Les Kurdes repassent à l’attaque : 103 jihadistes pro-turcs éliminés

2
1108

Des unités des Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes ont détruit par le feu plusieurs pièces d’équipement militaire turc près de Tell Abyad, en Syrie, avec des missiles anti-chars guidés.Le véhicule blindé de l'armée turque capturé par les SDF. Deux soldats turcs tués près de Manbij

Cliquez pour voir l’image complète

Le 15 octobre, deux soldats turcs ont été tués lors d’un bombardement près de la région de Manbij, dans le nord de la Syrie, a révélé le ministère turc de la Défense. Selon des sources pro-turques, l’incident aurait été causé par un bombardement des Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes.

Pendant ce temps, des unités SDF ont capturé un MRAP (BMC Kirpi) de l’armée turque lors de récents affrontements dans le nord de la Syrie.

Ces deux événements démontrent que malgré les efforts déployés par Damas et Moscou pour désamorcer la situation en déployant leurs propres troupes sur la ligne de contact entre les forces de défense israéliennes et l’armée turque, la situation dans le nord de la Syrie reste toujours tendue et une escalade est possible.

Le 16 octobre, les Forces démocratiques syriennes (SDF), appuyées par l’Armée arabe syrienne (ASA), ont repris trois villages situés au sud de la ville clé de Ras al-Ayn, dans le nord d’Al-Hasakah.

Des sources proches du groupe dirigé par les Kurdes ont déclaré que les villes d’Al-Ahras, d’Al-Rihaniyah et de Manajir, ainsi que les silos à grains situés à proximité, avaient été repris de l’armée nationale syrienne soutenue par la Turquie.

L’Armée de presse arabe syrienne (SANA) a confirmé que l’ASA avait déployé des troupes à l’intérieur des villages récemment repris.

La SDF appuyée par l'armée syrienne reprend trois villages au sud de Ras Al-Ayn (carte)

Cliquez pour voir la carte en taille réelle

La présence de la SAA dans la région a limité les activités de l’armée de l’air turque (TAF), a tracé une ligne rouge devant les militants soutenus par la Turquie et sécurisé les routes menant à Ras al-Ayn, qui connaît encore de violents affrontements.

Plus tôt dans la journée, les SDF ont pris dans une embuscade et tué 49 Jihadistes de la NSA à l’intérieur de la ville. Des militants de l’opposition ont déclaré que les islamistes  pro-turcs liquidés étaient en train de piller des maisons à l’intérieur de la ville.

Selon les militants, 40 des Islamistes pro-turcs tués étaient membres de la division du sultan Murad, les autres se battant dans les rangs de la division de Hamza.

49 militants soutenus par la Turquie pris en embuscade et assassinés par les forces kurdes à Ras Al-Ayn

Cliquez pour voir la carte en taille réelle

La NSA a lancé son attaque sur Ras al-Ayn il y a huit jours dans le cadre de l’opération Printemps de la Paix. Cependant, la coalition soutenue par la Turquie n’a encore fait aucun progrès significatif dans la ville.

Ras al-Ayn est l’une des principales cibles de l’opération turque Printemps de la Pacification. La première phase de l’opération vise à établir une «zone de sécurité» entre 120 km de long et 30 km de profondeur entre Ras al-Ayn et la ville de Tell Abyad, à l’ouest.

Les FDS ont lancé une contre-attaque similaire au sud de la ville frontalière de Tell Abyad, dans le sud de Raqqa, en tirant parti du déploiement du SAA à Ain Issa. Jusqu’à présent, les forces kurdes ont repris plusieurs positions, notamment la ville de Jadla.

 

JForum avec agences

 

Assurés de leurs arrières depuis que l’armée syrienne et la police militaire russe ont commencé à occuper le terrain de l’ex-Rojava, les kurdes sont repassés à l’attaque contre les supplétifs turcs et ont repris du terrain. A Nantes une manifestation peu courue mais bruyante a rassemblé 50 personnes place du Commerce.

Alors que les occidentaux se sont délibérément retirés des abords de Manbij ce 15 octobre, la ville et ses abords sont patrouillés par la police militaire russe. Une escarmouche, qui a tué 2 soldats turcs et en a blessé 8 autres, a arrêté la progression de leurs supplétifs à 15 km au nord de la ville, le long de la rivière Sajur. L’armée syrienne a aussi pris le contrôle du pont Kara Kozak sur la M4, plus à l’est – une position stratégique jusque là tenue par les Rangers américains. Ces derniers ont transmis leurs positions à la police militaire russe, leur indiquant les zones qu’ils ont identifié comme dangereuses. Une partie du matériel a été laissée sur place ou démontée.

