Les experts U.S confirment les découvertes du Mossad©

4
4147

Nouvelles informations sur le site de Parchin : ce que les archives atomiques (rendues publiques par Netanyahu) révèlent sur le passé iranien lié à l’utilisation d’armes hautement explosives sur le site d’essais hautement explosifs de Parchin

par David Albright, Sarah Burkhard, Olli Heinonen [1] et Frank Pabian [2]

23 octobre 2018

 Télécharger le fichier PDF

De nombreuses informations sur le terrain concernant le site iranien de Parchin ont été rendues publiques (Par Binyamin Netanyahu). Avant 2004, ce site était impliqué dans des essais de détection d’explosifs liés au développement d’armes nucléaires. Les nouvelles informations, principalement sous la forme de documents et de photos prises en Iran, proviennent des archives saisies par Israël à Téhéran, ce qui a été révélé publiquement le 30 avril 2018 par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il a rapporté que ces archives montrent qu’en 2003, l’Iran avait mis en œuvre un programme d’armement nucléaire, baptisé Plan AMAD, qui visait à construire cinq armes nucléaires et à préparer un site d’essais nucléaires souterrain, si une décision politique était prise de le tester. 3 Le site de Parchin est un élément clé de cet effort de recherche sur les armes nucléaires et le développement.

Le ferme objectif de l’Iran, en violation de ses engagements au titre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et contrairement à sa signature du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT), va à l’encontre de la conclusion de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en Décembre 2015, disant que les activités nucléaires iraniennes n’étaient pas allées au-delà de l’étude de faisabilité et de simples études scientifiques. 4

Ces nouvelles informations confirment, non seulement nos évaluations précédentes à propos de Parchin, mais élargissent également notre compréhension des activités et des objectifs de ce site. Cela nécessite que l’AIEA et la Commission mixte, qui administre le Plan d’action global commun (JCPOA), prennent davantage de mesures.

Les archives fournissent au public un premier aperçu de l’installation de développement d’armes nucléaires de Parchin et du type d’activités liées aux armes nucléaires qui ont eu lieu sur le site. Ce rapport, en particulier, associe pour la première fois publiquement des images satellites à l’intérieur du bâtiment principal, appelé Taleghan 1 par l’Iran, à la discussion précédente sur le but du deuxième grand bâtiment du site, appelé Taleghan 2, et touche, dès lors, à l’exploitation des installations, y compris la confirmation que l’Iran testait à Taleghan 1 un initiateur de neutrons spécialisé, difficile à développer, pour déclencher la réaction en chaîne lors d’une explosion nucléaire. Les nouvelles informations sur Parchin, alias Taleghan, montrent que l’Iran a effectué beaucoup plus de tests de détection d’explosifs que ce qui avait été admis auparavant. Il a peut-être conservé une partie de l’équipement pour une utilisation ultérieure et a effectivement repris (ailleurs) certaines de ses activités liées au développement de l’arme nucléaire dans le cadre d’une nouvelle structure organisationnelle contrôlée par l’armée iranienne. Plus récemment, cette organisation était connue sous l’acronyme SPND, mentionné dans le rapport de l’AIEA de décembre 2015, ou sous son nom anglais, Organisation de l’innovation et de la recherche défensives.

Contexte de la politique et de l’inspection

L’AIEA a conclu en décembre 2015 :

Diverses activités liées à la mise au point d’un dispositif explosif nucléaire ont été menées en Iran avant la fin de 2003, sous la forme d’un effort coordonné. Certaines ont eu lieu après 2003. L’Agence a également estimé que ces activités n’avaient pas dépassé l’étude de la faisabilité et l’acquisition de certaines compétences et capacités techniques pertinentes. L’Agence n’a aucune indication crédible d’activités en Iran liées à la mise au point d’un dispositif explosif nucléaire après 2009. 5

Cependant, l’Iran n’a pas fourni toutes les réponses demandées par l’AIEA. En outre, l’accès de l’AIEA, entre autres, à Parchin, était limité à un bâtiment et l’AIEA avait détecté des particules d’uranium dans des échantillons prélevés (l’échantillonnage avait en fait été effectué par des techniciens iraniens en dehors des protocoles d’échantillonnage environnementaux de l’AIEA). Les rapports ultérieurs de l’AIEA n’indiquent pas qu’après décembre 2015, elle aurait effectué d’autres visites sur ce site militaire ou les sites préoccupants associés, ou tenté de trouver les raisons de la présence de l’uranium trouvé dans des échantillons. Il est également important de noter que l’AIEA n’a pas trouvé que les explications de l’Iran concernant l’utilisation du bâtiment Taleghan 1 correspondent aux constatations de l’AIEA sur le terrain. De nouveau, l’Iran n’a pas répondu à toutes les questions soulevées par l’AIEA à propos de ce site.

En outre, l’évaluation de l’AIEA de 2015 va à l’encontre des informations contenues dans les archives révélées par le Premier ministre Netanyahu et, potentiellement, des nouvelles découvertes révélées par le Premier ministre le 27 septembre 2018 sur la présence d’équipements et de matériaux dans un entrepôt de Téhéran, qui sont reliés à l’effort d’armement nucléaire de l’Iran. Aucun rapport relatif aux garanties de l’AIEA et au JCPOA n’indique si l’AIEA a, au minimum, demandé à l’Iran des éclaircissements sur l’une de ces allégations par écrit, ce qui constitue une pratique bien établie de l’AIEA lorsque de telles préoccupations ont été exprimées. Par exemple, l’AIEA a rapidement envoyé une lettre à l’Iran à la suite d’allégations formulées par le groupe d’opposition iranien, le Conseil national de la résistance iranienne, en août 2002, au sujet d’un site nucléaire secret situé près de Natanz, allégation qui s’est révélée vraie.

Certains ont fait valoir que la révélation publique par Israël des archives minait quelque peu le travail de l’AIEA. Cependant, avant sa publication, Israël a informé l’AIEA de la possession et de la possibilité de mise à disposition de ses archives.

Les documents présentés par Israël doivent encore être entièrement vérifiés par l’AIEA avec l’aide d’experts d’États membres de l’AIEA. Il est essentiel de passer en revue les informations, de demander à visiter Parchin et, à présent, de visiter les supposés sites d’archives et d’entrepôts nucléaires. L’AIEA doit prélever des échantillons supplémentaires pour les analyser. Si l’Iran considère ces informations comme des allégations sans fondement, il s’agit du meilleur moyen de dissiper les doutes et les ambiguïtés.

Le Conseil des gouverneurs de l’AIEA aurait dû demander au Secrétariat de s’acquitter de toutes les tâches susmentionnées, car la conservation de ces documents, matériels et équipements n’est pas compatible avec l’esprit et les obligations de l’Iran en vertu du TNP, de son accord de garanties, y compris du Protocole additionnel, et le JCPOA. En outre, la Commission mixte du JCPOA a la responsabilité de veiller à ce que l’Iran se conforme aux dispositions spécifiques du JCPOA, et les nouvelles informations soulèvent de profondes questions quant au respect du but fondamental de l’Iran, à savoir : L’Iran ne cherchera, ne développera ni n’acquerra aucune arme nucléaire en aucune circonstance. » En outre, la Commission mixte a la responsabilité de veiller à la mise en œuvre de la section T de cet accord.6 En raison des exigences de la Section T en matière de surveillance, l’Iran a accordé des pouvoirs et des capacités de surveillance accrus à la Commission mixte et, partant, à son service de vérification, l’AIEA. En vertu de la section T, l’AIEA devrait avoir accès à tout site, militaire ou non, abritant un tel équipement. Les rapports de l’AIEA ne prouvent pas que la section T ait jamais été mise en œuvre dans la pratique.

