Un mystère pour Tisha B’Av

Si un consensus est atteint sur l’emplacement d’une ancienne synagogue construite sous le mont du Temple, cela pourrait prouver que les Juifs prient au Mur occidental depuis 1000 ans.

Le temps et l’histoire oubliée ont limité ce que l’on sait du secret de la «Grotte», une ancienne synagogue sous le Mont du Temple qui était utilisée par les Juifs de Jérusalem. Pourtant, des bribes d’informations, des documents historiques en ruine et des recherches existantes éclairent progressivement l’un des mystères les plus intrigants de Jérusalem.

La seule partie de l’histoire de la synagogue sur laquelle il y a consensus se situe dans la première moitié du mois hébreu d’Av en 1099, lorsque Jérusalem est tombée aux mains des Croisés. Juifs et musulmans se sont battus côte à côte pour la ville, mais ont finalement été vaincus et les croisés ont massacré les habitants de Jérusalem. Jusqu’à la Shoah, les rabbins ont considéré ce massacre comme l’une des pires catastrophes survenues au peuple juif depuis la destruction du Second Temple. Des lamentations écrites pour commémorer la violence ont été ajoutées aux Lamentations lues sur Tisha B’Av.

«Tous les défenseurs ont fui le long des murs de la ville, et les croisés les ont poursuivis et les ont tués, leur barrant tout le chemin vers le temple de Salomon», a écrit un croisé anonyme.

«Là, un massacre a eu lieu jusqu’à ce que nos hommes pataugent jusqu’aux chevilles dans le sang des ennemis», a-t-il poursuivi.

Selon Gilo de Paris, poète du XIIe siècle, les Juifs ont pris la tête de la défense de Jérusalem et ont été les derniers à tomber. L’historien musulman Ibn al-Qalanisi dit que les Juifs de la ville se sont enfuis vers la synagogue de la grotte, où les croisés les ont brûlés vifs, une histoire corroborée par l’écrivain arabe du XIIe siècle, Sibt Ibn al-Jawzi : “Le massacre de la ville a été terrible. Ils ont rassemblé les Juifs dans leur synagogue, puis y ont mis le feu. “

L’historien Joshua Prawer dit que rien de comparable n’avait été commis contre les Juifs depuis que l’empereur Titus a assiégé la ville.

“Quand tout espoir s’est avéré perdu, les Juifs se sont enfermés dans les synagogues et ont attendu l’aide du Ciel … les Croisés ont brûlé les synagogues, avec les Juifs qui ont fui à l’intérieur, et ils ont appelé Dieu”, écrit-il.

La plus célèbre de ces synagogues était la “Grotte”.

L’archéologue Dan Bahat, qui a fouillé et étudié les tunnels du Mur occidental, pense avoir découvert l’emplacement de la synagogue de la grotte.

Il pense qu’elle se trouve «dans la zone de Warren’s Gate», sous terre, c’est pourquoi il est connu sous le nom de “grotte” («Cave»). Warren’s Gate porte le nom du chercheur anglais Sir Charles Warren (1840-1927) et est l’une des quatre portes qui, à l’époque du Second Temple, menaient du Mur occidental au Mont du Temple. Dans le passé, elle s’ouvrait sur un tunnel creusé vers l’est sous le mont et se terminait par des escaliers menant à la place du mont du Temple.

Bahat pense qu’au début de la période musulmane (638-1099), les Juifs de Jérusalem ont établi leur principale synagogue près de la porte en raison de sa proximité avec l’endroit où ils croyaient que le Saint des Saints était situé sous le Dôme du Rocher.

«Pendant des centaines d’années, c’était le centre de la vie juive à Jérusalem, mais les croisés, qui ont conquis Jérusalem en 1099, ont anéanti la communauté juive de la ville, bloqué la porte et transformé la synagogue en citerne. Cette citerne est connue dans la littérature scientifique comme Cistern 30, l’une des 38 sur le Mont du Temple. “

Bahat fonde ses déclarations principalement sur une série de documents de la Geniza du Caire qui ont été découverts il y a environ 120 ans, lors de l’attaque de l’ancienne synagogue Ben Ezra au Caire, ainsi qu’un trésor de manuscrits anciens, y compris quelques écrits rares de Maïmonide.

Les documents relatifs à l’histoire de la «grotte» sont une série d’articles datant du 11 e siècle de notre ère qui font référence à «la grotte» et «la porte de la grotte». Certains d’entre eux documentent une demande des Juifs de Jérusalem, que les Juifs d’Égypte leur fournissent de l’argent pour rénover la synagogue de la grotte, qui a été détruite lors d’un tremblement de terre majeur en 1033.

«Les documents montrent que la Porte de Warren (‘s Gate) pourrait correspondre aux données sur l’emplacement de la« grotte »», explique Bahat.

