L’IRAN A VIOLÉ L’ACCORD, ET ALORS? – UNE ANALYSE

Bien qu’une attaque par des supplétifs iraniens soit une préoccupation majeure pour Tsahal, ce sont les programmes de missiles nucléaires et balistiques de l’Iran qui inquiètent le plus la défense israélienne.

Accord sur le nucléaire iranien

Des techniciens iraniens travaillent sur un site de traitement de l’uranium à Ispahan. (Crédit photo: REUTERS)

Lundi, deux semaines avant le quatrième anniversaire de la signature du Plan d’action global commun, l’Iran a annoncé qu’il avait violé l’accord et dépassé la limite de 300 kg de son stock d’uranium faiblement enrichi. 

Téhéran teste peut-être Washington mais c’est Israël qui surveille de près les récents développements.

À la fin du mois de juin, Tsahal aurait intensifié son niveau d’alerte, craignant que l’Iran ne tente d’attaquer Israël par l’intermédiaire de l’un de ses séides, alors que les tensions se creusaient entre Téhéran et Washington.

Israël est entouré de supplétifs iraniens, du Hezbollah au Liban et en Syrie, de groupes de milices en Syrie et du Jihad islamique palestinien à Gaza. A eux tous, des dizaines de milliers de roquettes peuvent frapper profondément le front intérieur d’Israël.

Bien qu’une attaque par des séides iraniens soit une préoccupation majeure pour Tsahal, ce sont les programmes de missiles nucléaires et balistiques de l’Iran qui inquiètent le plus la défense israélienne.

Au cours de son mandat en tant que chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot s’est montré optimiste quant à l’accord – avec tous ses défauts – et a répété à plusieurs reprises que l’Iran n’avait pas violé le JCPOA et que, s’il violait l’accord, Israël le saurait.

Dans une interview accordée à Haaretz l’année dernière, il a déclaré qu’Israël « présume que l’Iran peut opérer en secret. Par conséquent, surveiller l’évolution de la situation reste la mission n ° 1 pour Tsahal et les agences de renseignement. Nous investissons de vastes ressources pour obtenir les meilleures informations sur l’Iran et ses capacités opérationnelles.  »

L’annonce faite lundi par l’Iran intervient peu après que le chef de la célèbre agence israélienne du Mossad, Yossi Cohen, a déclaré que les effets d’annonce de l’Iran, selon lesquels l’enrichissement d’uranium servait uniquement à la recherche médicale ou à l’énergie constituaient des « mensonges », déclarant que l’accord conclu avec l’Iran était mauvais. « Seule une volonté claire de l’empêcher de se doter d’une bombe nucléaire peut l’arrêter. »

Il a illustré son propos en soulignant que l’Iran était « obsédé » par le développement des missiles balistiques et que l’accord sur le nucléaire avait une date butoir permettant à l’Iran de développer une arme nucléaire.

En juin, le chef du renseignement militaire de l’armée israélienne, le major-général Tamir Heiman a déclaré que même si l’Iran quittait l’accord sur le nucléaire de 2015, il se pourrait qu’il ne parvienne toujours pas à se procurer une bombe nucléaire, car, déjà avant la signature de l’accord, l’armée israélienne avait des plans prêts à fonctionner.

Différents plans ont été préparés au fil des ans, notamment quand Ehud Barak était ministre de la Défense des gouvernements Olmert et Netanyahu (2007-2013) et avait ordonné à Gabi Ashkenazi, chef d’état-major de Tsahal, de préparer un plan de «frappe chirurgicale» visant à détruire Les installations nucléaires iraniennes.

Mais selon l’autobiographie de Barak, Israël n’avait pas les capacités nécessaires pour mener une frappe réussie. Il lui manquait des bombes pour détruire les bunkers (la principale installation iranienne d’enrichissement d’uranium, Natanz, est profondément souterraine) et des avions de ravitaillement en vol.

Deux ans après le départ de Barak, les plans étaient de nouveau sur la table. Mais Israël n’avait toujours pas ces bombes perceuses de bunker ni ces ravitailleurs aériens. Néanmoins, les planificateurs militaires israéliens étaient convaincus que le renseignement militaire et l’aviation avaient la force nécessaire pour nuire aux plans nucléaires de l’Iran.

Quatre ans plus tard, Israël a renforcé sa puissance militaire et, à travers ses activités en Syrie, de guerre entre les guerres, s’est confronté de nombreuses fois au Hezbollah, à l’Iran et aux milices soutenues par l’Iran.

Israël a également pu utiliser de nouveaux équipements militaires dans la guerre entre les guerres, notamment les avions de combat furtifs F-35i Adir, dont dispose l’armée de l’air israélienne au nombre de 14 et qui alors que le pays a été le premier à utiliser l’avion lors d’opérations de combat.

Les jets furtifs ont une signature radar extrêmement basse qui leur permet d’opérer sans être détectés au plus profond du territoire ennemi et d’éviter les systèmes avancés de défense antimissile. Avec des capacités d’assistance aérienne rapprochées et un large éventail de capteurs, les pilotes du jet furtif ont un accès sans précédent à l’information en vol.

