, j’avais besoin de recommandations, explique M. Hilali. Par ailleurs, je savais qu’il fallait que je prenne des précautions depuis la perquisition. » En 2015, dans le cadre de l’état d’urgence, son domicile a en effet été perquisitionné. Il n’a jamais su pourquoi, dit-il, mais il suspecte des fidèles de Sarcelles de l’avoir « injustement » dénoncé.

    François Pupponi, l’ancien maire de Sarcelles et député (divers gauche) du Val-d’Oise, où habite l’intéressé, résume ainsi le différend : « Je l’ai aidé à obtenir un logement à la demande des dirigeants de la mosquée, bien avant de savoir qui il était. Il a foutu la merde à la mosquée avec de la racaille. Sur son fondamentalisme, je répète ce que les services de renseignement m’ont dit, mais je ne suis jamais allé l’écouter. »

    « S’il est “fiché S” [pour “sûreté de l’Etat”], on ne le sait pas, déclare Hassan El-Houari, qui accueille près de 1 000 fidèles chaque vendredi. Personne ne nous a jamais appelés pour nous mettre en garde. » La nouvelle équipe dirigeante de l’association, aux manettes depuis un an, n’a « jamais eu le moindre soupçon », souligne son président, qui souhaite garder l’anonymat. « Mais s’il y a confirmation qu’il est “fiché S”, alors nous suspendrons son contrat, ajoute-t-il. Il faut que quelqu’un nous le dise, mais on ne sait pas à qui s’adresser. »

  4. Bonjour
    Malheureusement toujours les mêmes bêtises.
    Le faite que j’enseigne à l’IESH ça veut pas dire que je suis membre de l’UOIF.
    Vous voulez pas comprendre que le conseil théologique musulman de France n’est pas lié à aucun fédération ni mouvement politique ou idéologique je peux rien pour vous.
    Vous pouvez raconter vous mensonges.
    J’ai confiance à la justice de mon pays la France.

    Voilà un modèle de journal crédible qui raconte l’affaire avec une neutralité exemplaire.
    Vive la France

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/attentat-a-la-prefecture-le-vrai-du-faux-sur-l-ex-imam-de-gonesse-09-10-2019-8169603.php

    • Cessez avec toute votre morgue, votre mépris de supériorité clanique, de votre religion sur notre société (c’est mieux au Maroc? Personne ne vous empêche de vous y établir) et vos prétentions à des titres.

      On n’a pas dit que vous en seriez membre, d’ailleurs les 3/4 des Frères Musulmans de la planète se cachent sous des faux-semblants. Vous en êtes un collaborateur patenté, vous appliquez les mêmes principes, et à ce titre, vous nous reprochez de vouloir faire la lumière sur cette sinistre affaire, émargeant de votre communauté, excusez du peu. Vos appels à la censure ne passeront pas, l’Imam! C’est une république, pas une république islamique.

      “Vous n’êtes pas Charlie”, on a compris (refus de tout esprit de “repentance” et d’empathie avec + de 4 millions de Français dans les rues de Paris). Ce sont vos propos, on ne peut pas les falsifier pour vous faire plaisir. De tels propos après 12 morts résonnent étrangement dans une conscience occidentale. C’est un crachat, pas un prêche digne. Vous manquez d’âme et d’empathie dès que les victimes n’appartiennent pas à la Oumma?

  5. Bonjour
    Toute solidarité avec nos amis juifs victimes d’une opération terroriste barbare
    En allemagne au coeur de leur lieu de culte.

    À savoir mes amis c’est pas un message de “Taqiya” la dissimulation c’est ma propre croissance.
    Bien à vous

  6. Quand je pense que le journal télévisé de TF1 a présenté l’imam de Gonesse en le quailifiant de “imam modéré” !!!

  7. Pour le dernier paragraphe de votre réponse
    (Le vrai souci est que Mickaël Harpon a suivi les enseignements de la Mosquée que vous dirigez et qu’il en est ressorti avec les actes qu’il a commis ….)
    C’est faux ce que vous dites mon ami car si les enseignements de notre Mosquée incite à la violence il aura pas d’un seule criminel et l’ensemble des fidèles ne seront pas choqués de cette acte barbare.
    L’enseignement de notre Mosquée c’est bien la paix, la miséricorde, la fraternité, la solidarité, l’accueil, et le vivre ensemble.
    Les voisins de notre Mosquée connaissent bien sa générosité et sons ouvertures.
    À part vous personne n’a classé notre Mosquée de salafisme.
    La Mosquée travaille toujours en collaboration avec la municipalité de Gonesse et la préfecture de Val d’Oise depuis sons ouvertures.