“Il se trouve au point le plus proche du Saint des Saints à l’extérieur du Mont du Temple, et la taille de la zone de la porte – environ six mètres sur 30 [20 pieds sur 100 pieds] – permettrait à une foule relativement importante de se rassembler. Nous avons vérifié la porte lors des fouilles des tunnels du Mur Occidental, il s’est avéré qu’elle datait de l’époque du Second Temple. Le seuil a été posé par Hérode, et l’hypothèse est que son linteau était aussi de l’époque hérodienne, identique au style des portes du mont du Temple de la même période – un linteau droit d’une seule pierre. Mais au sommet de la porte de Warren, il y a un arc sculpté. Une sculpture semblable à celle qui existe sur l’une des portes sud du mont du Temple, qui a été construit ou rénové durant la période du 11 ème siècle. Il est donc raisonnable de conclure que bien que la base de la porte de Warren date de l’époque d’Hérode, le linteau date du XIe siècle, et a été créé ou fixé 1000 ans plus tard », explique l’archéologue.

De plus, Bahat note, au nord de la porte Warren, une section de 35 mètres (115 pieds) du mur occidental qui a également été reconstruite au 11 e siècle. Il dit que là où cette section se termine, la construction hérodienne qui caractérise le mur dans son ensemble continue.

“Ces faits archéologiques correspondent aux références liées à la reconstruction de la” Grotte “et des dizaines de mètres de mur au nord, après le tremblement de terre de 1033 qui apparaissent dans les documents de la Geniza du Caire”, dit-il.

Il y a aussi les découvertes que Bahat et ses collègues ont déterrées à la porte Warren et dans les tunnels du mur occidental au fil des ans, qui correspondent également aux références historiques présentes dans les documents du Caire Geniza.

Israel Hayom demande à Bahat ce que l’on sait de la manière dont l’endroit a été attribué aux Juifs.

«Après la destruction du Second Temple, les Romains puis les Chrétiens ont interdit aux Juifs de visiter le Mont du Temple. Les conditions n’ont changé que lorsque les Arabes ont conquis Jérusalem. Au début, ils ont permis aux Juifs de retourner sur le Mont, mais ils l’ont rapidement interdit et n’ont permis aux Juifs que de prier à hauteur des portes. Je suppose qu’à l’époque du [calife] Sulayman ibn Abd al-Malik, vers l’an 716, les Juifs ont eu l’opportunité de choisir l’une des portes comme lieu de prière. Et ils ont opté pour la Porte de Warren… qui à l’époque était encore ouverte sur la montagne et n’a été fermée seulement après l’ère des croisés. “

L’historien et professeur Elchanan Reiner convient que la Porte de Warren était le site de la synagogue de la grotte, mais le regretté professeur Ben-Zion Dinur n’était pas d’accord et pensait que la synagogue se trouvait plus au sud, près de la porte des chaînes.

L’histoire de la synagogue de la grotte est pertinente aujourd’hui, et pas seulement parce qu’elle est tombée en ruines au mois d’Av, qui a commencé le 22 juillet. Premièrement, le fait que les Juifs ont prié à l’est du Mur occidental, dans le mont du Temple (de façon si clandestine) a des implications sur la loi juive lorsqu’il s’agit de savoir si les Juifs peuvent ou non entrer dans l’enceinte maintenant. Deuxièmement, cela pourrait prouver que les Juifs ont prié à la fois individuellement et en groupe à divers endroits le long des 488 mètres [1 600 pieds] du Mur occidental pendant plus de 1000 ans, et pas seulement là où se trouve la place de prière d’aujourd’hui.

Un message tiré des documents de la Geniza du Caire, envoyé en 1035 par Shlomo Ben Yehuda, chef de la yeshiva de Jérusalem, à un rabbin Ephraim au Caire, demande de l’aide pour reconstruire la «grotte» qui s’était effondrée lors du tremblement de terre deux ans plus tôt. Le chef de la yeshiva a dit qu’il avait besoin de 62 poutres en bois et 600 planches.

Moshe Gil, l’un des chercheurs les plus importants dans le domaine de l’histoire juive des premiers siècles de l’expansion islamique, pensait également que le message faisait référence à une grotte souterraine sur le mont du Temple et qui fonctionnait comme la principale synagogue de Jérusalem. Il est possible que la Geniza du Caire contienne d’autres documents qui pourraient résoudre une fois pour toutes la question de la «grotte».

israelhayom.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. trop triste, je vais chanter “ouvrez, ouvrez, la grotte aux oiseaux “”

    que ce soient des paiens romains, des chrétiens croisés (qui n’ ont jamais compris que leur religion etait issue de l’ Alliance d’ Abraham, ou des musulmans natios fanatiques depuis 100 ans, ils ont tous fait chier les juifs !!

    au grand contraire des croyances asiatiques, dont la tolérance infinie a entrainé la disparition des communautés juives (voir Les Juifs de Kaï Feng, de Caroline Elichéa Rebouh)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.