Objet et contenu de ce rapport

En l’absence des évaluations de l’AIEA ou des autorités publiques sur la base des nouvelles informations, ce rapport analyse les informations présentées publiquement par Israël sur des événements qui auraient eu lieu sur le site de Parchin. Ces informations comprennent des photographies récemment publiées, des schémas, des diapositives iraniennes, des diapositives narratives et des documents traduits, ainsi que des copies électroniques de documents iraniens saisis par Israël en Iran qui ont été fournis aux médias et lors d’entretiens entre le personnel de l’Institut et de hauts responsables israéliens, familiers du contenu des archives. Il s’appuie également sur un rapport d’institut d’ août 2017, où nous avons évalué comment les installations du site d’explosifs de Parchin en Iran étaient liées au développement d’armes nucléaires et à la mise à l’essai de sous-composants essentiels de ces armes jusqu’à l’arrêt de ces activités à la fin de 2003 ou au début de 2004. 7

Ce rapport comprend les sections suivantes:

  • Nouvelles informations saisies par Israël
  • Bâtiment principal pour essais explosifs (Alias Taleghan 1)
  • Bunker de stockage hautement explosif probable
  • Deuxième laboratoire à chambre hautement explosive
  • Fabrication de la grande chambre à Taleghan 1
  • Sous-projet 3/21: Tests d’initiateur de neutrons
  • Constatations et recommandations

Nouvelles informations saisies par Israël

Comme le révèle Israël, une archive de documents liés à l’arme nucléaire saisis à Téhéran contenait environ 55 000 pages, ainsi que 55 000 autres fichiers sur 183 CD, soit une demi-tonne de matériel stocké dans des coffres contenant des informations vitales sur l’effort passé de l’Iran en matière d’armes nucléaires, en particulier le travail du programme AMAD, qui était l’effort d’armes nucléaires le plus développé de l’Iran. L’Iran a interrompu le travail structuré de ce programme sur les armes nucléaires vers 2004 et l’a restructuré afin de mieux éviter la détection par l’AIEA et les services de renseignement occidentaux, tout en continuant à progresser secrètement et à conserver son expertise. À l’époque, Hassan Rouhani était le conseiller en sécurité nationale auprès du guide suprême et s’inquiétait vivement de la découverte imminente de ce programme, qui, selon lui, aurait entraîné des sanctions internationales sévères et peut-être même une action militaire des États-Unis et de leurs alliés. Selon de hauts responsables israéliens, les documents dans les archives saisies montrent que l’effort d’armement nucléaire s’est ensuite poursuivi de manière plus axée sur la recherche, visant à éliminer les blocages scientifiques et techniques dans le développement d’armes nucléaires et à accroître le savoir-faire et le maintien de l’expertise à leur sujet. Par exemple, un document séparé dans les archives montre que les travaux se sont poursuivis dans le cadre du «Projet 110», qui visait notamment à développer la tête nucléaire dans le programme AMAD.8 Cependant, pour mieux cacher le projet, le travail a été divisé en deux parties: une partie secrète avec une structure et des objectifs secrets et un programme ouvert centré sur les universités. Une partie des travaux en cours à Parchin, notamment ceux liés aux sources de neutrons utilisées pour déclencher une explosion nucléaire, semble avoir été poursuivie ultérieurement dans le cadre de ces nouvelles structures (voir ci-dessous).

Ici, nous nous concentrons principalement sur l’identification de l’objectif spécifique des installations du site de Parchin et, dans certains cas, de leurs activités principales. La figure A.1 de l’annexe au présent rapport montre, de façon imagée, la chronologie de la façon dont l’Iran a modifié et assaini le site après s’être rendu compte que l’AIEA voulait avoir accès à ce site.

Comme dans le rapport d’août 2017, le point de départ est une image satellite commerciale à haute résolution de 2004 du site au moment où l’Iran réorientait le programme AMAD (voir la figure 1). Nous avons annoté l’image de 2004 afin de refléter la meilleure estimation possible de l’objectif initial de chaque bâtiment majeur au moment de la fermeture du site.


Figure 1. Une image satellite commerciale de Google Earth de 2004 montre le complexe de Parchin impliqué dans des essais d’explosifs nucléaires dans le cadre du projet AMAD. Ce site a été complètement assaini par l’Iran. Les archives nucléaires iraniennes capturées par Israël renferment de nombreuses informations sur ce site, en particulier sur les deux principales installations que l’Iran cite dans les documents Taleghan 1 et 2. Taleghan 1 contient la chambre de test hautement explosive souvent discutée publiquement et par l’AIEA, et Taleghan. 2 contenaient une petite chambre d’essai pour explosifs et un système de radiographie flash non visité par l’AIEA.

Les informations disponibles dans les archives nucléaires iraniennes ne traitent pas de tous les bâtiments. Parmi ceux-ci, au moins deux ont échappé à la caractérisation et nécessitent une enquête plus poussée sur place de l’AIEA.

Il convient de noter que la mise en page de ce site n’est pas aléatoire, mais suit une logique d’essai de fonctionnement et une logique de sécurité claires. Nous estimons que le site était bien conçu pour la réalisation d’expériences confinées avec des explosifs puissants bien diagnostiquées dans un environnement contrôlé. Tous les bâtiments et bunkers situés à proximité des deux bâtiments à chambre explosive sont protégés par des bermes (accotement) ; certains ont des bermes sur les côtés faisant face au bâtiment principal de la chambre des explosifs.

Bâtiment d’essai à haut risque d’explosion

Le bâtiment à chambre explosive, appelé Taleghan 1, avec deux orifices visibles dans l’imagerie, est situé à côté d’une berme de déflexion explosive distincte en terre recouverte de béton, l’extrémité sud du bâtiment se trouvant contre sa face plane et verticale.

La figure 2 est une photographie prise au début des années 2000 à partir des archives montrant le bâtiment principal abritant une grande chambre d’essai pour explosifs explosifs. Les principales caractéristiques visibles du bâtiment sont annotées sur la figure. Nous pouvons affirmer avec certitude que la photo a été prise entre le moment où le bâtiment a été observé pour la première fois en 2000 et un peu avant l’assainissement du site en 2012. Ceci est dû au fait que la clôture de sécurité (étiquetée à l’extrémité à droite sur la figure 2), qui entourait le côté ouest du bunker de stockage de matériaux hautement explosifs, était visible sur les images satellites de 2004 à 2011, mais a été supprimée en mai 2012 et n’a jamais été remplacée.

La figure 3 est une photo du bâtiment vue du côté adjacent au mur de soutènement en pente, ou au mur ouest du bâtiment, qui montre également une partie de la berme en béton.

Chambre haute explosive. Les figures 4, 5, 6 et 7 montrent l’intérieur du bâtiment, en particulier la grande chambre. Un grand bloc de béton central est visible.

