L’unité dans les coulisses de la guerre de précision de Tsahal

L’unité 9900 offre aux troupes un sentiment de réalité augmentée comme jamais auparavant

Des soldats et un officier de l'unité 9900 de Tsahal (crédit photo: UNITÉ DE PORTE-PAROLE DE Tsahal)
Des soldats et un officier de l’unité 9900 de Tsahal (crédit photo: UNITÉ DE PORTE-PAROLE DE Tsahal)

Alors que l’armée israélienne continue de poursuivre son plan pluriannuel Élan (Momentum), l’image du futur champ de bataille, qui s’appuiera sur l’intelligence artificielle en temps réel et la guerre multidimensionnelle, devient plus claire.

Avec une nouvelle ère technologique et grâce à un large éventail de plates-formes civiles adaptées à des fins militaires, l’unité secrète 9900 de Tsahal fournit aux troupes sur le champ de bataille et aux pilotes dans le ciel un sentiment de réalité augmentée jamais perçu auparavant dans l’armée.

Jeudi, les journalistes ont eu l’occasion rare de voir les nouvelles capacités de l’unité 9900, dont les opérations – qui jouent un rôle essentiel pour les militaires en façonnant leur carte du renseignement – sont généralement gardées confidentielles.

L’unité 9900 est chargée de recueillir des renseignements visuels, y compris des données géographiques provenant de satellites de drones et d’aéronefs, ainsi que de cartographier et d’interpréter ces renseignements, pour les troupes sur le champ de bataille et pour les décideurs.

Les nouvelles capacités de l’unité 9900, qui ont été développées et adaptées au futur champ de bataille dans le cadre du plan pluriannuel Élan (Momentum) de Tsahal pour rendre l’armée plus efficace, ont déjà été utilisées dans plusieurs opérations très médiatisées, sur différents fronts.

Si, dans les guerres précédentes, ou la guerre de position, les troupes pouvaient visualiser l’ennemi situé dans un endroit clair, les ennemis d’aujourd’hui sont décentralisés et beaucoup plus difficiles à visualiser. Ils sont devenus des cibles mouvantes, hypersensibles au temps, qui mettent Tsahal au défi de les frapper immédiatement après leur détection avant de disparaître à nouveau.

L’une des façons dont l’armée israélienne a commencé à relever ce défi est la guerre axée sur le renseignement, qui fournit aux troupes sur le terrain des renseignements précis basés sur les capacités de cartographie 3D développées par l’unité.

Les cartes 3D rassemblées par les troupes de l’unité 9900 – dont 58% de femmes – permettent aux troupes au sol ainsi qu’aux pilotes de chasse d’avoir une vision complète du territoire ennemi avant même de se diriger vers le champ de bataille.

L’unité 9900, qui relève de la direction du renseignement de Tsahal, a également internalisé le potentiel infini et la tendance croissante à utiliser des avions sans pilote. Une nouvelle unité de drones a ouvert ses portes il y a deux semaines et est chargée de recueillir des renseignements de haute précision à haute résolution à l’aide de drones multi-rotors et d’autres technologies avancées.

Tous les drones et les capteurs qui y sont intégrés proviennent de sociétés civiles et sont adaptés aux besoins de Tsahal. Ils sont capables de voler dans toutes les conditions météorologiques, de jour comme de nuit, pour collecter des informations et des images haute résolution sur l’ennemi.

Selon un officier supérieur de l’unité de drones de l’unité 9900, Tsahal est conscient que de telles plates-formes peuvent s’écraser ou être abattues derrière les lignes ennemies, mais a déclaré aux journalistes qu’il n’y avait aucune inquiétude que les renseignements classifiés tombent entre de mauvaises mains.

La nouvelle unité de drones fait partie d’un investissement important de l’armée afin d’augmenter la capacité de la direction du renseignement de détecter les forces ennemies dans les zones urbaines et d’élargir sa banque  de cibles sur ses fronts sud et nord.

Ces renseignements fournis par des satellites et des drones pilotés par l’unité 9900, ainsi que des scénarios réalistes exécutés dans des simulateurs, préparent les troupes à ce qu’elles pourraient affronter sur le champ de bataille.

Les troupes susceptibles d’être déployées dans le quartier densément peuplé de Shuja’iyya dans la bande de Gaza, par exemple, peuvent savoir en temps réel où elles pourraient être prises pour cibles par des terroristes. Les troupes qui pénètrent dans les bâtiments ennemis reçoivent également une image claire de l’apparence de cette cible à l’intérieur et peuvent virtuellement parcourir étage par étage et pièce par pièce pour trouver leur cible avant d’entrer (gagnent le temps précieux et ne prennent plus le risuqe de la fouille pièce par pièce).

Mais ce n’est pas seulement le soldat sur le terrain qui est mis hors de danger. Un pilote qui vise un agent spécifique du Hamas sait exactement quelle fenêtre viser avant de lancer son missile afin de minimiser les pertes civiles.

Une fois derrière les lignes ennemies, les troupes pourront voir toutes les informations recueillies sur leur tablette en temps réel. Et tandis que toutes les données sont automatisées et fournissent une image de renseignement en direct, c’est l’officier sur le terrain qui prend les décisions de ciblage.

“La constante VISINT [intelligence visuelle] nous permet de voir les anomalies et les changements”, a déclaré un autre officier supérieur de l’unité 9900, ajoutant que ces changements sont ensuite analysés pour fournir une image de renseignement mise à jour.

«Toutes les informations recueillies sur une cible permettent à Tsahal d’agir de manière plus précise», a-t-il dit, expliquant que «rien n’est hors de propos (laissé au hasard)», même ce qui semble être l’élément d’information le plus banal.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.