fbpx
Accueil International Les commandos US éliminent 40 cerveaux d’attentats ©

Les commandos US éliminent 40 cerveaux d’attentats ©

104 vues
3

Karam Al-Masri/AFP/GettyDOOR KICKERS

Les Forces des Opérations Spéciales américaines ont éliminé 40 terroristes de Daesh coupables d’attentats de Paris jusqu’en Egypte. 

Les Delta Force et les Navy Seals ont paralysé les capacités du groupe Daesh à recruter des djihadistes étrangers et mis la pression sur les réseaux responsables de frappes contre l’Europe et l’Afrique.

Alors que l’Etat islamique autoproclamé claironne que sa campagne terroriste est mondiale, les forces des opérations spéciales américaines ont tranquillement pris le temps d’éliminer plus de trois douzaines d’agents opérationnels-ressources de Daesh accusés d’avoir fomenté des attentats meurtriers en Europe et au-delà.

Des responsables au sein de l’appareil de la défense ont confié au Daily Beast que les opérateurs des forces spéciales américaines ont tué « 40 dirigeants et chefs de réseaux extérieurs, planificateurs et facilitateurs » accusés d’avoir instigué, conspiré ou financé des attentats de Daesh de Bruxelles à Paris et jusqu’en Egypte et Afrique.

C’est moins de la moitié du nombre total des cibles de Daesh que les opérateurs des forces spéciales ont éradiqué du champ de bataille, explique un responsable, dont des leaders de premier plan, comme le supposé Commandant en-second de Daesh, Haji Imam, tué en Mars.

Ces chiffres, qui n’étaient auparavant pas publiés offrent un rare aperçu sur la mission anti-terroriste américaine qui s’intègre dans les efforts de la coalition pour vaincre Daesh et que l’on crédite de paralyser les efforts de Daesh pour recruter des combattants étrangers et mener d’autres conspirations à terme, comme les attentats meurtriers de Paris, qui ont assassinés 130 personnes à l’automne dernier.

Comme preuve de la réussite globale de cette campagne, les responsables du Pentagone ont déclaré, cette semaine, que l’importance totale de Daesh, d’une estimation haute de 33.000 il y a un an serait tombé à entre 19.000 et 25.000 et que l’afflux de djihadistes étrangers en Irak et en Syrie a plongé d’environ 2.000 par mois l’an dernier à tout juste 200.  Le Secrétaire à la Défense Ash Carter a, quant à lui, été plus prudent à propos de ces statistiques, lors de son témoignage jeudi matin, en disant qu’il est « difficile d’être exact » dans l’estimation du flux de djihadistes étrangers, mais que les chiffres sont sérieusement en baisse, de façon générale. Cela contredirait quelque peu l’avertissement du Directeur des Renseignements Nationaux Jim Clapper, cette semaine, qui alertait que les cellules de Daesh sont probablement déjà en place à travers toute l’Europe.

maxresdefault (1)

Les frappes américaines ont accéléré leurs cadences depuis que le Secrétaire à la Défense Carter a annoncé le déploiement des forces spéciales dans le nord de l’Irak, en décembre dernier, avec le surnom lourd de sens de « Force expéditionnaire d’élimination ciblée », selon les responsables. Ils s’expriment sous le couvert de l’anonymat, parce qu’ils ne sont pas autorisés à décrire publiquement la mission des opérations spéciales.

Les responsables s’attendent à ce que le tempo s’élève encore, alors que les équipes de conseillers des opérations spéciales ont récemment augmentées, en Syrie, passant de 50 à plus de 300 hommes, comme l’a  annoncé le Président Obama la semaine dernière.

Nos informateurs disent que les agents des forces spéciales basés en Syrie ont pour but d’aider à rassembler les membres disparates des Forces Démocratiques Syriennes (mixte de membres des YPG kurdes et des tribus arabes locales) et de soumettre à une enquête approfondie ceux qui veulent se joindre à la mission, tout en recueillant des renseignements sur le terrain qui débouchent sur des frappes.

La CIA, la NSA et d’autres branches de la communauté des renseignements américains conduisent également cet effort, en trouvant des informations et en alimentant les forces de frappes de la coalition avec leurs découvertes.