Les soldats américains  ont aussi quitté le cantonnement de Khurab Ishk près de Ayn Issa – là même où se trouvait une prison d’ex-djihadistes de l’Etat Islamique désormais quasi-vide, puisque près de 850 djihadistes majoritairement francophones et anglophones sembleraient avoir pu s’en échapper. Néanmoins cette prison a connu de nouveaux troubles dans l’après-midi du 15 octobre.

Plus au nord, les forces kurdes sont repassées à l’attaque au sud de Tell Abyad, perdue il y a trois jours, où ils ont repris un village, et surtout à Ras-el-Ain qui tient toujours : un tiers de la ville perdu la veille et l’avant-veille a été repris, ainsi qu’un faubourg plus à l’ouest en direction de la frontière turque. Au soir du 15 octobre, on peut estimer que la ville est contrôlée par les forces kurdes, malgré de violents bombardements aériens et d’artillerie turcs.

Par ailleurs dans la province de Hassakah, l’armée syrienne continue d’étendre sa présence et se rapproche de la bande des 30 km au sud de la frontière censée être la zone d’action de l’armée turque et de ses supplétifs. Moins de 10 km séparent maintenant les avant-gardes syriennes et pro-turques. De leur côté, les kurdes ont annoncé avoir « liquidé » 103 supplétifs turcs depuis le début de l’opération et avoir perdu 23 des leurs. Ils annoncent aussi 75 morts civils et 450 blessés, principalement à Tell Abyad et ras-el-Ain.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 


L’Armée “nationale” syrienne (ANS) soutenue par la Turquie a abattu le 16 octobre un drone des Forces démocratiques syriennes (SDF). Le drone survolait ses positions autour de la ville frontalière de Ras al-Ayn, dans le nord d’Al-Hasakah.

Le drone abattu semble être un mini-Talon X-UAV acheté dans le commerce. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a utilisé des drones modifiés de ce type lors d’une attaque sur le sud de la Turquie l’année dernière.

Les forces turques abattent un drone SDF et capturent des armes lourdes (Photos)

Cliquez pour voir l’image en pleine image

Outre le drone, des militants de la NSA ont capturé un véhicule blindé Humvee des SDF aux alentours de Ras al-Ayn. Le véhicule aurait probablement été fourni au groupe kurde par la coalition dirigée par les États-Unis.

Un lance-roquettes Grad de 122 mm monté sur un camion a également été capturé par des militants de la NSA près de la ville d’Ain Isaa, dans le nord de Raqqa.

Les forces turques abattent un drone SDF et capturent des armes lourdes (Photos)

Cliquez pour voir l’image en pleine image

 

Les forces turques abattent un drone SDF et capturent des armes lourdes (Photos)

Cliquez pour voir l’image en pleine image

Auparavant, la NSA appuyée par l’armée turque avait imposé le contrôle de treize villages à l’ouest de Ras al-Ayn et de la ville de Tell Abyad dans le cadre de l’opération Printemps de la Paix.

D’autre part, la coalition dirigée par les Etats-Unis s’est retirée dans la matinée du 16 octobre de la base militaire de Kharab Ashk, située dans la campagne est d’Alep.

Selon l’agence de presse Hawar (ANHA), la coalition a détruit la grande base après l’achèvement du processus de retrait.

«Les forces de la coalition ont détruit la base après en avoir déplacé autant que possible leur équipement», lit-on dans le rapport de l’agence.

L’agence, affiliée aux Forces démocratiques syriennes (SDF), a publié une vidéo montrant le processus de retrait. La séquence montre de la fumée noire s’élevant de la base, située à l’intérieur de la cimenterie Lafarge.

JForum et sources kurdes, turques et syriennes

2 COMMENTS

  1. On voit très mal les Kurdes recéder ce qu’ils viennent de reconquérir, pour que le Merdowan vérifie son accord de cessez-le-feu si les Kurdes reculent de 30 kms, comme lui le demande.
    Il suffit donc que ces braves ne reculent pas pour que Merdowan et son gouvernement soit saqué, voire jugé !
    Chiche !?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.