Comparaison des images de Taleghan à l’intérieur et à l’extérieur 1. La figure 8 est une image de Google Earth datant d’avant que l’Iran a assaini le bâtiment et le site. Cela permet de comparer les photos des archives iraniennes aux images satellites. La figure 9 est une image plus récente de Google Earth qui permet également des comparaisons.

Les images satellites et les photos internes révèlent plusieurs attributs communs, notamment :

1. La berme en béton adjacente au bâtiment principal est visible à la fois dans les images au sol et par satellite ;
2. La Figure 2 et les images satellites des Figures 8 et 9 illustrent une porte d’accès grise du côté est du bâtiment.
3. On peut voir une rangée de cinq fenêtres inférieures de cinq vitres sur la figure 2 sur l’image satellite de la figure 9;
4. Un réservoir cylindrique avec un couvercle peut être vu à la fois sur la figure 2 et sur l’image satellite sur les figures 8 et 9;
5. Deux colonnes de ventilation visibles sur la figure 2 sont visibles sur l’image satellite des figures 8 et 9;
6. Un trou d’homme et une allée avec des bordures sont visibles à la fois dans les figures 2 et 8;
7. Un tuyau de ventilation par la porte d’accès grise de la figure 2 est également visible sur la figure 8. Le jaune de ce tuyau de ventilation sur la figure 3 correspond au jaune sur les tuyaux à l’intérieur du bâtiment (voir figures 4-7);
8. Les portes d’accès grises sur les côtés est et nord du bâtiment de la figure 2 correspondent à la vue intérieure de la figure 7;
9. La ligne médiane de la chambre est légèrement décalée à l’est de la ligne médiane du bâtiment (voir Figures 6 et 7). Cette même correction est visible sur une image satellite de 2000 au début de la construction de ce bâtiment (voir Figure 10).

Les multiples attributs partagés montrent que la photo au sol du bâtiment correspond à celle indiquée sur les photos satellites du site de Parchin. De plus, les caractéristiques visibles du bâtiment montrées sur les photos internes du bâtiment avec la chambre hautement explosive correspondent à celles de la photo au sol de l’extérieur du bâtiment (Figure 2). Cette analyse photographique montre que la déclaration de l’Iran selon laquelle il n’y avait pas de chambre à l’intérieur de ce bâtiment est à la fois fausse et erronée.

Détails sur la chambre. Avant la divulgation israélienne, la seule information visuelle publiquement disponible sur la chambre de Taleghan 1 était un schéma publié par George Jahn dans un article de Associated Press en 2012 (Figure 11). 9 Les images publiées récemment confirment l’exactitude des rapports de Jahn mais montrent aussi que les nouvelles photographies de la chambre constituent une preuve nettement plus puissante de l’existence de la chambre que le schéma.

Selon les rapports de Jahn, la chambre a été exploitée sous vide afin de minimiser la pression susceptible d’endommager la structure lors d’une explosion. Après une détonation, de l’eau est pulvérisée dans la chambre pour la nettoyer, au moins de manière initiale. Il y a un réservoir pour recevoir les déchets liquides. dix

Jahn, qui était basé à Vienne, a probablement obtenu ce schéma et les informations qui l’accompagnent dans son article d’un État membre qui connaissait les informations déjà fournies à l’AIEA. Au début du débat sur ce site, l’AIEA a reçu une ou plusieurs images de la chambre, mais n’a pas publié ces images.

Dans ses rapports publics, toutefois, l’AIEA a déclaré que cette chambre cylindrique était utilisée pour effectuer des essais de compression à l’explosivité élevée liés au développement d’armes nucléaires. En outre, il correspondait aux paramètres d’une chambre de tir d’explosifs figurant dans les publications d’un expert étranger qui aurait aidé l’Iran à concevoir et éventuellement à mettre en place la chambre, que l’Institut a ultérieurement identifiée comme étant l’ancien expert en armes nucléaires soviétique Vyacheslav Danilenko11

Dans son rapport de 2012, Revisiting Danilenko et la chambre explosive de Parchin: un examen fondé sur des sources ouvertes, résumant les écrits de Danilenko, qui décrit une chambre qu’il a conçue en 1999 et 2000 et qui est étonnamment similaire à celle des photos d’archives. capable de résister à de multiples explosions d’appareils jusqu’à 70 kg d’équivalent TNT. 12

L’AIEA a également conclu que la chambre de Parchin ressemblait beaucoup à celle conçue par Danilenko et décrite dans son livre de 2003 intitulé Sintez I Spekanie Almaza Vzryvom (Synthèse explosive et frittage des diamants), qu’un fonctionnaire européen a déclaré au personnel de l’Institut que Danilenko avait écrit, sur la base de conférences qu’il a données en Iran à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

L’AIEA a prouvé que l’ex-expert en armements nucléaires de l’Union soviétique avait non seulement participé au développement de la chambre d’essais hautement explosifs à Parchin, mais avait aussi éventuellement aidé à utiliser un équipement de diagnostic sophistiqué pour tester la symétrie sphérique des charges hautement explosives. 13 Danilenko devait connaître le potentiel de l’Iran d’appliquer son expertise au développement de l’arme nucléaire. En apparence, Danilenko a affirmé qu’il ne travaillait que pour fabriquer des nanodiamants avec des explosifs puissants dans ces types de chambres. Cependant, selon Danilenko lui-même, lorsqu’il discutait de ses travaux sur les nanodiamants en Union soviétique : «À cette époque, les expériences portant sur des méthodes de synthèse de diamant étaient hautement classifiées car elles dépendaient de connaissances considérables applicables à la conception des armes nucléaires. Pour des raisons de sécurité, les méthodes n’étaient initialement contenues que dans des rapports secrets du VNIITF [Chelyabinsk-70]. Une partie seulement de ces rapports a été transmise à d’autres membres du club du diamant 14 ». ​​Danilenko a probablement contribué de manière significative au programme d’armes nucléaires de l’Iran.

D’autres informations dans les archives soulèvent la question de savoir si l’Iran a reçu une assistance supplémentaire de certains anciens experts en armement nucléaire soviétiques.

Démarrer la chambre. L’installation était opérationnelle au début de 2003, sur la base d’un autre document archivé. Ce document décrit le niveau de contamination provoqué par une «matière première» utilisée dans une expérience en chambre réalisée le 15 février 2003. 15 L’intention semble avoir été de tester la chambre avant son fonctionnement habituel pour s’assurer que la chambre fonctionnait comme prévu et que les matières radioactives n’étaient pas libérées dans le support qui retenait la chambre. Le test a été globalement considéré comme un succès du point de vue de la santé et de la sécurité, avec certaines actions futures recommandées décrites ci-dessous. Le responsable de la santé et de la sécurité a signalé au responsable du projet 3030 (dont l’objectif n’était pas identifié), avec copie au responsable du projet 110, sa principale constatation selon laquelle “des tests réguliers dans la chambre sont autorisés”. Ainsi, la date du document en février 2003 peut être considéré comme le début des opérations de routine de la chambre Taleghan.

