L’instrumentalisation de la Shoah contre Israël et les Juifs

 

Les événements historiques, d’habitude, s’évanouissent avec le temps. Mais pas tant en ce qui concerne la Shoah et les questions qui lui sont liées, qui sont de plus en plus reprises dans le domaine public. Au cours des années précédentes, un résumé annuel pouvait être suffisant pour un panorama équitable et complet des questions relatives à la Shoah. Cependant, l’an dernier, la sélection était si importante que j’avais dû me limiter à quelques sujets des mêmes catégories[1]. Cette tendance s’est poursuivie. A la fin avril de cette année, un grand nombre d’événements de cet acabit s’était déjà produit dans la sphère publique. 

Une catégorie importante est constituée par les événements où on stigmatise les Israéliens comme des Nazis. On n’a révélé que cette année, que Mehmet Kaplan, le Ministre suédois du Logement et membre du Parti des Verts, s’était comporté de la sorte, une révélation qui l’a conduit à devoir démissionner[2]

Le nouveau statut de l’Etat Palestinien non-existant en tant que non-membre observateur de l’ONU offre à son Ambassadeur l’occasion de produire à la tribune son incitation à la haine. C’est ainsi que Riyad Mansour a déformé l’histoire de la Shoah, quand il a comparé la désignation, par Israël des meurtriers palestiniens en tant que « terroristes », aux Nazis, employant le même terme de « terroriste » contre les responsable du soulèvement du Ghetto de Varsovie, alors que les faits n’ont rien à voir[3]. La Parlementaire arabe Haneen Zoabi a employé la même fausse analogie, en comparant Israël d’aujourd’hui et l’Allemagne des années 1930[4]

La ville allemande de Bayreuth a remis un Prix de la Tolérance au groupe américain des Droits Civiques, Code Pink, dont les membres comparent le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu à Hitler. En outre, des membres de ce groupe ont participé à une conférence de négateurs de la Shoah[5]. Un commentateur sportif juif italien, David Guetta, a été accosté par des supporteurs italiens de football à Londres, après que leur club Fiorentina y ait perdu un match. Ils ont chanté : « David Guetta, un train pour Mathausen t’attend [6]« .

Les comparaisons avec Hitler et les Nazis ne visent pas uniquement Israël. Deux anciens présidents du Mexique sont montés dans le train en marche, en comparant le Candidat présidentiel Donald Trump à Hitler[7].

Le Parti Travailliste britannique, sous les auspices de son nouveau dirigeant Jeremy Corbyn, qui appelle les organisations terroristes ses amis, est, à présent, devenu une source à multiples facettes d’injures antisémites. On a rapporté que Corbyn entretient une relation de longue haleine avec le négationniste de la Shoah Paul Eisen[8]. La déformation des faits relatifs à la Shoah n’est qu’un aspect parmi d’autres. Vicky Kirby, ancienne candidate au Parlement pour le Parti Travailliste, a tweeté, en 2014 qu’Hitler était « le Véritable Dieu des Sionistes ». Elle avait déjà exprimé, auparavant, son point de vue, en 2011, en disant que les Juifs ont de gros nez » et que « Nous avons inventé Israël en les sauvant de la main d’Hitler, qui semble aujourd’hui, avoir été leur professeur ». Kirby a, depuis lors, été suspendue du Parti,mais a, par la suite, été ré-admise. Sa suspension a été levée avec un avertissement à la prudence. Elle a, depuis, à nouveau été suspendue à la suite de nouvelles enquêtes sur l’antisémitisme au sein du Parti Travailliste[9].

En 2005, Ken Livingstone, l’ancien Maire travailliste de Londres, a désigné un journaliste juif comme étant un « Gardien de camp de concentration[10]« . Cette année, Livingstone a prétendu que « Hitler soutenait le Sionisme » en 1932, avant de « devenir fou et de tuer six millions de Juifs[11] « .

Une Conseillère municipale musulmane du Parti Travailliste à Luton, Aysegul Gurbuz, a tweeté qu’Adolf Hitler était « le plus grand homme de l’Histoire ». Elle « espère que l’Iran va utiliser la bombe atomique afin « d’éradiquer Israël de la surface de la terre[12]« . Gurbuz a démenti avoir écrit ces tweets, en alléguant qu’ils avaient été postés par sa sœur et elle a depuis été suspendue du Parti Travailliste durant les enquêtes sur le sujet. 

Quand un coiffeur turc résidant en Autriche, Ibrahim B. , a cité Hitler dans ses messages Facebook en disant : « J’aurais pu anénatir tous les Juifs du monde, mais j’en ai lkaissé certains vivants pour que vous compreniez pourquoi je les ai tués », le Procureur autrichien a trouvé que c’était une « expression légitime » de critique envers l’Etat Juif[13].

