Le Liban sans électricité sera-t-il sauvé par Israel?

Catastrophe humanitaire à grande échelle: Le Liban (et le Hezbollah) sans électricité sera-t-il sauvé par Israel?

Samedi à midi, l’électricité a été coupée dans toutes les maisons au Liban. Deux grandes centrales électriques, fournissant 40 % de la consommation énergétique du pays, se sont arrêtées après avoir manqué de combustible, la tension dans les réseaux de distribution d’énergie est tombée en dessous d’un seuil critique et l’ensemble du système s’est effondré.

Un responsable gouvernemental a déclaré à Reuters qu’il n’y aurait pas d’électricité dans le pays «pendant plusieurs jours». Il a expliqué que la compagnie nationale d’électricité commencera à utiliser les réserves de carburant de l’armée, mais qu’il ne sera pas possible de rétablir rapidement le fonctionnement du réseau national.

La seule source d’électricité pour les Libanais restait les générateurs diesel privés, mais même pour eux, il y a une grave pénurie de carburant et les prix ont grimpé en flèche. Les files d’attente pour le carburant diesel s’étendent sur de nombreux kilomètres.

Les Libanais ont répondu à la panne de courant par des manifestations de protestation au siège de la Compagnie d’électricité en brûlant traditionnellement des pneus.

À la mi-septembre, le Hezbollah, sans l’approbation du gouvernement Mikati, a importé 8 millions de litres de carburant diesel au Liban à travers la frontière syrienne pour fournir des infrastructures vitales, principalement des hôpitaux.

Le Liban ne disposant pas de ses propres sources d’énergie, et ne disposant pas de ressources en devises pour l’achat de carburant à l’étranger, le pays a sombré dans la faillite complète. Le gouvernement irakien a accepté de troquer le Liban avec du pétrole lourd, qui ne convient pas aux centrales électriques locales, afin que le Liban puisse l’échanger contre le carburant nécessaire.

Au Liban, non seulement il n’y a ni carburant ni électricité, mais la situation dans le pays est proche d’une catastrophe humanitaire à grande échelle. Selon l’ONU, 75% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, il y a un manque de médicaments nécessaires et même d’eau potable.

Le gouvernement de Najib Mikati, créé en septembre, a fait passer un nouveau programme anti-crise au parlement, mais la crise ne fait que s’aggraver.

Les économistes attribuent la cause de la crise libanaise à la corruption et à l’irresponsabilité des élites nationales. Après la guerre civile, les gouvernements libanais ont contracté des emprunts à l’étranger pour la reconstruction, les ont gaspillés et ont contracté de nouveaux emprunts pour rembourser leurs dettes – jusqu’à ce que toute cette pyramide financière s’effondre.

Jusqu’en 2011, le Liban a réussi à joindre les deux bouts. Les principales sources de recettes en devises étaient le tourisme, les généreuses subventions des riches États du Golfe et l’exportation de main-d’œuvre – plus d’un million de Libanais ont trouvé du travail en Occident et envoyaient régulièrement de l’argent chez eux. Avec cette monnaie, le Liban a acheté tout ce dont il a besoin à l’étranger – du carburant et de la nourriture aux produits de luxe.

Alors que l’influence du Hezbollah et de l’Iran augmentait, les riches donateurs sunnites ont commencé à tourner le dos au Liban, et le flux de dollars de la diaspora a également commencé à décliner. Dans cette situation, les banques locales ont trouvé un moyen de retirer la monnaie des poches de la population: en 2016, elles ont soudainement commencé à offrir aux déposants des taux d’intérêt exorbitants (par rapport aux normes mondiales) sur les dépôts en devises étrangères – malgré le fait que partout dans le monde les taux d’intérêt sur les dépôts étaient alors pratiquement nuls.

L’épargne de la population était la dernière réserve qui a permis aux élites libanaises de contracter de nouveaux emprunts, de maintenir l’apparence de «prospérité» et de faibles impôts dans un contexte de déficits budgétaires croissants, gaspillant des ressources pour soudoyer les électeurs. Tout s’est effondré en 2019: une tentative d’imposer une taxe sur WhatsApp a provoqué des manifestations massives et fait tomber le gouvernement, les prêteurs ont refusé d’accorder de nouveaux prêts au Liban, les dollars ont fui le pays, les banques ont refusé de restituer les dépôts aux déposants et ont fermé.

Depuis lors, le Liban s’enfonce de plus en plus dans l’abîme. Les bailleurs de fonds internationaux exigent des réformes structurelles profondes et l’éradication de la corruption – sans lesquelles le FMI refuse d’entamer des négociations sur de nouveaux prêts. L’Iran et la Syrie profitent de la situation pour consolider leur domination au Liban.

À la mi-septembre, le Hezbollah, sans l’approbation du gouvernement Mikati, a importé 8 millions de litres de carburant diesel au Liban à travers la frontière syrienne pour fournir des infrastructures vitales, principalement des hôpitaux.

La solution de Biden à la crise électrique au Liban est le gaz égyptien en provenance de la péninsule du Sinaï via la Jordanie et la Syrie. En pratique, les contraintes techniques se traduiront par un gaz d’une plate-forme « Léviathan » sous un déguisement transparent de gaz «égyptien» illuminant le bunker d’Hassan Nasrallah…

JForum ‒ Infos Israel-news ‒ Divers

1 COMMENTAIRE

  1. Les voisins d’Israël n’ont pas besoin d’électricité .

    Ils sont éclairés nuit et jour par ce dernier ……….il brille tellement .

    Et c’est gratuit .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.