A la mémoire de nos chers disparus - Cliquez ici
Accueil International L’effondrement de l’AP offrirait un “ avenir meilleur ” aux Palestiniens

L’effondrement de l’AP offrirait un “ avenir meilleur ” aux Palestiniens

1 043 vues
3

L’effondrement de l’Autorité palestinienne pourrait offrir un “ avenir meilleur ” aux Palestiniens

Alors que certains craignent l’effondrement de l’Autorité palestinienne, d’anciens hauts responsables américains disent à JNS qu’Israël devrait promouvoir sa fin afin qu’une nouvelle génération de dirigeants puisse prendre le relais.

Le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une tournée dans la ville cisjordanienne de Ramallah le 15 mai 2020. Photo par Flash90.

Le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d’une tournée dans la ville cisjordanienne de Ramallah le 15 mai 2020. Photo par Flash90.

Malgré la publication par le président américain Donald Trump du plan «la Paix vers la Prospérité» au Moyen-Orient, au début de cette année pour aider à résoudre les problèmes associés au conflit de plusieurs décennies entre Israéliens et Palestiniens, il reste clair qu’aucune négociation entre les deux partis ne sont à l’horizon en plein boycott palestinien de l’administration Trump.

Compte tenu de cela et de la discussion en cours sur la décision imminente d’Israël d’appliquer la souveraineté sur la Judée et la Samarie, des questions sont soulevées sur la viabilité de l’Autorité palestinienne, d’autant plus que le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, 84 ans, a une fois de plus menacé d’interrompre la coopération en matière de sécurité avec Israël à cause des projets (non mis en oeuvre) d’application de la légitimité israélienne sur les blocs d’implantation et la Vallée du Jourdain.

Alors que certains des gouvernements israélien et américain craignent l’effondrement de l’Autorité palestinienne, d’anciens hauts responsables américains disent à JNS qu’Israël devrait promouvoir la fin de l’entité, afin qu’une nouvelle génération de dirigeants puisse émerger et prendre le relais.

Selon Harold Rhode, ancien conseiller de longue date pour les affaires islamiques au sein du Bureau d’évaluation du réseau du département américain de la Défense, l’effondrement de l’Autorité palestinienne «pourrait présenter une opportunité d’un avenir meilleur pour les Palestiniens, avec des dirigeants moins oppressifs et plus jeunes».

Son effondrement pourrait ne pas changer grand-chose sur le front de la sécurité, a-t-il reconnu, car Israël est la seule puissance capable de maintenir la loi et l’ordre en Judée et en Samarie. En fait, a-t-il ajouté, «les Palestiniens eux-mêmes préfèrent la domination israélienne».

La direction des Palestiniens devrait être basée sur le clan et la famille car c’est ainsi que les choses sont décidées sur le terrain, a déclaré Rhode. «Les dirigeants nommés par l’AP sont des étrangers. Comme le disent les habitants, la plupart des fonds étrangers sont écrémés par les voyous qui les gouvernent, et les gens ne reçoivent pratiquement rien de toute cette aide.

L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient a récemment averti que l’AP risquait un «effondrement total» en raison de l’épidémie de coronavirus.

«Le paiement des salaires de mai a été retardé en raison d’une réduction de 80% des revenus palestiniens», a averti Nikolay Mladenov au Conseil de sécurité de l’ONU. «On ne sait pas si le gouvernement palestinien disposera de ressources suffisantes pour effectuer de futurs paiements de salaires ou, en fait, pour continuer à exercer ses fonctions de gouvernement dans les mois à venir

Le ministre de l’Économie de l’Autorité palestinienne, Kahled Al-Osaily, a nié qu’il était au bord de l’effondrement financier et dit qu’il pouvait emprunter à d’autres banques pour couvrir les dépenses nécessaires.

