Certaines avaient des marques similaires aux munitions récupérées par des combattants Houthi au Yémen, selon un nouveau rapport publié par une équipe de recherche indépendante.

En mars dernier, la frégate multimissions (FREMM) Provence, alors intégrée à la Force opérationnelle combinée (CTF-150) mise en place en 2002 pour lutter contre les trafics dans la golfe arabo-persique et l’océan Indien, avait intercepté un boutre à bord duquel une importante cargaison d’armes fut découverte.  (un boutre est un voilier traditionnel d’origine arabe)

En octobre, des responsables américains ont affirmé avoir capturé cinq cargaisons d’armes iraniennes en direction du Yémen. Le rapport, publié par Conflict Armament Research, (CAR), s’appuie sur les marques trouvées sur les fusils, les lance-roquettes, les missiles guidés antichar et les munitions, fournissant des preuves plus concrètes à ce jour du soutien logistique de l’Iran aux combats de Houthis dans la guerre civile qui fait rage depuis près de deux ans.

Le vice-amiral Kevin M. Donegan, commandant des forces navales américaines dans la région, a déclaré aux journalistes que la première des cinq expéditions d’armes a été saisie en avril 2015. Le rapport de le CAR repose sur trois caches d’armes récupérées début de 2016 par les équipages de la frégate australienne HMAS Darwin, FS Provence et USS Sirocco. Les navires faisaient partie d’une force multinationale de la Force maritime combinée qui couvre la mer Rouge, le golfe d’Aden, l’océan Indien et le golfe d’Oman.

« L’analyse du matériel saisi par le CAR suggère l’existence d’une « route des armes » s’étendant de l’Iran à la Somalie et au Yémen, ce qui implique le transfert par boutre d’importantes quantités d’armes fabriquées par l’Iran qui proviennent vraisemblablement des stocks iraniens » Selon le rapport.

trafic-iran-20161201

Le CAR a obtenu des photographies des armes et de leurs numéros de série trouvés sur deux des boutres, embarqués par les équipages de la Darwin et la Provence. Mis à part les routes de contrebande, les armes sont sorties de l’Oman vers les mains de Houthi, selon un récent rapport de l’agence de presse Reuters.

A bord du boutre arrêté par la Provence en mars 2016, l’équipage a trouvé environ 2 000 fusils de type Kalachnikov avec des numéros de série dans l’ordre, suggérant que les armes proviennent d’un stock national, selon le rapport. Les fusils étaient «caractéristiques de la fabrication iranienne» et ont été expédiés avec 64 fusils de sniper Hoshdar-M portant également des numéros de série séquentiels. Le Hoshdar-M est un fusil iranien fabriqué d’après le Dragunov SVD russe. Mis à part l’assortiment d’armes légères, la Provence a également récupéré neuf armes russes Kornet antitanges téléguidées.

L’identification des caractéristiques sur cinq des Kornets de la Provence – y compris les numéros de lot et les numéros de série quasi-séquentiels – a également correspondu à un Kornet, récupéré par les forces des Emirats arabes unis l’année dernière. Des troupes de la Garde présidentielle des Emirats ont saisi le missile des rebelles Houthi près de Taiz, au Yémen, en novembre 2015, et en octobre le missile a été répertorié par la RCA.

« La présence de matériel au Yémen avec des numéros de lot assortis et affichant la même séquence de numéro de série que les armes saisies par le FS Provence, confirme l’affirmation selon laquelle le matériel à bord des boutres était finalement destiné au Yémen et que le matériel récupéré au Yémen est probablement originaire d’Iran « , indique le rapport.

armes-20160325

Le Darwin et le Sirocco ont récupéré des expéditions similaires. En février, le Darwin, selon le rapport, a intercepté un boutre Somalien avec 2 197 armes à son bord. Mis à part une poignée d’armes légères, y compris des Kalachnikovs et des mitrailleuses moyennes, le navire était chargé d’environ 100 lanceurs de roquettes de type RPG-7 de fabrication iranienne.

Le Sirocco a récupéré plus de 1.500 fusils ainsi que des lance-roquettes et 12.7mm mitrailleuses lourdes en mars, selon un communiqué du Pentagone. Le CAR a été privé de la possibilité de documenter les armes pour son rapport. Alors qu’une grande partie des armes semblait être d’origine russe et iranienne, les armes légères de Chine, de Roumanie, de Bulgarie et de Corée du Nord ont également été récupérées dans certains des boutres.

Les Houthis, un groupe affilié aux Zaïdites chiites, ont renversé le gouvernement yéménite début 2015. Peu de temps après, une coalition dirigée par les Arabes, appuyée par les États-Unis, est intervenue pour aider à soutenir les forces gouvernementales en herbe. La coalition soutenue par l’Arabie Saoudite a été critiquée pour ses frappes de rafales aériennes lourdes qui ont ciblé à maintes reprises des zones civiles à l’intérieur du Yémen. Les combattants Houthi ont tiré à maintes reprises des missiles balistiques terrestres sur les villes de la frontière saoudienne, et le mois dernier, le groupe rebelle a tiré des missiles anti-navires sur les navires américains opérant dans la mer d’Oman. En réponse, les forces américaines ont lancé des missiles de croisière sur les sites radar Houthi, probablement responsables de l’attaque.

Washington Post – traduction Jforum

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.