Jean-Marie Le Pen, l’ancien dirigeant du Front National français, est un habitué, en ce qui concerne les pratiques de minimisation de l’ampleur de la Shoah. Il a à nouveau été sanctionné par des amendes, cette année, pour avoir redit que les chambres à Gaz ne serait q’un « détail de l’histoire » de la Seconde Guerre Mondiale. Il l’a dit de différentes façons à des intervalles irréguliers depuis 1987[14]

Un autre thème récurrent qu’on retrouve est le fait, pour certaines personnes, de se comparer de manière complètement injustifiée aux victimes juives du Nazisme. La Présidente brésilienne Dilma Roussef a comparé les tentatives de la destituer à cause de scandales de corruption avérée, à la persécution nazie des Juifs[15].

L’attrait pour le geste du salut hitlérien correspond à un autre phénomène récurrent. A Bruxelles, 450 hooligans extrémistes de droite de divers clubs de football de Ligue Un, l’ont fait en mars[16]. Le même mois, le tueur de masse norvégien Anders Breivik a fait le salut nazi en entrant dans la salle d’audience du Tribunal[17].

Certaines mentions inappropriées de la Shoah ne sont pas forcément motivées par l’antisémitisme. Il s’agit juste de déformations aiguës qui démontrent qu’un grand nombre d’Européens font d’énormes confusions, y compris ceux placés aux positions les plus élevées. On peut compter parmi eux le Ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon, qui n’a rien trouvé de mieux que de comparer l’hébergement de terroristes musulmans meurtriers, comme Salah Abdeslam, au fait de cacher des Juifs pendant la Shoah[18].

Les découvertes faites par certaines recherches sur la Seconde Guerre Mondiale sont d’une nature très différente. On vient d’apprendre que les Chemins de Fers Nationaux Hollandais (NS) ont reçu 2, 5 millions d’€ au cours de la guerre, pour avoir transporté les Juifs vers le camp de transit de Westerbork (le Drancy hollandais) et de là jusqu’à la frontière allemande, en route vers leur extermination[19].

L’historienne allemande Harriet Scharnberg a démontré que l’agence Associated Press a passé un accord d’autocensure avec l’Allemagne Nazie. Cela a permis à Associated Press de maintenir sa couverture de ce pays jusqu’à l’entrée en guerre des Etats-Unis, en 1941, en étant la seule agence de presse occidentale à avoir l’autorisation de le faire[20].  L’Associated Press a tenté de démentir une partie de ces affirmations[21]

L’ancien agent du FBI Robert Wittman publie actuellement un livre sur son dernier coup : la redécouverte du journal de bord longtemps égaré d’Alfred Rosenberg, l’un des architectes de la Solution Finale et le Nazi qui a supervisé l’essentiel du pillage des oeuvres d’art au cours de la Seconde Guerre Mondiale[22].

Beaucoup des abus de terminologie et des faits d’histoire de la Shoah que l’on trouve ci-dessus concernent l’Europe. Ils constituent de nouvelles preuves, s’ajoutant à tant d’autres, que l’antisémitisme est endémique en Europe. On peut interpréter l’augmentation significative de tels événements ou incidents comme le reflet de l’incertitude et de l’instabilité actuelle que traverse l’Occident.

 

 Par Manfred Gerstenfeld

phoca_thumb_l_manfred-gerstenfeld-7_2

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.


[1] www.jpost.com/Opinion/The-Holocaust-in-the-public-domain-442991, See also http://jcpa.org/article/the-abuse-of-holocaust-memory-in-2011-2012/

[2] www.haaretz.com/world-news/europe/1.715020

[3] www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Palestinian-UN-ambassador-compares-Israel-to-Nazi-Regime-452548

[4] www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Zoabi-sees-shocking-similarities-between-Israel-and-1930s-Germany-451887

[6] www.jta.org/2016/02/28/news-opinion/world/young-soccer-fans-accost-jewish-italian-sportscaster-in-london?utm_source=Newsletter+subscribers&utm_campaign=980933322e-Daily_Briefing_2_29_2016&utm_medium=email&utm_term=0_2dce5bc6f8-980933322e-25372681

[7] www.reuters.com/article/us-mexico-trump-idUSMTZSAPEC2S8JNRJU

[8] www.dailymail.co.uk/news/article-3187428/Jeremy-Corbyn-s-links-notorious-Holocaust-denier-revealed.html

[9] www.ibtimes.co.uk/vicki-kirby-suspended-labour-party-pending-big-nosed-jew-tweets-investigation-1549607

[10] www.theguardian.com/media/2005/feb/12/pressandpublishing.londonpolitics

[11] www.theguardian.com/politics/2016/apr/30/livingstone-muddies-history-to-support-hitler-and-zionism-claims

