Le PDG d’une grande firme allemande face à des employés antisionistes

Lors de la réunion hebdomadaire des employés du groupe Axel Springer en Allemagne, le PDG  Mathias Döpfner a abordé la question des plaintes exprimées par des employés à propos d’un drapeau israélien hissé devant le siège de l’entreprise à Berlin. Il n’y a pas été par quatre chemins !

Des employés du groupe Axel Springer se sont plaints de la présence d’un drapeau israélien hissé devant la plus grande maison d’édition numérique d’Europe. Ils pensaient faire pression sur la direction. Loin de se dégonfler, le PDG leur a conseillé de se chercher un nouvel emploi.

« Je pense, et je suis très franc avec vous. Une personne qui a un problème avec un drapeau israélien hissé  pendant une semaine ici, après des manifestations antisémites en Allemagne, devrait se chercher un nouvel emploi », a-t-il déclaré au cours d’une vidéoconférence qui réunissait des employés du monde entier (le groupe compte 16 000 employés).

Le groupe Axel Springer, basé à Berlin a été fondé en Allemagne de l’Ouest en 1946. C’est le plus grand éditeur numérique d’Europe. Il possède Bild, Die Welt, Business Insider, Politico Europe et de nombreuses autres firmes d’information. Il détient également le plus grand site de petites annonces d’Israël, Yad2.

Le PDG: Nous n’acceptons pas l’antisémitisme

« Nous soutenons le peuple juif. Quant au droit à l’existence de l’État d’Israël, il figure parmi les cinq valeurs essentielles d’Axel Springer sur son site Internet ».

 « Après ces semaines de terribles manifestations antisémites, nous avons demandé à notre siège social de hisser le drapeau d’Israël au côté du drapeau européen, du drapeau allemand et du drapeau de Berlin. Hissons pendant une semaine le drapeau israélien en signe de solidarité », a-t-il déclaré. « Aussi, nous n’acceptons pas ce genre de mouvements antisémites agressifs. »

« Certaines personnes ont déclaré qu’elles ne voulaient pas travailler pour une entreprise qui fait une telle chose, a déclaré Döpfner. « Donc, je pense que c’est aussi une bonne chose pour nous. Pourquoi ? Parce que ces personnes ne correspondent pas à l’entreprise et à ses valeurs », a-t-il déclaré. « C’est très simple. »

Döpfner a déclaré qu’il restait ouvert à la critique et que certains de ceux qui se plaignaient avaient de bons arguments, auxquels il a répondu. « Cependant, une opposition fondamentale à ce type de geste de solidarité dépasse le cadre des questions acceptables », a déclaré Döpfner. Les plaignants sont restés sans voix. Les plaintes ont immédiatement cessé. Le chef d’entreprise courageux a ensuite reçu des centaines de messages de soutien et de félicitation.

La bannière à l’étoile de David hissée devant le siège du groupe

Axel Springer a décidé de hisser le drapeau israélien devant son siège en mai. Une décision prise dans la foulée des manifestations pro-palestiniennes qui ont viré à l’antisémitisme à travers l’Allemagne. Notamment des marches vers des synagogues, des cris de haine et des slogans contre les Juifs, des attaques contre des institutions juives ainsi que des drapeaux israéliens brûlés.

« Quiconque utilise de telles  manifestations pour proclamer sa haine des Juifs abuse de son droit de manifester », avait alors déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

« Quiconque propage la haine antisémite ressentira toute la force de la loi », a ajouté le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer.

  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.