(L-R)Bahrain Foreign Minister Abdullatif al-Zayani, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, US President Donald Trump, and UAE Foreign Minister Abdullah bin Zayed Al-Nahyan hold up documents after participating in the signing of the Abraham Accords where the countries of Bahrain and the United Arab Emirates recognize Israel, at the White House in Washington, DC, September 15, 2020. - Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and the foreign ministers of Bahrain and the United Arab Emirates arrived September 15, 2020 at the White House to sign historic accords normalizing ties between the Jewish and Arab states. (Photo by SAUL LOEB / AFP) (Photo by SAUL LOEB/AFP via Getty Images)

Les succès de Trump au Moyen-Orient survivront-ils?

par Guy Millière 26 février 2021

Traduction du texte original: Will the Trump Successes in the Middle East Survive?

Les accords d’Abraham – entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn – conduiront à des investissements et des échanges commerciaux entre Israël et ses nouveaux partenaires qui se chiffreront en milliards de dollars. Ils permettront aux Émirats et à Bahreïn de bénéficier des technologies israéliennes, et de voir leur défense renforcée face à l’Iran.

Le Soudan, désormais retiré de la liste des États terroristes, peut bénéficier de l’aide d’Israël, l’un des leaders mondiaux dans le secteur des technologies agricoles, et pourra améliorer sa production alimentaire.

Le Président Trump a ajouté à l’accord la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, un territoire revendiqué par un groupe de guérilla soutenu par l’Algérie et, plus récemment, par la République islamique d’Iran et le Hezbollah. La décision du président Trump renforce le Maroc, allié des États-Unis, et affaiblit les ennemis des États-Unis.

Les programmes d’enseignement de l’Arabie saoudite sont modifiés dans une direction de tolérance, et toutes les dimensions antisémites et anti-israéliennes que comportaient ces programmes ont été supprimées. Le discours religieux dans le pays est lui aussi en train de changer … Le Grand Mufti d’Arabie saoudite, dit maintenant que la religion doit se disséminer par les mots, pas par le sabre … L’Arabie saoudite évolue dans une direction extrêmement prometteuse. On peut espérer que rien ne viendra contrarier cette évolution.

Les contours d’un Moyen-Orient plus stable, moins marqué par la guerre, semblent se dessiner – et pourront prendre forme, si ce qui s’esquisse n’est pas contrarié. Le régime des mollahs, qui n’est présentement plus une nuisance majeure, semble au bord de l’asphyxie. On doit espérer que ce qui s’esquisse ainsi ne sera pas contrarié non plus.

L’administration Biden menace déjà de saper l’ensemble de ce qui a été accompli. Biden a indiqué … qu’il souhaite renouer avec le catastrophique accord de 2015 sur le nucléaire iranien … Les conditions qu’il pose pour cela semblent se résumer à l’exigence que l’Iran respecte les termes de l’accord de 2015, que l’Iran n’a, en réalité, jamais respecté. Percevant qu’ils ont affaire à des adeptes de l’apaisement, les mollahs ont annoncé le 4 janvier qu’ils avaient décidé de reprendre l’enrichissement de l’uranium au niveau de 20%, proche de la pureté requise pour les armes atomiques. Le même jour, les mollahs ont saisi dans le détroit d’Ormuz un chimiquier battant pavillon sud-coréen.

L’administration Biden semble également désireuse de rétablir l’aide américaine à l’Autorité palestinienne et de renouer avec les dirigeants de celle-ci – sans leur parler de leur soutien au terrorisme, en les traitant à nouveau comme des « partenaires pour la paix », en dépit des preuves montrant que ce n’est pas ce qu’ils sont, et en tentant de se diriger vers un soutien renouvelé à une « solution à deux États », potentiellement mortelle pour Israël.

L’Iran ne peut que vouloir affaiblir les accords passés entre Israël, Bahreïn, les Émirats, le Maroc et le Soudan.

Les accords d’Abraham, solennellement signés le 15 septembre 2020 à la Maison Blanche par Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et les États-Unis, ont mis en branle un nouveau processus de paix que de nombreux observateurs auraient jugé inimaginable il y a quelques années à peine. De gauche à droite: le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif al-Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed Al-Nahyan participent à la signature des accords d’Abraham. (Photo de Saul Loeb / AFP via Getty Images)

22 décembre 2020. 9h30 du matin. Un avion décolle de l’aéroport Ben Gourion en Israël pour la capitale du Maroc, Rabat. Des accords économiques, politiques, culturels et stratégiques entre le Maroc et Israël seront bientôt signés et permettront une normalisation complète des relations entre les deux pays. Le Maroc sera le quatrième pays arabo-musulman en 2020 à signer des accords semblables avec Israël.

Lire la suite

https://fr.gatestoneinstitute.org/17106/succes-trump-moyen-orient

1 COMMENTAIRE

  1. Quoi que puisse tenter la crevure bidon, plus rien ne pourra briser le lien qui unit désormais les EAU, le Bahrein, le Soudan, le Maroc et Israël. Lien que viendra bientôt renforcer et élargir l’Arabie Saoudite. Et les grands perdants seront cette malheureuse Amérique de la crevure sus-citée et cette abjecte Europe en permanente adoration des babouches des colons criminels qui occupent illégalement notre Judée et notre Samarie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.