Home International Les milliards dépensés par les Salman ne les ont pas protégés

Les milliards dépensés par les Salman ne les ont pas protégés

2
6582

Des milliards dépensés en armes américaines n’ont pas protégé les sites pétroliers les plus critiques d’Arabie saoudite contre une attaque paralysante


Les troupes allemandes tirent des missiles Patriot dans une installation de l’OTAN à Chania, en Grèce, en 2017. (Sebastian Apel / Département de la Défense des États-Unis / AP)

Depuis des années, l’Arabie saoudite est un important acheteur d’armes de fabrication américaine. Ces relations se sont intensifiées après l’entrée en fonction du président Trump. Le dirigeant américain a poussé Riyad, riche en pétrole, à acheter davantage d’armes, et l’Arabie saoudite s’est engagée à acheter pour 110 milliards de dollars d’armes américaines quelques mois seulement après son investiture.

Après ce week-end, alors qu’une attaque dévastatrice sur les installations pétrolières saoudiennes a aveuglé le royaume, certains observateurs se sont demandés quelle protection Riyadh avait-elle achetée aux États-Unis.

Les experts affirment que, malgré le matériel militaire coûteux acheté par l’Arabie saoudite, l’attaque de samedi constituait une opération exceptionnellement bien planifiée qui aurait été difficile à détecter et à neutraliser par les pays les mieux équipés et les plus expérimentés.

“Il s’agissait d’une attaque vraiment sans faille”, a déclaré Michael Knights, chercheur à la Washington Institute for Near East Policy, qui suit la défense aérienne saoudienne depuis des décennies. “C’est étonnant.”

Rouhani et Zarif rient de l’offre de Poutine d’aider l’Arabie Saoudite
Lors de son séjour à Ankara en Turquie, le président Vladimir Poutine a déclaré que le 16 septembre, la Russie était prête à aider l’Arabie saoudite, à la suite des attaques contre son industrie pétrolière. (Reuters)

L’attaque a été revendiquée par des insurgés houthis au Yémen, où une coalition dirigée par l’Arabie saoudite organise une intervention troublée depuis 2015. Des responsables américains ont laissé entendre qu’une partie au moins de l’attaque avait été lancée depuis l’Iran (Khuzestan), le rival de l’Arabie saoudite dans le golfe Persique.

L’opération a semblé contourner les défenses de l’armée saoudienne, y compris les six bataillons de systèmes de défense antimissile Patriot produits par le sous-traitant américain de la défense Raytheon – dont chacun peut coûter environ un milliard de dollars.

Le président russe Vladimir Poutine a réagi avec moquerie à l’attaque de samedi. Lors d’un événement organisé lundi en Turquie, Poutine a suggéré à l’Arabie saoudite d’acheter le système de défense antimissile S-300 ou S-400 de fabrication russe, comme l’avaient fait l’Iran et la Turquie. “Ils protégeront de manière fiable tous les sites d’infrastructure de l’Arabie saoudite”, a déclaré Poutine.

Le président iranien Hassan Rouhani, également présent à la cérémonie, a été vu otut sourire en entendant ces propos.

Le système S-400 n’a pas été testé dans des situations réelles, mais il coûte moins cher que le système Patriot et présente des caractéristiques techniques qui constituent, du moins sur le papier, une amélioration du système américain, notamment une plus grande autonomie et la capacité de fonctionner dans n’importe quelle direction.

Bien que l’Arabie saoudite ait autrefois flirté avec l’idée d’acheter le système S-400, elle était probablement consciente que cela aurait un effet désastreux sur ses relations avec l’administration Trump.


Une image satellite montre une épaisse fumée noire émanant de l’installation de traitement du pétrole Abqaiq d’Arabie saoudite, le 14 septembre 2019. (Planet Labs / AP)

Rien ne prouve que le S-400, s’il avait été déployé, aurait pu mieux gérer l’incident de samedi que le système Patriot. Même le meilleur système de défense antimissile ne peut avoir un taux de réussite de 100% ; Il est fondamentalement difficile de tirer sur une cible en mouvement dans le ciel, ce qui nécessite une vitesse et une précision considérables.

Lorsque des responsables saoudiens ont prétendu avoir abattu un missile balistique lancé par les Houthis en 2017, une équipe de chercheurs a affirmé dans un rapport que le système Patriot n’avait, en réalité, rien fait pour arrêter le missile, qui avait presque atteint sa cible –  L’aéroport de Riyadh.

L’attaque de samedi aurait été exponentiellement plus difficile à neutraliser que la frappe de 2017. Des drones et des missiles de croisière semblent avoir été utilisés, avec des indications selon lesquelles les armes auraient été lancées à partir de plusieurs endroits.