    Pour finir je vous dire le vrai souci si les gens comme vous qui cherchent toujours à créer la zizanie et qui font toujours l’amalgame.
    Merci de cesser vous accusations.
    Bien à vous

    • Désolé pour vous, l’article vient d’un grand journal français : Le Point, qui lui dit que vous dirigez une écurie longtemps sous l’égide d’un salafiste “radicalisé” dont vous auriez pris la succession :

      AUtres : Attaque à la préfecture de Paris : à Gonesse, les voisins de …

      https://www.lci.fr › Police
      Il y a 18 heures – Parmi elles, il y a notamment le fait qu’il fréquentait la mosquée de la Fauconnière à Gonesse, dans le Val-d’Oise, dirigée par un imam salafiste
      Attaque au couteau : le spectre d’un radicalisé de l’intérieur …

      https://www.lemonde.fr › Société › Police
      Il y a 3 jours – Des personnes appartenant clairement à la mouvance salafiste ont été identifiées … la mosquée de La Fauconnière près de chez lui, à Gonesse (Val-d’Oise). … Malgré la présence de son imam salafiste, la mosquée de La …

      “Travaille avec la préfecture “depuis son ouverture”, c’est faux, sinon votre prédécesseur se serait soumis aux règles collectives.

      Qui sont les “gens comme nous”? Visez-vous un groupe en particulier? Ne venez pas ici avec des propos litigieux à l’égard des autres groupes ethniques ou religieux. Des gens se revendiquant de votre religion ont fait 265 morts en France depuis 2015, en prenez-vous acte ou pas???? Pas à un seul moment vous n’avez le moindre égard pour les victimes du fanatique qui est venu sous votre toit et qui a tué 4 policiers. Nous retenons votre totale froideur et votre désir d’être blanchi, vous ne prenez aucunement part au drame qui vient de se produire. C’est un constat, pas un “amalgame”.

      Préfecture de police : Mickaël H. fréquentait une mosquée dirigée par un imam radicalisé
      INFO LE POINT. En 2017, le lieu de culte de Gonesse était dirigé par un homme fiché S depuis 2015 pour son « fondamentalisme religieux ». Par Aziz Zemouri
      Modifié le 07/10/2019 à 07:46 – Publié le 06/10/2019 à 16:31 | Le Point.fr

      Est-ce l’une des failles dont parle le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner ? Mickaël H., agent administratif aux renseignements généraux et auteur de l’attaque au couteau qui a fait quatre morts, fréquentait la mosquée de la Fauconnière à Gonesse (Val-d’Oise), dirigée de février à décembre 2017 par un fiché S. L’imam a depuis changé. Pourquoi l’information n’est-elle pas remontée jusqu’à son service ? Ce lieu de culte ne devrait pas avoir échappé à la vigilance des services de renseignements, sachant que, en 2017, l’imam qui y officiait était fiché depuis 2015 pour son « fondamentalisme religieux ».

      Dans les départements franciliens, les Renseignements sont aux aguets : non seulement ils scrutent l’encadrement des lieux de culte musulmans, notamment d’obédience salafiste, mais ils enquêtent également sur les fidèles qui les fréquentent. Photos, prise de plaque d’immatriculation, rien n’est laissé au hasard.

      Lire aussi Attaque à la préfecture de police : le procureur confirme le scénario djihadiste

      Mickaël H., 45 ans, agent administratif à la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) qui fréquentait régulièrement la mosquée, n’a pourtant pas attiré l’attention de ses collègues du Service central du renseignement territorial (SCRT), compétent hors du ressort de la préfecture de police et donc de la DRPP, qui, elle, agit à Paris, dans la Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, dans les Hauts-de-Seine, ainsi qu’à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Un oubli étonnant vu ses fonctions et son lieu de travail.

