Les soutiens de BDS sont complices de ses transgressions

1
564

Les boucliers humains de BDS sont complices de ses transgressions

Opinion : Lorsque le Mouvement pour le boycott, les sanctions et le désinvestissement choisit Israël pour occuper des terres mais ne fait pas de même en Chine pour le Tibet ou la Russie pour la Crimée, il peut et doit être qualifié de raciste – et le racisme contre les Juifs est appelé antisémitisme

Je peux comprendre les Israéliens qui défendent le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre la décision de l’Allemagne de le définir comme antisémite.

 

Ils me rappellent les Palestiniens à Gaza, défendant les terroristes du Hamas face au pilonnage israélien. Bien que les deux cas diffèrent, il y a aussi beaucoup de points communs.

Démonstration BDS à Londres (Photo: Hagai Segal) (Photo: Hagai Dekel)

Démonstration BDS à Londres (Photo: Hagai Segal)

Les Palestiniens qui grimpent sur leurs toits à Gaza dans le but de perturber les attaques israéliennes contre les groupes terroristes ne sont pas des terroristes eux-mêmes.

Ils n’essayent pas de tuer des Israéliens, mais ils défendent ces groupes terroristes et soutiennent leurs objectifs et moyens ultimes et, ce faisant, entravent la capacité d’Israël à lutter contre le terrorisme, renforçant ainsi le terrorisme et en devenant complice.

Des femmes de Gaza manifestent à la frontière (Photo: EPA)

Des femmes de Gaza manifestent à la frontière (Photo: EPA)

Les personnes qui soutiennent le BDS face à la décision du gouvernement allemand de le définir comme antisémite ne sont pas nécessairement antisémites. Ils ne cherchent pas à discriminer les juifs en Europe ou aux États-Unis.

Ils expriment simplement leur soutien total à une organisation en proie à l’antisémitisme, qui utilise des moyens antisémites méprisables et qui, agissant à ses côtés, s’ingérant dans sa lutte, la renforcent et deviennent complice des dangers qu’elle présente pour les Juifs dans tous les aspects de leur vie.

Marcher avec le mouvement BDS est immoral. Cela ne fait pas partie d’une bataille plus vaste contre la présence d’une armée d’un peuple sur le territoire d’une autre. Le BDS n’est pas intéressé par les maux qui sévissent au Tibet, et ne se soucie pas de l’occupation de la Crimée. De même, la lutte au Sahara occidental ne les intéresse pas.

Le BDS proteste à Marseille (Photo: Citizenside.com)

Le BDS proteste à Marseille (Photo: Citizenside.com)

Le mouvement BDS ne s’intéresse qu’à la présence de l’État-nation des Juifs sur un territoire contesté.

L’intérêt actif pour un lieu tout en ignorant complètement et de manière persistante une situation similaire ailleurs est un type de racisme.

Le racisme contre les Juifs est appelé antisémitisme et le racisme envers Israël est le nouvel antisémitisme.

L’opposition à la classification allemande du BDS en tant qu’organisation antisémite constitue en fait un soutien au BDS.

Soutenir BDS est immoral, car ses intentions sont de causer des dommages financiers, culturels et politiques à tous les citoyens d’Israël, au mépris total de l’injustice que cela pourrait causer.

Soutenir le BDS est aussi un acte de lâcheté car il n’y a aucun effort similaire dirigé vers la Chine ou la Russie, alors qu’ils occupent le territoire d’autrui.

 (Photo: AP)

(Photo: AP)

Soutenir le BDS est aussi un acte d’hypocrisie, car le mouvement n’a aucune intention de faire face aux États-Unis sous le président Donald Trump, le pays sur lequel Israël compte le plus.

Si le mouvement BDS avait une position morale cohérente, il demanderait à ses partisans de boycotter les États-Unis, mais ce n’est pas suffisamment antisémite (pour ses adeptes).

Le mouvement BDS est bien financé mais n’a que très peu de réalisations à démontrer. Il continue de fonctionner parce que ses fondateurs ont tout intérêt à garder le nouvel antisémitisme vivant et actif, malgré son manque d’efficacité.

Les mouvements comme le BDS n’ont pas besoin de réalisations pour justifier leur existence. Ils existent pour être entendus et rien d’autre ne les stimule autant, c’est donner la parole au tyran pour le nouvel antisémitisme.

Les boucliers humains des terroristes ne sont pas des terroristes eux-mêmes, ils ne sont pas non plus des civils bénins, du point de vue de ceux qui luttent contre le terrorisme.

Les boucliers humains protégeant le nouvel antisémitisme ne sont pas non plus anodins du point de vue de ceux qui luttent contre l’antisémitisme et doivent parfois aussi être la cible de moyens politiques, juridiques et financiers pour lutter contre le nouvel antisémitisme.

Pr Asa Kasher, membre du Centre de relations publiques de Jérusalem et experte en philosophie et éthique

1 COMMENT

  1. À toutes fins utiles, je rappelle que la France occupe la Corse, les DOM TOM… et se mêle de la Politique Moyen Orientale, uniquement dans le but de vendre des armes aux ennemis d’Israel (avec l’argent du Contribuable Français !
    Il paraît que la vente d’armes au Liban, à la Syrie et au Hamas a augmenté de 30 % en 1 an !
    D’ou l’intérêt de soutenir une solution à 2 états !
    Non mais de quoi se mêle la France !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.