Marillyn Hewson, présidente-directrice générale de Lockheed Martin, a déclaré lundi que le F-35i avait « prouvé sa valeur en tant que capteur surélevé pour la coordination des systèmes de défense aérienne et antimissile avancés » et était « particulièrement essentiel pour contrer la vaste menace des roquettes lancées par le Hezbollah, ainsi que dans l’identification et la priorisation des cibles pour l’IAF.  »

Les avions furtifs complètent les autres escadrons de chasseurs de F-15 et F-16 d’Israël lors de missions en profondeur en territoire ennemi, y compris dans toute attaque éventuelle contre l’Iran.

«Au début d’un conflit, les F-35 peuvent être les premiers avions de combat à pénétrer dans l’espace aérien contesté et à détruire de multiples menaces aériennes et terrestres. Cela permet ensuite aux F-35 d’entrer dans l’espace de combat, en transportant jusqu’à plus de 8 tonnes de munitions internes et externes, dans un mélange pouvant inclure des armes de classe de 2.200 kg et au-delà », a déclaré Hewson.

Outre les derniers jets, l’armée israélienne possède également le missile air-sol à distance supersonique Rampage, doté d’une charge d’ogive conçue pour offrir des capacités de pénétration optimales, permettant la destruction de cibles à l’intérieur des bunkers.

Surnommé « The Rampage » d’après le nom d’un jeu vidéo populaire, le missile développé par Israel Aerospace Industries (IAI) et Israël Military Industry Systems (IMI) est un missile d’assaut air-sol à longue portée, précis et supersonique, doté d’un moteur de roquette et d’une combinaison de navigation avancée qui permet un ciblage de précision.

Le missile peut être monté sur les chasseurs F-15, F-16 et F-35 de l’armée de l’air israélienne et doit être largué en dehors des zones protégées par des systèmes de défense anti-aérienne.

«Si vous prenez l’arène du Moyen-Orient et les zones protégées par les systèmes de défense antiaérienne, l’intérêt de ce missile est de pouvoir cibler à bonne distance de sécurité», sans menacer la plate-forme de lancement, a déclaré l’année dernière au le Jerusalem Post , Amit Haimovich, directeur du marketing et du développement commercial de MALI Engineering chez IAI.

En raison de la combinaison de la vitesse et du facteur de forme physique du Rampage, « on peut le détecter, mais il est très difficile à intercepter« , a-t-il ajouté.

Selon des rapports étrangers, Rampage aurait été utilisé pour détruire complètement une éventuelle usine iranienne de fabrication de missiles sol-sol dans une base syrienne à Masyaf, en avril.

Alors Israël est-il maintenant prêt? Va-t-il maintenant changer sa gestion stratégique des risques et replacer les installations nucléaires iraniennes dans le collimateur? Ils sont peut-être la cible idéale pour les avions à réaction F-35 israéliens équipés de Rampage.

PAR ANNA AHRONHEIM
 1 JUILLET 2019 18:33

3 Commentaires

  1. Et pourquoi l’Iran annonce-t-il fièrement qu’il viole ses engagements ?
    Non seulement la discrétion aurait été de mise, mais en plus, il faut le publier ?
    À croire donc que les signataires de l’accord auraient dû le savoir et réagir, ce qui aurait créer le buzz, et qu’il ne l’ont pas fait, à la grande consternation iranienne.
    Aussi les mollah doivent-ils le publier…
    En fait, c’est depuis toujours que les centrifugeuses enrichissent la matière fissile, et cet « accord » nucléaire n’a jamais été respecté.
    Mais pourquoi s’evertuer à ce que ça se sache ?
    Les occidentaux (qui ont toujours su) pouvaient continuer de regarder ailleurs !
    En fait, les tyrans hégémoniques disent toujours leur programme à l’avance. L’UF6 est la matière qui permet de produire la bombe, et non pas faire tourner une centrale.
    Sa vocation est militaire, exclusivement.
    Et c’est bien là la façon de tester la determination européennes « munichoise », molle, comme on aurait pu si attendre. Molle et mercantile…
    Mais Ysraël, sous le chantage hezbo-hamassien, est archi déterminé à empêcher l’iran nucléaire.
    L’Etat Juif a prévenu, et cela pour tous, que le milieu urbain ne sera pas une planque. Il frappera sans sommations.
    Tout ce qui représente un danger, et sans état d’âme pour les dommages dits collatéraux. Il s’agit de survie, point de dentelles.
    Et dans ce cas, la disproportion est la bonne proportion.

    .
    Ecrire Ysraël avec un i grec me semble la bonne translation phonetique du youd hebreu, qui n’est pas un ‘hirik, (un point sous une lettre, le son i, une voyelle donc, mais le son yeu.
    Le fameux yota… Un double i.
    La grammaire presente cette lettre comme celle qui peut engager la forme réfléchie, voire le temps.
    La plus petite lettre, mais qui résonne de sa valeur numérique, 10 !, valeur qui meriterait tout un livre, qui n’a pas sa place ici.

  2. when maria anna schikelgruber’s grandson teared the « versailles agreements » and armed his loved deutchland , nobody reacted , so he went further !!
    is history repeating ?

  3. Iran small lie is a way to hide the BIG lie. They never stopped working on nuke tech. Just like they did when in discussion with the 3 Europeans countries ( Fr, GB & G) many years ago.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.