      Le passé troublant de l’ex-imam
      L’ex-imam de la Fauconnière, un Marocain de 35 ans, parent d’un enfant français, avait pu bénéficier en 2014 à ce titre d’une carte de résidence temporaire d’un an. Son séjour aurait pu être de courte durée. En effet, en 2015, il fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français sous 30 jours. Selon la police administrative, il n’apportait pas la preuve qu’il subvenait aux besoins de son enfant. La même année, il est fiché S et subit une perquisition administrative de son domicile qui n’aboutit à aucune poursuite judiciaire.

      Lire aussi Attaque au couteau à la préfecture de police : les failles des RG au cœur de l’enquête

      Néanmoins, le religieux reste en France. Malgré ce pedigree, il devient imam de la mosquée de la Fauconnière de février à décembre 2017. L’homme n’est plus imam de la mosquée de Gonesse, mais, en juin 2019, il passe devant la commission du titre de séjour. Il obtient un avis favorable pour se maintenir au titre de parent d’enfant français. Une nouvelle carte de séjour lui est alors délivrée. Elle est valide jusqu’en avril 2020.

      L’enquête judiciaire devrait démontrer si cet imam a participé ou non à la « radicalisation » de Harpon et s’il s’agit d’une faille dans le dispositif de surveillance.

  8. Merci d’avoir enlevé ma photo dans votre article.
    Mais malheureusement mon cher vous racontez toujours n’importe quoi.
    Vous dites que je défende l’idée d’un Etat Islamique, non dans la forme terroriste de Daesh certes (merci de bien comprendre ça)
    mais tout de même un Etat musulman régi par les lois de l’islam. Bien sur car je sais bien que la seule lois qui garantit à nous amis juifs. chrétiens et d’autres l’exercice de leur culture. Le Maroc mon pays natale que je connais bien sa constitution confirme bien que c’est un pays musulman au tout le monde peut vivre sans difficulté et d’autres pays arabo musulmans sons tous considérés comme des états musulmans et tout le monde à des relations avec ces états!!!
    (Il cite dans ses conférences le juriste Ibn Taymiyya).
    Merci de me donner quelques exemples des paroles d’IBN TAYMIYYA!!!
    Merci aussi de me donner une preuve que je suis proche des Frères Musulman.
    Je suis un homme de science mon cher.
    Je vous mets en défi si vous êtes capable de faire un débat télévisé sur la comparaison du Coran et l’Ancien Testament au sujet de la relation des deux avec l’autre.
    Biens à vous.

    • La France n’a pas vocation à devenir un “Etat Musulman”, c’est un Etat laïc et ce n’est, pas, même si vous ne le respectez pas, le Roi Mohamed qui dirige le pays! Ces simples propos suffisent à bien entendre quelle est votre réelle obédience.Vous n’êtes, de toute évidence, pas républicain pour un sou… Pourquoi vouloir importer le modèle marocain chez nous? Je suis allé au Maroc, sympathique, mais pays moyen-âgeux vivant exclusivement du tourisme. C’est nous qui le faisons vivre. En Tunisie, ce matin, ce sont les Frères Musulmans d’Enahrda qui prennent le pouvoir : nouvelles régressions en perspective. Le Roi actuellement, est obligé de composer avec un parlement proche de l’AKP turc. Surtout 70% des terroristes français et belges sont d’origine marocaine, dont ceux de Moelenbeck, Abdeslam, Abaaoud, ceux de Barcelone également : ça ne vous choque pas?? Vous n’avez rien à dire là-dessus?

    • Le Coran n’a rien à voir avec “L’ancien” Testament, cette simple expression démontrant bien que selon vous la Torah serait “dépassée” et “assimilée” par le Coran qui entend s’y substituer. Vous l’avez copié et modifié les passages qui ne vous plaisaient pas. Exemple la ligature d’Itzhak. Est-ce Itzhak ou Ishmaël? Etc. Comment un homme d’âge mûr comme Mahomet peut-il vouloir un mariage avec Aïcha, 6 ans? Epousée à 8? Pourquoi la cache t-elle sous un voile à cet âge pré-pubère? C’est nulle part dans “l’ancien Testament”, ça.

