L’Ethiopie et la légende de l’arche perdue

Une légende religieuse de longue date en Éthiopie décrit comment l’Arche de l’Alliance a été amenée il y a 3 000 ans par un homme nommé Menelik, le fils de la reine de Saba et du roi d’Israël Salomon.

Un lien fascinant entre l’Éthiopie et l’histoire juive est la croyance que l’Arche de l’Alliance, contenant les tablettes des Dix Commandements, peut résider à ce jour en Éthiopie. Alors qu’une source talmudique rapporte que l’arche – ainsi que plusieurs autres objets sacrés du temple – était cachée juste avant la destruction du Beit Hamikdash (Temple), de nombreuses autres théories existent quant à son emplacement.
Une légende religieuse de longue date en Éthiopie décrit comment l’ Arche de l’Alliance a été amenée il y a 3 000 ans par un homme nommé Menelik, qui, selon la légende, était le fils de la reine de Saba et du roi d’Israël Salomon. La légende raconte que la reine de Saba était originaire d’Éthiopie et qu’elle se rendit à Jérusalem, où elle fut séduite par le roi Salomon, donnant naissance à Ménélik à son retour chez elle. Menelik s’est ensuite rendu à Jérusalem et a étudié avec son père avant de prendre l’arche et de l’amener en Éthiopie, où, selon la légende, elle réside toujours dans l’église Notre-Dame Marie de Sion à Axoum, où seul « le gardien de l’arche de l’Alliance » peut le voir.
D’autres soutiennent qu’une secte de Juifs chassés d’Israël par le roi Manassé a emporté l’arche avec eux et l’a transportée en Égypte, d’où ils ont finalement remonté le Nil jusqu’en Éthiopie.
Les chercheurs qui se sont rendus à Axoum et se sont rendus à l’église Marie de Sion auraient été présentés à un homme appelé le gardien de l’arche. Cet homme aurait vécu toute sa vie à l’intérieur d’une zone clôturée entourant l’église et ne quitterait son poste qu’à sa mort, moment auquel il serait remplacé par le prochain tuteur. Dans la chapelle de l’église, 30 robes de 30 gardiens précédents sont exposées – et chacun de ces 30 a professé que l’objet qu’ils protégeaient était la véritable Arche d’Alliance.
Alors que d’autres contestent et démystifient cette légende – affirmant que, tout au plus, l’arche dans l’église n’est qu’une réplique de la réalité – cela correspond parfaitement à l’affirmation de l’ancien empereur éthiopien Haïlé Sélassié Ier qu’il était un descendant direct de Menelik. Sélassié, qui a régné sur l’Éthiopie de 1930 à 1974, s’est appelé «le Lion de Juda», le 225e roi descendant du roi David, et a affiché en évidence un motif de Lion de Juda sur le drapeau et la monnaie du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.