[12] www.dailymail.co.uk/news/article-3531852/Labour-councillor-20-suspended-claims-called-Hitler-greatest-man-history-latest-anti-Semitic-scandal-hit-Corbyn-s-party.html

[13] www.jpost.com/Diaspora/Austrian-prosecutor-Call-to-kill-Jews-is-legal-criticism-of-Israel-390760

[14] www.theguardian.com/world/2016/apr/06/jean-marie-le-pen-fined-again-dismissing-holocaust-detail

[15] www.jpost.com/Diaspora/Brazils-president-likens-impeachment-calls-to-Nazi-treatment-of-Jews-450011#xtor=EPR-1-[Newsletter]

[16] www.hln.be/hln/nl/957/Binnenland/article/detail/2659021/2016/03/27/Honderden-hooligans-maken-amok-aan-Beursplein.dhtml

[17] www.theguardian.com/world/2016/mar/15/anders-behring-breivik-norway-court-inhuman-treatment-utoya

[18] www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/210884#.VyW17vl967R

[19] www.volkskrant.nl/economie/-ns-verdiende-2-5-miljoen-aan-jodentransport~a3838547/

[20] www.theguardian.com/world/2016/mar/30/associated-press-cooperation-nazis-revealed-germany-harriet-scharnberg

[21] www.nytimes.com/2016/03/31/business/media/associated-press-nazis.html

[22] http://www.telegraph.co.uk/books/authors/the-devils-diary-how-an-fbi-agent-uncovered-the-secrets-of-hitle/

9 Commentaires

  1. @RIOUAL
    Votre réaction sur ce site juif dégage un relent d’antisémitisme traditionnel , je suis devenu israélien il y a 56 ans après avoir été soldat français 28 mois dont 14 en Algérie durant cette abominable et inutile guerre , je suis également rescapé de la choa , en ce temps là j’avais 4 ans et demi , arraché de mes parents envoyés à Auschwitz pour y mourir dans un des  » détails de l’histoire  » comme les désigne un autre breton antisémite traditionnel qui jouit cependant lui aussi d’une bonne situation . Je dois la vie à de braves français de souche chrétiens qui m’ont caché pour me sauver de la déportation et de la mort .Alors je m’accorde le droit de vous remettre vos pendules à l’heure pour ce qui concerne les Juifs et Israël . Sachez que nos particularisme moraux comme vous le citez sont liés à notre éducation qui nous oblige à apprendre à lire et à écrire depuis l’âge de la maternelle et ceci depuis 3.400 ans ,notre Jules Ferry n’était autre que le Créateur du Monde qui nous a choisi pour nous transmettre son Enseignement , et evidemment cela laisse des traces ! et pour vous en rendre compte , je vous invite à venir faire une visite en Israël pour vous rendre compte quel est ce « bordel  » , comme vous le dites , qu’ont construit les israéliens en seulement 68 ans d’existence de leur état dans tous les domaines de l’agriculture , de la science et de la médecine et du domaine militaire , l’Humanité entière profite des découvertes scientifiques et médicales qui voient le jour en Israël . Je me permets de vous rendre à l’évidence que l’état français aide beaucoup plus les palestiniens qu’Israël ,( la France va depuis longtemps du côté de nos ennemis!) et c’est surtout Israël qui est sollicité par la France pour recevoir et apprendre les méthodes de lutte contre le terrorisme musulman qui dans peu de temps fera de cette ancienne belle France regrettée que j’ai connu , une chienlit du tiers monde , avec la perte d’identité nationale et religieuse chrétienne qui fut la sienne dans le siècle passé , et ceci dû à la veulerie et à la recherche du profit personnel des dirigeants au pouvoir depuis des décennies . Les Juifs n’ont jamais dérangé personne dans leurs pays de résidence respectifs comparé à ce que les immigrés musulmans exigent de nos jours et sont prêts à saccager les magasins et brûler les voitures , ceci est sans doute un retournement punitif venu du Ciel : l’Europe a envoyé à la mort il y a plus de 70 ans 6 millions de sémites de façon industrielle , maintenant cette même Europe se voit envahie de dizaines de millions d’autres sémites en marche pour la détruire , Calais n’est pas si loin de la Bretagne ! et je n’ai rien contre les bretons , un de mes meilleurs amis qui parlait le breton avec ses parents se nommait Jean Le Gal …… car le curé de sa paroisse n’était pas antisémite , au contraire ……

