Le plan de paix de Trump ne devrait pas conduire à une escalade majeure, mais Tsahal prend des précautions

Par 30 janvier 2020

BESA Center Perspectives Paper No.1 430, 30 janvier 2020

RÉSUMÉ ANALYTIQUE: Alors que peu de gens en Israël s’attendent à une escalade majeure suite à l’annonce par Trump du «Deal du siècle», Tsahal procède à des évaluations de la situation en cours pour tâter le pouls et surveiller les évolutions. Les responsables de la défense israélienne se préparent à étudier de près les détails de la proposition pour voir quelles conclusions peuvent être tirées en termes de conséquences potentielles pour la sécurité.

Alors que la région absorbe les détails du plan de paix de l’administration Trump pour s’attaquer au conflit israélo-palestinien en cours, Tsahal a pris la mesure préventive mardi de déplacer un bataillon d’infanterie dans la vallée du Jourdain, apportant aux militaires une couche supplémentaire de flexibilité pour faire face à une gamme de scénarios possibles.

Les préparatifs de Tsahal comprennent également l’intensification de la collecte de renseignements en Cisjordanie et le dialogue avec diverses personnalités influentes de la région. Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kochavi, a achevé une tournée en Cisjordanie mardi après-midi avec le ministre de la Défense Naftali Bennett.

Le colonel (rés.) Moshe Elad, l’un des fondateurs de la coordination de la sécurité entre Tsahal et l’Autorité palestinienne, a déclaré qu’il doutait que tout niveau significatif de violence populaire soit sur le point de s’enflammer et que des manifestations sporadiques soient plus probables.

« Je crois que le public palestinien de 2020 n’est pas le même que lors de la première Intifada en 1987, et certainement pas le même que lors des escalades ultérieures », a déclaré Elad, professeur au Western Galilee College. «Les Palestiniens sont toujours en colère contre l’État d’Israël, mais ils regardent également Gaza; ils y voient les conditions et ils ne veulent pas y parvenir. Les conditions sont bonnes pour eux et ils craignent que les fermetures et les troubles ne perturbent leur vie. »

En conséquence, a déclaré Elad, le scénario le plus probable correspond à des manifestations et des perturbations localisées qui ne se transforment pas en éruptions massives de violence.

La colère palestinienne à l’égard de la proposition s’étendra néanmoins à tous les niveaux. « Ils n’accepteront jamais cela », a déclaré Elad. «Ils la perçoivent comme une proposition très pro-israélienne.»

Les dirigeants palestiniens en Cisjordanie avaient supposé que les pourparlers futurs reprendraient là où les pourparlers passés – tels que les négociations d’Abbas-Olmert ou les propositions de Barak-Clinton de 2000 – s’étaient interrompus. En d’autres termes, ils s’attendaient à ce que les pourparlers soient basés sur l’idée d’établir un État à peu près sur les frontières de la Ligne verte de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale palestinienne, avec un retour symbolique des réfugiés et Israël recevant trois principaux blocs d’implantations.

La vision beaucoup plus limitée d’un État palestinien contenue dans la proposition Trump ne contient aucun des éléments fondamentaux envisagés par l’Autorité palestinienne et le public palestinien. « Rien de tout cela n’est contenu là », a déclaré Elad. «Ils diront que ce n’est pas un État, qu’ils n’ont pas d’espace et qu’il n’y a rien à dire.»

Elad a noté qu’à partir de 1994, les Palestiniens ont nourri le rêve d’un État aux frontières de 1967 sans implantations à l’intérieur. Cette vision n’a plus de partisans dans le courant dominant israélien, a-t-il dit, ajoutant que « les Palestiniens ne sont pas préparés à la nouvelle proposition ».

D’un point de vue pratique, l’écart entre Israël et les Palestiniens est si large que «Trump n’avait d’autre choix que de prendre une décision sans équivoque de lancer cette proposition et de dire:« À prendre ou à laisser ».» Mais malgré la colère que la proposition a provoqué, Elad pense « qu’il n’y aura pas de troisième Intifada ».

Selon l’évaluation à plus long terme, la population palestinienne n’a pas l’énergie nécessaire pour s’engager dans une confrontation majeure avec Israël, selon Elad. «Ils accepteront probablement ce que leurs dirigeants décideront.»

Un scénario possible est le suivant: si le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas conclut que Trump restera au pouvoir pour un second mandat, il peut ordonner au Fatah de dissoudre l’Autorité palestinienne « et de rendre les clés à Israël ». Une deuxième possibilité, a déclaré Elad, est qu’ils restera, mais coupera tout contact et toute coordination avec Israël.

Une grande partie de ce que fait la direction palestinienne dépend de la réponse au niveau de la rue en Cisjordanie, a-t-il ajouté. «S’ils reçoivent un soutien public, les dirigeants palestiniens iront jusqu’au bout [c’est-à-dire la dissolution de l’AP]. Si le public ne répond pas farouchement, Abbas pourrait également démissionner. La principale chose qu’il veut éviter est d’être considéré comme un traître. Ce que Yasser Arafat a rejeté – la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif -, il le rejettera lui aussi. »

D’un point de vue strictement sécuritaire, le dévoilement du plan n’aura pas d’effet significatif sur le terrain, a expliqué Elad, bien qu’il ait mis en garde que le Hamas pourrait profiter de la situation pour renforcer sa position.

Voir le PDF

Il s’agit d’une version éditée d’un article publié par JNS le 28 janvier 2020.

Yaakov Lappin est chercheur associé au Centre Begin-Sadat d’études stratégiques et correspondant pour les affaires militaires et stratégiques. Il mène des recherches et des analyses pour des groupes de réflexion sur la défense et est le correspondant militaire de JNS. Son livre  Le califat virtuel

Adaptation : Marc Brzustowski

besacenter.org

2 Commentaires

  1. Le nom  » Palestine  » est le nom donné par un envahisseur ( il était Romain ) Le nouvel envahisseur est l’arabe qui veut garder le nom ! Le Romain est parti pourquoi l’arabe ne partirait-il pas ?? Ce serait juste car il n’a rien à faire dans la Nation juive , vu que les juifs ont été jetés hors des pays arabes !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.