Au sommet de la liste des cibles des opérations spéciales, on trouve le réseau des agents opérationnels de Daesh pour les « opérations extérieures » : 60 attaques menées dans 21 pays ont assassiné 1.000 personnes depuis janvier 2015, d’après ces responsables. La plupart des cibles de Daesh ont été éliminées en Syrie, par l’aviation de combat des opérations spéciales, mais aussi par des hommes de troupe qui ont tenté de capturer une poignée de cibles de Daesh de haute valeur stratégique au cours de raids. Toutes ces cibles ont résisté à leur capture et ont été abattues, selon les responsables.

Ce décompte sombre comprend l’élimination, précédemment annoncée, en Décembre, du membre et chef de réseau de Daesh implanté en Syrie, Charaffe al-Mouadan, pour lequel les responsables ont conclu qu’il avait des liens directs avec Abdel Hamid Abaoud, le chef de la cellule de Daesh qui a mené les attentats à Paris, en novembre dernier. Mouadan faisait partie d’un groupe estimé à 10 individus qui a été éliminé dans des frappes aériennes des opérations spéciales.

Une autre de ces têtes de réseaux était Abdul Kader Hakim, tué à Mossoul en Décembre dernier. Le Pentagone a désigné Hakim comme un « facilitateur d’opérations extérieures » et un spécialiste de la contrefaçon ayant des liens avec le réseau des attentats de Paris.

Il n’est pas évident de savoir combien de civils peutvent avoir été pris en étau, au cours de ces frappes en lien avec les opérations spéciales. Les Etats-Unis ont reconnu avoir accidentellement tué 41 civils au cours des 20 mois qui viennent de passer depuis le début des frappes de la coalition.

Parfois les élimination,s ou tentatives de capture ne sont pas annoncées, dans le but de voir comment va réagir Daesh, explique l’un de ces responsables. « Que font-ils, que disent-ils, avec qui communiquent-ils? Comment est-ce qu’ils remblaient (remplacent) l’opérateur manquant? », explique t-il. Ces réactions peuvent révéler des faiblesses que la force d’intervention américaine peut exploiter.

« Le but de ces opérations est de laisser Daesh dans le doute ».

Les responsables de la Défense reconnaissent que l’inconvénient du maintien du secret autour des opérations spéciales est que les organisations humanitaires et travaillant pour les droits de l’homme qui tentent de faire office d’arbitres neutres dans les zones de guerre ne savent pas toujours qui appeler quand des civils mentionnent des allégations de pertes humaines ou de dommages à la suite d’une frappe militaire – ou quand quelqu’un est portant manquant, car probablement tué dans un raid. Deux responsables importants de la Défense affirment travailler activement à établir et à maintenir des relations avec de telles ONG, dans les zones où opèrent leurs troupes, en partageant avec le Comité International de la Croix-Rouge des détails sur certains détenus, pris depuis quelques temps, dans le cadre de la politique du Pentagone sur les détenus.

« Les règles de la Défense… stipulent que l’information concernant des détenus en détention dans les locaux de l’armée américaine doivent pouvoir avoir un accès normal au CICR dans les 14 premiers jours de leur emprisonnement », déclare la porte-parole du CICR Anna Nelson. « En pratique, dès que nous avons connaissance de l’existence d’un nouveau détenu incarcéré par les Etats-Unis, nous nous mettons en contact avec les autorités américains afin d’organiser une visite ».

La mission anti-terroriste des opérations spéciales a pour fer de lance les hommes de troupe du Commandement des Opérations Spéciales Conjointes, la première unité anti-terroriste de l’armée américaine.

Mais, à la différence des précédents conflits, où les unités de choc du JSOC (COSC) travaillaient en secret, généralement à l’écart des autres types d’opérateurs des forces spéciales, les équipes présentes en Irak et en Syrie mélangent des spécialistes de disciplines multiples. Les « Door Kickers » (chargés du coup de pied dans la porte) d’unités comme la Delta Force de l’Armée américaine et les Navy Seals du Groupe de développement des Techniques Spéciales de Guerre qui s’entraînent aux missions de sauvetage des otages ou aux raids de capture ou d’éliminations ciblées sont appareillés avec des agents opérationnels comme les Bérets Verts qui sont spécialisés dans l’apprentissage des langues et cultures étrangères et entraînent des forces locales.

