Les médias minimisent les preuves de l’activité du Hamas à l’hôpital Shifa de Gaza

Ces derniers jours, l’armée israélienne a dévoilé des preuves d’activités terroristes du Hamas à l’intérieur et sous l’hôpital Shifa de Gaza. Mais au lieu de simplement en parler, les médias ont minimisé les preuves de diverses manières : en laissant entendre qu’elles ont été truquées, en affirmant qu’elles ne prouvaient pas l’existence d’un « centre de commandement » du Hamas, en citant des responsables peu fiables du Hamas, ou simplement en en enterrant l’histoire.

Ce faisant, les médias ont détourné l’attention de la juste guerre menée par Israël contre une organisation terroriste meurtrière et l’ont transformée en une guerre parallèle de récits suggérant qu’Israël manque de crédibilité et que, par conséquent, la guerre contre le Hamas perd sa légitimité.

Voici les preuves révélées par l’armée jusqu’à présent :

27/10 – Appel téléphonique entre deux Gazaouis confirmant que le siège du Hamas est situé sous l’hôpital Shifa
28/10 – Interrogatoire de deux terroristes du Hamas confirmant l’utilisation par l’organisation des hôpitaux, dont Shifa
03/11 – Appel téléphonique avec un responsable médical de Gaza confirmant que le Hamas détient un demi-million de litres de réserves de carburant sous l’hôpital Shifa
15/11 – Armes, équipements militaires portant l’insigne du Hamas et moyens technologiques découverts dans le bâtiment MRI de Shifa
15/11 – Un puits de tunnel et un véhicule piégé transportant un arsenal d’armes sont découverts à l’hôpital Shifa
19/11 – Un tunnel terroriste fortifié, long de 55 mètres et profond de 10 mètres, est découvert sous l’hôpital Shifa
19/11 – Images de vidéosurveillance du 7 octobre montrant deux otages emmenés à l’hôpital Shifa

Et voici quelques « points forts » des médias qui ont préféré choisir l’aveuglement volontaire plutôt que les faits.

Les efforts « d’enquête » de CNN et de la BBC

CNN et la BBC ont toutes deux investi ce qui semble être un effort important pour démystifier la vidéo de l’armée israélienne montrant des armes et des munitions dans le service d’IRM de Shifa.

Les deux réseaux se sont donné beaucoup de mal pour laisser entendre qu’Israël aurait pu manipuler les preuves. Ils ont vérifié des détails comme l’heure indiquée sur la montre-bracelet du porte-parole de l’armée israélienne et le nombre d’armes qu’il a déployé, par rapport à une plus grande quantité d’armes tirées plus tard par les médias internationaux. Comme le rapporte la BBC :

Et ce que nous voyons dans les deux vidéos ne correspond pas exactement. Par exemple, il y a une arme dans la vidéo de Tsahal, deux au moment de la diffusion des images de la BBC. Israël a déclaré à « BBC Verify » que cela était dû au fait que davantage d’armes et de ressources terroristes avaient été découvertes tout au long de la journée. Israël affirme également que sa vidéo est un plan unique sans aucune modification. Mais cela semble être une modification. Nous ne connaissons pas les raisons de cette modification ni son importance. L’armée israélienne affirme cependant que les suggestions selon lesquelles il manipule les médias sont incorrectes.

Lecteur vidéo

Ils ont inclus l’affirmation de l’armée selon laquelle d’autres armes avaient été trouvées plus tard, mais l’urgence de démystifier les preuves de Tsahal est étonnante et unilatérale. Aucun effort de ce type n’a été fait pour démystifier les affirmations du Hamas, qui nie opérer depuis l’hôpital.

La BBC a également donné la parole à un « analyste » qui a affirmé qu’Israël avait « falsifié » les preuves :

Mais le réseau a omis de mentionner que l’analyste est également membre de l’ONG anti-israélienne al-Shabaka .

Le résultat est double : saper la crédibilité d’Israël tout en désinfectant les terroristes qui stockaient les armes – quelle que soit leur quantité – à l’intérieur de l’hôpital.

La BBC a également tenté de montrer que les preuves ne permettent pas de conclure à l’existence d’un « centre de commandement » du Hamas sous l’hôpital, suggérant qu’elle pourrait pointer du doigt ce que les États-Unis ont qualifié de simple « nœud » :

La vidéo de Tsahal montre également du matériel militaire dans d’autres endroits, même si nous ne pouvons pas vérifier comment il s’est retrouvé là. Et ce que nous voyons dans cette vidéo de Tsahal ne correspond pas à la description par Israël d’al-Shifa comme « un centre de commandement opérationnel » pour le Hamas. Les États-Unis utilisent une expression différente, affirmant qu’al-Shifa a été utilisé comme « un nœud de commandement et de contrôle ». Cela implique une installation beaucoup plus petite.

