fbpx
A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil International Les ONG et bailleurs de fonds qui font chanter Airbnb

Les ONG et bailleurs de fonds qui font chanter Airbnb

67 vues
6

Les ONG et les bailleurs de fonds derrière l’orientation politique pro-BDS d’Airbnb

Le 19 novembre 2018, Airbnb a publié un communiqué de presse dans lequel il annonçait qu’il «supprimait les inscriptions» dans les «colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie occupée». La société n’a pas précisé comment elle définissait les «colonies de peuplement israéliennes» ou la «Cisjordanie occupée». et si sa décision concerne Jérusalem, et en particulier le quartier juif de la vieille ville. Ce changement de politique est le résultat clair d’une campagne coordonnée et bien financée ciblant l’entreprise, menée par des ONG impliquées dans des campagnes BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) contre Israël, dirigée par Human Rights Watch (HRW) et Jewish Voice for Peace ( JVP), de concert avec le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, au moins trois groupes israéliens et l’Autorité palestinienne. Les bailleurs de fonds responsables de cette campagne incluent un certain nombre de gouvernements européens ainsi que le fonds américain Rockefeller Brothers.

Airbnb a dû faire face à une attaque intensive pluriannuelle et à des menaces d’inclusion dans la prochaine «liste noire» de l’ONU-HRC, de boycott et à d’autres formes de publicité négative ou de chantage. En effet, la société a reconnu que proposer des listes dans les «colonies» de Cisjordanie n’était pas illégal, ce qui signifie que sa décision résultait de pressions politiques.

La société a fourni cinq critères vagues utilisés dans le processus de prise de décision:

« 1. Reconnaître que chaque situation est unique et nécessite une approche au cas par cas.
2. Consultez différents experts et notre communauté de parties prenantes.
3. Évaluez les risques potentiels pour la sécurité de nos hôtes et invités.
4. Évaluer si l’existence de listes contribue aux souffrances humaines existantes.
5. Déterminer si l’existence d’inscriptions sur le territoire occupé a un lien direct avec le différend plus vaste qui se déroule dans la région. « 

Airbnb n’a pas révélé de détails sur la manière dont ces critères ont été appliqués, ni analysé ces facteurs, ni identifié les supposés « experts » et la « communauté de parties prenantes » consultés.

Airbnb a intitulé sa publication «Inscriptions dans les régions en litige» et affirme être présente dans 191 pays. Ce langage anodin masque le but clairement discriminatoire de sa politique consistant à céder aux pressions de la campagne BDS. Airbnb a des milliers d’annonces dans les territoires occupés (Chypre occupée par la Turquie, le Tibet, etc.) et dans des zones de violence extrême et de souffrances humaines. Cependant, la société a décidé d’appliquer cette politique uniquement à environ 100 appartements appartenant à des Juifs, selon des critères de localisation non spécifiés par la société. De plus, les appartements prétendument en cause représenteraient 0,005% des 4 millions d’inscriptions d’Airbnb. En revanche, les inscriptions en Chine (y compris au Tibet) représentent 4%.

Le rôle des ONG et de leurs bailleurs de fonds / catalyseurs dans cette campagne politique discriminatoire est central. L’ONG israélienne connue sous le nom de Kerem Navot, qui s’est associée à HRW dans plusieurs initiatives BDS, est financée par l’Union européenne (via l’ONG palestinienne ARIJ); Fondation Rosa Luxemburg – la branche de financement du parti politique d’extrême gauche Die Linke (Allemagne); Diakonia (Suède); et Broederlijk Delen (Belgique). Who Profits, une ONG israélienne qui répertorie des cibles pour les campagnes BDS mondiales, est financée par Church of Sweden (Suède), Trocaire (Irlande), CCFD-Terre Solidaire (France), HEKS-EPER (Suisse), DanChurchAid (Danemark), Diakonia (Suède), Medico International (Allemagne) et Fagforbunet (Norvège).

Le Rockefeller Brothers Fund accorde des subventions à plusieurs de ces ONG qui dirigent cette campagne BDS, notamment HRW , JVP , SumOfUs, la Campagne américaine pour les droits des Palestiniens et Who Profits.

Participation des ONG:

Human Rights Watch (HRW)

    • HRW fait campagne sur cette question depuis au moins deux ans .
    • Le 20 novembre 2018, a publié le document de 65 pages intitulé « Chambres d’hôtes sur les terres volées : listes de locations touristiques dans les colonies de Cisjordanie » (en partenariat avec Kerem Navot), alléguant qu’Airbnb (et Booking.com) «facilitait [e] le transfert illégal de ses citoyens vers les colonies, de la part d’Israël ». Le moment choisi pour l’annonce d’Airbnb indique qu’il a tenté de détourner à temps la publicité négative que lui aurait alors fait le rapport de HRW.
    • HRW est un chef de file des campagnes BDS depuis 17 ans, à commencer par le Forum des ONG 2001 de la conférence des Nations Unies à Durban. Il s’agit au moins de la cinquième publication de HRW sur BDS depuis 2016.

Kerem Navot

  • Co-auteur du rapport de novembre 2018 avec HRW.

