FRANCE

Propagation du coronavirus – mars 2020 (37)

L’usine de masques respiratoires jetables Honeywell, établie près de Saint-Brieuc, a été fermée il y a deux ans par son propriétaire américain. Le syndicat Solidaires des Côtes d’Armor dénonce une «décision irresponsable».

Alors que la pénurie de masques de protection en pleine pandémie de Covid-19 agace le personnel médical ainsi que des gens ordinaires à travers le monde, l’union syndicale Solidaires des Côtes d’Armor rappelle que l’une des principales entreprises françaises spécialisées dans leur fabrication a fermé il y a deux ans, rapporte franceinfo.

L’usine de masques respiratoires jetables Honeywell était installée à Plaintel près de Saint-Brieuc, mais son propriétaire américain a décidé d’en baisser le rideau en 2018. Les ex-salariés affirment que le site était pourtant rentable, mais pas suffisamment sans doute.

Pourtant, c’est à l’usine Honeywell que l’État français avait passé commande de 200 millions de masques sous la menace du virus H1N1 en 2009, rappelle franceinfo.

«Principal fabriquant pour la France»

«On était le principal fabriquant pour la France, et on vendait partout dans le monde: Japon, Corée, États-Unis» se souvient Jean Jacques Fuan, directeur du site de 1991 à 2006. Qui plus est, c’est à Plaintel qu’a été créé le masque FFP2 pliable, qui manque aujourd’hui à la France ainsi qu’à d’autres pays européens.

L’ex-directeur souligne en outre qu’au moment de la grippe H1N1, l’entreprise avait bénéficié de subventions importantes, mais qu’en 2018, l’État n’a pas vraiment tenté de sauver l’entreprise.

 

Toujours selon lui, il est toujours possible de relancer l’activité de l’usine, mais «il faudra un soutien financier important». Le syndicat Solidaires a pour sa part demandé à plusieurs parlementaires de la région d’interpeller le gouvernement à ce sujet.

fr.sputniknews.com

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.