Les sciences humaines et sociales, là où vivent les antisémites.

Les professeurs de sciences, de technologie, d’ingénierie et de mathématiques (STIM) gardent la politique hors de leurs salles de classe et interagissent avec leurs pairs israéliens.

L’une des raisons pour lesquelles les descriptions des campus collégiaux et universitaires comme universellement antisémites ou hostiles à Israël sont si inexactes est qu’elles ignorent l’écrasante majorité des étudiants et des professeurs.

Les problèmes émanent principalement de certains domaines des sciences sociales et humaines, qui constituent une composante de plus en plus réduite de la plupart des universités. Se concentrer sur des professeurs hostiles dans des domaines tels que les études de genre, les études sur le Moyen-Orient et l’anthropologie ignore les quelque 40 % de professeurs dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM). Les professeurs de STIM sont généralement soit apolitiques, soit plus susceptibles d’être plus sympathiques à Israël et moins hostiles envers les Juifs.

Comme je l’ai déjà noté , les résolutions BDS sont généralement adoptées par une poignée de personnes servant dans les gouvernements étudiants. Ces personnes n’ont pas à faire de déclarations de politique étrangère au nom de milliers de leurs pairs qui les ont élus pour répondre aux préoccupations des étudiants comme les frais de scolarité, la sécurité sur les campus et les salaires des travailleurs étudiants. Par exemple, l’une des résolutions les plus récentes – à Case Western – a été adoptée par 31 étudiants sur un corps étudiant de plus de 5 000.

De même, les professeurs de sciences sociales et humaines qui prônent le boycott d’Israël ne parlent pas au nom des centaines, voire des milliers, de professeurs sur leurs campus. Parce que la majorité reste silencieuse, seules les voix les plus fortes se font entendre, créant l’image que tous les campus sont anti-israéliens et antisémites.

Une indication quantitative du problème a été publiée par Tammi Rossman-Benjamin, qui a interrogé 938 membres du corps professoral dans 316 institutions et a constaté que 86 % de ceux qui soutiennent le boycott d’Israël étaient dans les sciences humaines et sociales, contre 7 % dans l’ingénierie et les sciences naturelles. les sciences. Les départements avec le plus grand nombre de boycotteurs étaient l’anglais ou la littérature (21%), suivis des études ethniques (10%), de l’histoire (7%), des études de genre (7%), de l’anthropologie (6%), de la sociologie (5%) , linguistique ou langues (5%), politique (4%), études américaines (3%) et études du Moyen-Orient ou du Proche-Orient (3%).

Les scientifiques se concentrent sur des faits démontrables plutôt que sur la politique. Ils partent d’une hypothèse, la testent et tirent des conclusions fondées sur des preuves. Dans les domaines non scientifiques, les professeurs commencent trop souvent par une conclusion, puis recherchent des preuves pour étayer des notions préconçues basées sur leur agenda politique personnel. Le philosophe John Stuart Mill a fait valoir que, pour qu’une personne soit éduquée, elle devait parvenir à une conclusion (synthèse) basée sur l’examen des deux côtés d’un problème (thèse et antithèse). Pour de nombreux non-scientifiques, il n’y a pas d’antithèse : la thèse et la synthèse sont identiques. Quand il s’agit d’Israël, cela signifie qu’ils ignorent les faits qui ne correspondent pas à leur récit.

Le corps professoral en dehors des sciences est historiquement libéral. L’éthos dominant est de blâmer les maux de la société dans le capitalisme, le racisme systémique, le patriarcat et le colonialisme. Rossman-Benjamin a observé que les chercheurs en dehors des sujets STEM divisent le monde entre les opprimés et leurs oppresseurs, ne nécessitant qu’« un court saut idéologique pour voir le conflit palestino-israélien dans les mêmes termes binaires, présentant les Palestiniens comme les opprimés et les Israéliens comme les oppresseurs. »

Il n’est pas étonnant que j’aie été critiqué pour avoir amené des professeurs israéliens dans les universités américaines afin qu’ils puissent enseigner Israël à travers une variété de prismes, alors que le seul acceptable est le paradigme spécieux «colonialiste».

Selon Cary Nelson, ancien président de l’Association américaine des professeurs d’université (AAUP), « lorsque des chercheurs partageant une mission politique particulière axée sur un programme dominent tellement un domaine que seul le programme détermine le mérite scientifique, le domaine fonctionne comme s’il avait été capturé. La frontière entre l’avancement des connaissances et la promotion de la conviction politique a, dans certains domaines, été largement effacée. Toute prétention disciplinaire à l’objectivité disparaît alors.

Nelson cite le point de vue de l’AAUP selon lequel un « engagement envers les vertus de la raison, de l’équité et de l’exactitude » forme le « cadre de normes professionnelles acceptées qui distinguent la recherche qui contribue à la connaissance de la recherche qui ne le fait pas ». Comme le sociologue britannique David Hirsh l’a un jour demandé de manière rhétorique : « Si la sociologie est incapable de reconnaître la conspiration antisémite comme étant en dehors de ses propres frontières, alors qu’est-ce que cela nous apprend sur l’état de la sociologie aujourd’hui ? La même question peut être posée à d’autres domaines des sciences sociales et humaines.