À un moment donné dans le document, cette matière première est appelée “U”, ce qui suggère fortement qu’il s’agissait d’uranium (d’autant plus que l’AIEA a détecté des particules d’uranium sur place via un échantillonnage environnemental mené par l’Iran et qu’il existe un nouveau rapport iranien concernant uranium dans les deux générateurs de neutrons testés sur le site ainsi que dans les déchets sur le site (voir ci-dessous). L’utilisation du terme «source de neutrons» dans le document impliquerait également que l’objet testé a un impact explosif et, lorsqu’il est comprimé, produit une poussée de neutrons. Le candidat le plus probable pour cet objet est une source de neutrons d’uranium-deutéride (UD3) (voir la section ci-dessous). Cela concorde également avec le rapport de Jahn, publié en 2012, selon lequel la grande chambre avait été utilisée pour tester «un petit prototype de dispositif à neutrons utilisé pour déclencher une explosion nucléaire,16 Dans tous les cas, le test d’une source de neutrons est un aspect extrêmement important dans le développement d’armes nucléaires pour l’Iran. La figure 12 est un schéma iranien des archives qui montre une source de neutrons placée au centre d’un explosif nucléaire.

Selon le document, les matières premières sont arrivées sur le site de Parchin avec une «couverture», par exemple sous enveloppe, et aucune contamination n’a été observée. En conséquence, aucune précaution particulière n’a été prise lors du montage de la «pièce», qui est encore indéterminée, probablement pour des raisons de sécurité de l’information. De même, l’emplacement de l’assemblage n’est pas identifié dans ce document. Mais le document indique clairement que cette partie a été testée durant l’expérience. À la suite de l’essai, «aucun rayonnement n’a été mesuré à l’extérieur de la chambre», indique l’auteur, ce qui implique que la chambre a fonctionné comme prévu et que la pression négative initiale à l’intérieur de la chambre (sous vide) a apparemment conduit à la mise à l’atmosphère de la matière. Ensuite, le système de douche de la chambre a été utilisé une fois pour laver la chambre. Après avoir attendu 24 heures pour laisser le résidu se déposer, la ventilation a commencé, et la porte de la chambre a été ouverte (voir figures 4 et 5). L’un des problèmes était que le système de ventilation de la chambre ne créait pas un flux d’air suffisant dans les tuyaux de ventilation externes, entraînant la fuite de certains gaz toxiques de la chambre par la porte ouverte de la pièce, ce qui poussait le personnel à l’inspirer. Certains produits hautement explosifs, tels que les oxydes d’azote et le monoxyde de carbone, sont toxiques.

À une heure non identifiée après l’ouverture de la porte et le début de la mise à l’air libre de la chambre, une personne munie du matériel de sécurité approprié y est entrée et a collecté les «déchets bruts» à l’intérieur de la chambre, puis les a nettoyés manuellement. Avant que cette personne ne lave la chambre, elle a prélevé des échantillons près du lieu de l’explosion et du sol près de la porte. Ces échantillons ont montré une moyenne de 10 CPS, ce qui peut signifier des comptages par seconde enregistrés par le détecteur, ce qui n’est pas défini. Le responsable a écrit que les valeurs étaient supérieures au «niveau de référence» mais bien en deçà des directives de santé et de sécurité relatives au rayonnement. Dans ce rapport, le responsable de la santé et de la sécurité s’appuyait sur les directives de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis concernant les limites sûres d’uranium dans l’eau et les déchets solides. 17 Des échantillons supplémentaires ont été prélevés dans les déchets de la chambre, dans la cuve à déchets et dans «l’eau ordinaire». La concentration en uranium dans les échantillons liquides était supérieure à la «valeur de base» pour la chambre, mais bien en deçà du niveau autorisé de concentration en uranium dans les liquides, selon l’EPA. La concentration en uranium dans les échantillons de déchets solides de la chambre était nettement supérieure à celle dans les liquides, mais restait bien inférieure à la limite réglementaire.

La conclusion générale du directeur était que la chambre était «prête pour des tests réguliers, tant que la douche n’est pas utilisée». Il n’a pas expliqué la raison exacte pour laquelle il s’inquiétait de l’utilisation de la douche de la chambre. Même si les niveaux de rayonnement mesurés étaient conformes aux normes, il y avait peut-être lieu de s’inquiéter de la contamination radioactive de la douche par la chambre. Il a ajouté que, dans le cas du “besoin de répéter les tests de source de neutrons”, plusieurs instructions supplémentaires devraient être suivies, visant apparemment à réduire les niveaux de contamination potentiels pour le personnel, telles que la “douche / baignoire” et apparemment un vestiaire, pour mieux contenir les déchets.


Figure 2. Image des archives saisies par le Mossad d’Israël et mise à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre le bâtiment principal sur le site de Parchin. Annotations de l’Institut.


Figure 3. Image des archives saisies par le Mssad d’Israël et mise à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre le mur ouest du bâtiment principal sur le site de Parchin et une tente associée. Annotations de l’Institut.


Figure 4. Image des archives saisies par le Mossad, Israël et mise à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre une chambre d’essai hautement explosive sur le site de Parchin. Annotations de l’Institut.


Figure 5. Image des archives saisies par le Mossad, Israël et mise à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre une porte de personnel menant à une chambre d’essai pour explosifs explosifs sur le site de Parchin. Annotations de l’Institut.


Figure 6. Image des archives saisies par le Mossad, Israël et mise à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre une chambre d’essai hautement explosive sur le site de Parchin. Annotations de l’Institut.


Figure 7. Image des archives saisies par le Mossad, Israël et mise à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre une chambre d’essai hautement explosive sur le site de Parchin. Annotations de l’Institut.


Figure 8. Image satellite Google Earth montrant les principales caractéristiques de Taleghan 1. Annotations de l’Institut.


Figure 9. Image satellite Google Earth montrant l’emplacement du bunker de stockage souterrain situé près de Taleghan 1. Annotations de l’institut.


Figure 10. Image satellite GeoEye-ISIS montrant les débuts de la construction de Taleghan 1 et des installations associées. Annotations de l’Institut.


Figure 11. Schéma de la chambre hautement explosive à l’intérieur du bâtiment principal sur le site de Parchin. Source: Associated Press et Israël.


Figure 12. Schéma des armes nucléaires dans les archives montrant une source de neutrons en son centre. À partir du bas et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, les termes dans les cases sont: source de neutrons, noyau d’uranium 235, entrefer, plaque circulaire, charge principale, “distributeur de détonation” et enveloppe extérieure. Merci à Behnam Ben Taleblu pour la traduction.

Bunker de stockage hautement explosif probable

Un bunker souterrain de stockage d’explosifs souterrains est probablement situé à l’ouest du bâtiment à chambre d’explosif et accessible par un passage incliné à parois de béton. Sa fondation est visible sur une image du site en 2000 (Figure 10). L’AIEA n’a pas visité ou abordé ce bâtiment dans ses rapports, mais des investigations supplémentaires sont nécessaires.

Après avoir récupéré des explosifs dans ce bunker, l’Iran a probablement préparé les dispositifs expérimentaux dans un petit bâtiment voisin, doté de bermes des deux côtés. Ce bâtiment a été démoli et reconstruit après 2012. 18 Il est indiqué comme un bâtiment pouvant servir de support d’expérimentation d’explosifs sur la figure 1 et a probablement été impliqué dans des activités d’expérimentation d’explosifs hautement explosifs.