Knight a déclaré que le système de défense antimissile saoudien avait été mis au point dans les années 1990, après avoir observé la guerre Iran-Irak et la guerre du Golfe persique. Les avions et les missiles balistiques à longue distance constituaient la principale menace.

Cependant, les missiles de croisière et les drones volent beaucoup plus près du sol, ce qui les rend plus difficiles à détecter par les radars. Compte tenu de la faible altitude, l’abattage d’un engin de cette sorte comporte un risque plus élevé, surtout lorsqu’il est détecté tardivement. «Si vous vous trompez, vous pouvez faire sauter un vol de British Airways», a déclaré Knights.

L’Arabie saoudite dispose de plusieurs systèmes de défense antimissile pouvant prendre pour cible un vol à basse altitude. Thomas Karako, chercheur principal au Centre d’études stratégiques et internationales, a déclaré qu’en théorie, le système Patriot pourrait protéger contre une telle menace, même s’il est principalement conçu pour les missiles balistiques.

Cependant, cela dépend où il a été placé. “La zone défendue pour une batterie Patriot est relativement petite”, a déclaré Karako. “Il y a de vraies limites, même si vous avez une tonne de Patriots, sur ce que vous pouvez défendre.”

On ignore si les installations pétrolières ciblées, à Khurais et à Abqaiq, étaient défendues par des batteries Patriot ou d’autres systèmes.

Becca Wasser, analyste principale des politiques à la Rand Corp., a déclaré que la responsabilité de la protection des infrastructures critiques de l’Arabie saoudite était partagée entre le ministère de l’Intérieur et la Garde nationale saoudienne, centrée sur la défense du territoire du pays, plutôt que l’armée.

«Ces structures, rôles et responsabilités qui se chevauchent sont vraiment un vestige des pratiques de protection contre les coups d’Etat», a déclaré Wasser, visant à empêcher toute branche du pouvoir de constituer une menace pour la famille dirigeante.

L’Arabie saoudite envisage des réformes militaires pour s’attaquer à ces problèmes, a-t-elle ajouté, faisant partie des changements à l’échelle de la société, poussés par le prince héritier Mohammed bin Salman. Le royaume, conscient de la menace technique que représente l’Iran pour des installations clés, pourrait également chercher à acheter de nouvelles armes qui pourraient mieux lutter contre la menace.

An Israeli Iron Dome rocket defense system is deployed near the border with Syria, in Golan Heights, Israel, 09 May 2018. Israel’s army is mobilizing reservists due to concerns about a possible attacks by Iranian forces in Syria. Photo: Ilia Yefimovich/dpa

Le système de défense antimissile Dôme de Fer, conçu conjointement par les sociétés de défense israélienne Rafael et Raytheon, pourrait être une possibilité, a déclaré Karako. Le système est surtout connu pour son utilisation en Israël, où il est utilisé pour abattre des roquettes de Gaza et du sud du Liban. “Les Saoudiens veulent obtenir quelque chose comme Dôme de Fer, mais ils ne l’appelleront probablement pas Dôme de Fer” , [modifications externes pour ne pas dépendre ouvertement d’Israël] a déclaré Karako.

L’Arabie saoudite pourrait également chercher à améliorer ses capacités radar en utilisant des capteurs surélevés capables de détecter les menaces de plus loin.

Pour le moment, cependant, le pays devra peut-être apprendre à mieux utiliser ce qu’il a déjà. De nouveaux achats aux États-Unis pourraient prendre des années, en particulier si le Congrès se méfie de plus en plus de l’Arabie saoudite et applique les restrictions à l’exportation appliquées à certaines des technologies les plus avancées des États-Unis.

Il se peut qu’il n’y ait pas de nouvelle documentation envoyée par la Maison-Blanche. Bien que Trump ait poussé l’armée saoudienne à faire davantage d’achats, il a suggéré lundi que les États-Unis n’avaient pas l’obligation de protéger le royaume – et que, s’il y avait un conflit, Riyad en ferait à nouveau les frais.

«Le fait est que les Saoudiens vont y participer beaucoup si nous décidons de faire quelque chose. Ils seront très impliqués, et cela inclut qu’ils n’hésiteront pas à payer », a déclaré Trump.

2 COMMENTS

  1. Les USA leur ont vendu pour des tonnes de milliards l’équivalent de formules 1, alors que la compétence des pilotes n’est valable que pour des 2cv, c’est ça leur problème!!!

  2. Les Saoudiens découvrent que, comme Machiavel l’a écrit, il y a 500 ans, le nerf de la guerre n’est pas l’argent, mais les bons soldats. Et que l’allié du moment n’est pas fiable.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.