    • Bonsoir
      A homme respectueux réponse respectueuse

      J’ai déjà séjourné en Israël est l’ai parcourut du nord au sud. La palestine la Jordanie legypte etc
      J’ai été très bien reçu au porte de jerusalem dans un restaurant qui mon laisser de très bon souvenir.
      J’ai fait des photos avec deux jeunes femmes soldat sous la voûte permettant l’accès au mur des lamentation ou j’ai poser une kippa sur ma tête.
      Ce pays est très joli…je suis aller en palestine mais regrette ne pas y êtes rester suffisamment de temps.
      Il me semble que plus les gens sont pauvres plus il se dirige vers les extremes.
      Concernant la France nos élites illégitime sont corrompu. L’un de  » nos président » Jacques attali entre autres ont à priori une vision d’un monde sans frontière (sauf Israël il me semble) , nous avons Bernard Henry Levy qui semble t il serais l’instigateur du bordel qui reigne en lybie
      Nous avons aussi la Syrie depuis….nous avons aussi un ministre (valls) qui censure et mets en place un état policier (j’y ait déjà goûter) et qui traité avec le plus grand mépris le peuple de France en le traitant en permanence d’antisémite
      (Je n’ai personnellement jamais ni mon entourage connu de juifs en France persécuter ni insulter)
      Si la France devient antisémite vous devrier en toucher deux mots à valls et s’il y une émigration plus que massive dénoncer depuis 20 ans peut être devriez vous posez la question à Jacques attali
      Pour votre information ça n’est plus le peuple français qui choisie ça destiner depuis longtemps…ça risque de changer
      Merci bonsoir

      • De la collaboration au FLB : deux documentaires d’Hubert Béasse
        .

        La propagande autonomiste omniprésente en Bretagne s’appuie sur de nombreuses publications, expositions et films subventionnés. Elle consiste en mainte occasion à donner une version lénifiante de l’histoire du mouvement nationaliste breton, pourtant honni des Bretons, tant à l’époque de Breiz Atao (dans l’entre-deux-guerres) que sous l’Occupation) puis à l’époque du FLB.

        Le réalisateur Hubert Béasse a produit ce qui semble être la version désormais accréditée sur la collaboration et sur le FLB.

        Ses deux documentaires, Berlin, Vichy, Bretagne, et Les années FLB ont été diffusés sur FR3 Bretagne le premier le samedi 9 avril 2012 à 15 h 15 ; le second (en deux volets) a les 9 et 16 novembre 2013 à 15 h 20.

        *

        I.

        BERLIN, VICHY, BRETAGNE

        Voilà quelques années, face aux protestations que nous avons été quelques-uns à élever contre la réécriture de l’histoire en Bretagne et à l’occultation du passé de militants nationalistes bretons collaborateurs des nazis, un colloque international avait été organisé à Brest avec l’appui du conseil régional : il s’agissait de donner une version officielle en noyant le cas de la Bretagne parmi les cas hétéroclites de régions diverses.

        La leçon du colloque était donnée par l’historien autonomistes Michel Denis : une frange de nationalistes du PNB a collaboré avec les nazis pour obtenir quelques avantages culturels refusés à l’infortunée Bretagne par la France jacobine, mais les bons autonomistes, eux, n’ont pas collaboré. Démonstration aberrante, contredite par tous les faits, mais qui a permis de fournir aux médias le discours consensuel nécessaire pour permettre de mettre en œuvre le projet de régionalisation appelé par la droite comme par la gauche.

        Le documentaire Berlin Vichy Bretagne réalisé par Hubert Béasse et qui a bénéficié d’importantes subventions du conseil régional de Bretagne, d’une promotion et d’une diffusion impressionnantes, est une étape de plus dans la réécriture de l’histoire préparant l’autonomie régionale.

        *

        Cette fois, le cas de la Bretagne est présenté comme un cas tout à fait à part. Lors du colloque de Brest, l’analyse des réseaux ethnistes mis en place depuis le XIXe siècle pour lutter contre l’héritage des Lumières se perdait dans le chaos des minorités accumulées : ici, nulle analyse idéologique, nulle mise en contexte, nul rappel de l’histoire du mouvement Breiz Atao, fondé juste après la Première Guerre mondiale par un groupe de jeunes gens dont le principal, Maurice, dit Morvan, Marchal, l’inventeur du drapeau breton dit « gwenn-ha-du » (bizarrement traduit par « noir et blanc ») est oublié.

        Un bon coup de gomme et tout commence avec Hitler, seul coupable.

        Machiavélique comme de coutume, il a le plan de faire éclater la France en régions ethniques et arrive à convaincre deux militants bretons, Mordrel et Debauvais, qui se convertissent au nazisme dans le but de faire progresser « l’idée bretonne ». Car, attention, si certains se laissent gagner à la cause allemande, ce n’est pas du tout parce qu’ils sont, en plein accord avec le racisme de l’Abwehr, décidés à lutter contre la France républicaine, c’est la faute de la marâtre France qui refuse aux Bretons le droit de parler leur langue à l’école.