Un autre bâtiment plus éloigné du bâtiment à chambre explosive a été démantelé en 2012 et n’a pas été reconstruit. Il est annoté comme objet inconnu de la figure 1. Ce bâtiment a peut-être été impliqué dans l’assemblage de périphériques. Dans ce cas, le bâtiment aurait associé des explosifs et des détonateurs pour une expérimentation ultérieure dans les bâtiments à chambre d’explosif. Ce bâtiment était suffisamment isolé pour que, si les explosifs explosaient accidentellement, rien à proximité ne serait endommagé. Après avoir préparé les engins hautement explosifs, l’Iran aurait alors testé les engins assemblés dans les enceintes d’essai. Il y avait aussi un bâtiment administratif à proximité.

Deuxième laboratoire à chambre hautement explosive

Il existe un autre bâtiment rectangulaire relativement grand, situé à l’extrémité nord du site, qui a été construit à flanc de colline et qui n’a pas non plus été traité par l’AIEA dans ses rapports. L’AIEA n’a pas visité ce bâtiment, appelé Taleghan 2. La construction de ce bâtiment d’environ 40 mètres de long a commencé après celle du bâtiment principal. Comme ce fut le cas pour Taleghan 1, ce bâtiment a été considérablement modifié après 2012, notamment sous une bâche rose translucide (probablement en plastique).

Le bâtiment consiste en un long hall orienté vers la colline découpée, qui sert logiquement de butoir naturel en cas d’accident au fond. De plus, cette extrémité de réception semble avoir impliqué une construction différente (voir la figure 13). À l’extrémité opposée se trouve une porte d’accès au personnel.

Les archives nucléaires iraniennes contiennent des informations sur ce bâtiment. À l’origine, l’Institut avait estimé qu’il s’agissait d’un centre d’essais de recherche et développement lié au développement des armes nucléaires, probablement à une expérimentation en physique des chocs, compte tenu de l’orientation du long axe du bâtiment adossé à la colline – une conception qui serait avantageuse pour des activités impliquant des études d’impacts de projectiles. Les archives montrent toutefois que ce bâtiment contenait une chambre plus petite et allongée pour explosifs et un système de rayons X à éclairs permettant d’examiner des essais à l’explosif à petite échelle, notamment pour évaluer les explosions de composants hémisphériques dans le programme AMAD, selon un document israélien aux médias.19 La figure 14 est une composition d’images montrant la chambre en construction dans le bâtiment. De tels tests peuvent avoir inclus des explosifs puissants comprimant un noyau d’uranium naturel, simulant le déclenchement d’un explosif nucléaire. La radiographie éclair permettrait de voir le substitut de noyau nucléaire dense à l’intérieur des explosifs puissants, car ceux-ci font exploser et compriment le noyau. 20 Cela permettrait de filmer le matériau de substitution comprimé de manière séquentielle au fur et à mesure qu’il est comprimé. De telles expériences, qui auraient répandu de l’uranium, expliqueraient pourquoi l’Iran a cherché à assainir également ce bâtiment de la même manière que pour assainir Taleghan 1.

Certaines parties de la radiographie flash sont visibles à la figure 15. Selon les informations fournies par les hauts responsables des services de renseignements israéliens à l’Institut et aux médias, le générateur Marx, également illustré à la figure 15, a produit une impulsion haute tension pour le flash x. rayon utilisé à l’intérieur de Talaghan 2. 21

La figure 16 est une image d’archives montrant Mohammad Mehdi Tehranchi (persan: محمد مهدی طهرانچی) lors d’un test de la radiographie flash à Taleghan 2. A l’époque, il était responsable du projet 3/20. C’est un physicien qui a étudié en Russie. Il est actuellement président par intérim de l’Université islamique Azad et président de la commission du Conseil suprême pour la science, la recherche et la technologie. Auparavant, il était notamment à la tête de l’Université Shahid Beheshti. Selon un document aux archives, il serait également affilié à SPND, descendant direct du plan AMAD et incarnation la plus récente de l’effort nucléaire iranien. En raison de son lien direct avec des activités supposées de développement d’armes nucléaires, il devrait être interrogé par l’AIEA.


Figure 13. Image de Taleghan dans Google Earth 2. Annotations de l’Institut.


Figure 14. Images des archives saisies par le Mossad, Israël et mises à la disposition du public. Comme indiqué dans le texte, il montre un composite de la plus petite chambre d’essai hautement explosive construite à l’intérieur de Taleghan 2 sur le site de Parchin. Annotations de l’Institut.



Figure 15. Système de rayons X Flash pour les essais liés au nucléaire à Taleghan 2 (supérieur). Vous trouverez ci-dessous un générateur Marx dans Taleghan 2, utilisé dans le cadre d’une radiographie flash pour délivrer des impulsions rapides d’énergie permettant de prendre une succession rapide d’images.


Figure 16. Mohammad Mehdi Tehranchi (à gauche dans les deux images), responsable du sous-projet AMAD 3/30, lors d’un test de la radiographie flash (FXR) à Taleghan 2, selon des Israéliens bien informés sur le contenu des archives.

Fabrication de la grande chambre à Taleghan 1

Les archives contiennent également des images d’une grande chambre en cours de fabrication dans une usine non identifiée. L’AIEA avait précédemment obtenu une photo de la chambre installée à Parchin, construite par la société iranienne Azar AB Industries. 22 L’intérieur de l’usine non identifiée correspond à l’extérieur de l’usine Azarab située à Arak, en Iran, connue pour avoir fabriqué des colonnes de distillation du pétrole, comme le montre une vidéo de Youtube, voir la figure 19. 23


Figure 17. Fabrication d’une grande chambre hautement explosive. Source: Mossad, Israël


Figure 18. Fabrication d’une grande chambre hautement explosive. Source: Mossad, Israël


Figure 19. Fonderie Azar AB Industries, Arak, Iran. Emplacement probable du site où une grande chambre hautement explosive a été fabriquée.

Sous-projet 3/21: Tests d’initiateur de neutrons

Depuis plusieurs années, l’Iran aurait procédé à des essais de compression hautement explosive d’un initiateur de neutrons composé d’uranium et de deutérium (UD3) dans la chambre d’explosion élevée de Taleghan 1. L’uranium sert de matériau de support pour le deutérium. Ces sources de neutrons sont utilisées pour déclencher une arme nucléaire à base d’uranium de qualité militaire. Ils ont une longue vie, ce qui signifie qu’ils n’ont pas besoin d’être reconstitués, contrairement à plusieurs autres types d’initiateurs de neutrons utilisés dans les armes nucléaires. Malgré les dénégations iraniennes, les nouvelles informations ajoutent à l’affirmation selon laquelle la chambre d’explosion de Taleghan 1 a effectué ce type de test.