Qui profite

SumOfUs.org

  • SumOfUs est une «communauté de personnes» qui «existe pour remettre les mauvaises entreprises à leur place». Selon son site Web, SomeOfUs reçoit des fonds de Open Society Foundations (Soros), de Rockefeller Brothers Foundation et de Tides Foundation.
  • Sum of Us a créé une fausse liste Aibnb pour une propriété située au-dessus de la ligne d’armistice de 1949. La liste contient de nombreuses fausses déclarations concernant des arbres, des terres et des oliviers «volés». La liste énonce en outre de manière absurde, comme «règles de la maison», que «tous ceux qui sont susceptibles d’être perçus comme des Arabes doivent être accompagnés par des gardes armés de la colonisation, pour leur propre protection». La section «Révisions» de la liste comprend les hashtags #BDS. Un autre article dit: « Je trouve dégoûtant que vous associez votre entreprise à des vols de terres et de maisons, à des meurtres commis par des assassins.»

Voix juive pour la paix (JVP)

CODEPINK

Amis de Sabeel Amérique du Nord (FOSNA)

  • La FOSNA indique sur son site Internet que «depuis janvier [2016], la campagne Stolen Homes fait pression sur Airbnb pour qu’elle se conforme au droit international en supprimant son inscription dans les colonies de peuplement israéliennes illégales situées sur des terres palestiniennes occupées».

Visualiser la Palestine

Campagne américaine pour les droits des Palestiniens (USCPR)

  • Le 19 novembre 2018, tweeté “Un autre BDS L’EMPORTE !!! @Airbnb dit qu’il supprimera toutes les inscriptions dans les colonies israéliennes construites sur des terres palestiniennes volées, à la suite d’une campagne conjointe de BDS menée par USCPR, AMP, CODEPINK, FOSNA, JVP, SumOfUs et USCPN. Le pouvoir des gens fonctionne! https: // reut.rs/2FuKUQZ “
  • Le site Web de l’USCPR indique qu ‘«il y a 13 000 listes Airbnb en Israël, bien que des enquêtes aient révélé que bon nombre de ces propriétés sont en réalité situées dans des colonies construites sur des terres palestiniennes volées». Le rapport de novembre 2018 de HRW et Kerem Navot comprend 139 de ces propriétés revendiquées.
  • Dans le communiqué de presse du 19 novembre 2018 figurant sur le site Web de JVP, Ramah Kudaimi, directeur de l’USCPR pour Grassroots Organizing, a déclaré: «Ce moment souligne l’importance de continuer à mener des campagnes de boycott, de désinvestissement et de sanctions …».

Musulmans américains pour la Palestine (AMP)

    • Le 19 novembre 2018, tweeté «C’est énorme! L’AMP est fier d’avoir participé à la coalition Stolenhomes.org pour faire pression en ce sens. #bds. « 
    • Inclut Airbnb dans sa liste de « CAMPAGNES AMP BDS ».
    • Caractéristiques de JVP « Nous ne pouvons pas y vivre. Alors n’allez pas là-bas »vidéo sur son site Web, déclarant que« AMP est membre de la coalition #StolenHomes et que depuis le mois de janvier, la campagne demande à Airbnb de se conformer au droit international et de donner la priorité au classement des maisons dans des colonies israéliennes illégales en violation du droit international. . « 

Dites non aux maisons volées (Coalition de la campagne américaine pour mettre fin à l’occupation israélienne, SumOfUs, Américains musulmans pour la Palestine ), Réseau de la communauté palestinienne américaine, CODEPINK , Les Amis de Sabeel Amérique du Nord, Jewish Voice for Peace et le soulèvement)

  • Le site Web présente une pétition demandant à Airbnb de «cesser d’inscrire des locations de vacances dans des colonies israéliennes, toutes construites sur des terres palestiniennes volées et considérées comme illégales par le droit international». La pétition compte plus de 150 000 signatures (à 10 h 15 le 20 novembre). , 2018).
  • Le 3 juin 2016, une manifestation a été organisée contre Fidelity Investments , l’un des investisseurs d’Airbnb. La page de publicité de CODEPINK pour cet événement indique qu ‘«Airbnb déplace les gens de chez eux, de la région de la baie de San Francisco à la Palestine».

+972

NGO Monitor.

Adaptation : Marc Brzustowski

The NGOs and Funders Behind Airbnb’s BDS Policy

6 Commentaires

  1. Je pense, qu’il revient aux organisations juives mondiales d’interpeller Airbnb, en effet si ce site avait annoncé, qu’il arretait de publier les annonces de locations de tous les endroits, où il y a un conflit territorial comme Chypre, le Tibet; l’Ukraine …etc , sa décision aurait été acceptable, mais en ciblant uniquement les implantations juives, Airbnb fait de la discrimination et des protestations fermes et argumentées pourraient les faire revenir en arrière, je rappelle d’ailleurs, que la France a renoncé à l’étiquetage des produits des implantations juives pour ces motifs. En attendant, les utilisateurs de ce site, qui ne sont pas d’accord avec cette décision savent comment agir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.