        De Creston, de Yann Sohier, de Morvan Lebesque, de Youenn Drezen, de tant d’autres militant de la première heure, partisans du programme national-socialiste de Breiz Atao, pas un mot. Pas question d’évoquer les responsabilités des grands hommes du mouvement nationaliste breton auxquels tant de municipalités rendent hommage actuellement.

        *

        Arrivés en Bretagne, les nazis offrent aux Bretons un journal, L’Heure bretonne, une radio en breton qui est confiée, de même que l’Institut celtique, à Roparz Hemon dont on découvre subitement le rôle sans comprendre son parcours, puis le Comité consultatif confié à un énigmatique Fouéré dont le parcours se perd lui-même dans le flou. De la teneur raciste de L’Heure bretonne, rien ; du programme de l’Institut celtique et du Comité consultatif, rien. Georges Cadiou, journaliste autonomiste, auteur de l’essai L’Hermine contre la croix gammée, explique avec regret qu’on ne sait pas ce qu’aurait pu donner le Comité consultatif. « C’est l’Histoire qui a fait que ç’a été un échec ». L’Histoire, autrement dit la Libération. Dommage, en effet, mais voilà, c’est encore la République la coupable : « La République n’avait jamais voulu d’institutions bretonnes »… Reste à savoir si les Bretons, et quels Bretons, les demandaient. Le programme ethniste du Comité consultatif, borné dans l’identitarisme néoceltique en plein accord avec les services de propagande nazis, aurait donc pu, d’après ce journaliste qui accompagne tout ce documentaire, donner quelque chose de très bien.

        Le film est presque terminé lorsqu’on apprend soudain qu’à la suite de l’exécution par la Résistance d’un certain abbé Perrot, dont on ne sait rien, le Parti national breton se scinde. Christian Bougeard ose assurer que la majorité du PNB devient antinazie tandis qu’une infime minorité, à la suite de Debauvais, toujours lui, et d’un mystérieux Lainé qui fonde une vague petite milice bretonne sous uniforme SS dite Bezen Perrot, se durcit. Des exactions du Bezen, de ses liens avec l’ensemble de ce milieu collaborationniste, de la puissance des réseaux affairistes qui tiennent le PNB, du fait que Mordrel, Fouéré, Hemon, sont des agents de la Gestapo, pas un mot. De la haine portée par l’ensemble de la population à ces autonomistes, pas un mot non plus. Pis encore, on allègue que c’est l’influence de la hiérarchie catholique qui a détourné les Bretons des sirènes nationalistes, et l’on va jusqu’à expliquer que « les Bretons se méfiaient peut-être de l’État français mais ils étaient fidèles à leurs curés »… À défaut du sabre, vive le goupillon !

        *

        La démonstration historique est fausse pour cinq raisons :

        1. L’analyse de l’idéologie du mouvement nationaliste breton étant absente, il est impossible de comprendre ce qui a porté ces militants, dès les années 20, à œuvrer dans les réseaux ethnistes instrumentalisés par l’Allemagne.

        2. Cette occultation du contexte permet d’accuser Hitler seul d’avoir séduit de bons Bretons soucieux de préserver leur langue et leur culture.

        3. Sur cette base, il est possible de rendre la France responsable de la dérive nazie d’une minorité de militants, les autres restant à l’écart — alors que le PNB fédérait autonomistes et indépendantistes autour de la même défense d’une race bretonne.

        4. Cela permet, en dénonçant Mordrel, Debauvais, Hemon et Fouéré, d’absoudre la masse des militants supposés faire partie d’un PNB antinazi (et donc, de fait, tous les autres, Creston, Drezen, Langlais, Monjarret, Marchal, Lebesque, et tutti quanti).

        5. Ce qui permet d’occulter le rôle et la place des miliciens du Bezen Perrot, leur fuite en Irlande et leur rôle dans le FLB et le mouvement nationaliste breton après-guerre.

        Ainsi l’histoire est-elle revue et corrigée en fonction des impératifs idéologiques du mouvement breton actuel.

        *

        Les explications données par FR3 au sujet de ce film sont d’ailleurs, dans leur confusion même, parfaitement claires :

        « De 1940 à 44 un pan de l’histoire bretonne porté par les mouvements nationalistes s’est perdu dans les mémoires collectives. Les nazis ont tenté d’aryaniser la Bretagne. Quelques ouvrages essaieront des années plus tard de ré-écrire les faits et les positions tenues. Investigation dans les archives allemandes pour connaître la réalité afin que la faute de quelques-uns (si elle est avérée) ne soit pas une faute collective plus lourde à porter. »

        Il s’agit d’absoudre une collectivité (reste à savoir laquelle) d’une faute (peut-être hypothétique) pour que cette collectivité (elle-même hypothétique) n’ait plus à porter la faute (hypothétique) de quelques-uns.