Les neutrons de ce type de source sont produits par la fusion de deux noyaux de deutérium (D), l’énergie nécessaire à la fusion DD provenant de la compression provoquée par les explosifs puissants. En substance, les explosifs puissants compriment le noyau nucléaire et l’initiateur en son centre, produisant une poussée de neutrons résultant de la fusion lors de réactions DD. Les neutrons inondent le noyau d’uranium de qualité militaire et initient la réaction en chaîne du matériau explosif nucléaire, par exemple de l’uranium de qualité militaire. Cela n’augmente pas le rendement. La figure 20 montre l’emplacement d’un tel initiateur dans un dessin d’arme nucléaire annoncé par le Pakistanais AQ Khan sur la couverture d’un de ses livres (voir aussi la figure 12).

le Pakistanais AQ Khan, père de la bombe pakistanaise, transmise à l’origine par la Chine, et impliqué dans le démarrage du programme nucléaire militaire iranien. 

La mesure des neutrons émis par cette source UD3 serait l’une des mesures les plus difficiles que l’Iran devrait faire pour développer une arme nucléaire. Les Iraniens devraient également effectuer des calculs précis sur le nombre de neutrons qui seraient produits et l’heure à laquelle ils seraient produits. Le moment de l’explosion et les ondes de choc qui en résultent devraient être proches de la perfection afin d’obtenir suffisamment de fusion pour créer une décharge de neutrons de manière fiable, exactement au bon moment. L’expérience elle-même est très difficile à faire. Il y a relativement peu de neutrons émis dans un bref laps de temps et l’électronique dans les détecteurs émet beaucoup de bruit qui interfère avec les mesures de neutrons.

Les archives contiennent une présentation de diapositives iraniennes pertinente pour ces tests sous le nom de «sous-projet 3/21», qui était axé sur les mesures de neutrons. Fait intéressant, une diapositive d’une présentation iranienne figurant dans les archives répertorie le sous-projet 3/20 en tant que responsable de la fabrication du deutéride d’uranium (UD3), où, selon la conception, ce type de source doit être utilisé dans le «système principal», probablement le nom de code pour désigner l’arme nucléaire. La diapositive résume de manière crédible la fabrication de l’UD3, à partir des copeaux d’uranium métal et du deutérium gazeux.

En ce qui concerne le document sur le sous-projet 3/21, Israël n’a publié que cinq diapositives sur un total de dix ou plus. Les diapositives sont datées du 22 mai 2003. La deuxième diapositive énumère les principales activités de ce projet :

1. Mesure du flux neutronique discret et continu des sources continues et pulsées, explosives et non explosives; 2. Utilisation d’un spectromètre nucléaire pour identifier l’analyse des radio-isotopes et des matériaux.

Les prochaines diapositives sont toutes intitulées «Résultats du test de Taleghan». La première montre un arrangement expérimental, avec des annotations en anglais identifiant un grand détecteur de neutrons au trifluorure de bore (BF3) (Figure 21) contre la chambre hautement explosive. Il est étiqueté «Big BF3-1», où le numéro un à la fin peut faire référence au numéro du détecteur. La figure 22 montre une image de la présentation avec des annotations pointant vers un plus grand nombre de détecteurs de neutrons situés à un endroit inconnu, bien qu’ils semblent être contre la paroi de la grande chambre d’explosif. Annoté est un détecteur à scintillateur liquide NE-213 disponible dans le commerce, deux compteurs d’activation et un détecteur de piste CR-39. La dernière diapositive disponible montre un point de contrôle à l’intérieur d’une tente située à l’extérieur du bâtiment principal (voir figures 3 et 23).

Ces détecteurs de neutrons sont bien connus. Dans leur organisation, comme indiqué dans les deux figures, ils semblent faire partie d’un système de mesure des neutrons utilisé par les États dotés d’armes nucléaires dans le développement de ces armes. Ces détecteurs peuvent révéler le nombre total de neutrons émis et leur spectre d’énergie. De plus, le choix des détecteurs a fourni une capacité de sauvegarde, augmentant les chances que l’expérience enregistre avec précision les émissions de neutrons et produise un enregistrement permanent du nombre total produit. Un expert que nous avons consulté a jugé l’approche «intelligente». Dans l’ensemble, le sous-projet 3/21 semble avoir recherché les meilleurs systèmes de détection pour détecter une impulsion courte de neutrons produits lors de la compression par des explosifs puissants d’une source de neutrons à deutériure d’uranium. 24

Travail post-2004. La fin soudaine de l’effort à Parchin semble s’être produite avant la fin des travaux expérimentaux sur les détecteurs ou les sources de neutrons, y compris les sources UD3. Un document iranien, qui constitue une introduction à un rapport plus large, publié par le Times de Londres en décembre 2009, intitulé “Perspectives d’activités spéciales liées aux neutrons pour les quatre prochaines années” semble de plus en plus légitime et décrit un plan iranien du “groupe neutron”, appartenant apparemment à l’Institut de physique pour développer, produire, mesurer et tester des sources de neutrons puisés, ainsi que pour effectuer des calculs et des simulations. 25 Comme d’autres documents iraniens relatifs aux armes nucléaires, celui-ci apparaît délibérément opaque dans sa description des activités clés. Néanmoins, le document daté de 2007 suggère que, bien que les travaux sur les sources de neutrons aient progressé dans le passé, leur ampleur a été réduite à un moment donné. Le plan était d’augmenter ce travail sur quatre ans.

Le plan comprend une hiérarchisation des sujets “à la lumière du climat politique actuel et de nos capacités existantes”. Le document implique des travaux sur la production et les tests d’un initiateur UD3. Il discute également de la poursuite des travaux sur les matériaux de remplacement, comme un autre à base de deutéride de titane (TiD2) afin “d’éviter la pollution par l’uranium provenant de la production d’UD3”. L’un des aspects abordés dans le document est la nécessité pour ce projet de meilleurs détecteurs de neutrons et électronique associée, bien qu’il reconnaisse que le groupe a déjà réalisé d’importantes réalisations dans ce domaine. «Pour les domaines qui ne répondent pas aux exigences, nous devons tenter de résoudre la situation en créant, en concevant et en achetant des solutions dans le cadre de dispositions de projet ordinaires», en consultation avec les consultants scientifiques du projet.

Il indique également la nécessité d’augmenter le personnel, y compris deux titulaires d’un doctorat et quatre titulaires d’une maîtrise, pour effectuer les calculs de neutrons. Lors de la sélection du personnel pour effectuer les calculs, le document note «un nombre insuffisant de personnel pour couvrir le domaine du calcul des neutrons». Il ajoute que «s’ils doivent être utilisés, des garanties spécifiques doivent d’abord être mises en place. Le moyen le plus approprié d’obtenir le personnel requis est d’employer des personnes ayant participé à des projets de calcul pertinents dans le passé. ”


Figure 20. Image de la couverture du livre de Dr. AQ Khan sur la science et l’éducation, par Abdul Qader Khan. Une illustration d’un initiateur de neutrons d’uranium deutéride au centre de ce qui semble être un schéma d’une arme nucléaire à fission se trouve à l’intérieur du cercle rouge.


Figure 21. Détecteur de neutrons de trifluorure de bore (Bf3) de grande taille situé à l’extérieur de la chambre principale d’explosif, avec vue vers le nord. Annotations sur la photo originale fournie par le Mossad, Israël. Le terme “Big Plastic” semble être le jargon des scientifiques neutronistes, le plastique étant suffisamment épais pour absorber tous les neutrons incidents, il est par exemple efficace à 100%, selon le Dr Konovalov.


