Le président libanais Michel Aoun (d.) s’est entretenu avec le numéro trois de la diplomatie américaine David Hale (g.), le 14 août 2020. Dalati Nohra/Handout via REUTERS

Le Liban déclare un cadre convenu pour les négociations sur la frontière israélienne

Reuters| Publié le: 10.01.20, 15:30 Ynet
Le président du parlement libanais a déclaré jeudi qu’un cadre avait été convenu pour des pourparlers avec Israël afin de mettre fin à un différend frontalier de longue date entre les deux nations officiellement en guerre.
 
Nabih Berri, qui a déclaré que l’armée dirigerait l’équipe libanaise, a déclaré qu’une conférence de presse aurait lieu au sud du Liban près de la frontière sous les auspices des Nations Unies et que les États-Unis feraient pression pour un accord aussi vite que possible.

דגל לבנון דגל ישראל

Drapeau israélien et libanais
( Photo: Shutterstock )
Berri a déclaré que l’accord sur un cadre était en place avant que les États-Unis n’imposent des sanctions aux politiciens libanais, y compris l’aide de Berri.
Berri a également déclaré lors d’une conférence de presse qu’il avait demandé au président français Emmanuel Macron de faire pression sur la société d’énergie Total pour qu’elle ne retarde pas l’exploration de gaz dans la zone offshore qui longe la région frontalière maritime contestée.

Carte des frontières israélienne et libanaise

Carte des frontières israélienne et libanaise
( Photo: AP )
Berri a annoncé l’initiative des pourparlers frontaliers après l’imposition de sanctions américaines à son bras droit pour corruption et aide financière au Hezbollah, le groupe fortement armé, soutenu par l’Iran, que Washington considère comme une organisation terroriste.

https://www.ynetnews.com/article/r1kmsHmUv

Le Liban pourrait annoncer des négociations indirectes avec Israël

 

Les médias arabes ont rapporté jeudi que le Liban pourrait annoncer des négociations indirectes avec Israël, selon Israel Hayom .

Liban-Israël: des avancées sur le tracé des frontières

Le président libanais Michel Aoun (d.) s'est entretenu avec le numéro trois de la diplomatie américaine David Hale (g.), le 14 août 2020.
Le président libanais Michel Aoun (d.) s’est entretenu avec le numéro trois de la diplomatie américaine David Hale (g.), le 14 août 2020. Dalati Nohra/Handout via REUTERS
Texte par :RFISuivre De notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

 

Interrogé par BFMTV sur la possibilité d’une paix libano-israélienne, Michel Aoun a répondu : « Cela dépend. Nous avons des problèmes avec Israël, il faut les résoudre d’abord. » Parmi ces problèmes figurent notamment le contrôle par l’armée israélienne des fermes de Chebaa, aux confins du Liban, d’Israël et de la Syrie, mais aussi le tracé des frontières maritimes et terrestres entre le pays du cèdre et l’État hébreu.

Le 6 août, deux jours après la double explosion de Beyrouth, le président du Parlement libanais, Nabih Berry, avait affirmé que les négociations sur le tracé des frontières maritimes avec Israël étaient sur le point de s’achever.

Des concessions de part et d’autre

Ces pourparlers se déroulent d’une manière indirecte à travers une médiation américaine, conduite par le secrétaire d’État adjoint pour les Affaires politiques, David Hale, arrivé à Beyrouth jeudi soir. Sur ce dossier, les enjeux sont importants car le litige entre le Liban et Israël porte essentiellement sur une zone maritime riche en hydrocarbures.

Un des objectifs de la visite de David Hale à Beyrouth était notamment de finaliser les détails d’un accord pour régler ce contentieux. Israël aurait fait des concessions au niveau du tracé terrestre et, en contrepartie, le Liban aurait revu à la baisse ses exigences en mer.

Autre point, Michel Aoun a aussi évité de critiquer la normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël, contrairement à son allié le chef du Hezbollah.

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200816-liban-israel-avanc%C3%A9es-frontieres-terrestres-maritimes-michel-aoun

5 Commentaires

  1. Encore un élément à mettre à l’actif de TRUMP.
    Un accord que le micron de l’Elysée n’a pas su rechercher et encore moins imaginer tant il est aveuglé par sa vision dépassée du Moyen-Orient.

  2. Désarmement total du Hezbollah et destruction de toutes leurs bases au Liban avant une éventuelle normalisation de paix entre israéliens et libanais , c’est la moindre des choses , sinon le Liban il a quoi aujourd’hui ? Rien, plus d’économie que des pauvres et des terroristes…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.