Yaïr Lapid, député israélien et chef du parti Yesh Atid (centre gauche) a déjà dénoncé le boycott par le passé. « Le monde est devenu fou, en supprimant les sanctions contre l’Iran et en optant pour le boycott d’Israël à la place » a-t-il écrit récemment.

Cette fois ci ses récriminations se portent sur le Golan frappé par le boycott : « Le plateau du Golan est une région dans le nord de l’Etat d’Israël qui n’a rien à voir avec les conflit israélo-palestinien, » écrit-il, notant que « pas un seul Palestinien [c.-à-arabe de Judée et de Samarie, au delà de la ligne verte de 1967] ne vit là-bas. « 

« A qui l’UE voudrait-elle que nous rendions le Golan? » demande Lapid  qui propose cyniquement quatre options: «La première est le de le rendre à abhat al-Nusra, l’aile locale d’Al-Qaïda à notre frontière. Une autre option est l’Etat islamique, qui lutte pour prendre le contrôle de la zone. Une troisième option est le Hezbollah qui est.. sur la partie libanaise de la frontière, et une quatrième option est le régime meurtrier du président Assad lui-même « .

Pour parer à l’idée que la dernière option pourrait être relativement réaliste, Lapid ajoute, « Nous pouvons supposer que la première chose qu’Assad [ferait] serait d’enrôler dans ses forces armées tous les hommes druzes qui vivent actuellement libres et égaux sur les hauteurs du Golan. Leurs femmes et leurs enfants iraient rejoindre les millions de réfugiés qui ont déjà fui son régime « .

L’Autorité palestinienne, bien sûr, n’est même pas une option, « parce que l’Autorité palestinienne n’a jamais été dans les hauteurs du Golan et [n’a] aucun intérêt à y être et rien à y faire. »

« Alors, pourquoi les produits des hauteurs du Golan sont inclus dans le boycott européen? » demande Lapid, notant qu’il est clairement question d’un boycott et pas seulement « d’un étiquetage. »

Il continue alors : « C’est parce que l’enthousiasme de nuire à Israël est si grand – et les motifs si sinistre – que personne n’a même pas pris la peine de vérifier les détails de la situation du Golan… Dès qu’on leur dit qu’il, est question d’Israël, ils sont animés d’une grande ferveur qui les amène à attaquer la seule démocratie du Moyen-Orient – et un endroit totalement déconnecté du conflit ».

En bref, «ceci témoigne de la capitulation de l’Union européenne devant les islamistes radicaux qui exigent que l’Etat d’Israël soit attaqué de toute les façons possibles. »

Israel national News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.