The ultra orthodox United Torah Judaism and Shas party hold an emergency meeting at the Israeli parliament regarding the supreme court's decision exempting ultra-Orthodox Jews from compulsory military service while they are studying in yeshiva to be cancelled within a year. September 13, 2017. Photo by Flash90 *** Local Caption *** ???? ???? ??? ????? ????? ??? ????? ????? ??? ????? ???? ????

Photo Flash 90

Les présidents des deux partis orthodoxes, Shass et Yahadout Hatorah ont conclu un accord important jeudi matin.

Après une longue réunion, Arié Dery et Yaakov Litzman ont convenu que les deux partis entreront en bloc dans une future coalition menée par Binyamin Netanyahou.

Ils ont précisé qu’en aucune manière ils entreront en négociation de coalition avec Benny Gantz à cause de la présence de Yaïr Lapid qui est devenu un chiffon rouge pour les partis orthodoxes.

Arié Dery et Yaakov Litzman ont également convenu de travailler ensemble pour la réussite de leurs partis d’ici les élections.

Ouri Maklev (Deguel Hatorah) – Photo Hadas Parush/Flash 90

Cet accord de soutien à Binyamin Netanyahou conclu entre les deux partis a sa signification, contrairement à ce que l’on pourrait croire.

En effet, il y a quelques jours, Ouri Maklev, député de Deguel Hatorah (composante lituanienne de Yahadout Hatorah) avait créé la surprise en déclarant que le parti orthodoxe ashkénaze n’excluait pas de se joindre à une coalition formée par Benny Gantz, émettant toutefois une condition: que l’accord de rotation entre Benny Gantz et Yaïr Lapid soit annulé. Historiquement, la composante Deguel Hatorah a toujours été “l’aile gauche” du parti Yahadout Hatorah, face à Agoudat Israël des ‘hassidim, traditionnellement plus “à droite”.

Benny Gantz lui-même avait récemment lancé des appels du pied aux partis orthodoxes en disant que c’est lui qui “serait le chef” et non Yaïr Lapid.

Mais en vain. Le chef du bloc bleu-blanc rêve de pouvoir former une majorité sans avoir besoin de monnayer un soutien des partis arabes, mais apparemment il est loin de réussir.

Cette fois-ci, c’est clair, Binyamin Netanyahou est assuré d’avoir le soutien des partis de droite et des partis orthodoxes, le tout sera de savoir si ensemble, ils atteindront et dépasseront les 60 mandats nécessaires pour former une coalition de gouvernement.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.