    • Quelle drôle d’idée de militer pour un “état musulman régi par la charia” en France !
      Il y a déjà 57 états musulmans régis par la Charia (pour la plupart des pays sous développés minés par le fanatisme, la guerre entre communautés, l’intolérance et la misère).
      Si pour vous, c’est le nec plus ultra, que faites-vous donc en France, pays qui n’a pas vocation à répondre à cet “idéal” !
      Ce prosélytisme devient insupportable et personne n’est dupe de cette taqya. On a retrouvé chez le tueur de la Préfecture, des vidéos de Daesh.

  9. Bonjour
    Malheureusement vous cessez pas de raconter n’importe quoi.
    La photo et le nom de l’imam que vous publiez dans votre article ne correspond pas avec la personne que vous avez décrit.
    L’imam Hassan EL HOUARI il s’agit de moi même j’ai 46 ans papa de quatre enfants et je suis français avec une pièce d’identité et un passeport français.
    J’ai jamais de problème avec qui que ce soit et en particulier avec les renseignements généraux.
    J’ai jamais fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français sous 30 jours.
    je suis sûr et certain que je suis pas afficher S ni A ou Z.
    Je suis ni salafistes ni frères musulmans ni….
    J’ai fait toutes mes études au Maroc titulaire d’un master actuellement étudiant en 2eme année doctorat.
    J’interviens dans plusieurs mosquées en France et aussi en Europe. Mon discour appelle à la paix, le respect, la fraternité et le vivre ensemble.
    J’ai plusieurs rencontres avec mes amies chrétiens et juifs dans des débats interreligieux.
    Effectivement je suis parmi les fondateurs du CTMF avec les personnalités que vous avez cité et bien d’autres que je juge plus français que les français.
    Merci de faire attention à ce que vous publiez et d’enlever ma photo et mon nom dans votre article si non je serai dans l’obligation de réagir autrement.
    Bien à vous
    Hassan EL HOUARI IMAM DE LA MOSQUÉE DE GONESSE.

    • Il semble que vous confondez deux descriptions : celle de votre prédécesseur :” fréquentait la mosquée de la Fauconnière à Gonesse (Val-d’Oise), dirigée de février à décembre 2017 par un fiché S. L’imam a depuis changé. Pourquoi l’information n’est-elle pas remontée jusqu’à son service ?”

      Et votre propre description en tant que proche des Frères Musulmans, et promoteur des thèses d’Ibn Tammyyiah, qui (entre autres) font la promotion du combattant (Jihadiste) au détriment du quiétiste en ces termes :

      “un prêche de septembre dernier l’imâm de Gonesse El Houari défende l’idée d’un Etat Islamique, non dans la forme terroriste de Daesh certes, mais tout de même un Etat musulman régi par les lois de l’islam. Il cite dans ses conférences le juriste Ibn Taymiyya (+1328) (tout comme Youssef Baouendi), inspirateur des islamistes modernes, qui a écrit dans son traité La distinction entre les alliés :

      « Quant au hadith raconté par certains selon lequel le Prophète est supposé avoir dit au retour de la bataille de Tabouk (localité en territoire byzantin, 630) : « Nous revenons du djihâd mineur pour mener le djihad majeur »… c’est un faux hadith, qui n’a pas d’origine, et aucun de ceux qui connaissent les mots et actes du Prophète (pbsl) ne l’a transmis.

      Combattre les incroyants est la plus grande des causes. En fait, c’est la meilleure chose qu’une personne peut rechercher. Allah dit, Coran, 4:95 : « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux-sauf ceux qui ont quelque infirmité- et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah”.

      Ainsi donc, en citant l’inspirateur des Salafistes, Ibn Tammyiah, vous faites cause commune avec au moins certaines de leurs thèses, ou en fréquentant les Frères Musulmans, vous êtes aussi leur compagnon de route, non?

      Le vrai souci est que Mickaël Harpon a suivi les enseignements de la Mosquée que vous dirigez et qu’il en est ressorti avec les actes qu’il a commis et les vidéos de décapitation qu’il visionnait. Les Français, qui interrogent la légitimité des réponses qui leur sont fournies par l’enquête, sont en droit d’exiger une clarification générale sur ce qui se passe dans cette mosquée, classée “Salafiste”.

  10. C’est insensé !
    Mais quand va-t-on enfin se décider à faire un grand nettoyage dans cette fourmilière qui ne cesse de produire des assassins ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.