Dans le même temps, il semble que l’Autorité palestinienne sévit contre la dissidence, les Palestiniens qui soutiennent la souveraineté israélienne étant arrêtés. Par exemple, il a détenu des Palestiniens qui ont déclaré au journaliste de la télévision israélienne Zvi Yehezkeli qu’ils soutenaient le projet d’Israël d’appliquer la souveraineté dans certaines parties de la Judée et de la Samarie, ont déclaré à l’AFP Yechezkeli et un proche de l’un des détenus .

Les conversations de Yechezkeli ont révélé un grand fossé entre ce que les dirigeants de l’AP disent et ce que les habitants ressentent vraiment. Comme il l’a expliqué, «la compréhension que c’est une opportunité pour une vie différente, s’extrait des tripes et des choses qu’on entendait autrefois seulement à huis clos, très tranquillement.»

Une Palestinienne parlant au journaliste par téléphone a estimé que dans son village, environ 80% des gens préféreraient la citoyenneté israélienne et 20% la voudraient mais ne le diraient pas publiquement, selon le rapport publié sur Channel 13 au début de ce mois-ci.

‘Un fossile d’un concept différent’

Créée en 1994 dans le cadre des accords d’Oslo entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et Israël, l’Autorité palestinienne a été créée à l’origine en tant qu’organe intérimaire de cinq ans pour gouverner certaines parties de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Cependant, alors que les négociations entre les Israéliens et les Palestiniens ont piétiné et ont finalement échoué à la fin des années 1990 et au début des années 2000 en raison de la montée du terrorisme et de la deuxième Intifada, elle a continué à servir d’organe quasi-gouvernemental. Depuis que le groupe terroriste palestinien Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2006, l’Autorité palestinienne s’est largement limitée à la Cisjordanie sous la mainmise d’Abbas.

David Wurmser, qui a été conseiller principal sur le Moyen-Orient de l’ancien vice-président américain Dick Cheney et a depuis fondé le Delphi Global Analysis Group, a déclaré: «L’AP est finalement un fossile d’un concept façonné dans les années 1990 dans des circonstances très différentes. . »

«Il faut s’engager dans un examen fondamental de la validité de toutes les hypothèses qui ont conduit au concept», a-t-il poursuivi. «Le concept était qu’Israël pouvait réprimer de manière plus efficace et plus fiable la violence palestinienne si elle était menée par le biais d’une organisation palestinienne, et aucune n’était considérée comme plus « authentique » que l’OLP.

Bien qu’il ne soit pas dans l’ intérêt d’Abbas et de ses acolytes de mettre fin à l’Autorité palestinienne en raison des fonds tirés de la corruption et d’autres produits de luxe, Rhode a noté qu’Abbas continue de coopérer sur la sécurité et d’autres questions avec Israël parce qu’il se rend compte qu’il est dans son intérêt de le faire ainsi – parce que cela le maintient au pouvoir.

De nombreux Palestiniens «aiment les soldats israéliens aux barrages routiers, qui au moins les traitent avec dignité», a déclaré Rhode, ajoutant que «l’Autorité palestinienne les humilie et exige des pots-de-vin».

Israël a d’abord pensé que l’OLP – et plus tard, l’Autorité palestinienne – serait en mesure de contenir la violence palestinienne à sa place, mais cette hypothèse a fini par être erronée.

«Le prix qu’Israël avait demandé et devait payer pour sous-traiter la répression de la violence palestinienne était d’accéder à une revendication palestinienne clé d’un État, ce qui, dans certaines limites, semblait à l’époque être un prix tolérable à payer», a déclaré Wurmser.

L’Autorité palestinienne a été créée comme une étape sur la route de l’État, apparemment comme une concession révocable si elle tournait au vinaigre, a-t-il expliqué, ajoutant que c’était inimaginablement la faiblesse des dirigeants palestiniens – enfermés entre la Jordanie et Israël – qui serait dissuadée d’agir violemment contre Israël.

L’hypothèse clé était que «l’Autorité palestinienne dans sa faiblesse pourrait être utilisée comme un véhicule pour les structures de sécurité d’Israël afin de contrôler les Palestiniens parce que sa faiblesse la laissait redevable à Israël, et son authenticité était ce dont Israël avait besoin comme couverture».

