L’Iran et la Russie discutent de la production du vaccin COVID-19

Le fonds souverain russe est en pourparlers sur la fabrication du vaccin avec l’Iran et un certain nombre d’autres pays.

al-monitor Une infirmière se prépare à inoculer le nouveau vaccin russe contre le coronavirus à un volontaire lors d’essais post-enregistrement dans une clinique de Moscou le 10 septembre 2020. Photo de NATALIA KOLESNIKOVA / AFP via Getty Images.
Personnel d'Al-Monitor

Personnel d’Al-Monitor

25 sept. 2020

L’Iran se joindra aux efforts de la Russie pour développer un vaccin COVID-19, ont déclaré les agences de presse russes, citant l’ambassadeur iranien du pays.

Le Fonds d’investissement direct russe, le fonds souverain du pays, a récemment signé un accord avec l’Inde pour produire 300 millions de doses de son vaccin « Spoutnik V » et il semble que l’Iran sera parmi les prochains pays à conclure un accord similaire.

Des organes de presse appartenant à l’État russe ont rapporté que l’ambassadeur d’Iran à Moscou, Kazem Jalali, avait discuté de la fabrication du vaccin avec le directeur du fonds Kirill Dmitriev.

« Nos responsables ont organisé plusieurs séries de consultations et nous avons annoncé que nous coopérerions », a déclaré Jalali vendredi, selon  Reuters.  « Cela inclut la production conjointe avec la Russie. L’Iran a un grand potentiel pour produire le vaccin. »

La Russie a annoncé en août que le vaccin Spoutnik V – du nom du premier satellite artificiel au monde – avait été approuvé pour utilisation après seulement deux mois de tests. Dans le monde, quelque 300 vaccins candidats ont été mis au point et au moins 39 sont en cours d’essais cliniques, selon l’Organisation mondiale de la santé.

L’Iran affirme avoir développé son propre vaccin contre le coronavirus. À la mi-septembre, les organes de presse de l’État ont cité le ministre de la Santé, Saeed Namak, disant que les chercheurs étaient prêts à passer aux essais sur l’homme après avoir testé avec succès un vaccin sur des animaux.

Depuis la confirmation de son premier cas en février, l’Iran reste le pays le plus durement touché au Moyen-Orient. Le pays a signalé plus de 25 000 décès dus au virus et plus de 436 000 infections. Les experts pensent que le chiffre réel est cinq fois plus important. Le ministère iranien de la Santé a averti cette semaine qu’une « troisième vague » d’infection était imminente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.