        Ce qui était du domaine de l’histoire devient soudain objet d’un jugement moral.

        Et cela à partir de faits inexacts :

        — D’une part, l’engagement des autonomistes dans la collaboration, loin de s’être perdu dans la mémoire collective de Bretons, y est resté, au contraire, étonnamment vivace. N’est-ce pas cette mémoire qu’il s’agit d’occulter ?

        — D’autre part, ces nationalistes étaient de longue date en relation avec les services secrets allemands et ce sont eux qui ont a fait appel aux nazis.

        — La phrase « les nazis ont tenté d’aryaniser la Bretagne » est absurde. Le terme « aryaniser » désigne les violences exercées par les nazis pour anéantir les juifs et s’emparer de leurs biens au nom d’une race aryenne supposée supérieure. Écrire que les nazis ont « tenté d’aryaniser la Bretagne » est inepte car ils n’ont pas fait qu’essayer, il ont réussi à exterminer et voler les juifs — qui étaient peu nombreux en Bretagne, et la question de l’« aryanisation » ne sert qu’à dissimuler l’essentiel s’agissant du mouvement nationaliste breton : les nazis ont fait en sorte, avec leur appui, de rendre la Bretagne à ses origines celtiques pures, ou prétendues telles, comme le voulaient les nationalistes depuis les origines, en vue d’instaurer une Europe des races et ethnies. Il s’agit donc de « celtisation » ou de « racialisation celtique », non d’aryanisation.

        Il resterait à savoir si, même en se disant de gauche, le mouvement breton peut avoir une autre base idéologique : les Bretons sont celtes ; étant celtes, ils font partie d’une ethnie à libérer. C’est évidemment cette problématique qu’il s’agit coûte que coûte d’occulter.

        — Enfin, le fait que la totalité des nationalistes bretons (à de très rares exceptions près) ait collaboré avec les nazis est un fait établi : accuser l’historiographie de « réécrire », et mettre la « faute » en doute comme s’il s’agissait d’un péché à dire en confession pour bénéficier de l’absolution est une manœuvre rhétorique qui vise à laisser accroire que cette « faute collective » concernerait la Bretagne et non le mouvement nationaliste breton.

        Ainsi ce dernier se substitue-t-il à une Bretagne qui a combattu le nazisme au nom de la France et des valeurs républicaines.

        *

        Ce tour de passe-passe est aussi ancien que le mouvement nationaliste breton lui-même qui n’a jamais parlé qu’au nom de la Bretagne, une Bretagne fantasmée au nom d’une langue elle-même fantasmée, à épurer et sauver coûte que coûte de toute souillure avec l’odieux breton du peuple, au nom au nom de gènes celtiques à garder eux aussi purs de toute souillure. En revanche, que ce tour de passe-passe soit officialisé parce que consensuel et subventionné sur fonds publics montre que nous sommes passés à une étape nouvelle. Les historiens qui auraient pu protester se taisent. Les instances régionales socialistes qui induisent cette vision orientée de l’histoire au lieu d’analyser les faits et leurs conséquences risquent de nous faire payer cher cet aveuglement.

        II.

        LES ANNÉES FLB

        Au moment où flambent les pseudo-révoltes spontanées des Bretons affublés de bonnets rouges par des patrons qui annonçaient dès leur « appel breton du 18 juin » à boycotter l’écotaxe, et alors même que ces patrons se réfèrent au lobby du CELIB appuyé dans les années 60 par les actions violentes du FLB, FR3 diffuse ce qui est, en somme, la suite de Berlin Vichy Bretagne (le documentaire d’Hubert Béasse supposé faire le point sur la collaboration du mouvement nationaliste breton), à savoir Les années FLB, également subventionné par le conseil régional socialiste.

        Cette fois, nous avons droit à deux volets : deux fois plus long de temps pour diffuser un message deux fois plus confus, deux fois plus consensuellement propagandistique et deux fois plus biaisé.

        Le message de Berlin Vichy Bretagne était simple : le méchant Hitler (Berlin), du fait que la méchante France (Vichy) ne reconnaissait pas les droits des bons Bretons à parler leur langue et assumer leur identité celte (Bretagne) a malheureusement réussi à séduire quelques pauvres égarés du nationalisme breton.

        Le message des Années FLB n’est pas plus compliqué : après guerre, de pauvres Bretons sont devenus terroristes pour faire entendre les revendications bretonnes car la bombe, étant retentissante, contraignait ponctuellement le pouvoir français à sortir de sa surdité. Grâce à eux, les pouvoirs publics ont cédé : comme le dit en conclusion le militant nationaliste Charlie Grall, « on a forcé les pouvoirs à agir là où ils ne voulaient rien faire. » Merci à eux.