Cependant, alors que leurs collègues prônent le boycott, les scientifiques recherchent leurs homologues israéliens parce qu’ils sont parmi les plus talentueux au monde. Depuis 1972, la Fondation scientifique binationale États-Unis-Israël (BSF) a soutenu des scientifiques de plus de 400 institutions américaines situées dans 46 États, à Porto Rico et dans le district de Columbia. Leurs plus de 5 000 projets collaboratifs ont conduit à des percées scientifiques, médicales et technologiques. Le Consortium international pour les terres arides (IALC) soutient la durabilité écologique dans les régions arides et semi-arides. Grâce à ses travaux, des professeurs de nombreuses universités américaines ont collaboré avec des collègues d’Israël, de Jordanie, d’Égypte, du Jewish National Fund et du US Forest Service.

Ainsi, la situation sur le campus doit être vue de manière plus holistique et moins hystérique. Les problèmes créés par les professeurs pour les étudiants juifs sont réels. Un segment restreint mais bruyant de la faculté qui évite la méthode scientifique a politisé divers domaines d’études. Les professeurs de STEM ne sont pas complètement à l’abri de l’attraction des antisémites et autres critiques d’Israël, mais venant du monde de l’analyse factuelle, ils gardent généralement la politique hors de leurs salles de classe et voient les mérites d’interagir avec leurs pairs israéliens.

Les professeurs de STIM rendront un grand service à leurs campus s’ils utilisent leur influence pour dénoncer les fautes professionnelles commises par leurs collègues, condamner le BDS et créer une atmosphère dans laquelle l’antisémitisme n’est plus toléré.

Mitchell Bard est un analyste de la politique étrangère et une autorité sur les relations américano-israéliennes qui a écrit et édité 22 livres, dont The Arab Lobby, Death to the Infidels : Radical Islam’s War Against the Jews et After Anatevka : Tevye in Palestine.

Source : jns.org – Par Mitchell Bard

3 Commentaires

  1. Pas difficile à comprendre. Les sciences sociales sont le refuge des ânes bâtés. Vous y trouverez la plupart des « étudiants » qui croient, dur comme fer, que la terre est plate. Et, naturellement, pour survivre dans cet environnement de débiles mentaux, les enseignants adoptent leurs us et coutumes.

  2. A Asher Cohen. Je suis parfaitement de votre avis quand vous ecrivez « Pour étudier les mathématiques et l’ engineering, il faut faire un effort de réflexion et produire un travail que beaucoup ne veulent pas fournir, aussi vont-ils dans les sciences humaines pour jouer à l’ intellectuel », pas du tout quand vous ecrivez  » Les français ne sont pas créatifs en sciences ». Ce que je peux dire aussi, apres une vie universitaire (scientifique) de soixante ans, c’est que je n’ai presque jamais ressenti d’hostilite antisemite ou envers les amis d’Israel dans ces milieux, sauf pendant les quelques annees ou j’etais en poste a Paris. Je fais donc une autre conjecture, a savoir que ces manifestations deplaisantes ont plus de chances de se developper dans des universites de taille importante et, evidemment (c’est votre premier point), dans les departements (sociologie avant tout) dans lesquels les gens s’ecoutent parler plus qu’autre chose.

  3. Je ne connais pas la situation des campus américains, mais en France les faits sont flagrants.

    Pour étudier les mathématiques et l’ engineering, il faut faire un effort de réflexion et produire un travail que beaucoup ne veulent pas fournir, aussi vont-ils dans les sciences humaines pour jouer à l’ intellectuel. Les travaux sérieux et réalisations dans les domaines de la Psychologie, l’ Histoire, la Philosophie, ou la Linguistique, viennent des États-Unis et non de France. Les français ne sont pas créatifs en sciences.

    Jeune étudiant en médecine, je n’ai jamais cessé de dénoncer l’incompétence criminelle des soi-disant professeurs de médicaillerie française, nommés à leur titre par la combine, fraudant les concours d’ internat pour faire passer les copains des copains, volant l’argent de la Sécurité Sociale pour engraisser leur compte en Suisse, etc.., des gens sans la moindre morale, avec bien des crimes médicaux sur leur conscience.

    J’ai écarquillé les yeux le jour où l’on m’a demandé de rédiger, en langue française, un livre pour montrer l’ importance de la Rationalité en médecine. Cela fait des millénaires que, nous les Juifs, considérons la Rationalité comme, non pas importante, mais impérative, mandatory, en médecine. Seulement en France l’on parle de  »leaders d’ opinion » et l’on
    considère la Médecine comme  »un art et non une science exacte » Ceci permet de rendre les médicaillons totalement irresponsables de leurs actes et donc de leurs crimes. Ce qui me rassure, c’est que quand ensuite j’ai ressorti cela devant des professeurs de Droit, l’un d’entre-eux m’a répondu :  » vous nous faites frémir », et il y a de quoi frémir.

    Au Moyen-Âge, les seuls qui soignaient la population, en France, étaient des Juifs. Pour se donner l’ illusion d’exister par eux-mêmes, et ainsi créer des universités comme Montpellier ou Paris, les français ont alors brûlé le Talmud et expulsé les Juifs de France. Les universités françaises étaient tellement performantes qu’en 1793, la Convention les a toutes supprimées, des écoles de mensonge et de servilité, selon Mirabeau. Heureusement que, durant des siècles, jusqu’à la Révolution, les Juifs n’étaient pas admis dans les universités françaises. De toutes manières, ils n’auraient pas survécu à la jalousie antisémite des français.

    Les Juifs Allemands fuyant le nazisme voyaient clairement ce que valait la France sur le plan scientifique, et n’ont pas manqué de l’ éviter, lui préférant l’ Amérique. Rien n’a changé durant des siècles. Vichy a même été jusqu’à exclure les Juifs des universités françaises, où les antisémites s’y déchaînent toujours en 2022. Tout va donc pour le mieux en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.