« Les équipes sont intégrées dans absolument tout ce que nous faisons », souligne un responsable de la défense.

La fusion de corps de troupes différents a quelque chose à voir avec l’expérience de ceux qui ont la responsabilité du combat contre Daesh. L’actuel Commandant du JSOC, le Lieutenant-Général Austin S. Miller et son prédécesseur, le Général Tony Thomas, ont tout deux dirigé la force d’intervention des opérations spéciales en Afghanistan, qui mélangeait les diverses compétences de tribus des opérations spéciales très différentes et fréquemment en rivalité les unes vis-à-vis des autres.

Thomas dirige à présent le Commandement des Opérations Spéciales américaines. Miller, a commandé tout dernièrement Fort Benning, en Géorgie, où il supervisait l’Ecole de formation des Rangers de l’armée américaine, qui a produit les premières femmes candidates ayant réussi l’examen d’entrée, bien avant la décision du Pentagone d’ouvrir tous les postes de combat aux femmes.

Et le Général Joseph Votel, qui a dirigé précédemment, à la fois l’USSOCOM et le JSOC, commande à présent la campagne contre Daesh, en tant que chef du commandement Central. Alors qu’il a planté ses racines dans le domaine de l’anti-terrorisme, bien plus tôt dans le cours de sa carrière, il dispose d’une perspective plus plus vaste de ce que chacun des clans différents au sein des forces spéciales apporte dans le combat. 

Mis à jour le  28/04/16 10:30 a.m. pour ajouter l’avertissement du Directeur des Renseignements Nationaux disant que les cellules de Daesh sont déjà implantées en Europe, les statistiques des frappes de la coalition et les commentaires du CI de la Croix Rouge. .

Kimberly Dozier

KIMBERLY DOZIER

thedailybeast.com

04.28.16 7:00 AM ET

Adaptation : Marc Brzustowski

3 Commentaires

  1. suite : l’armée américaine aurait du les assiéger durant des semaines jusqu’à ce qu’ils se rendent afin de tout faire pour les prendre vivants et en parfaite sante…….en plus de la sorte en protégeant la population innocente autour au lieu de massacrer au passage femmes et enfants afin d’éliminer les terroristes…….OU alors permettre aussi a Israel d’agir avec la même méthode américaine envers les gros fumiers de palestiniens et l’autorité palestinienne qui organise planifie, exécute et récompense les meurtres de civils Juifs innocents civils en Israel !!!

    Apres ce massacre americain, l’armée israélienne devrait avoir l’autorisation de bombarder immédiatement Ramallah même en massacrant aux passage les civils palestiniens……Comme pour les victimes « collatérales » du massacre americain ….Israel aussi peut s’octroyer le droit de faire des victimes collatérales chez les palestiniens qui font des attentats depuis plus de 20 ans et qui ne sont pas a des milliers de kms des juifs israéliens mais AU MILIEU d’EUX……..contrairement a l’Iraq ou a la Syrie par rapport aux Etats Unis !!!!

  2. On s’en fout !!!! ON préférerait lire : Les Forces des Opérations Spéciales Israéliennes ont éliminé 40 terroristes de l’autorité palestinienne coupables d’attentats dans Jérusalem et dans notre Judée Samarie ancestrale….de plus Israel EN TOUTE JUSTICE a exécuté TOUS les prisonniers palestiniens cette semaine appliquant, a l’image des Etats Unis la peine de mort réservée aux pires assassins !!!!

    En Amérique ces 40 exécutions sommaires de terroristes doivent être jugées car les soldats auraient du arrêter les terroristes au lieu de les massacrer……a l’image de ce que le monde pense du soldat israélien qui a tué le terroriste de Hebron….. Il n’y a aucune raison d’autoriser les américains a effectuer des exécutions sommaires de ce genre, peut être en plus en massacrant des civils femmes et enfants au passage, et d’interdire aux israéliens d’effectuer exactement ce même type de frappes sur les fumiers de palestiniens qui tuent des civils Juifs chaque jour !!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.