Figure 22. Détecteur à scintillateur liquide NE-213, deux compteurs d’activation et un détecteur de traces en polyéthylène CR-39, apparemment installés à côté de la chambre hautement explosive. Annotations sur la photo originale fournie par le Mossad, Israël.


Figure 23. Image satellite Google Earth de Taleghan 1, montrant l’ancien emplacement de la tente d’enregistrement du compteur de neutrons. Voir aussi la figure 3.

Constatations et recommandations

Les nouvelles informations provenant des archives nucléaires iraniennes montrent de manière concluante que le site de Parchin abritait des chambres hautement explosives pouvant être utilisées dans la recherche et le développement d’armes nucléaires. Les éléments de preuve supplémentaires mentionnent spécifiquement les explosions et la radioactivité sur le site de Parchin, et ces informations établissent de manière beaucoup plus vivante les activités de l’Iran liées aux armes nucléaires.

Les archives nucléaires montrent que l’Iran a mené à Parchin plus d’essais d’explosifs liés au développement d’armes nucléaires qu’on ne le pensait auparavant. Ce travail semble avoir impliqué plus que ce que l’AIEA a appelé études de faisabilité et scientifiques, ou l’acquisition de certaines compétences et capacités techniques pertinentes, comme l’a affirmé l’AIEA dans son rapport de décembre 2015.

Les informations mettent en évidence les équipements à double usage contrôlés utilisés sur le site, tels qu’un système de rayons X à flash utilisant un générateur Marx et divers équipements de mesure des neutrons, dotés de composants électroniques, conçus pour surveiller les tests à grande vitesse et à contrôle explosif d’une source de neutrons,  couramment utilisés dans une arme nucléaire. Ce type d’équipement peut être coûteux et très difficile à obtenir pour l’Iran, compte tenu des sanctions imposées et du contrôle des exportations. En conséquence, on pourrait s’attendre à ce que l’Iran stocke cet équipement pour une utilisation future ou l’attribue à d’autres projets. Une question importante est : où est-il maintenant? À moins que l’Iran ne puisse démontrer qu’il a détruit tout le matériel ou ne l’utilise pas, ces preuves photographiques devraient être suffisantes pour engager une action de la Commission mixte afin de soumettre ce matériel au contrôle et à la surveillance de la section T.

Plus généralement, il reste à savoir si l’Iran préserve, organise et améliore simplement ses capacités en matière d’armes nucléaires, dans l’attente de la décision de reconstituer ultérieurement un programme d’armement nucléaire complet, si une telle décision politique est prise. Son incapacité à détruire tous ces documents, et prétendument l’équipement utilisé dans ces activités, n’est pas conforme à son engagement pris en vertu du JCPOA, selon lequel «l’Iran ne cherchera en aucun cas, ne développera ou n’acquerra pas d’armes nucléaires». Dans le cas de l’Afrique du Sud, pour renoncer à son programme d’armes nucléaires, les responsables du programme ont recherché et gravé tous les documents sensibles relatifs aux armes nucléaires et détruit les composants, équipements et matières non nucléaires sensibles.

Malgré toutes les preuves, l’AIEA a reçu un soutien mixte de la part de la Commission mixte pour l’évaluation du site. Au cours des négociations du JCPOA, l’administration Obama a décidé de ne pas insister sur l’inclusion de la résolution du problème de Parchin et des questions plus vastes relatives aux armes nucléaires comme condition préalable à la conclusion d’un accord nucléaire ou à sa mise en œuvre. Cette décision politique imprudente continue de hanter toute la question de l’Iran aujourd’hui.

L’AIEA doit avoir accès au site de Parchin et aux installations associées, telles que la ou les sociétés où les chambres ont été fabriquées, ainsi que les personnes identifiées comme ayant travaillé pendant cette période sur le site. Un échantillonnage environnemental devrait être effectué dans tous les bâtiments du site. Les inspecteurs doivent voir les chambres de découpage et l’équipement associé et pouvoir également y prélever des échantillons environnementaux. L’Iran doit avoir mis tous ces objets quelque part. Le manque d’accès à Parchin et à d’autres sites militaires continue de saper la crédibilité et l’indépendance des garanties de l’AIEA et de la vérification du Plan d’action commun.

Les éléments de preuve montrent que l’Iran violait le TNP au début des années 2000 d’une manière plus significative qu’on ne le pensait auparavant et qu’il avait l’intention de poursuivre ses efforts pour avoir la possibilité de construire des armes nucléaires et de tromper l’AIEA dans cette entreprise. Rien ne prouve que l’Iran a abandonné son objectif de construire des armes nucléaires, mais seulement qu’il a accepté que ses projets et plans soient mis sur les tablettes. Se cache-t-il des activités et des progrès en cours, bien que fonctionnant à une échelle réduite par rapport au programme existant avant 2004? L’Iran ne devrait-il pas détruire de manière vérifiable tous ses documents et équipements d’armes nucléaires? Il n’y a aucun moyen de savoir sans des inspections supplémentaires et efficaces de l’AIEA.

Compte tenu de la longueur de cette controverse, des illusions évidentes de l’Iran sur ses activités sur ce site, du niveau avancé des travaux de développement d’armes nucléaires et des défis posés par l’héritage du site, le Conseil des gouverneurs assume sa part de responsabilité de l’inspection adéquate de ce site et de l’incapacité à intégrer de nouvelles informations au défi plus vaste de l’AIEA consistant à garantir que le programme nucléaire iranien est réellement pacifique.

Il est intéressant de noter que les discussions entre les États-Unis et l’E3 tout au long du premier semestre de 2018 visant à parvenir à un accord supplémentaire visant à «réparer» le JCPOA, qui n’a malheureusement pas permis de préserver la participation américaine dans l’accord, ont abouti à un accord sur la nécessité d’améliorer les inspections en Iran. S’appuyant sur ce consensus, le E3 et les États-Unis devraient exhorter l’AIEA à renforcer considérablement ses inspections en Iran. L’E3 devrait poursuivre la mise en œuvre intégrale du JCPOA et de la section T, dans la mesure où il cherche à préserver le JCPOA, et s’opposer à tout effort visant à affaiblir ses dispositions ou sa mise en œuvre. En règle générale, les quatre pays devraient inviter discrètement et régulièrement l’AIEA à visiter de nouveau le site de Parchin dans le cadre de ses efforts pour parvenir à une conclusion plus large pour l’Iran et garantir que le programme nucléaire iranien est véritablement pacifique. L’AIEA devrait plus généralement utiliser les informations contenues dans les archives saisies pour élargir les inspections et la surveillance en Iran et renforcer la caractérisation publique du travail effectué par le passé dans le domaine des armes nucléaires. Comme le montre l’exemple de Parchin, cette nouvelle information conduit inévitablement à une nouvelle urgence à examiner de nouveau la question de savoir si l’Iran maintient et fait progresser aujourd’hui un programme d’armement nucléaire en utilisant, entre autres, la plus récente organisation dénommée SPND mentionnée dans les rapports de l’AIEA. Il est également essentiel que les inspecteurs aient un accès complet et sans restriction au personnel technique et scientifique compétent, aux équipements et aux sites.  Il est également essentiel que les inspecteurs aient un accès complet et sans restriction au personnel technique et scientifique compétent, aux équipements et aux sites.

