A handout picture provided by Sudan's Prime Ministers office on August 25, 2020, shows US Secretary of State Mike Pompeo (L) greeting Sudanese Prime Minister Abdalla Hamdok (R) in Khartoum. - Pompeo is on an official visit to Sudan to urge more Arab countries to normalise ties with Israel, following the US-brokered Israel-UAE agreement. He is the first American top diplomat to visit Sudan since Condoleezza Rice went in 2005. (Photo by Handout / Office of Sudan's Prime Minister / AFP) / === RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / HO / SUDAN PRIME MINISTER OFFICE" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS ===

Le Soudan va normaliser ses relations avec Israël après l’ultimatum américain – rapport

La décision aurait été prise après une discussion animée mercredi.

Des manifestants soudanais crient des slogans et agitent des drapeaux lors d'un rassemblement en l'honneur des manifestants décédés sur la place verte de Khartoum, au Soudan, le 18 juillet 2019 (Crédit photo: REUTERS / MOHAMED NURELDIN ABDALLAH)
Des manifestants soudanais crient des slogans et agitent des drapeaux lors d’un rassemblement en l’honneur des manifestants tombés au combat sur la place verte de Khartoum, au Soudan, le 18 juillet 2019 (crédit photo: REUTERS / MOHAMED NURELDIN ABDALLAH)

Le Soudan aurait décidé d’achever son processus de normalisation de ses relations avec Israël, après que les États-Unis auraient lancé un ultimatum de 24 heures au pays, en exigeant qu’il reconnaisse Israël afin d’être retiré d’une liste noire américaine, a déclaré une source proche des dirigeants soudanais à i24News.

La décision a été prise après une discussion animée mercredi, selon i24News.

L’ultimatum aurait inclus une offre de retirer le Soudan de la liste des États qui parrainent le terrorisme, des efforts pour retirer le Soudan d’une liste de pays interdits de voyage, des efforts pour augmenter l’aide au Soudan, un engagement à faciliter l’investissement privé au Soudan, une conférence sur l’investissement au Soudan et l’annulation de milliards de dollars de dette soudanaise envers les États-Unis, entre autres avantages, selon un journaliste soudanais.

En septembre, le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok a déclaré que le pays ne voulait pas lier son retrait de la liste américaine des sponsors du terrorisme, qui entrave l’accès aux financements étrangers pour l’économie du pays avec une normalisation des relations avec Israël. Cependant, les dirigeants soudanais n’ont pas exclu d’établir des relations avec Israël dans le cadre d’une offre américaine de 300 millions de dollars d’aide économique, ainsi que 3 milliards de dollars, dans l’allégement de la dette et les investissements.

Plus tôt ce mois-ci, le vice-président du Conseil de la souveraineté soudanaise, le général Mohamed Hamdan Dagalo, a déclaré à la chaîne de télévision Sudania 24 que le Soudan attache une grande importance à l’établissement de liens avec Israël afin qu’il puisse être retiré de la liste du terrorisme des États-Unis.
«L’établissement de liens avec Israël est un intérêt soudanais», a déclaré Dagalo, selon un rapport sur l’interview en Israël Hayom. «Notre retrait de la liste des États parrains du terrorisme en dépend», a-t-il ajouté. Les deux problèmes ont été liés, mais à part Dagalo, d’autres responsables au Soudan ont cherché à les maintenir distincts.
La désignation du Soudan en tant qu’État sponsor de la terreur remonte à l’époque de l’ancien dirigeant Omar el-Béchir, et son gouvernement de transition est entravé par son incapacité à accéder à l’allégement de la dette et au financement étranger nécessaires de toute urgence.
Hamdok a déclaré que le Soudan avait déclaré au secrétaire d’État américain Mike Pompeo lors d’une visite le mois dernier qu’il était nécessaire de séparer les questions.
En septembre, des membres de l’Académie islamique du Fiqh au Soudan ont publié un décret religieux, fatwa, interdisant la normalisation avec Israël.
En réponse, le chef du département de la Fatwa de l’Association des chercheurs du Soudan, Cheikh Abdel-Rahman Hassan Hamed, a publié samedi une fatwa permettant la normalisation avec Israël, dans une vidéo partagée par le compte Twitter Israël en arabe, selon AlKhaleej Today, soulignant que cette normalisation est une question juridique et non religieuse.
Tovah Lazaroff, Lahav Harkov et Reuters ont contribué à ce reportage.
Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.