Cependant, cette hypothèse a fini par ne pas se dérouler comme prévu puisque les dirigeants palestiniens ont fini par encourager le terrorisme contre Israël.

L’Iran et la Turquie vont “ continuer à se mêler de la situation ”

Maintenant, la faiblesse de l’Autorité Palestinienne est devenue son levier, a affirmé Wurmser, expliquant qu’elle a essentiellement créé une situation d’otage où elle tient une arme sur sa propre tête pour forcer Israël, les États-Unis et l’Europe à donner toujours plus.

En d’autres termes, les dirigeants de l’Autorité palestinienne ont utilisé sa position de puissance faible contre Israël, puis ont reçu un soutien et un financement internationaux pour continuer à fonctionner. Mais au bout du compte, l’Autorité palestinienne a coopéré avec son rival national, le Hamas, contre Israël.

Dès le début, l’Autorité palestinienne est devenue le facilitateur du Hamas, a déclaré Wurmser, expliquant que «en partie, c’était direct, et en partie, c’était comme un repoussoir pour exiger toujours plus de concessions tout en forçant l’indulgence envers toujours plus d’incitation, d’armement et finalement de violence. »

Dans le même temps, «l’OLP / AP ne peut pas poursuivre une résolution finale du conflit car son essence et son authenticité sont ancrées dans sa légitimité fondatrice».

Par conséquent, a-t-il dit, l’Autorité Palestinienne ne veut pas de solution, mais exige une coopération à un prix élevé, tout en apaisant le Hamas et d’autres groupes violents.

Pendant ce temps, l’Iran et la Turquie investissent dans un soutien croissant parmi les Palestiniens. L’Iran soutient depuis longtemps le Hamas et le Jihad islamique palestinien, tandis que la Turquie investit dans un nouveau centre islamique près du mont du Temple.

«En l’absence d’un plan israélien pour renforcer une nouvelle direction palestinienne locale, des pays comme l’Iran et la Turquie continueront de s’immiscer et de souligner l’échec du nationalisme arabe laïque qui est faible et corrompu, et à la place, promeut sa propre direction qui sert leurs objectifs», a déclaré Wurmser.

En tant que tel, a-t-il conclu, l’État juif doit prendre l’initiative, si l’Autorité palestinienne s’effondre et empêcher la croissance des supplétifs islamistes dans les zones palestiniennes: En substance, «le mariage d’Israël avec l’Autorité palestinienne empêche désormais Israël de prendre une nouvelle initiative stratégique pour contrer la montée dangereuse des groupes soutenus par l’Iran et la Turquie. »

jns.org

Adaptation : Marc Brzustowski

3 Commentaires

  1. Avec des mecs intelligents on peut toujours discuter mais avec des bourricots il n’y a rien à en tirer .

    Ils ont de la chance d’avoir des Juifs comme voisins ils ont tout à gagner en faisant la paix .

    En plus on peut les ” pistonner ” auprés de D. car ils ne représentent qu’une secte .

    Leur entêtement stérile les perdra .

  2. “Une Palestinienne parlant au journaliste par téléphone a estimé que dans son village, environ 80% des gens préféreraient la citoyenneté israélienne et 20% la voudraient mais ne le diraient pas publiquement, selon le rapport publié sur Channel 13 au début de ce mois-ci.”

    un Juif anonyme nous a déclaré il y a 24 heures que 100% des juifs de la diaspora et 75% d’ israel, prefereraient pour ces couineurs paresseux et revanchards la citoyenneté jordanienne, ou, si on veut faire plaisir la nationalité “jordastinienne”

    ce qui nous semble bien etre l’ unique solution viable

    et sinon, les deserts sont vastes a l’ est d’ Amman, quarante ans seraient un bon chiffre pour les faire reflechir et retourner sincerement dans le judaisme dont leurs ancetres sont sortis dés la conquete islamique

    il leur faudra toutefois détruire le ” veau d’ or ” moderne, dit UNRWA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.