Annexe Figure A.1 


1. Olli Heinonen est ancien directeur général adjoint de l’AIEA et chef de son département des garanties. Il est conseiller principal en science et non-prolifération à la Fondation pour la défense des démocraties.

2. Frank Pabian est un membre à la retraite du Laboratoire national Los Alamos (LANL) des Directions de la sécurité mondiale et des sciences et technologies-ingénierie, plus récemment du groupe de géophysique de la division sciences de la Terre et de l’environnement, avec 45 années d’expérience dans la télédétection par satellite. pour la non-prolifération nucléaire. Il a également servi dans les années 90 en tant qu’Inspecteur en chef du nucléaire des Nations Unies en Iraq pour le compte de l’AIEA.

3. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Présentation, le 30 Avril 2018, https://www.youtube.com/watch?v=qmSao-j7Xr4 

4. Directeur général de l’AIEA, Évaluation finale des questions en suspens actuelles et passées relatives au programme nucléaire iranien, AIEA, GOV / 2015/68, 2 décembre 2015, https://www.iaea.org/sites/default/files/gov- 2015-68.pdf 

5. Évaluation finale des questions en suspens passées et présentes concernant le programme nucléaire iranien, paragraphe 87. 

6. Les contrôles des équipements à double usage sont décrits à la sous-section 82.3 de la section T: «Conception, développement, fabrication, acquisition ou utilisation de systèmes de diagnostic par explosifs (caméras à balayage, caméras à images et caméras à rayons X flash) adaptées au développement d’un réacteur nucléaire. engin explosif, à moins approuvé par la Commission mixte à des fins non nucléaires et soumis à un contrôle. » 

7. David Albright, Sarah Burkhard, Olli Heinonen, Allison Lach et Frank Pabian, Revisiting Parchin, Institut pour la science et la sécurité internationale, 21 août 2017, http://isis-online.org/isis-reports/detail/revisiting -parchin / 8 

8. “Nouvelle planification 110 selon les nouvelles instructions”, original en farsi. Un prochain rapport de l’Institut évaluera ce document et fournira des preuves supplémentaires des arrangements institutionnels post-AMAD pour la recherche et le développement d’armes nucléaires. 

9. George Jahn, “Drawing peut fournir un aperçu des intentions nucléaires de l’Iran”, The Associated Press. 13 mai 2012. 

10. Ibid. 

11. David Albright, Paul Brannan, Mark Gorwitz et Andrea Stricker, «Analyse ISIS du rapport de l’AIEA sur les sauvegardes de l’Iran: Partie II – Travail et assistance étrangère de l’Iran sur un système d’initiation multipoints pour une arme nucléaire», Institut de la science et de la sécurité internationale, novembre 14, 2011, http://isis-online.org/isis-reports/detail/irans-work-and-foreign-assistance-on-a-multipoint-initiation-system-for-an/ 

12. Voir David Albright et Robert Avagyan, «Revisiter Danilenko et la chambre explosive de Parchin: un examen fondé sur des sources ouvertes», Institut pour la science et la sécurité internationale, 17 septembre 2012, http://isis-online.org/isis. -reports / detail / revisiting-danilenko-et-l’explosif-chambre-à-parchin-a-review-based- on- /, et Mark Gorwitz, «Revisiting Vyacheslav Danilenko: ses origines dans le complexe d’armes nucléaires soviétique», Institut pour la science et la sécurité internationale, le 17 Septembre 2012, https://isis-online.org/uploads/isis-reports/documents/Gorwitz_Revisiting_Vyacheslav_Danilenko_17Sept2012.pdf 

13. Ibid. 

14. De Danilenko, VV (2004), «Sur l’histoire de la découverte de la synthèse de nanodiamants», Physics of Solid State, 46 (4), p. 595-599. Voir aussi:http://isis-online.org/isis-reports/detail/revisitingdanilenko-and-the-explosive-chamber-at-parchin-a-review-based-on/8 

15. Du responsable de la sécurité et de l’hygiène, à l’honorable exécuteur du projet 3030, avec copie à l’exécuteur du projet 110, 24 février 2003, n ° 1434, très secret. 

16. Jahn, « Le dessin peut donner un aperçu des intentions nucléaires de l’ Iran. » 

17. Par exemple, le responsable qui a rédigé le document a utilisé les normes de l’EPA relatives à la radiation de l’eau dans l’eau, à savoir une concentration maximale de contaminant (MCL) d’uranium de 30 microgrammes par litre, soit environ 300 parties par milliard (ppb), l’unité du document. 

18. Voir http://isis-online.org/uploads/isis-reports/documents/Parchin_site_activity_May_30_2012.pdf 

19. Document distribué par Israël expliquant plusieurs documents et photos, y compris la radiographie flash. 

20. Si l’ Iran a utilisé ce flash x-ray après le jour de la mise en œuvre du JCPOA, il aurait dû déclarer sous la section T. 

21. Document fourni par Israël expliquant plusieurs documents et photos, y compris la photo du générateur de Marx. 

22. Azarab Industries Company (Persian: شرکت صنایع آذرآذب) est un important fabricant iranien d’équipements pour centrales électriques et pour équipements de raffinerie de pétrole, de sucre et de gaz au Moyen-Orient. L’usine Azarab est située à Arak. En 2005, Azarab Industries, dont le siège social était situé à Téhéran en Iran, employait plus de 2 500 personnes. Leurs principaux produits sont les chaudières, les vannes papillon, les turbines et les appareils à pression. Voir: https://www.revolvy.com/page/Azarab-Industries-Company 

23. Emplacement à 34 ° 4’54 ”N, 49 ° 44’42” E. Vidéo YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=Xh_7vs24gi0 

24. L’Institut souhaite saluer la contribution à cette analyse de M. Vitaly Konovalov, ancien physicien des neutrons ayant travaillé en Russie et au CERN.

25. Institut pour la science et la sécurité internationale, «Un nouveau document rouvre la question sur le maintien des activités de l’Iran dans le domaine de la cyberarmement au-delà de 2003, 14 décembre 2009, http://isis-online.org/isis-reports/detail/new-document-reopens -question-sur-si-irans-arsenalisation nucléaire-travail-c / 8. Les versions en farsi et en anglais du document se trouvent à l’ adresse suivante : http://isis-online.org/isis-reports/detail/farsi-and-english-versions-of-document-on-neutron-initiator/

isis-online.org

4 COMMENTS

  1. D’accord avec ABEL , l’AIEA se fout de la gueule du monde .

    Ce sont des vendus à la cause arabe et surtout à celle de l’Iran .

    Heureusement qu’il y la Mossad pour remettre les pendules à l’heure .

  2. Tous ceux qui on cru les Iraniens l’ont eu bien profond jusqu’à l’os désormais plus qu’une chose à faire les détruires

  3. […] Le ferme objectif de l’Iran, en violation de ses engagements au titre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et contrairement à sa signature du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT), va à l’encontre de la conclusion de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en Décembre 2015, disant que les activités nucléaires iraniennes n’étaient pas allées au-delà de l’étude de faisabilité et de simples études scientifiques. Lire la suite sur jforum.fr […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.