        *

        *

        Le documentaire est rédigé selon la méthode du confusionnisme absolu, le confusionnisme volontaire qui faisait soudain, dans le documentaire Berlin Vichy Bretagne, surgir un nommé Roparz Hemon, puis un certain abbé Perrot, dans le cours d’une histoire qui les avait jusqu’alors ignorés : là, c’est un certain Fouéré qui est, ou n’est pas, chef du FLB. D’où vient-il ? Pourquoi ? Nul ne le sait : la logique de l’action de Fouéré poursuivie dès l’entre-deux-guerre, puis sous l’Occupation, sur les mêmes bases, avec les mêmes alliances, en relation avec l’Allemagne nazie, puis les réseaux ethnistes européens reconstitués après guerre, est totalement effacée ; à aucun moment il n’est dit que c’est lui qui a organisé la filière de faux passeports permettant aux SS du Bezen Perrot de se réfugier en Irlande d’où faire repartir le combat breton. Membre du Kuzul Meur (du conseil secret) des nationalistes sous l’Occupation, Fouéré agitssait, selon sa stratégie, en tissant des toiles d’araignée où tel ou tel pouvait venir se prendre et servir la cause : le MOB (premier parti nationaliste breton à se reconstituer après-guerre), le fédéralisme aux couleurs régionalistes bon teint, les liaisons interceltiques, le CELIB, le FLB…

        De l’itinéraire de son associé Pierre Lemoine œuvrant à la tête de la Fédération Peuples et Ethnies Solidaires (à l’origine de la Charte des langues régionales) et dans l’ombre au FLB, avant de devenir le maître à penser du parti nationaliste d’extrême droite Adsav, rien non plus. C’est un bon vieillard, qui donne sa version des faits, version donnée pour monnaie comptante, comme tout le reste.

        À quoi bon y revenir puisque tout est du même accabit ? Des terroristes plus ou moins décatis viennent nous expliquer ce qu’ils ont fait ad majorem patriæ gloriam (: evit ar Vro). L’un d’eux explique qu’un accord avait été conclu : pas de gauche, pas de droite, on veut l’indépendance de la Bretagne, on fait sauter tout ce qu’on peut faire sauter aux frais du contribuable, et après on verra. « Na ruz na gwenn, breizhad hepken » (« Ni rouge ni blanc, breton seulement », vieux mot d’ordre des droites extrêmes mis à la sauce bretonne). Il apparaît ensuite que ce terroriste, un nommé Montauzier, a été responsable de l’attentat contre le palais de Versailles — des millions de francs de dégâts… Pour démontrer quoi ? Peu importe. Le fait que Montauzier ait poursuivi son militantisme à Adsav n’est jamais mentionné. Ni rouge ni blanc ? Non, d’extrême droite, et pas n’importe quelle extrême droite. Seule leçon du film : le FLB, on a beau dire, « c’est une sacrée histoire ! Parce que ce n’est pas tous les jours qu’on fait péter le château de Versailles. »

        *

        Nulle mise en contexte, nulle possibilité donnée au spectateur de prendre conscience de l’indignation qui était alors celle de l’immense majorité des Bretons, nulle possibilté de comprendre sur quoi reposait la revendication ultime qui unissait vieux nazillons fiers de leur engagement et extrême gauche maoïste.

        La seule leçon à tirer est que cette revendication posée implicitement par le film comme juste est présentée comme enfin prise en compte par les socialistes à la suite du discours de Mitterand avec à sa droite Edmond Hervé. Vive donc la gauche socialiste qui a tout compris et qui entend faire entendre les légitimes revendications des Bretons opprimés.

        Les silences sont sans doute ce que ce film a de plus insupportable : silence sur l’attentat de Christian Le Bihan contre le palais de Justice de Guingamp. Silence sur le fait que cet attentat qui a coûté la vie à son auteur en 1985 a été l’occasion de cérémonies organisées par l’extrême gauche nationaliste alors que Christian Le Bihan était un militant néonazi (je l’ai rappelé dans Le Monde comme si dès 2002, ce qui n’a pas empêché les hommages de se poursuivre). Bien qu’honoré par Per Denez, éminence grise du mouvement nationaliste breton et responsable du département de Celtique de l’université de Rennes, comme « le Breton le plus méritant des vingt dernières années » avec Kernaleguen, un étudiant qui, lui aussi, s’était fait sauter avec sa bombe en action pour le FLB, Christian Le Bihan n’est pas même mentionné.