Lecteur vidéo

Un tel jeu de terminologie est utilisé pour présenter Israël comme, au mieux, peu fiable et, au pire, menteur, tout en normalisant l’existence d’armes terroristes dans les hôpitaux.

Jeremy Bowen, de la BBC, a fait une déclaration similaire :

Ce qui a été retrouvé comprend des fusils Kalachnikov – courants au Moyen-Orient –, une entrée de tunnel, très répandue à Gaza, des uniformes militaires et un véhicule piégé.

 

 

The Guardian associe des preuves « modestes » à la légitimité de la guerre

Le Guardian a fait écho à l’analyse d’investigation de la BBC tentant de démystifier les preuves israéliennes provenant de Shifa, mais elle est allée plus loin.

Après avoir affirmé que l’arsenal trouvé dans l’hôpital était une « modeste » collection d’« armes légères », il a suggéré que sans de meilleures preuves, Israël perdrait sa justification de la guerre :

Les preuves produites jusqu’à présent sont bien en deçà de cela. Les vidéos de Tsahal ne montrent que de modestes collections d’armes légères, pour la plupart des fusils d’assaut, récupérées dans le vaste complexe médical.

Plus immédiatement et directement, les détails du raid de Shifa ont un impact sur le climat international dans lequel Israël mène sa guerre. Des pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et, plus important encore, les États-Unis, ont résisté aux appels à un cessez-le-feu au motif que les actions d’Israël constituent une légitime défense. Chaque jour sans preuves convaincantes issues du raid rend cet argument plus difficile à poursuivre.

Il semble que le massacre et l’enlèvement d’Israéliens par le Hamas le 7 octobre, ainsi que les tirs constants de roquettes contre Israël depuis lors, ne constituent pas une légitimité israélienne suffisante pour The Guardian.

Le chroniqueur du journal, Owen Jones, a même tenté de ridiculiser les preuves vidéo montrant des terroristes entraînant des otages à Shifa. Faisant référence aux images de vidéosurveillance de l’hôpital du 7 octobre, il a suggéré que les otages y avaient été emmenés pour y être soignés :

Si le traitement des otages était effectivement la priorité du Hamas, les terroristes auraient pu les emmener dans au moins cinq autres hôpitaux en cours de route avant d’atteindre Shifa :

Les têtes parlantes peu fiables de REUTERS et AP

Une autre manière dont les médias ont tenté de saper les preuves d’Israël est de s’appuyer sur des « témoins » ou des « responsables » très spécifiques. Dans le cas de Reuters et d’AP, il s’agit de Munir al-Bursh, directeur général du ministère palestinien de la Santé.

AP le cite disant que « les patients, les femmes et les enfants sont terrifiés » à l’intérieur de Shifa. Reuters dit qu’il a « rejeté la déclaration israélienne sur le tunnel sous l’hôpital comme un ‘pur mensonge’ ».

Ce que les deux agences oublient de mentionner, c’est qu’on ne peut pas faire confiance à M. al-Bursh parce qu’il fait partie du gouvernement du Hamas qui n’essaie même pas de cacher son soutien aux terroristes. (Voir le fil de discussion ci-dessous ou l’enquête de David Collier pour plus de preuves.)

AP a également enterré l’histoire des images des otages de CCTV au milieu d’une histoire plus large sur les développements de la guerre en cours. Il a ajouté qu’il « n’était pas en mesure de confirmer de manière indépendante les conclusions de l’armée ». Une version antérieure de leur histoire incluait les démentis du responsable du Hamas, Osama Hamdan, cité sans une telle réserve.

Les journalistes doivent s’en tenir aux principes fondamentaux de leur métier : rapporter les faits attribués si nécessaire.

Mais minimiser les preuves en suggérant que ce qu’Israël a exposé n’est pas suffisant ou faux, tout en s’appuyant sur les dénégations d’une organisation terroriste trompeuse, n’est rien de moins qu’un effondrement éthique et journalistique complet.

JForum avec honestreporting.com Rinat Harash
Rinat Harash
Rinat Harash est une professionnelle chevronnée des médias d’information, avec 15 ans d’expérience en tant que journaliste, monteuse vidéo et productrice pour Reuters couvrant Israël et les territoires palestiniens.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
KIGEM

QUAND ISRAËL AURA ÉLIMINÉ LE HAMAS SURTOUT NE PAS OUBLIER NI LA BBC NI LE GARDIAN . COMME IL EST RECOMMANDÉ NE JAMAIS OUBLIER AMALECH