Palestinian President Mahmoud Abbas upon arriving to head the Palestinian leadership meeting at his headquarters, in the West Bank city of Ramallah, during the COVID-19 pandemic on May 7, 2020. (Photo by Nasser Nasser / POOL / AFP)

Les dirigeants palestiniens divisés sur la rupture des liens de sécurité avec Israël par Abbas

L’Autorité palestinienne a déclaré vendredi 22 mai qu’elle avait déconnecté sa “ligne directe” avec Israël et interrompu les échanges militaires entre les commandants de brigade et les grades inférieurs. Ramallah a publié un clip montrant les forces de sécurité palestiniennes empêchant les troupes israéliennes des garde-frontières d’entrer à Hébron. Les troupes suivaient tranquillement un camion suspect et ont accepté de se retirer après des palabres. Ces mesures ont fait suite à la décision de Mahmoud Abbas de rompre les liens de sécurité avec Israël au sujet du plan du Premier ministre Benyamin Netanyahu d’étendre la souveraineté d’Israël à certaines parties de la Cisjordanie. Des sources israéliennes ont répondu que l’interruption de la collaboration bilatérale pour prévenir le terrorisme et la criminalité sur le territoire exposerait les Palestiniens à des menaces extrémistes et mettrait le régime d’Abbas en danger.

Le négociateur en chef, Saed Erekat, a déclaré jeudi aux journalistes que l’Autorité palestinienne avait informé la CIA américaine que ses accords de sécurité n’étaient plus en vigueur.

Erekat a expliqué que Ramallah ne tolérerait pas l’anarchie ou la violence ou toute violation de l’ordre public et de la loi. La rupture des liens de sécurité n’affecterait pas les aspects humanitaires quotidiens ni les services au public, a-t-il affirmé.

La Jordanie est intervenue pour avertir que les relations avec Israël seraient évaluées en cas de «mesures unilatérales».

Dans le même temps, Abbas n’a pas obtenu le soutien unanime de ses collègues dirigeants palestiniens auquel il était habitué pour ses démarches contre Israël. Certains de ses collègues ont soutenu qu’il avait agi de façon imprudente et prématurée et aurait dû attendre qu’Israël mette ses paroles en pratique. Pour d’autres, la décision était impossible à mettre en pratique. «Nous nous sommes attachés si complètement à Israël que nous ne sommes pas libres d’importer même une aiguille sans vérifier d’abord comment procéder avec Israël. Nous n’aurions même pas de lait. »

Erekat n’a pas fait référence aux plus de 100 000 Palestiniens employés en Israël ni dit comment ils s’en tireraient en l’absence de renseignements partagés. Il n’a pas non plus évoqué l’assistance médicale que l’Autorité palestinienne a reçue d’Israël pour sa bataille réussie contre le coronavirus.

L’AP s’est même permis de refuser un programme d’assistance médicale des Émirats arabes unis pour aider les Palestiniens à combattre le virus, qui a atterri cette semaine à l’aéroport Ben Gourion, par un vol direct depuis Abu Dhabi.

Ramallah a continué sur sa lancée : « Si les Emirats ont décidé de normaliser les relations avec Israël, qu’ils ne le fassent pas sur notre dos.» Un responsable de la santé palestinien s’est plaint que la livraison n’était coordonnée qu’avec Israël et l’ONU – pas avec un parti palestinien. »

L’ONU a décidé de détourner ces fournitures médicales pour les donner à des «groupes dans le besoin» – très probablement vers la bande de Gaza. Parmi les articles figuraient dix respirateurs.

Palestinian leadership divided over Abbas’ cutoff of security ties with Israel

3 Commentaires

  1. Chaque fois que je vois la tronche de cette ordure je pense aux enfants de Maalot .

    Ce type ne mérite pas de vivre .

    Qu’il cesse son cirque et qu’il aille au diable .

  2. ils connaissent la psychologie du nouveau ministre israélien de la défense tellement gentil !!
    donc ils ne risquent rien à empécher les militaires juifs d’accéder à hebron !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.