        Disparus aussi les militants responsables de tant de destructions et qui ont si souvent pris le risque de tuer[1] avant que l’attentat meurtrier de Quévert (sans coupable connu) ne mette fin pour le moment aux actions terroristes : de Pascal Laizé, l’artificier du FLB, de Stéphane Philippe, d’Alain Solé (qui avait pour avocate Isabelle Coutant-Peyre, épouse de Carlos, connue pour ses liens avec les réseaux négationnistes), de Gaël Roblin, Christian Georgeault, sa fille et Arnaud Vannier, qui ont occupé l’actualité pendant des années, pas un mot. C’étaient eux pourtant qui auraient pu justifier cette enquête, eux seuls qui, à la suite de procès fleuve et qui ont coûté cher à la collectivité, auraient pu nous éclairer sur la manière dont ils voyaient à présent le FLB.

        Sur la mise en danger d’autrui, sur l’irresponsabilité, sur le mépris des gens de Bretagne totalement étrangers aux revendications de ces terroristes : silence, rideau. Le FLB a fait avancer les choses, a été l’outil nécessaire pour qu’un progrès s’accomplisse, telle est la leçon à retenir.

        *

        Quoique le fait qu’il n’en ait pas mesuré les enjeux ne soit pas à porter à son crédit, sans doute le réalisateur n’a-t-il pas imaginé que ce film pourrait jouer un tel rôle de propagande au moment où les nationalistes évoquent la résurgence d’un nouveau FLB pour appuyer les actions d’un nouveau CELIB.

        En revanche, le fait de diffuser ce film en un tel moment est un acte politique — et un acte politique assumé comme tel par le responsable de la chaîne : « Est-ce jouer avec le feu dans le contexte actuel ? Bien au contraire. Ce travail sur le FLB raconte avant tout les enjeux politiques de la régionalisation », écrit Bertrand Rault. « En regardant l’histoire du FLB, on comprend ainsi beaucoup mieux pourquoi les Bretons réclament aujourd’hui un nouveau projet régional ambitieux, en l’exprimant dans un cri de colère désespéré ! ».

        Simple rappel à la réalité : jusqu’à nouvel informé, les Bretons n’ont jamais mandaté le FLB pour agir en leur nom et n’ont jamais réclamé de nouveau programme régional.

        En élisant des socialistes, ils ont cru pouvoir en finir avec la dérèglementation que le patronat breton appelle de ses vœux avec l’appui des autonomistes. Il est permis de penser qu’ils sont abusés.

        Au moment où la violence flambe, diffuser ce film n’est pas jouer avec le feu, c’est verser de l’huile sur ce feu.

        .

        © françoise morvan

        [1] « L’accusation relève plusieurs témoignages affirmant que certains attentats ont été commis sous l’emprise de l’alcool et dénonce « la désinvolture manifeste confinant à l’irresponsabilité absolue » de certains des accusés.

        L’instruction a aussi mis en évidence les liens entre l’ARB et le mouvement politique indépendantiste Emgann, auxquels appartiennent ou ont appartenu les onze accusés, dont le porte-parole de ce parti, Gaël Roblin. Emgann est considéré comme la « vitrine légale » du groupe armé. » (Agence Reuters, 2 mars 2004).

      • @ RIOUAL
        Je constate avec satisfaction le ton courtois de notre échange qui me laisse penser que si nous étions tous deux assis à la table d’un café à Jérusalem devant une bonne bière fraîche , nous aurions peut-être des chances à nous accorder . Ceci dit en passant , les deux personnalités juives que vous citez ne bénéficient d’aucune estime de la part des franco-israéliens ni des israéliens tout court , ils sont fondus dans toute la clique des français non juifs peut-être faiseurs de « bordel « ( pour citer cette expression qui vous est chère ) et n’ont aucune place dans l’agenda israélien et encore moins au sein du Judaïsme français authentique dont le seul représentant est le Consistoire israélite de France fondé par Napoléon Bonaparte , et non plus par le fameux CRIF qui ne représente rien du tout sinon lui-même . A propos , j’affectionne un authentique Breton , grand ami des Juifs et d’Israël : monsieur le maire du 16 ème arrondissement à Paris, Monsieur Le Goesguen .
        A mon tour de vous souhaiter une bonne semaine précédée d’un bon repos dominical . Ephraïm , rabbin à Jérusalem .

  2. C’est pour tout ça qu’il faut arrêter toutes ces « commémorations » reconnaissant d’autant plus un peuple juif mort en Europe pour mieux hésiter à en reconnaître un vivant en Israël.

    Rappelons-nous qu’en France un Zarkosy et un Juppé, à l’époque respectivement président et premier ministre, avaient déclaré qu’un État se nommant Juif n’était peut-être pas très approprié…

    Alors disons leur que nous, nous n’oublierons jamais ce que l’Europe chrétienne et laïque a fait aux juifs et quant à eux qu’ils en fassent ce qu’ils veulent mais il suffit de leurs larmes de crocodiles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.