RÉSULTATS LÉGISLATIVES: CES MINISTRES BATTUES QUI DOIVENT QUITTER LE GOUVERNEMENT

Le président de la République voulait réduire les extrêmes, c’est raté. Elisabeth Borne en position de faiblesse après le second tour alors que plusieurs ministres sont battus.

Le camp présidentiel perd la majorité absolue. Ensemble ! – la coalition des partis qui soutiennent Emmanuel Macron – obtient 245 sièges au Palais-Bourbon, loin derrière le seuil des 289 sièges permettant de décrocher la majorité absolue. La Nupes devient la deuxième force politique de l’Assemblée, avec 133 sièges. Le Rassemblement national réalise de son côté une percée historique, en obtenant 89 sièges dans l’hémicycle. Le parti de Marine Le Pen devance LR, l’UDI et les divers droite qui récoltent 64 sièges.

Partis Sièges remportés % des votes
Ensemble !
245 38,6 %
NUPES
131 31,6 %
RN
89 17,3 %
LR
61 7 %

 

Au total, trois ministres-candidates ont été battues lors des élections législatives de ce dimanche. Comme le veut l’usage, elles devront quitter le gouvernement.

Elles doivent (déjà) quitter le gouvernement. Trois ministres-candidates ont été battues ce dimanche lors des élections législatives, et sont désormais démissionnaires, selon la règle tacite imposée par l’Elysée. Amélie de Montchalin, Brigitte Bourguignon et Justine Bénin vont donc très prochainement quitter leurs fonctions.

D’abord, c’est la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Amélie de Montchalin qui devra être remplacée au sein du gouvernement. Jérôme Guedj, candidat de la Nupes dans la 6e circonscription de l’Essonne a annoncé sa victoire face à la ministre dans la soirée dimanche. Il récolte 53,36% des voix, contre 46,64% pour sa rivale. La ministre de 37 ans, largement distancée au premier tour, a confirmé dans la foulée qu’elle quitterait son poste.

« Comme le veut la tradition républicaine, je ne ferai pas partie du prochain gouvernement. Je veux remercier le président de la République et la Première ministre pour la confiance qu’ils m’ont faite », a déclaré la désormais ex-ministre, affirmant par ailleurs qu’elle continuerait à « servir les Français et les Essonniens d’une autre manière ».

Brigitte Bourguignon battue sur le fil

Le ministère de la Santé devra lui aussi trouver un nouvel hôte à la suite de ce scrutin, puisque Brigitte Bourguignon a été battue dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais, face à la candidate RN, Christine Engrand. La ministre, qui a récolté 49,94% des suffrages, a été distancée de seulement 56 voix par Christine Engrand (50,06%), 67 ans, directrice commerciale d’un organisme de formation.

Un véritable revers pour celle qui avait été élue pour la première fois dans cette circonscription en 2012 sous l’étiquette socialiste, avant de rejoindre En Marche et d’être réélue en 2017. Les électeurs avaient même réitéré leur confiance pour la députée lors d’une élection partielle en 2021. Brigitte Bourguignon avait récupéré le portefeuille de la Santé après avoir été ministre en charge de l’Autonomie. Elle sera restée moins d’un mois à son nouveau poste.

Le RN l’emporte dans la 2e circonscription de Guadeloupe

Enfin, Justine Benin, secrétaire d’État à la Mer, n’est pas parvenue non plus à convaincre les électeurs dans la 2e circonscription de Guadeloupe dont elle était députée depuis 2017. Celle qui était la seule représentante du MoDem au sein du gouvernement n’est parvenue à obtenir que 41,35% des voix face à Christian Baptiste, candidat divers gauche, crédité de 58,65%.

La préfecture de Guadeloupe avait annoncé ces résultats dès dimanche matin, confirmant la mauvaise posture de la ministre au soir du premier tour. Avec 31% des voix, la Guadeloupéenne arrivait en tête, mais sans réserve de voix. L’exécutif pourrait désormais être à la recherche d’un remplaçant MoDem afin de préserver ses relations avec le parti de François Bayrou.

Un RN plus haut que jamais

Avec 89 députés du Rassemblement national, selon les premières estimations d’Ipsos-Sopra-Steria pour France Télévisions, l’extrême droite aura un groupe puissant, à égalité avec LFI. La Nupes, toute comprise obtient 156 sièges selon le même institut, soit à peine une soixantaine de sièges de moins que la coalition du président “Ensemble”. Une opposition puissante, allant de l’extrême droite à la gauche radicale, face à un camp présidentiel affaibli.

Signe de cet échec, les plus proches d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand, emblématique président de l’Assemblée nationale et Christophe Castaner, président du groupe LREM sont battus dans leurs fiefs du Finistère et des Alpes-de-Haute-Provence. Deux symboles, poids lourds de l’Assemblée sortante qu’il faudra remplacer. Vendredi 17 juin, deux jours avec ce scrutin, un conseiller de l’exécutif prévoyait déjà de sérieux problèmes pour le groupe En Marche: “Si Casta perd, on est dans la merde”. L’élection à sa succession sera à suivre avec attention dans les jours qui arrivent.

Jforum avec Louis Augry BFM TV et www.huffingtonpost.fr

GONZALO FUENTES VIA AFP Emmanuel Macron et Elisabeth Borne n’ont plus de majorité absolue après leur échec aux élections législatives

 

1 COMMENTAIRE

  1. L’abstention, largement majoritaire n’est que le reflet du mépris pour des politicards en dessous de tout .
    Les Français ne sont finalement pas tous des veaux…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.